08/07-PDS3-Etienne Boisserie & Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche en France sont l’expression d’un modèle rodé ailleurs
Etienne Boisserie : Le sujet aujourd’hui concerne la LRU, les PRES, les Idex, etc. Hier j’étais à la maison de l’Amérique latine où se tenait un débat intéressant avec des Colombiens, des Chiliens et où j’intervenais pour les affaires françaises et européennes. À chaque fois que j’expliquais les PRES, Idex, etc., la Colombienne qui était juste à côté de moi disait : « ah ça je connais : 1996 ; ça je connais : 1992 », etc. En somme, le modèle auquel nous avons affaire est extrêmement rodé . Il y avait un Chilien aussi. Il ne se donnait même pas la peine de dire qu’il connaissait, il était évident qu’il connaissait. La question se pose de savoir par quel bout prendre ce modèle très rodé ? Je n’ai pas la réponse.

Supprimer l’Idex ?
Je ne nie pas l’importance de la LRU, je sais qu’elle est fondamentale, parce que sans la LRU il n’y a pas le consentement à la destruction de l’université telle qu’elle a été organisée. Je parle de notre consentement, celui des universitaires, et des outils qui le favorisent. A commencer par l’Idex, qui est un parfait dispositif touche-à-tout parce qu’il réalise une prédation sur le budget, il détruit la fonction publique, il détruit le principe de non sélection à l’entrée à l’université et il introduit à l’intérieur des universités la bipartition des formations que par ailleurs on dénonce à grands cris en disant que l’on va y mettre fin. C’est cela que crée l’Idex. La seule solution envisageable c’est de dire que ce processus doit être annulé. Seulement j’aimerais que l’on m’explique comment on s’y prend pour le faire ? Parce que même si le processus Idex est annulé, il reste les votes des CA, il reste les fusions, l’introduction par la bande des licences, des diplômes d’établissement, des bi-licences, etc., des formations avec sélection sur dossier, tout ce qui est censé incarner la politique d’excellence de la formation à l’université. Christophe Pébarthe a parfaitement raison. Dans cinq ans, ici-même ou dans une autre salle on dira que Christophe avait raison en 2011, il a dit ce que nous avions vu et ce que nous devions arrêter. Seulement, le problème c’est qu’on risque de continuer de voir la même chose, parce que c’est un système fondé sur la soumission et sur l’auto-soumission. Et tout nous pousse à l’auto-soumission. J’ai encore une petite histoire à vous narrer : à l’INALCO, le responsable des licences nous a intimé l’ordre il y a huit jours de rendre les auto-évaluations des licences pour le 5 janvier 2012. Il a organisé avec un petit groupe trois réunions de pas moins de quatre heures chacune. J’étais dans le petit groupe de pilotage dont je précise par ailleurs qu’il passait au-dessus de toutes les structures, notamment les conseils de département qui eux comprennent des élus. Je m’étais dit que, avec quelques collègues, j’allais jouer les trouble-fêtes dans ce groupe. Je rappelle que l’on actuellement est en pleine vague C du calendrier d’évaluation de l’AERES. Les licences concernées ont été définies le 11 juin dernier et les dossiers de licence ont dû être déposés le 15 octobre dernier. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas dans l’agenda de ces réunions auxquelles nous participions, et que l’on devait sans doute faire partie de la vague D, puisque ces réunions arrivaient trop tard si elles devaient concerner la vague C. J’ai pensé qu’il devait y avoir un calendrier pour cette vague. C’est la raison pour laquelle je suis allé sur le site de l’AERES. Or vous imaginez bien qu’il n’y a pas encore de calendrier pour la vague D. Évidemment qu’il n’y en a pas ! Et nous, à l’INALCO, nous sommes dans la vague D. Ce qui veut dire que ce responsable a anticipé de pratiquement un an les auto-évaluations de la licence. Je ne sais pas sur l’ordre de qui, ni pour quelle raison ? Et tout est à l’avenant. On est dans une culture de la soumission qui pose une vraie difficulté avec des équipes organisées qui sont floues et qui accélèrent le processus de transformation. Je suis désolé, je suis très négatif ce soir, mais j’ai beaucoup de mal à imaginer un mot d’ordre qui serait : « Les Idex doivent disparaître ! L’État a besoin d’argent ? On lui rend ! ». Eh bien on devrait dire ça, ce serait un argument amusant : vous avez besoin d’argent ? Vous nous en avait donné beaucoup avec le grand emprunt. On n’en veut pas ! Gardez-le ! Arrêtez de dire que l’on croule sous l’argent.

Philippe Büttgen : On ne peut pas le dire car cet argent n’existe pas.

Étienne Boisserie : Eh bien justement ! Ce serait un très bon moyen pour l’obliger à avouer que de toute façon cet argent n’existe pas ! On pourrait revenir à un modèle de PRES. J’entendais hier Isabelle This Saint Jean (en charge des questions d’enseignement supérieur et de recherche au conseil régional d’Ile-de-France) dire que les PRES c’était très bien, mais pas ceux-là. Alors, admettons : on revient au système de PRES. Mais comment revient-on à ce système ? Qu’est-ce qu’on garde de la LRU ? Qu’est-ce qu’on fait des transformations absolument colossales qui sont impliquées même pas par l’Idex lui-même mais simplement par les transformations en vue d’obtenir l’Idex, qui sont indépendantes de l’Idex ? C’est ça le vrai problème ! C’est le fait que même en cas de non obtention de l’Idex les transformations sont malgré tout déjà réalisées. Il est difficile de savoir par quel bout prendre ce problème.

Philippe Büttgen : La plupart des membres des nomenklaturas présidentielles universitaires depuis 18 mois ont passé leur temps à s’imaginer avec un Idex. D’ici peu, ils vont se voir sans Idex. Qu’est-ce qui va se passer ? C’est la question qui se pose. En vérité c’est la catharsis dont nous aurions besoin. C’est ce qui vient d’être dit par mes deux camarades. Nous aurions besoin de cette catharsis, c’est-à-dire de voir les deux tiers des universités françaises sans Idex. Par exemple que sera Limoges sans Idex ? Et Pau ? Parce que Limoges était déjà Limoges, Pau était déjà Pau. Mais quand il va y avoir l’université de Pau plus un Idex ailleurs, que va être l’université de Pau ? C’est une chose qui va être intéressante à observer. Encore faudrait-il que nous ayons les moyens de cette observation. Et c’est pourquoi effectivement nous devons refuser toute troisième, quatrième voire cinquième vague Idex sous quelque forme qu’elle soit présentée. À l’heure qu’il est on nous parle d’une troisième vague réparatrice d’Idex. Le ministre nous parle d’une troisième vague d’Idex sans adjectif à côté en disant : « Je verrais bien ça, ça me plairait bien ». Ce qui est aussi un aveu budgétaire : « ça me plairait bien », « ça » devient un optatif. D’autres organisations politiques nous disent : « une troisième vague oui, mais réparatrice ». Non. Rien. La catharsis. C’est-à-dire : voir l’université sans Idex. Voir le paysage universitaire français avec, d’une part, des conglomérats qui n’ont toujours pas d’argent et, d’autre part, des universités devenues des collèges de proximité avec parfois un bon laboratoire pour faire illusion.