Christian Jouhaud_La prime d’excellence scientifique

Je vais faire le point sur la question de la prime d’excellence scientifique (PES) en ma qualité d’élu au CS de l’Ecole. Tout d’abord on a eu à émettre un avis sur la procédure elle-même. Cette procédure est liée d’une part à la transformation de la prime d’encadrement doctoral en prime d’excellence scientifique, et en gros la présidence de l’Ecole a tenté d’amortir le choc. Ça c’est un point secondaire. On a eu connaissance de la liste finale de ceux qui l’avaient obtenue. Je trouve que la PES est un sujet intéressant parce qu’il met désormais le milieu, nous-mêmes, notre institution, en face de ses responsabilités, en quelque sorte. Il vient nous intimer la demande d’avoir à réfléchir à nos pratiques sociales à l’égard de l’évaluation de notre excellence et des rapports avec les collègues.

Je pense qu’autour de cette PES il existe une certaine dissension, y compris dans les conseils, peut-être y compris dans cet amphithéâtre, je ne sais pas. Je fais partie de ceux qui trouvent p.e. que la position du Snes-sup sur ce sujet n’est pas une bonne position, à savoir l’encouragement fait à tout le monde de la demander. D’une part parce qu’on sait bien que tout le monde ne la demandera pas, et d’autre part parce que ça ne prend pas en compte la dimension essentielle je crois de cette affaire qui est que quand on propose un bel os à un certain nombre de gens qui voudraient bien pouvoir mettre leurs dents dessus, et que dans le contrat il y a évidemment l’idée qu’il n’y en n’aura pas pour tout le monde[1], le fait d’en faire la demande dans ces conditions, c’est prendre position par rapport à l’os en question. Je pense que c’est assez grave de passer de la notion d’encadrement doctoral, même si cette prime était discutable. Malgré tout, en principe elle était censée reconnaître un type d’engagement particulier dans un type d’activité d’encadrement, alors que là, la notion d’excellence parle d’elle-même. Et, p.e. le fait que cette prime d’excellence soit automatiquement attribuée aux membres de l’Institut Universitaire de France signe bien la manière dont cette prime est considérée par ceux qui en ont organisé la promotion[2]. J’ai eu une sorte de saisissement lorsque j’ai découvert qu’un grand nombre de collègues de l’Ecole en avait fait la demande et que visiblement la définition de cet objet-là ne posait pas trop de problèmes à un certain nombre d’entre nous. Je dois dire que je me suis senti un peu isolé quand, pour ma part, j’ai pris la position qu’il fallait boycotter cette demande et que, p.e., puisque les compétences élargies auxquelles nous n’échapperons pas[3] nous permettrons d’agir sur ce plan là, eh bien ma foi que l’on pourrait transformer les montants alloués à cette prime d’excellence en autre chose. Mais je sais que cela n’est pas une position qui fait consensus et que peut-être qu’une discussion entre nous est nécessaire sur ce sujet.


[1] A ce sujet on pourra (re)lire l’article d’Henri Audier, éloquemment intitulé : « 20% de bons, 80% de cons » à cette adresse : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2983

[2] Note du transcripteur : La différence de qualification entre les deux primes que souligne à juste titre C . Jouhaud, n’est pas que de formulation. Il signale bien le passage d’une logique d’activité à une perspective de rente. Dans le premier cas, est reconnu un travail, dans le second une valeur censée être individuelle. La première est un travail accompli par une personne dans le cadre d’un collectif de travail, et reposant sur les ressources offertes par celui-ci, la seconde sanctionne une qualité intrinsèque qui distingue le bénéficiaire de la masse de ses collègues. Il crée une pseudo-hiérarchie entre les fameux « 20% de bons » arbitrairement définis et les… autres. En outre, le fait que la PES est présentée comme le remplacement d’une prime existante, banalise le processus, en dépit de conditions d’attribution signifiant symboliquement tout autre chose, « l’homme nouveau du libéralisme », en quelque sorte, dont l’argent est la marque et la rétribution de sa différence et valeur ajoutée. Le changement d’un sigle au profit d’un autre empêche de questionner la dimension politique de ce geste et d’en évaluer le poids idéologique. Envisagé strictement dans les termes de l’obtention d’un avantage matériel, il permet de faire l’économie de penser à quoi l’on s’engage en s’inscrivant dans sa logique. On a peut-être là un condensé remarquable de l’efficace d’un système politique, saisi dans sa déclinaison instrumentale, sur les comportements individuels et collectifs.

[3] Et, de fait, dès le lendemain de ce séminaire, on apprenait que l’Ecole avait donné un avis favorable à la demande de passage aux responsabilités et compétences élargies (14 voix pour, 6 abstentions).