06-PDS3-Christophe Pébarthe: “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La « collaboration » des universitaires à la politique gouvernementale : origine et conséquences
Je pense que là, pour le coup, tous les Cassandre ont décrit exactement ce qui allait se passer à l’avance. D’autres services publics ont connu ces mêmes évolutions, la tarification à l’activité à l’hôpital par exemple. La mise en déficit organisé des universités était prévisible, c’était d’ailleurs l’objectif même pour arriver à cette collaboration active qui est la diminution de l’offre de formation votée de façon enthousiaste par les universitaires. Je prends l’exemple de Bordeaux III, où il était question en somme d’envisager de supprimer une semaine d’enseignement par semestre. Nous avons 2 × 12 semaines et l’on dit qu’il faut réfléchir sur la base de 11 semaines. Quand on nous a présenté cela dans le département d’histoire, la première réaction des collègues a été de se demander comment on allait faire l’évaluation en TD ? La baisse de la durée des enseignements allait poser problème ! Donc on voit très bien que tout ça ne pose aucun problème d’analyse, c’est-à-dire que c’est connu depuis très longtemps. Ce qui est plus inquiétant c’est qu’il ait fallu tant de temps aux universitaires pour s’apercevoir que ce qui se passait ailleurs allait finalement leur arriver également. Mon étonnement se situe plutôt là lorsque je vois aujourd’hui des présidents qui ont voté les RCE (responsabilités et compétences élargies) et qui semblent en découvrir les effets, notamment les bons élèves qui vont presque jusqu’à évoquer le fait qu’ils ont voté avant tout le monde, qu’ils ont été les premiers à passer aux RCE et qui se demandent pourquoi aujourd’hui on leur fait ça ? On a l’impression de discours de la collaboration où quelqu’un qui aurait collaboré avec ardeur arguerait de ce fait pour dire qu’il ne peut pas être puni ! Il y a sans doute une sociologie des présidents d’université à faire et à écrire pour savoir comment ces gens ont pu trahir avec un tel enthousiasme. L’étape suivante consisterait à décliner exactement le discours du gouvernement selon qui, pour être libre de la tutelle des marchés il faut leur obéir. Eh bien les présidents ont décliné le même discours en disant que pour être libre de la tutelle du recteur il faut appliquer la politique qu’il appliquerait si l’université était mise sous tutelle !

Reposer la question des missions de l’université
Il est évident que nous ne pouvons pas prendre la question par ce bout-là, c’est-à-dire par celui des moyens qui manquent. Car là encore : à quoi ça sert ? Le vrai problème qui est posé est celui du contenu même de l’enseignement universitaire. C’est-à-dire que nous devons affronter idéologiquement à l’université la question de la professionnalisation, par exemple. Cela veut dire qu’il convient de reposer la question des missions de l’université. Car on voit très bien comment ce que nous avions dit par ailleurs, au moment de la loi LRU, que faire intervenir en numéro trois des missions des universités l’insertion professionnelle était une fausse bonne idée, parce que si on ne peut quand même pas passer par-dessus l’enseignement et la recherche, de fait donner ce niveau de priorité à l’insertion professionnelle revenait très vite à grignoter enseignement et recherche. Or, ça y est, nous y sommes, nous le voyons arriver : les Masters dits à finalité recherche vont disparaître au profit de Masters indifférenciés. Ce qui va se traduire par la quasi hégémonie des Masters professionnels pour le plus grand nombre à l’exception de quelques endroits, par-ci par-là, où seront préservés des Masters recherche d’excellence, etc. Le mécanisme, nous le connaissons. Cela veut dire que nous devons prendre au sérieux nos enseignements, les finalités de cet enseignement et j’ajouterai la recherche. En définitive nous devons porter plus haut et de façon plus pratique, plus concrète, cet adossement de la recherche et de l’enseignement qui fait notre spécificité. Nous avons laissé progressivement trop souvent s’instaurer l’idée qu’une partie de nos enseignements pouvait être totalement déconnectée de la recherche parce que le niveau des étudiants avait baissé, et pour de nombreuses autres raisons encore. Et puis le statut est venu renforcer de facto cette logique, puisque nous sommes à mi-temps enseignants et à mi-temps chercheurs, ce qui nous invite comme tout naturellement à faire cette partition, et la suite logique c’est la fiche métier : les enseignants, les enseignants-chercheurs, les chercheurs. Nous avons nous-mêmes contribué à ça. Or je crois que résister à cette tendance qui se manifeste dans les universités, cela suppose de réaffirmer ce lien qui est l’essence même de l’université. Une fois que l’on réaffirme sérieusement que la formation par et pour la recherche est un élément fondamental de la formation des enseignants, le dilemme actuel s’évacue, c’est-à-dire que l’on est alors beaucoup moins gêné par un Master, par un mémoire réellement rédigé etc., si l’on considère que c’est un élément de la formation. Après, il y a toujours le problème de l’allongement des études pour les étudiants, mais c’est un autre problème, qui peut se régler d’une autre façon et qui n’a pas forcément à être réglé en plus par les universitaires, comme si nous devions de surcroît porter sur nos épaules la misère sociale, la misère estudiantine, etc., dont nous ne sommes pas responsables. Bien sûr que nous en subissons les effets ! Mais là, on veut tout porter : les malheurs de l’institution, les malheurs des étudiants, etc. Je crois que nous devons prendre l’institution universitaire au sérieux et prendre également nos enseignements au sérieux. La meilleure arme pour moi de notre résistance et de notre volonté de refondation de l’université, paradoxalement, c’est la pédagogie. Car nous devons faire cours différemment. Si nous croyons à la démocratie nous ne pouvons plus faire cours avec nos petits micros, nos petites feuilles, en lire le contenu comme si le savoir était vertical. Tout ce que nous faisons en réalité dément la dimension émancipatrice de l’université. Je crois que c’est là-dessus qu’il faut travailler, c’est-à-dire que nous devons nous-mêmes être les moteurs de cette transformation tout de suite, sans attendre une hypothétique majorité politique qui tout à coup se dirait : « C’est génial l’université ! Libérons-la de la tutelle néolibérale !».