8° séance séminaire PDS : les docteurs sans poste_Wilfried Rault

Ce que recouvre la catégorie des docteurs sans poste

– la proportion des femmes

Ce groupe des docteurs sans poste est fondé sur une variable simple, celle du diplôme. On a regroupé toutes les personnes qui disaient avoir un doctorat. Ce qui représente 1535 personnes sur les 4409 qui ont répondu à l’enquête.

Comme pour l’ensemble de la population étudiée, cette sous-population est constituée d’une majorité de femmes, à peu près 55%, mais elles sont très nettement minoritaires dans le champ disciplinaire des sciences de la matière. Ce qui signifie qu’elles sont majoritaires en sciences de la vie et encore plus en sciences humaines et sociales. C’est un groupe hétérogène en termes d’âge. Un quart a moins de 30 ans, tandis qu’un quart a plus de 35 ans. Là aussi, il y a des disparités assez fortes par champ disciplinaire. On y reviendra tout à l’heure. Les répondants se répartissent de manière assez équilibrée dans les champs disciplinaires. Je vous dis équilibré parce que l’on craignait, compte tenu de la genèse du questionnaire, que ce soient principalement des personnes en sciences humaines et sociales qui répondent au questionnaire. En fait, c’est ce qui s’est passé dans un premier temps. C’est à dire la part des personnes en SHS, pas seulement des docteurs, de l’ensemble de la population, était considérable dans un premier temps et puis le questionnaire semble s’être diffusé dans les autres champs disciplinaires. Pour les docteurs, on en a 40% en sciences de la vie, un tiers en SHS et un petit quart en sciences de la matière.

– une situation pas forcément transitoire

Qu’observe-t-on à partir du moment où l’on entre dans le détail des trajectoires ? Le premier enseignement est que, contrairement à cette figure qu’évoquait Isabelle tout à l’heure, qui ferait du « post-doc » une situation temporaire qui suivrait immédiatement la thèse, les docteurs précaires le sont souvent depuis relativement longtemps, depuis cinq ans dans un quart des cas, et depuis plus de trois ans pour les deux tiers des répondants à l’enquête. Donc, finalement cette espèce d’image du post-doc comme situation transitoire post-thèse et de courte durée, apparaît très minoritaire dans l’enquête.

– un financement aléatoire et faible

Autre caractéristique de ce groupe des docteurs : pour rendre compte de leur situation et de leur hétérogénéité, on peut s’appuyer sur plusieurs sortes d’indicateurs. Tout d’abord, ce qui est relatif à leur situation dans l’emploi, c’est à dire tout ce qui concerne les contrats, on observe qu’à peu près 20% des docteurs précaires n’ont pas de contrat, donc pas de financement officiel. De la même manière, plus de 60% des docteurs qui ont un contrat et se disent précaires ont un contrat de très courte durée : un an maximum. Donc, là aussi, l’idée que le post-doc, quand il existe, est une situation contractuelle assez confortable, certes courte, mais une situation stable d’une certaine durée avant un poste ultérieur, semble être plutôt battue en brèche par l’enquête. On note également que le cumul des contrats est particulièrement fréquent concernant cette population puisque près d’un sur deux parmi ces docteurs précaires a eu au moins quatre contrats au cours des cinq dernières années. Enfin, comme je l’ai dit tout à l’heure pour l’ensemble de la population étudiée, les docteurs connaissent des interruptions de contrat et d’activité et pas loin de la moitié, 41% en l’occurrence, ont déjà connu une interruption d’activité d’au moins six mois. Donc vous voyez bien que par rapport à cette figure un peu simpliste, qui n’est probablement pas la figure dominante que l’on a à l’esprit en SHS mais peut-être dans d’autres champs disciplinaires, du post-doc comme jeune en situation transitoire et comme étant dans une étape nécessaire et somme toute relativement confortable de la carrière, contrairement à cette figure, l’enquête montre que beaucoup de docteurs précaires vivent une situation différente.

Un deuxième type d’indicateurs que l’on a mobilisés pour saisir les visages de la précarité, ce sont les indicateurs qui sont liés aux revenus. C’était un petit peu complexe puisque selon les situations on demande finalement des évaluations moyennes aux enquêtés. La question que l’on a utilisée le plus fréquemment consistait à demander aux enquêtés à combien ils évaluaient leur revenu moyen pour l’année 2009. Ici (cf. Powerpoint) vous avez l’ensemble des résultats pour les docteurs précaires. Vous pouvez constater qu’une minorité déclare un revenu supérieur à 1800 euros. On a borné les revenus à cette somme parce qu’elle correspond à un peu plus de ce que gagne un maître de conférences ou un chargé de recherche, lorsqu’il entre dans le métier avant la prise en compte de son ancienneté. Autant dire que, en général, au bout de quelques mois, dès que son ancienneté est rattrapée, un maître de conférences ou un chargé de recherche gagne nettement plus que cette somme. Finalement on voit bien ici que, de la même manière que la situation sur le plan des contrats est particulièrement précaire pour une bonne partie des docteurs, c’est la même chose en ce qui concerne les revenus. Entrons dans le détail de ces revenus. On constate que les rémunérations stagnent pour une grosse majorité de ces docteurs précaires, puisque seul un quart fait état d’une augmentation depuis son entrée dans l’enseignement supérieur et la recherche publics. De même, parmi ceux et celles qui sont dans l’enseignement supérieur et la recherche depuis plus de cinq ans, c’est un peu plus de 10% qui gagnent plus de 2400 euros net. Les contrats qui prévoient des augmentations de salaires sont extrêmement rares. Cette précarité et le fait de vivre sur des contrats de courte durée n’est aucunement, contrairement à un discours que l’on peut entendre parfois, compensée par des salaires qui seraient plus élevés.

– des conditions de travail différentes selon les disciplines

Ensuite, on peut s’intéresser aux disparités qui existent par champ disciplinaire. Je l’ai fait uniquement pour quelques variables, notamment celles dont je viens de vous parler, à savoir : le revenu mensuel net déclaré pour l’année 2009. Là vous voyez, les colonnes parlent d’elles-mêmes puisque les disparités sont très grandes entre les SHS et les deux autres grands champs disciplinaires que nous avons distingués. On a aussi regardé des aspects un petit peu différents qui avaient trait aux conditions de travail et comme je vous l’annonçais tout à l’heure, là aussi dans ce domaine les disparités sont extrêmement fortes entre champs disciplinaires. En l’occurrence, qu’il s’agisse d’avoir un espace de travail, un ordinateur, dans un laboratoire, les différences sont très grandes et c’est le cas d’une minorité des docteurs en sciences humaines et sociales. Ce qui n’est pas le cas pour les deux autres champs disciplinaires. De la même manière, pour quelque chose qui peut sembler plus anecdotique, l’accès à un lieu de restauration est également relativement limité pour les docteurs de SHS. Souvent d’ailleurs on observe, quand on entre dans le détail de cette question, mais c’est valable aussi pour beaucoup d’autres questions, beaucoup disent ne pas savoir finalement ce qu’il en est pour eux. C’est en particulier le cas en SHS. Ce qui nous semble assez révélateur probablement d’un manque de communication entre les institutions qui emploient ces docteurs précaires, et finalement ces docteurs eux-mêmes. Enfin, quatrième indicateur que j’ai retenu ici, l’accès aux formations. Là aussi, il est relativement plus faible pour les docteurs en sciences humaines et sociales. Cet aspect n’est pas du tout anecdotique, dans la mesure où les comités de recrutement, les commissions de spécialistes, regardent évidemment dans quelle mesure, après la thèse, les docteurs continuent de se former à des méthodes, à des nouveaux logiciels p.e. Et là on voit très bien finalement que pour les docteurs en SHS on peut se demander si certains n’entrent pas dans un certain cercle vicieux puisqu’ils n’ont pas accès à des formations. Donc, ils vont se retrouver dans une situation plus difficile pour entreprendre des travaux nouveaux, en tout cas avec des démarches et des méthodes nouvelles, qui requièrent des formations ad hoc et, en définitive, ils vont se retrouver pénalisés dès lors qu’il y aura des concours ou des situations d’évaluation. On pourra revenir sur ces disparités entre champs disciplinaires parce qu’il y en a encore beaucoup d’autres.