Obscure Précaire_PDS 10_170310

Mlle Obscure Précaire  étant retenue à un colloque à Bologne (intitulé « plus vite et plus  loin vers une société de l’ignorance »), elle ne peut malheureusement  assister à la séance, mais elle est très honorée de l’invitation et me charge de transmettre ses remerciements. Elle remercie également toutes celles et ceux qui ont soutenu sa candidature au Prix Claude Lévi-Strauss l’an dernier.

Je ne représente rien ni personne,  ou tout le monde à la fois, puisque Obscure, c’est au bas mot, nous dit-on, 50 000 personnes, et que son Comité de soutien est lui-même un collectif à géométrie et géographie variables, de personnes qui se sont rassemblées spontanément l’an dernier – j’y reviendrai –, et ne prétend représenter personne, ni n’émane d’aucune institution ou autre collectif. Mais j’ai accepté de prendre la parole un petit moment ici pour « parler argent », avec les encouragements et suggestions d’autres membres du Comité de soutien d’Obscure Précaire, eux-mêmes retenus par leurs obligations professionnelles – chacun cette année comme les précédentes, courant la pige et le cachet et gérant les urgences comme il peut, laissant la  pauvre enfant à son triste sort : j’ai accepté parce que membre co-fondatrice du comité et co-rédactrice du blog du « prix Clo-Clo »[1], et parce qu’Obscure Précaire est bien née de « parlons argent », et qu’il me semble très important de continuer à porter la question de la précarité dans l’ESR en place publique et d’y réfléchir collectivement – à commencer par la communauté universitaire elle-même, et si possible la société en général.

On peut, justement, d’ores et déjà relever les termes que j’ai employés à l’instant : « courir la pige et le cachet », qui sont pour l’un un terme du journalisme, et pour l’autre, relève du champ sémantique du spectacle vivant : et c’est bien là me semble-t-il un des aspects de la question, déjà relevé dans la séance sur la précarité : à savoir que la précarité de l’emploi se généralise, et de milieux professionnels où elle était « traditionnelle », s’étend à des sphères de plus en plus vastes et de plus en plus inattendues (même si les précaires, eux, y sont incroyablement habitués, pour ne pas dire résignés). Je renvoie là-dessus à l’excellente tribune de Jean-François Bayart[2] l’an dernier, et aux questions que cela pose : est-il raisonnable ?, peut-on sérieusement croire qu’il est efficace ?, de gérer la recherche, les étudiants, les patients hospitaliers, etc etc, comme on gère la production de voitures : à flux tendu ? (Sans parler des effets déstructurants socialement d’une telle gestion, y compris quand on parle de la production de voitures, je pense ici par exemple aux travaux de S. Beaud et M. Pialoux sur les liens entre émeutes urbaines et violence sociale, en particulier celle de l’intérim[3]). La question de la précarité est donc importante pour les conséquences qu’elle a sur la qualité de ce que nous faisons – comme recherche, comme enseignement pour les étudiants, dans nos fonctions administratives, et on peut supposer que cela concerne la société dans son ensemble, surtout quand l’antienne officielle est « société de la connaissance » ; et elle est importante parce que c’est un phénomène généralisé, un « phénomène de société » sur lequel les sociologues du travail se sont penchés depuis longtemps – laissant bizarrement un angle mort sur nos métiers, jusqu’à l’enquête précarité qui a été présentée la dernière fois et dont nous sommes nombreux à avoir été très heureux.

Une autre raison d’accepter l’invitation a été qu’au Comité, à la fin de l’an dernier, nous aurions aimé et n’avons pas pu prolonger notre engagement entre autres par deux actions : l’une se serait appelée « Obscure asticote les mandarins », où elle aurait interviewé universitaires et chercheurs de renom sur leur vision de la réforme qu’ils auraient voulue à la place de celle qui est menée, sur l’université et la recherche françaises telles qu’ils la voudraient dans leurs rêves les plus fous, avec l’idée de constituer ou de contribuer à constituer un lieu de débat et, surtout, de contre-proposition. L’autre action envisagée était une candidature d’Obscure Précaire contre Valérie Pécresse aux élections régionales, mais pensée comme possiblement élargie à tous les précaires et non pas restreinte aux milieux de l’ESR… Ce lieu et cette invitation sont une petite occasion de poursuivre ce double objectif de réflexion et sensibilisation intra et extra-« communautaire ». Faire émerger la question de la précarité comme légitime, massive, et comme posant d’énormes soucis à terme et d’ores et déjà pour les précaires comme pour l’ESR, c’est un commencement… Réfléchir à comment y remédier, aussi: elle est justement tellement partout, et en même temps tellement singulière partout où elle est, que personne ne sait par quel bout la prendre et c’est ainsi qu’elle fait système; c’est sans doute cette singularité apparente qu’il faut déconstruire ; en présenter ici quelques aspects servira peut-être cette déconstruction, ainsi qu’à situer les enjeux.

En réfléchissant à ce que je pourrais dire ici qui puisse ajouter quelque chose à la séance sur la précarité et au rapport de l’enquête, dont l’un des immenses mérites est d’objectiver et de chiffrer des faits assez atterrants (et de permettre à chacun de contextualiser sa situation personnelle, quand on est précaire), je me suis dit que c’était peut-être de donner une idée plus incarnée, plus « ethnographique » de la réalité de nos situations.

L’un des aspects de l’enfer précaire, c’est qu’il est en permanence piégé, et dans la réalité matérielle, et sémantiquement, et symboliquement : par exemple, je viens de dire que la précarité a des conséquences sur la qualité de notre travail – et je me suis immédiatement dit qu’il ne fallait pas dire ça, parce que c’est faux, parce que nos CV « valent bien les leurs ou les vôtres », parce que nos publications sont souvent d’aussi bonne qualité et aussi nombreuses que celles de certains titulaires, notamment parce que pour survivre il faut étoffer son dossier et que les précaires travaillent donc souvent comme des acharnés.

Et en même temps, c’est vrai, parce que quand on a cinq employeurs en même temps, sur des lieux différents, pour donner des cours différents, à des publics différents, et cours pour lesquels on est recruté au pied levé sans temps de préparation, il est évident qu’on dispense un enseignement moins peaufiné que si on avait eu le temps de le préparer dans des conditions de confort de travail minimal.

C’est vrai, parce que si avec 80 centimes d’euro je (ou vous, ou Obscure Précaire, ou tout un chacun) peux acheter une baguette, avec 10 centimes d’euro, je ne peux pas acheter un huitième de baguette : en deçà d’un certain seuil de financement de ma recherche, ce n’est pas que je vais faire une recherche moins aboutie, c’est que je ne peux pas faire ma recherche du tout. Avec un contrat de quatre mois, je ne peux pas faire une enquête de terrain, une recherche bibliographique sur l’état des savoirs, et rédiger un rapport : si je vais y arriver quand même, c’est parce que je vais réexploiter tout un travail gratuit que j’aurai déjà fourni en amont et qui aura fait de moi un spécialiste de la question qu’on me pose, ou parce que je vais fournir ce travail gratuit en aval, mais en tout état de cause, ça n’aura pas pris quatre mois. Ce sont de ces seuils qualitatifs là qu’il faut parler, de l’émiettement dans lequel nous sommes – avec lequel nous ne devrions logiquement pouvoir produire que des miettes de recherches, voire pas de recherche du tout.

Et le piège il est là : je (c’est toujours un « je » générique de la famille des cousins d’Obscure Précaire) vais culpabiliser de ne pas avoir fait ma recherche en quatre mois, prendre à mon compte l’idéologie de la performance, me dire que si le contrat n’est pas rempli, c’est parce que je suis mauvais chercheur, etc… : bien entendu, par ailleurs, j’ai été bien formé et socialisé aux normes de qualité du travail scientifique et à l’esprit critique, que je vais parfaitement savoir appliquer à mon propre travail. Neuf fois sur dix, je vais donc le poursuivre à titre gratuit pour le mener à un degré d’aboutissement que je jugerai convenable : parce que mon nom, mon honneur et ma dignité sont en jeu, par conscience professionnelle, engagement éthique, stratégie professionnelle (espoir d’obtenir un poste un jour), etc. En d’autres termes, les précaires ont intégré l’obligation de résultat, mais oublient d’intégrer l’obligation de moyens – et les titulaires  qui les évaluent, souvent aussi, pour les mêmes raisons : on applique à la recherche scientifique les critères de l’évaluation scientifique. C’est-à-dire que même en acceptant le cadre d’une logique de production et d’organisation du travail scientifique selon la logique économique du marché, là où dans toute autre sphère de production il serait évident qu’avec des noyaux de cerises on ne peut pas produire une tarte aux cerises, mais seulement une tarte aux noyaux de cerise, dans la recherche, c’est comme si tout le monde attendait des tartes aux cerises avec comme matière première des noyaux de cerises. Et le pire, c’est que la plupart du temps, ça marche. Ce n’est pourtant pas le miracle de l’eau qui se change en vin ou de la multiplication des pains. Forcément, cela a un coût, mais ce coût il est caché… dans le quotidien précaire.

Obscure Précaire est bien née de « parlons argent », ou disons du contraste entre la réalité misérable du financement de  la recherche en anthropologie en France aujourd’hui, et le double langage des opérations de communication autour du centenaire de Lévi-Strauss, puis du prix, dont l’idéologie nous avait proprement ulcérés (je crois que l’expression  » récompensant le meilleur … » dans un courrier interne aux personnels de Valérie Pécresse annonçant la création de ce prix, doté de 100 000 euros, a été une sorte de goutte d’eau). Je pense que nous avions été nombreux à être choqués de la célébration du centenaire de Claude Lévi-Strauss (sans que soit contestée l’importance de son œuvre ou sa postérité), mais choqués du soudain battage médiatique autour de lui, de la pseudo- mise à l’honneur de la discipline, sans qu’il soit fait mention du fait que, jusque dans son propre laboratoire, il y avait de « « « « jeunes » » » » » docteurs de très grande qualité qui candidataient depuis dix ans sans obtenir de poste.

En fait, Obscure est née sur une liste de diffusion d’informations, sur laquelle sont tombées en quelques heures des annonces sur la répression du mouvement de l’an dernier, y compris les répressions physiques par les forces de police, et avec un débat un peu surréaliste sur le décompte des jours de grève et les rétentions de salaire – surréaliste dans la mesure où les gens étaient choqués des méthodes employées et défendaient les titulaires selon l’argument que chacun savait bien que c’était en réalité un énorme surcroît de travail pour tout le monde y compris les titulaires que d’animer ce mouvement et que les jours grévés étaient tout sauf chômés, mais où en même temps les acteurs du débat semblaient pour la majorité précaires, voire totalement bénévoles, et que l’idée même de la réinvention de la caisse de grève pour et par eux, était par définition absurde[4]. Sont tombées au même moment des annonces, dont des annonces d’emploi très scandaleuses et très au service de l’Etat – j’en ai recherché  quelques unes qui ont mis le feu aux poudres ce jour-là, je vous les livre :

– un « CFP » d’une revue pour laquelle il fallait payer 550 livres pour être publié;

–  l’annonce de la création d’un: M2 « Développement et Management des Universités » pour mettre en œuvre la LRU[5] ;

– l’annonce  de « proposition de mission rémunérée » suivante :

Annonce commentée ainsi :

« Encore de l’abus de ce côté-là:

Un chargé de mission en prospective avec un bagage solide en agronomie, en économie et politiques agricoles, une connaissance ou un intérêt pour la veille, la prospective et l’expertise stratégique, une connaissance ou un intérêt pour les problématiques énergétiques et environnementales, de bonnes capacités de recherche de l’information, d’analyse et de synthèse, un esprit d’initiative, de l’autonomie et une curiosité intellectuelle, des qualités relationnelles et une aptitude au travail en réseau et en équipe, des capacités rédactionnelles et une bonne maîtrise de l’anglais…

Le tout en CDD de 6 mois au tarif du SMIC.

MacDo propose mieux, en fait. »

Puis ainsi :

« à ce tarif là, je peux même repeindre son bureau, tailler ses crayons, torcher ses mômes, amuser sa bergère…

Y a quand même des totos qui doutent de rien… ».

Annonces  couronnées par celle de la création du prix Claude Lévi-Strauss[6].

Un message de la modératrice invita les protagonistes à poursuivre le débat sur les rétentions de salaire dans les couloirs feutrés des boîtes mails, puis est tombé un autre message proposant d’envoyer une candidature collective des précaires au Prix Claude Lévi-Strauss[7].  Réactions enthousiastes. Naissance d’Obscure Précaire. Certaines des réactions étaient déjà, en fait, des témoignages sur la précarité :

Par exemple celle-ci :

« Bonjour à toutes et tous,

Une question à propos de Mlle Obscure Précaire : avec un parcours aussi brillant, peut-elle mener une vie de famille, avoir des enfants par exemple ? Cela n’est pas précisé dans sa bio. Certes, cela parait peu envisageable car le chercheur descend du moine et non du singe comme le commun des mortels, mais pour maximiser ses chances au concours Cloclo, on pourrait peut-être rassurer Mme Pécresse sur ce point et lui dire qu’aucun congé maternité n’aura à être financé par le contribuable si elle est recrutée un jour. »

Très rapidement, le personnage d’Obscure est né et s’est affiné autant qu’il s’étoffait des remarques des uns et des autres – c’est un homme qui en a fait une femme, elle était anthropologue, elle est devenue une Shiva interdisciplinaire, ce qui correspondait à la fois mieux à la polyvalence réelle des anthropologues précaires, et à la précarité des jeunes chercheurs en général, etc. Nous avons créé un personnage collectif qui est tout le monde et personne à la fois, et bricolé un outil précaire avec des moyens de précaires (par exemple, c’est un blog parce qu’on n’avait pas les sous pour créer un site !) dont nous avons inventé les usages et découvert les limites au fur et à mesure.

Ainsi nous avions imaginé un court moment qu’il pouvait servir à nous recenser, et avons très vite compris que c’était impossible de cette manière-là : on ne pouvait pas faire un recensement crédible tout en garantissant l’anonymat des personnes. Par contre, on a du coup tout de suite mesuré à quel point les gens tenaient à cet anonymat – et mesuré ainsi l’ampleur de la domination des précaires – vraiment je ne vois pas d’autre mot que celui-là, et nous en avons tous été surpris, je crois (surpris de mesurer que c’était « engageant » à ce point-là).

Par exemple, pour la constitution du CV et de la bibliographie de notre candidate, les gens étaient appelés à remplir des rubriques avec tout ce qu’ils avaient écrit, publié, toutes leurs charges de cours, etc : les rubriques classiques d’un CV académique, auxquelles nous avions ajouté la rubrique « autres expériences professionnelles » : c’est cette dernière qui s’est remplie le plus vite et le plus abondamment, je pense pour deux raisons : d’une part parce qu’elle était moins dangereuse que les autres (plus anonyme que de donner « chargé du CM « Sociologie de la santé » en L3 de l’université de Telle Ville Précise », ou un titre d’article) – et aussi parce que les gens semblaient désireux de témoigner de leurs conditions de vie réelles, du décalage entre leurs compétences et leurs activités ou celles de leurs activités qui leur rapportaient un peu d’argent pour vivre. Les gens ont spontanément adopté le ton de dérision du blog, mais on sentait que c’était du vécu, de leur vécu, dont ils parlaient : ça allait de docker à vendangeur en passant par baby-sitter et convoyeur de fonds, femme de ménage, ou cobaye pour tests pharmaceutiques, et j’en passe et des meilleures. Il serait peut-être intéressant de mettre en ligne cette rubrique pour lui donner de la visibilité[8].

Les gens ont également tenu à mettre en avant le caractère gratuit de tout un panel d’activités qui font tourner la recherche et l’université au quotidien, telles que l’organisation de colloques ou journées d’études, la direction de numéros thématiques de revues, la rédaction de comptes-rendus de lectures, etc.

Je pense donc qu’un travail à faire serait de compléter l’enquête quantitative par une enquête qualitative sur le vécu de la précarité.

Pour aujourd’hui, après ces éléments de contexte[9], qui sont déjà des données sur la précarité (et sur la fatigue ou l’énervement qu’elle peut susciter), je peux peut-être simplement présenter quelques situations de cousins et cousines d’Obscure Précaire (on ne sait pas si elle appartient à un système dravidien ou omaha, peu importe ici). Il va sans dire que ce ne sont là que des situations réelles, modifiées pour les seuls besoins de l’anonymat.

–          Radegonde Précaire, mettons médiéviste, chargée d’enseignements à l’EHESS au premier semestre de l’année n, de retour d’un prestigieux post-doc à l’étranger après une thèse unanimement reconnue comme brillante, donc au chômage non indemnisé avec charge de famille (trois enfants), mari également chômeur car a suivi pendant le post-doc, … sera rémunérée 700 euros fin avril de la même année n pour ce travail, n’aura pas pu payer les photocopies des trois exemplaires de sa thèse pour les 4 postes ouverts au concours de la même année… A envoyé le même jour (de déprime) son CV à Shiva, sorte de centrale de femmes de ménage pour particuliers, et à plusieurs cabinets de chasseurs de tête. A finalement ri à la lecture des lettres standardisées de refus de sa candidature ici comme là. A noter que Radegonde Précaire a rédigé à elle toute seule (mais en cosignant avec un titulaire) plusieurs projets de recherche collectifs pour lesquels elle a obtenu des financements, qu’elle a partagés avec le statutaire et quatre cousins croisés patrilatéraux : elle n’ignore pas le temps que prend la recherche de financements, la gestion de la paperasse administrative, la rédaction de comptes-rendus d’activité, de rapport de mi-parcours etc. Ces financements ont payé environ le vingtième des frais de transport, photographie, photocopie, achat de cassettes, piles et autre petit matériel dérisoire de cinq doctorats désormais achevés, plus la machine à laver le linge de l’un des cousins, le réfrigérateur d’un autre, la moitié de l’ordinateur du troisième, etc (taux de vétusté de cet équipement  aujourd’hui : la pudeur le taira).

– Lucinda Précaire : soutenance n+3, 5 employeurs cette année, dans 5 villes différentes, dont au moins une à plus de deux cents kilomètres du domicile… « il y aurait à dire sur là où nous sommes en termes de démantèlement total de la société du salariat…. »

– Hypocrate Précaire : « Comment ça va ?…..

Comme un anthropologue !!!   hi hi hi !!!

Me concernant, je suis un peu en apnée depuis décembre, j’ai en effet accepté un remplacement en STMS (sciences et techniques médico-sociales) au lycée Truc de Muche (1ere, Terminale, et quelques interventions en sociologie en BTS) soit 16 à 18 h par semaine. Ca me change de mes interventions en Ifsi ou école de sage-femme. Si j’ai choisi de prendre ce poste c’est, entre autres, parce qu’il me garantissait un salaire convenable… j’y reste jusqu’à la fin de l’année.

Heures de vacations (Ifsi, Ecole sage femme, Lycée STMS) = 350 h ; financement de la thèse, en fait financement pour quitter Ville de Province et venir s’installer à Paris = Caisse d’Epargne, prêt étudiant (eh oui, j’y croyais à fond, moi…). Nombre d’années depuis la soutenance : 5 ans en mai 2010… un petit happy end tout de même, cette année j’ai obtenu une seconde fois ma qualification en anthropologie. A relativiser au vu des postes en sociologie et anthropologie qui nous sont proposés = le néant !

Mon vécu sur une niche à embauche pour nous, précaire de l’excellence, la dispense de cours d’anthropologie/sociologie dans les Instituts de santé et du domaine paramédical.

Depuis 2002, une réforme introduit les sciences humaines dans ces cursus en lieu et place des cours de culture générale. Les formateurs ont effectivement le désir de proposer ces enseignements à leurs étudiants, mais en l’absence d’enseignants, qui ne connaissent pas cette possibilité de job pour faire des heures, d’un salaire de vacataire pas très motivant, et d’un statut très précaire, car d’une année à l’autre, on n’est jamais assuré de la reconduite, faire l’anthropologue tient carrément du sacerdoce ! Au final, entre 2007 et 2009, j’ai eu 11 employeurs différents.

Voilà, c’était ma modeste contribution…. je retourne à mes copies de 1ere, car le 22 mars, j’ai un conseil de classe. »

A l’ajout, par une personne de la salle, des écoles d’architecture comme vivier de précaires à recenser, lors de la séance « précarité », on peut également en effet ajouter toutes les formations professionnelles du médical et paramédical, ainsi que celle des travailleurs sociaux, éducateurs, auxiliaires de vie, etc, ainsi que les formations en urbanisme, développement local, paysagisme, ou celles en génie civil, génie urbain, et ça fait du monde, et je dois en oublier… : il s’agit très souvent de gens qui ont un parcours universitaire long, avec doctorat, et s’éloignent peu à peu de la recherche et de l’ESR proprement dits, parce que trouvant des charges de cours dans ces sortes d’ « annexes » que sont ces formations, tout en gardant ou tâchant de garder un pied et une chance de poste dans l’ESR, mais à un coût personnel exorbitant, car ils ont, dans ces formations, des charges horaires énormes. Il y a une certaine similarité de situations, aussi étrange et contradictoire que cela puisse paraître, entre les docteurs (donc les plus diplômés du système) précaires de l’ESR, et des gens en emplois demandant très peu de qualifications, ce qui, si l’on se fie aux études du CEREQ, n’est pas vrai jusqu’au M2. Par exemple les « fiches métiers » et autres « codes ROME » du pôle-emploi, qui disent en substance : « puisque tu ne peux te caser dans ta branche, il faut te reconvertir, rapidement. Si tu es plaquiste, tu peux faire plaquiste ou poseur de moquette, si tu es enseignant-chercheur en SHS, tu peux faire maître de conférences ou formateur ». Il y a, subjectivement, un effet « retour de manivelle » très violent, par exemple si l’on compare sa situation avec celle des gens de sa cohorte qui se sont arrêtés à bac +5 : l’impression d’avoir moins de débouchés que cinq ou dix ans plus tôt (peut-être d’avoir perdu 5 ou dix ans en faisant une thèse, bénéfice intellectuel mis à part), et aucune comparaison possible en termes de revenus et de stabilité.

– Félicité Précaire : cinq ans d’expérience d’enseignement dans l’ESR, y compris devant des amphithéâtres de 150 personnes ; son conseiller pôle-emploi l’envoie faire un bilan de compétences au cours duquel on lui conseille de postuler comme… hôtesse d’accueil pour mettre à profit sa connaissance de langues étrangères et… développer ses capacités relationnelles. Elle en sort effondrée. Heureusement pour elle, son cousin Mad Dog Précaire lui remonte le moral une soirée entière et lui suggère de répondre la prochaine fois qu’elle a bien réfléchi, qu’elle préfère postuler comme agent de sécurité, car elle a toujours aimé nos amis les bêtes, en particulier les pit-bulls.

La précarité, c’est aussi cela : la violence de l’incompréhension quant à ce que l’on conçoit tout de même comme « son » métier, ce qu’on sait faire et  ce pour quoi on est compétent. C’est aussi l’incrédulité des gens quand on leur dit qu’on « donne des cours à la fac », prestige de la fonction oblige semble-t-il encore un peu, et combien on est payé pour remplir ladite fonction…

–          Félicité Précaire, toujours : a commencé à travailler comme baby-sitter à 13 ans, a signé son premier contrat de travail à 17 ans, a commencé sa carrière de Précaire de l’ESR en fin de M1, et la poursuit depuis en parallèle à sa thèse : elle a travaillé, dans des conditions toujours irrégulières au regard du droit du travail sur au moins un point, pour : le CNRS, le MENESR, le MAE, l’Equipement, la Justice, la Culture, et La Poste. Pourtant, Félicité-Thérèse Précaire est toujours en extase à l’idée de Service Public.

A la séance précarité, il a été question du paradoxe qui fait que les gens restent malgré tout, sans espoir d’amélioration de leur situation (ou alors si ténu), tout en se disant toujours pouvoir choisir la sortie : peut-être faut-il réinsister sur la passion du métier qui anime la plupart de ceux qui ont tenu bon, et pas seulement le fait qu’il en coûte fort de renoncer à un investissement et un engagement aussi long.

–          Cosinus Précaire : considère qu’il a de la chance d’avoir une bourse de post-doctorat d’un an en France dans une prestigieuse institution, mais va se réinscrire au chômage à la rentrée. Comme il est père d’un enfant et marié avec Victoire Précaire, brillante normalienne et jeune docteure qui a réussi à finir sa thèse en trois ans, à qui par conséquent on ne donne pas de poste parce qu’elle n’a pas assez publié, il est un peu inquiet quand même…

–          Honorée Précaire : a un parcours et des résultats si brillants qu’on lui a dit, en France, que « tu comprends, on a préféré recruter Untel, moins bon que toi, parce qu’on savait que tu trouverais autre chose, un autre prestigieux post-doc aux  Etats-Unis, bien payé, tandis que lui, on savait qu’il n’avait aucune autre chance de s’en sortir ». On lui a dit une fois, on lui a dit deux fois, Honorée Précaire ne se l’est pas fait dire trois fois : quand une université américaine lui a proposé un contrat longue durée pour elle et son mari, très intéressant et très bien rémunéré, eh bien… elle est partie.

La précarisation de l’emploi, c’est la gestion de la pénurie généralisée des moyens, laquelle aboutit à des arbitrages finaux parfois totalement contraires aux objectifs affichés – et « rationnels » – d’excellence et de sélection des meilleurs chercheurs. Ce sont des rationalités parallèles qui font la réalité de certains recrutements. La précarisation de l’emploi, c’est donc plein d’effets tout à fait pervers. Evidemment, Honorée Précaire, littéralement sidérée de ce qu’elle avait entendu, l’a raconté à tout son réseau ou presque, soit 200 personnes au bas mot : la France a perdu une excellente chercheuse, et gagné 200 démoralisés. Il faut sans doute le redire : les statutaires ont de vraies responsabilités quant à la transparence des recrutements, quant au contrôle du respect des classements établis par les commissions de spécialistes, quant à leur justice. Il semble aberrant d’être convoqué à des entretiens sérieux, de plus d’une heure au minimum, pour le moindre contrat de post-doctorat, par les gens de l’équipe avec laquelle on va travailler… et d’avoir dix minutes de présentation pour un recrutement CNRS. Il semble aberrant d’apprendre qu’il y a eu 1200 candidatures pour un poste de MC à Paris : les statutaires devraient s’autoriser à refuser ces conditions de sélection, ne serait-ce que parce qu’ils n’ont physiquement pas le temps d’examiner tous ces dossiers : c’est aussi à eux de réclamer des postes statutaires.

–          La vie est vraiment très injuste avec Justine Précaire : depuis qu’elle a commencé sa thèse, il y a douze ans, elle a été opérée quatre fois, l’une de ces opérations s’étant mal passée, elle a failli en mourir, deux autres de ces opérations visaient à éviter un risque mortel, elle a bêtement choisi de faire un enfant avant de finir sa thèse, elle a perdu cet enfant lors de l’accouchement, elle a enterré deux directeurs de thèse et quelques proches, elle a été en congé maladie pendant un an, elle a divorcé… elle a aussi enseigné, publié, et presque achevé sa thèse, mais lorsqu’on lui demande, à un entretien d’embauche, comment il se fait qu’elle n’ait toujours pas fini, elle se dit : « c’est vrai, ça ? comment se fait-il ? c’est que je n’ai pas assez travaillé… » Pourtant Justine Précaire n’est pas la seule envers qui la vie soit injuste : sa cousine Heurtebise Précaire a eu une très grave maladie neuronale, sa cousine Josèphe Précaire a perdu ses deux parents par accident, son cousin Ignace Précaire a eu un enfant handicapé… Mais Justine Précaire n’a qu’une terreur : c’est qu’on lui redise que la durée de sa thèse est un très mauvais indicateur de ses compétences, là où elle aimerait trouver le courage d’expliquer, avec une toute petite voix,  ou n’avoir même pas à le faire, que pour faire des sciences humaines, l’expérience… humaine est (peut-être) un atout, (peut-être) ?

La précarisation, c’est aussi cela : la thèse trop courte de Victoire Précaire, c’est mal, la thèse trop longue de Justine Précaire, c’est mal, la thèse d’une durée « moyenne » de Cosinus Précaire, c’est banal. En fait, il n’y a plus de critères, ou il y en a tellement, dans une situation tellement concurrentielle, qu’on a l’impression qu’il y aura toujours le critère discriminant… dans le sens rédhibitoire. Avec double contrainte : cela fait partie du « piège » par lequel je commençais mon exposé.

Il faudrait également parler de la manière dont le piège des machineries à chercher les sous, quand on est « débutant » dans le métier, peut finir par se refermer presque complètement, quand on se retrouve, sans  avoir compris comment, « débutant très attardé » : c’est ainsi, souvent, que les doctorants et docteurs, y compris docteurs depuis très longtemps se perçoivent ou perçoivent qu’on les perçoit. Ainsi j’observe que Radegonde Précaire, dont la brillante thèse, on s’en souvient, a fait grand bruit, disait après la soutenance pour encourager sa cousine à boucler la sienne, qu’après la thèse, ça changeait tout, on était tellement plus légitime, on se sentait soi-même tellement plus légitime, on écrivait tout tellement plus facilement, on doutait tellement moins de soi… A n+3 et dans la situation que je vous ai décrite, j’observe qu’elle m’envoie à nouveau des textes toujours excellents, pour relecture, accompagnés d’autocritiques d’une extrême sévérité et de doutes sur la valeur de son travail – abyssaux : ce qui constitue dans les faits un gâchis intellectuel pathétique, parce que l’énergie qu’elle dépense à douter d’elle-même, si elle la consacrait à faire son travail de recherche de manière « tranquille », et sans se poser ces questions-là à ce degré-là, serait beaucoup plus productive. La précarité use et fatigue physiquement, moralement, elle finit par saper de l’intérieur, par désubjectiviser des gens qui, autrement, sauraient parfaitement qui ils sont et ce que vaut leur travail ; c’est là aussi une question de seuil : nous voulons tous des chercheurs qui doutent, mais un chercheur qui doute trop, au point d’en être paralysé, ça ne fait pas de la bonne recherche non plus.

Tsss… je peux dire aussi, rétrospectivement, que ce ne fut pas le moindre des mérites d’Obscure que de permettre aux membres de son comité de soutien et à d’autres précaires d’inverser le stigmate, comme dirait Goffman, et de nous redonner de la dignité et l’énergie qui va avec.

Il faudrait aussi expliquer pourquoi il est donc si difficile, subjectivement, de se syndiquer, ou de s’affilier à une association professionnelle, ou de se regrouper, quand on est dans cet entre-deux qui est à la  fois un partout et un nulle part (avec 11 employeurs en deux ans, difficile de s’investir dans aucune lutte « locale », mais impossible de se fédérer avec ses pairs ; quand on s’inscrit au chômage, c’est en espérant s’en désinscrire très vite, donc difficile de s’investir dans « AC ! » ou autre ; quand on est doctorant ou docteur « hors statut », on ne se sent pas forcément la légitimité professionnelle pour s’investir dans une association professionnelle ; quand on est chargé de TD et qu’on n’a pas de casier à la fac pour recevoir les informations, ou qu’on fait l’aller-retour en train dans la journée, on ne va pas payer un billet en plus pour venir à une réunion de l’UFR, c’est juste du suicide financier…  etc. A défaut de trouver des contrats stables aux précaires, les titulaires devraient au moins exiger de leurs labos et UFR le financement de ces frais-là : voyages, photocopies, tickets repas, etc., s’engager à payer les frais de reproduction et d’envoi des dossiers pour qu’ils candidatent, ce genre de choses. Je vais dire une chose tout à fait horrible : Heurtebise Précaire, équivalent ITA, gère son labo, donc sa caisse noire (vous savez bien, celle qui sert pour racheter des stylos Bic et du papier sans attendre 6 mois ?) A peine si en cinq mois elle aura détourné une ramette. Aux statutaires d’envisager l’organisation de petites caisses d’urgences pour dépanner les précaires au moins sur des enjeux aussi vitaux pour eux, et qui financièrement semblent pourtant tellement ridicules.

Aux statutaires de se dire, dans le couloir de leur institution, à la cafétéria, à la bibliothèque, qu’une personne sur 4 est un cousin ou une cousine d’Obscure Précaire. A eux de se demander, quand ils sollicitent quelqu’un pour un article ou une intervention, si c’est réellement lui rendre service ; de négocier avec les éditeurs que les droits d’auteurs soient répartis préférentiellement pour les précaires peut-être, de proposer des solutions viables. Par exemple, les charges de cours :

– Je cite un mail d’Ernestine Précaire : « Sinon, je pense que c’est important d’aborder aussi cela sous l’angle des impensés et angles morts de l’espace académique sur l’argent et les questions de professionnalisation, mais aussi sur la nécessité d’appeler à abolir des règles et normes complètement à côté de la plaque :

– le fait qu’après 28 ans il faille avoir un contrat de travail pour avoir des charges de cours.  (…) ».  Lors de la séance précarité, la pratique des prête-noms a été présentée comme une sorte de solidarité honteuse. Sauf qu’il faut s’interroger sur ses conséquences à long terme : que devient le précaire qui n’a cotisé officiellement à rien,  lorsque sa charge de cours n’est plus reconduite, à n+1 par exemple ? Il a de la chance s’il obtient la CMU et le RSA. Parce que les gens au guichet qui gèrent les aides sociales n’en croient ni leurs yeux ni leurs oreilles qu’avec son niveau de qualification et son expérience, Obscure Précaire ait besoin, réellement, du RSA et de la CMU : c’est impensé parce qu’impensable socialement. La gestion de la pénurie a des effets trop pervers pour que les statutaires puissent gérer leurs recrutements au cas par cas : de fait quand on propose à un titulaire (responsable d’une année, par exemple, et qui doit gérer au pied levé un congé maladie, boucher un trou quelconque) s’il n’y aurait pas d’autres heures complémentaires chez lui ou dans l’UFR voisin pour arriver au fatidique « seuil-du-mi-temps-où-on-cotise », si ledit statutaire, « recruteur » de fait même s’il n’est pas l’employeur, a vraiment envie de vous recruter, parce que votre CV lui a plu et correspond à ses besoins, ce qui est généralement le cas, les heures, il vous les trouve dans les trois jours au plus : ce qu’il ne trouve jamais, c’est le poste ou demi-poste ATER…[10] Aux statutaires, aussi, de bloquer la machine : à 25% des effectifs, les précaires le peuvent en théorie, mais concrètement ils ne peuvent pas ; c’est aux statutaires de mutualiser le compte des « trous » qu’ils bouchent au coup par coup par des bouche-trous précaires et de dire au ministère, peut-être,  : « désolés, on a certes une maquette et un quadriennal, mais on ne peut pas remplir le contrat, car il nous manque tant de postes : merci de faire le nécessaire, et de toute urgence ». De dire « désolé, je ne suis pas esclavagiste, je veux pouvoir regarder tous mes collègues en face ». De dire : « un individu, au cours de sa vie, il a des maladies, il a des périodes de chômage, c’est structurel autour de 10% depuis 35 ans, il finit par vieillir et être fatigué de travailler » : ça ne s’appelle pas de la gestion du risque, mais de la gestion de la certitude, que d’exiger que des cotisations sociales soient versées pour tout travail… De rappeler que tout travail mérite salaire.

Suite du message d’Ernestine Précaire :

« – alors qu’il s’agirait d’un quart de son effectif actuel, le personnel de l’université reste notoirement incompétent en matière de précarité : erreurs lors des calculs pour les droits Assedic, etc.. J’ai plein de témoignages de cela et l’ai subi moi-même après mon poste d’ATER : pour exemple, je n’avais pas été payée en août pour le chômage car ces messieurs-dames de l’administration universitaire étaient en vacances…

La gestion institutionnelle de la précarité à coup de violence symbolique et d’impensés est vraiment à relever. »

Bref, les statutaires, bien que ce terme recouvre des réalités elles-mêmes complexes et diverses, et que la mobilisation sur cette question de la précarité, massive mais tellement éclatée et diversifiée qu’on a bien du mal à savoir par quel bout la prendre (ce qui permet qu’elle perdure), devraient se faire un devoir de commencer par balayer devant leur porte individuellement et collectivement, en réfléchissant y compris aux effets pervers de certaines de leurs propres pratiques, où ils peuvent sincèrement (et en général c’est le cas) croire avoir rendu service, alors qu’ils ont contribué à reconduire une situation de précarité, voire à l’empirer.

Bien entendu, il faut, aussi et surtout, agir sur la structure qui permet ce système, ce fonctionnement institutionnalisé d’une désinstitutionalisation.

Il faut évidemment réclamer des postes et le renouvellement des départs en retraite. Il faut peut-être aussi envisager la création d’un statut d’intermittent ou intérimaire de l’ESR : c’est horrible de dire ça, mais, et cela a été dit aussi pendant la séance précarité, ne serait-ce qu’un rattrapage sur les conditions de vie des précaires du privé constituerait pour beaucoup un énorme progrès !!!

Message de Léon Précaire :

« Pour parler argent, je me demande si Obscure aurait eu l’audace de parler de revenu garanti. Face à la précarité et à l’antienne de la titularisation, les points de vue divergents sont rares et pourtant, semblerait-il, nécessaires. La revue Multitudes s’en est faite le relais, voir par exemple : « Vers un statut d’intermittent de la recherche » (1994), par Pascal Nicolas-le Strat[11], ou « L’intermittent de la recherche, un chercheur d’emploi qui n’existe pas » (2004), par Frank Beau[12]. »

En guise de Conclusion ? :

La cousine d’Obscure Précaire, pour répondre à la présente invitation, sollicita ses cousins et cousines en ces termes :

« Je ne vois pas l’intérêt de parler de mon cas particulier, si ce n’est que tous nos cas sont particuliers tout en se ressemblant, et que c’est bien là le problème… ». Ce sont bien cet éclatement et sa massivité qui sont à questionner et à combattre, cette institutionnalisation de la désinstitutionalisation évoquée à l’instant.

Il faut aussi mesurer que la précarité, c’est cumulatif : les situations ici décrites, toutes réelles, sont pour certaines vécues en « multicouche » par les précaires – j’ai saucissonné certains cousins-cousines d’Obscure pour mieux les anonymer, mais pour comprendre subjectivement leur vie, il faut comprendre qu’ils sont fragilisés sur tous ces plans à la fois, et sur tant d’autres encore. Je n’ai pas parlé des autres aspects de leur vie : comment ils trouvent un logement, comment ils ne se projettent pas à plus de quinze jours plusieurs fois par an, etc. Comment ils transgressent sans arrêt les seuils symboliques qu’ils se promettent solennellement de ne pas franchir (« je ne travaille pas en dessous du smic horaire surtout si c’est au noir » (relisez bien la phrase), « je ne travaille pas en dessous du tarif femme de ménage roumaine au noir », …). Comment ils survivent. Pourquoi, malgré tout, ils sont là. Quelles conséquences tout cela a sur l’ensemble de l’ESR.

Christian Topalov aurait pu, par ailleurs, donner son point de vue sur le jury  du Prix Claude Lévi-Strauss (dont aucun des membres ne nous a jamais répondu, contrairement au lauréat, qui a dédicacé son discours à Obscure).

Annexe : rubrique « autres expériences professionnelles d’Obscure Précaire ».

Curriculum Vitae de Melle Obscure Précaire,

Prix Claude Lévi-Strauss en Sciences Humaines et Sociales

de l’Académie des Sciences Morales et Politiques,

2009.

A Melle Précaire, bientôt morte pour la Science, la patrie reconnaissante…

Baby-sitting, cat-sitting, aux armes et caetera…

Mlle Obscure Précaire a une expérience approfondie de la garde d’enfants (à trente ans passés,

les parents lui font confiance).

Quand elle est lasse de garder des enfants, Mlle Précaire fait du cat-sitting (à trente ans passés, les maîtres aussi lui font confiance).

Cobaye pour des expériences médicales et pharmaceutiques.

X-net, fournisseur d’accès internet. Hotline et dépannage sur machines sous Mac OS et sous

Windows.

A., , distributeur informatique logiciels et matériels. Support technique revendeurs et clients finaux.

Conceptions et créations de plusieurs sites web internet.

Laborantin au service microbiologie de l’hôpital X. X.  de X..

Débardeur sur les docks du Havre.

Tireur de câbles sur de nombreuses entreprises de la zone industrielle du Havre.

Nombreux emplois sur plateaux téléphoniques pour enquêtes et sondages.

Emplois en centres commerciaux.

Vendanges nombreuses sur les coteaux de Champagne.

Mlle Obscure Précaire a en outre une grande expérience des travaux, chez elle ou chez des amis : enduit, peinture, papier-peint, petite plomberie et carrelage, petite électricité, etc. n’ont plus de secret pour elle. Elle est également un déménageur hors-pair et saura vous guider sans faute pour vous dire combien de cartons de six bouteilles (vides) (les cartons, hélas) vous aurez besoin de récupérer au Leader d’en bas pour emballer votre bibliothèque.

De 2000 à 2007 Femme de ménage chez des particuliers, contrat chèque emploi service (13).

Grâce aux différents gouvernements qui se succèdent depuis 2004, Mlle Précaire a appris en formation continue à coudre et broder des banderoles. Elle en est fière et envisage une reconversion dans le stylisme ou le design. Elle s’est également inscrite, dans ce même cadre, à diverses chorales…

août 1991: animatrice de colonie pour « cas sociaux » (les mal-nommés) de la région de X.

Mlle Obscure Précaire a également une expérience approfondie de la vente, notamment de linge de maison haut-de-gamme dans des banlieues réputées difficiles (Auteuil/Neuilly/Passy).

Mlle Obscure Précaire sait aussi faire des photocopies (elle a travaillé pour un reprographiste en préparation de sa thèse).

Pour boucler ses fins de mois, Mlle Obscure Précaire a également recompté les recettes journalières (pièces et billets) des supermarchés de sa région pour un consortium de transport de fonds (si, si… c’était à l’été 1995).

Août 2002-Novembre 2003 : pour financer (façon de parler) sa thèse, Obscure Précaire est embauchée en CDI (plus pratique pour l’employeur car les étudiants finissent toujours par démissionner donc pas de chômage à payer) comme ouvrière à la chaine et chauffeur-livreur dans une entreprise de grossiste en médicament. 12h/semaine, 400 euros/mois.

Ponctuellement Obscure Précaire a été embauchée par le CNFPT pour effectuer des surveillances de concours (préparation des salles, distribution des copies et des sujets, surveillance des épreuves, ramassage des copies, rangement des salles).

A ces diverses occasions, elle a suivi une « formation ».

2007 Auxiliaire de vie, secrétariat et surveillance pour étudiants handicapés de l’Université de X.

Juin-juillet 2002 surveillance d’examens de DESMA-DESMI – Paris (75)

Juillet 2000 Vérifications au back office dans la société de courtage X Bourse – Paris(75)

Aout 1999-2000 Guichetière à la Banque X – Paris(75)

Expériences professionnelles non déclarées par l’employeur :

membre active de la grande confrérie du neoprolétariat contemporain

1999-2007 Garde d’enfant – Aix en Provence (13)

2000-2002 Secrétariat dans un cabinet d’avocat – Versailles (78)

2007 Création de site Internet pour particulier – Aix en Provence (13)

2005-2007 Cours et formation en outil de bureautique – Aix en Provence (13)

Secrétariat :

Cette rubrique « ne » comportait « que » trois fois plus d’occurrences de secrétariat ou fonctions administratives occupées par Obscure Précaire dans l’ESR que dans le secteur privé.

Corrections de copies (voir « expériences d’enseignements » où cette tâche n’est cependant ni détaillée, ni rémunérée d’ailleurs…)

N’oublions pas les corrections de copies. Mlle Obscure Précaire a fait des vacations au Centre

National de la Fonction Publique Territoriale pour corriger des tests d’aptitude en culture générale.

Expériences de membre active de l’armée de réserve de l’Université et des laboratoires de recherches :

2008 Contractuelle CNRS. Coordination éditoriale du futur Dictionnaire Critique de (…)

2008 Contractuelle CNRS à (UMR CNRS xxxx) Constitution d’une bibliographie commentée sur (…)

De 2005 à 2007 Secrétaire pédagogique au département d’anthropologie de l’Université de X

Mai-juin 2004 Passation d’un questionnaire pour le XXX,  laboratoire CNRS (UMR xxxx)

Organisation et coordination du énième, et du énième, séminaire de (mettons paléo-anthropologie)  du domaine xxx : Musée de XXXX.

Depuis mai 2003 : accueil des intervenants lors des journées d’études et des colloques (cafés, photocopies, disposition et rangement des chaises, réservation de la salle).

2003-2009 : rédaction d’articles pour des revues à comité de lecture scientifiques internationales classées A+++ (et signés par d’autres).

Depuis juin 2001: corrections d’épreuves (thèse, manuscrit), indexation, mise à jour du site internet de son laboratoire (activités réalisées la nuit et le week-end). Classements et rangements d’archives pour des laboratoires de recherche.

Directeur du Département de français de la Faculté des lettres de l’Université de X.

Conseiller du Ministre, au cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’élevage, des forêts, des pêches et de l’environnement de la République de X.

Coopération : poste de chercheur, lab. d’Économie et de développement agricole, Centre de recherches phœnicicoles de X. Projet de développement de l’agriculture de la région de X. Établissement de Références technico-économiques sur les exploitations agricoles de la région.

Consulting

2007 Audit pour la création d’un centre de loisir écocitoyen, financé par la Caisse des

Allocations Familiales, les Foyers Ruraux du Département X et le Ministère de l’Environnement

2005 Expert International pour Onusida X : réalisation d’un protocole d’étude sur le travail du sexe et la prévention du VIH/Sida en X.

2002-2003: consultante en ethnologie: conception et animation d’une session de préparation à la retraite d’agents E.D.F.

2002-2003: consultante en ethnologie: conception et rédaction d’une problématique et d’une proposition d’étude ethnologique sur l’implantation de Danone en Russie.

Melle Précaire (qui ne crache pas dans la soupe, ce n’est pas d’elle) a tout de même tiré quelque bénéfice symbolique à sa participation aux activités de l’Université.

2007, 2008, 2009 (et de nombreuses autres années): membre du jury du diplôme d’État d’Assistant de Service Social.

Melle Obscure Précaire a également une expérience approfondie du soutien scolaire, toutes disciplines et tous niveaux.

Traductions

Mlle Précaire a une expérience de traduction d’articles scientifiques, mais aussi de piges pour magazines féminins, adaptation de documentaires télévisuels, droit des affaires pour un grand cabinet d’avocats d’affaires international, etc.

Diplômes de Validation de l’expérience

Mlle Obscure Précaire a su valoriser ses expériences professionnelles: suite à une procédure de VAE, elle est désormais officiellement habilitée à changer les couches en école maternelle.

Grâce à son dévouement, la direction de l’école a ainsi pu faire l’économie d’un professeur des écoles, dans une logique bien comprise d’efficience dans un contexte de rationalisation budgétaire permettant de maintenir un haut niveau de compétitivité dans ce secteur très concurrentiel.

Mlle Précaire, bien que ne consommant pas de café elle-même, est devenue experte dans sa préparation. Elle sait également organiser, présenter et ré-alimenter les buffets (de 10 à 100 personnes). Bien sûr elle range, nettoie et fait la vaisselle, ne laissant aucune trace de son passage.

N’hésitez pas à faire appel à ses services, ses tarifs défient toute concurrence (et pour cause, c’est du bénévolat).

A force d’être convoquée aux entretiens mensuels du Pôle Emploi, Mlle Précaire pourrait elle- même devenir conseiller ANPE/ASSEDIC. Elle y songe d’ailleurs étant donné que le secteur est en plein boom !

Stages

2009 : Stage de 9 mois à l’ONU (non rémunéré)

2008 : Stage de 5 mois au Ministère des Affaires Etrangères (non rémunéré)

2007 : Stage au Centre de recherche franco-allemand (184,50€ par mois)

En réalité et quoi qu’on en dise, Mlle Précaire adore les « stages photocopie », en raison de l’accès privilégié qu’ils donnent à la photocopieuse, pour copier les quelques quintaux d’articles qu’elle doit lire pour sa thèse. Elle maîtrise à la perfection la fonction « réduction » pour caser deux pages A4 sur une seule (avec une loupe de lecture en vente libre en pharmacie, c’est très confortable), la fonction recto-verso, elle sait changer le toner (et même faire une heure et demie de métro pour aller l’acheter elle-même à l’autre bout de W., afin de pouvoir distribuer un peu de lecture à ses étudiants dont la bibliothèque est si déficiente), et a un Master-Pro « bourrage papier », mention « très bien ».

Formation et Diplômes d’Obscure Précaire

Habilitation à diriger des Recherches en cours de préparation: « L’Art et la Manière de briser les vocations les plus tenaces avant que ses étudiants ne commettent un irréparable hara-kiri socio-économique en s’inscrivant en thèse de doctorat », Université de La Dèche est dans le Pré, soutenance prévue en octobre 2010.

(…).


[1] http://leprixcloclo.blogspot.com/

[2] « Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant «monter en généralité», Mediapart, 25  février 2009 Par Jean-François Bayart, http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/250209/le-mouvement-des-chercheurs-et-universitaires-d

[3] Beaud Stéphane & Pialoux Michel, « Emeutes urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses », Paris, Fayard, 2003.

[4] Pour apporter un complément de regard à la séance « précarité », je pense que le mouvement de l’an dernier a mobilisé de nombreux précaires, mais qu’ils n’y étaient pas tellement visibles parce qu’ils n’y étaient pas en tant que précaires, mais en tant que professionnels de l’ESR, « collègues parmi d’autres » comme en temps ordinaire, et à ce titre de citoyens soucieux de l’intérêt général, se considérant peut-être comme citoyens particulièrement informés et sensibilisés aux enjeux de cette réforme-là. Ce serait peut-être un point à travailler quant aux accusations de « corporatisme » qui ont été portées contre le mouvement. Rendre plus visible la présence des précaires relève peut-être bien de l’intérêt de tous.

[5] « Cher(e) Collègue,

Je me permets de vous contacter pour vous informer que l’IAE Gustave Eiffel de Paris 12 ouvre un

M2 « Développement et Management des Universités » en septembre 2009.

Ce master vise à former des cadres de haut niveau capables d’accompagner les transformations profondes que connaît actuellement le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche (renforcement de l’autonomie des universités, réformes menées pour accroître la qualité des formations du supérieur et de la recherche scientifique, internationalisation de la concurrence…). Il s’agit notamment de répondre aux nouveaux besoins des universités en compétences managériales suite à la mise en place de la loi L.R.U..

Si vous jugez que cette formation est susceptible d’intéresser les étudiants qui terminent leur M1 au sein de votre UFR,  merci de les informer de l’existence de ce nouveau diplôme. A cet effet, vous trouverez ci-joint la brochure de présentation de la formation ainsi que la liste de ses enseignements et intervenants.

Je me tiens à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire et ou pour tout échange de points de vue sur ce nouveau diplôme.

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ce projet, je vous prie de croire,

Cher(e) Collègue, à l’expression de mes sincères salutations. »

[6] « Paris, le 21 avril 2009

Communiqué de presse

Ouverture des candidatures pour le prix Claude Lévi-Strauss

Les candidatures pour la première édition du Prix Claude Lévi-Strauss sont ouvertes depuis le lundi 20 avril. Les candidats peuvent déposer leur dossier sur le site de l’Académie des Sciences morales et politiques (www.prix-cls.fr), qui assure l’organisation du Prix, jusqu’au 29 juin prochain.

Le prix Claude Lévi-Strauss, créé par Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à l’occasion du centenaire de l’anthropologue, distinguera cette année pour la première fois le meilleur chercheur en sciences humaines et sociales en activité travaillant en France, qu’il soit ou non de nationalité française.

Le lauréat sera désigné par un jury indépendant de neuf personnalités scientifiques membres, cinq français dont quatre académiciens, et quatre chercheurs étrangers. Ce jury a été composé sous la responsabilité de l’Académie des Sciences morales et politiques. La Présidence de ce Jury nommé pour trois ans sera assurée par Raymond Boudon. Le lauréat du Prix Claude Lévi-Strauss recevra son prix, d’un montant de 100 000 euros, des mains de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche le 29 juin prochain.

Ce prix  qui sera remis chaque année, vise à soutenir l’excellence de la recherche française en sciences humaines et sociales, et de la doter d’un instrument de reconnaissance. Il s’inscrit dans le cadre d’une politique globale de valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales, avec notamment la création d’un Campus à Condorcet qui constituera l’un des premiers pôles européens d’enseignement et de recherche en sciences humaines et sociales.

Contact Presse : Service Communication et Presse de Valérie Pécresse – 01.55.55.85.30 »

[7] « Bonsoir à tou-te-s,

Pour faire le lien avec un certain nombre des messages qui précèdent : et si on organisait la candidature collective  du meilleur anthropologue précaire de France et de Navarre pour le prix Lévi-Strauss, le célèbre X (si si, vous savez, ce diplômé des universités de… – tous nos diplômes, le fameux auteur de… (toutes nos publications), celui qui a enseigné à… (toutes nos fonctions d’enseignement) et soutenu une si belle thèse sur… (toutes nos thèses), et que vous avez certainement rencontré à… (tous nos colloques), et qui travaille actuellement sur… (tous nos projets), etc ?!

Il se passerait quoi? »

[8] Voir annexe.

[9] On pourrait aussi parler de la puissance publique (au sens premier du terme: les forces de l’ordre mobilisées pour la remise officielle du prix, par exemple!) mise au service de la  défense de l’idéologie du meilleur… c’est à la fois hors sujet, et au cœur du sujet. Un beau gâchis financier, soit dit en passant, quand on sait que l’armée de l’ombre d’Obscure ce jour-là n’était pas spécialement constituée de dangereux boutefeux extrémistes et n’avait que des intentions très pacifiques (on n’allait  certes pas poser une bombe sous la Coupole…)

[10] à mettre en rapport avec le nombre d’heures complémentaires, trois millions soit 15 000 postes, selon Sud-Education.

[11] http://multitudes.samizdat.net/Vers-un-statut-d-intermittent-de

[12] http://multitudes.samizdat.net/L-intermittent-de-la-recherche-un