Philippe Büttgen

Pour lancer notre discussion aujourd’hui, il me semble important de réfléchir à la singularité du moment où nous nous trouvons, c’est à dire trois jours après le dépôt des candidatures Labex. Pour résumer mon propos, je dirai que le grand emprunt est en train de traverser une série de trous d’air qu’il pourrait être intéressant d’observer. Certains de ces trous d’air s’expliquent par la structure même des « investissements d’avenir », ainsi qu’on les appelle, dans l’enseignement supérieur et la recherche. Les autres sont dus à des aléas de calendrier. Cette rencontre de la structure et du calendrier produit des effets dans lesquels se concentrent, me semble-t-il, les questions de l’heure. Je vais donc distinguer trois trous d’air : le trou d’air du budget, le trou d’air de l’« initiative d’excellence » (Idex), et le trou d’air du remaniement.

Le trou d’air du budget

Nous savions tous que le remboursement du grand emprunt prenait effet dès l’année 2010 et qu’il s’effectuerait au détriment des dotations courantes des établissements et des laboratoires. Les documents diffusés dès l’automne dernier par la présidence de la république étaient parfaitement clairs sur ce point. Le texte est connu, c’est celui qui s’intitule : « priorités financées par l’emprunt national ». Je le cite pour mémoire : « L’emprunt s’articule pleinement avec notre stratégie de réduire le déficit structurel dès que la croissance le permettra. Les intérêts de l’emprunt seront compensés par une réduction des dépenses courantes dès 2010 et une politique de réduction des dépenses de l’État sera immédiatement engagée » (14 décembre 2009). Pour qu’un tel texte soit effectivement lu, après l’effet de sidération provoqué cet été par les appels à projets, il fallait deux choses : que le dépôt des candidatures ait eu lieu, et que les premières discussions budgétaires commencent dans les conseils centraux d’établissements ou dans les conseils de laboratoire. Nous y sommes.

Le trou d’air est un trou dans le budget. – 10 à 15% par exemple dans les dotations de base de l’Institut des SHS du Cnrs et quasiment plus aucun crédit d’intervention. Mais c’est encore pire ailleurs : – 30% en mathématiques, p.e. Mais le trou d’air s’empare désormais des esprits des collègues les moins ou, si l’on préfère, les plus mobilisés pour la réussite de leur Labex. Les Labex seront cofinancés par les perdants des Labex. C’est d’abord par ce partage universel des pertes que les investissements d’avenir s’apparentent à une loterie. 100% des perdants aussi ont tenté leur chance et, eux aussi, vont payer. A nous donc de prolonger l’argument jusqu’au constat que le grand emprunt est exactement le contraire d’un investissement, bien plutôt une restructuration. Le calendrier encore incertain – j’y reviendrai – de l’évaluation des projets d’excellence, est donc aujourd’hui en passe d’être recouvert par le calendrier strict des discussions budgétaires. Ce trou d’air va durer au minimum trois mois. Il est en effet douteux que le ministère de la recherche tienne le calendrier officiel d’une évaluation des candidatures Labex pour le début de l’année 2011. Les dotations en crédit de base, maigres, arriveront, on le sait, en février. Cela fait donc trois mois à compter d’aujourd’hui.

Le trou d’air des initiatives d’excellence

La situation est ici plus complexe. Un rappel de calendrier d’abord. L’appel à projets Labex s’est clos le 22 novembre 2010. Les candidatures à l’appel à projets Idex, qui devait être originellement rassemblé le 17 décembre 2010, court désormais jusqu’au 4 janvier 2011, vieille technique, celle du « merci patron » pour le nouveau deadline, qui a fait merveille pour les Labex, comme elle fait merveille dans toute bureaucratie. Dans ce laps de temps, compris entre le 24 novembre et le 4 janvier, nous observons plusieurs choses. Nous observons en premier lieu un changement d’acteurs. Les candidatures Labex ont été une sorte de jeu d’enfants, acharnés à se disputer, non pas autour de leurs jouets, mais autour de leurs listes au Père Noël. Si l’on peut se réjouir d’un certain fonctionnement collaboratif, ici ou là, dans l’élaboration des projets de Labex, on peut aussi tourner ses regards ailleurs, hors SHS, vers Orsay, p.e., et vers la lutte qui a permis d’éviter l’éclatement du laboratoire de physique des solides et plus remarquablement encore, la RTRA, triangle de la physique, dans un projet de Labex qui faisait son marché entre des équipes jugées plus ou moins performantes. On forcerait à peine le trait en affirmant que cette séquence Labex a permis le déploiement d’une véritable stratégie bottom-up, à la mode du ministère. Constat attristant. Mais ne perdons pas notre temps ici à essayer d’identifier des acteurs de terrain. Le fait le plus marquant est que ceux-ci sont de toute façon hors jeu depuis le 22 novembre. L’élaboration des projets d’initiative d’excellence marque en effet un complet changement d’acteurs. Depuis la fin octobre, les Idex sont méditées à l’intérieur des gouvernances d’établissements et surtout entre elles. De ce point de vue la fabrication de l’Idex du PRES HESAM, qui rassemble la plupart d’entre nous ce soir, est très instructive. Elle s’apparente à la fabrication de nouvelles hiérarchies entre gouvernances, qui se traduit, en l’occurrence, par la montée en puissance du Cnam, et par l’absorption consécutive des humanités et des sciences sociales par les sciences de gestion. A ce sujet, je pourrai éventuellement proposer un retour d’expérience depuis mon établissement, l’EPHE. Tout ce qui se passe relève sans doute de ce que tous les documents ministériels relatifs à l’Idex appellent avec beaucoup d’insistance : « la nécessité d’un niveau d’intégration élevé » entre établissements. Intégration, traduisez : hiérarchie. Selon une technique éprouvée, le terme intégration est complété quelques lignes plus bas par son euphémisme : coopération, qui entre alors à son service, « un fort niveau  de coopération et d’intégration entre écoles et universités », etc.

En attendant, le fait est que les acteurs des Labex sont livrés à eux-mêmes. Nous ne sommes plus aujourd’hui dans la situation où chacun écrivait son bout de Labex et envoyait sa bibliographie au chef intermédiaire. A présent, ce sont les grands chefs qui confèrent et la participation des personnels se limite à la désignation, par les chefs, de ceux que le comité de suivi de l’Idex HESAM appelle élégamment les « plumes » de l’Idex.  Cette nouvelle solitude des chercheurs et des enseignants-chercheurs révèle quelque chose du fonctionnement des investissements d’avenir.

C’est le deuxième aspect que je voudrais traiter dans ce trou d’air de l’Idex, l’articulation entre laboratoire d’excellence et initiative d’excellence, comme symptôme du grand emprunt et comme problème du moment présent. Ici je distinguerai trois rubriques : la philologie des Idex, leur ontologie et leur psychologie.

La philologie des Idex, premier point, renvoie à un curieux phénomène textuel. On connaît les chiffres : dotation Labex = 1 milliard d’euros, dotation Idex = 7,7 milliards. Voici à présent le texte. C’est le document d’appel à projets Labex, que vous trouvez sur le site de l’ANR, et qui répète pas moins de trois fois la formule suivante, en une dizaine de lignes :

« Cet appel (Labex) sera articulé avec l’appel à projets initiative d’excellence et concerne tous les projets de laboratoires d’excellence, que ceux-ci soient présentés en-dehors de l’appel à projets initiative d’excellence, ou qu’ils soient intégrés à des candidatures à ce dernier appel. Les processus et critères de sélection pour ces deux types de candidature de laboratoires d’excellence sont en effet identiques. Toutefois, les financements ne sont pas cumulables. En cas de succès consécutif à l’appel à projets initiative d’excellence, les financements obtenus dans le cadre du présent appel à projets laboratoires d’excellence, seront imputés sur l’action initiative d’excellence. Les laboratoires d’excellence situés hors initiative d’excellence seront eux financés directement par l’action laboratoires d’excellence ».

En d’autres termes, et en trois conditions, si, premièrement, votre Labex est présenté par un PRES ou une université fusionnée,  et qu’il est en second lieu sélectionné par François Fillon, puisque c’est lui qui décide, si, troisièmement, votre PRES ou université fusionnée est à son tour sélectionné au titre des initiatives d’excellence, alors le Labex sera abondé sur la dotation initiative d’excellence de votre entité. Cela semble assez simple à entendre. Alors pourquoi faut-il y insister tellement ? Alors je laisse ici de côté une rubrique supplémentaire qui, après celle de la philologie, serait celle de l’économie. Nous n’avons pas, syndicalement, encore fait tourner les calculatrices pour vérifier si le dispositif qui vient d’être décrit dans ce texte ne revient pas à réaliser des économies d’échelle. Après tout, c’est ce qui se passe avec le plan campus, dont l’Idex, personne ne s’en cache, doit permettre le financement, qui est resté jusqu’ici lacunaire. En ramenant cela à l’échelle d’un établissement comme l’EHESS ou l’EPHE, il faudrait voir la part prise par un Labex sur les 40 millions environ de crédits d’intervention escomptés au titre de l’Idex. Je dis « un » Labex, volontairement, car aux toutes dernières nouvelles il n’y en aurait qu’un seul pour nos deux établissements.

J’en viens à l’ontologie. Les précisions que nous avons lues dans ce document d’appel à projets ont une répercussion qui préoccupe beaucoup les gouvernances depuis quelques semaines. Les projets « Idex » doivent intégrer les projets « Labex », voire être bâtis à partir d’eux, comme on l’entend dire. C’est la rhétorique des briques de base, qu’on a beaucoup entendue naguère au sujet des UMR. Autrement dit, ici, une candidature se nourrit d’une candidature, un projet se nourrit d’un projet, et une virtualité d’une virtualité. Cette ontologie des Labex-Idex, est une ontologie du virtuel potentialisé, virtuel au carré, au double sens où une entité, le Labex, doit potentialiser ou renforcer l’autre, l’Idex, mais où aussi les deux entités restent, l’une autant que l’autre, en puissance seulement. Cette ontologie là a des causes et des effets très concrets. Au titre des causes, le problème de l’articulation Labex-Idex se pose d’une manière d’autant plus aiguë que le calendrier prévu sur ce point par le document d’appel à projets perd chaque jour un peu plus de sa vraisemblance. Il est en effet de moins en moins probable que l’expertise des Idex s’appuie, dès le mois de mars, sur des décisions finalisées en matière de Labex, ou même sur une évaluation achevée des projets de Labex. Il se peut que l’incertitude, très délibérément entretenue, dès l’appel d’offre Labex – il faut regarder la lettre du texte. L’incertitude est vraiment entretenue sur l’identité des jurys et sur les experts. Mais c’est voulu et très bien expliqué dans le texte pourquoi il en est ainsi -, que cette incertitude en vienne en fin de compte à miner de l’intérieur l’architecture du grand emprunt. Il faudra en effet du temps pour nommer tous ces gens, et à supposer qu’il s’agisse réellement d’internationaux, comme on le dit, il faudra bien se résigner à leur laisser un peu plus de temps pour évaluer qu’à un vulgaire directeur de laboratoire autochtone pour rédiger son projet de Labex. Mais d’autres hypothèses sont encore possibles. L’une d’entre elles tient à ce que, au sujet des Labex, le ministère n’a pas encore tranché entre deux doctrines. Il y a ici très nettement une sédimentation d’ancienne et de nouvelle doctrine. Dans un premier temps, c’est à dire avant que l’appel d’offres Idex ne mette au point son modèle d’ontologie du virtuel potentialisé, qui est sa nouvelle doctrine, dans un premier temps, les Labex ont été pensés comme des lots de consolation. Des cadeaux, autrement dit, destinés aux universités et aux établissements qui n’avaient pas été bénéficiaires du plan campus. Ce point a une particulière incidence en SHS. Les deux candidatures de Labex les plus suivies par le secteur SHS de la direction de la recherche du ministère concernent des établissements non retenus par le plan campus et qui, vraisemblablement ne seront pas davantage retenues au titre des initiatives d’excellence, question de masse critique. Au choc des structures et des calendriers, dont on vient de voir ici un nouvel aspect, s’ajoute ici très clairement le choc des intérêts personnels tel qu’une sociologie de terrain parmi les acteurs ministériels permet d’observer. Je m’en tiens là pour les causes.

Ce que ces causes décrivent ouvre, comme tout à l’heure avec le trou d’air du budget, une séquence neuve de réponse à la politique gouvernementale. Après tout, le processus des initiatives d’excellence est censé officiellement courir jusqu’au 31 décembre 2011 et durera sans doute plus d’un an.

Je finirai sur ce point en décrivant cette fois un effet du trou d’air de l’Idex qui ressortit à la psychologie de l’Idex que j’annonçais tout à l’heure. Depuis une semaine environ on entend beaucoup dire que la réussite à la loterie Labex n’a au fond pas beaucoup d’importance, étant donné que les projets de Labex seront les briques de base des projets Idex. Autrement dit, il suffira de gagner à la loterie Idex. Ce trait est typique de la psychologie de joueur qu’on entend nous inculquer, celle qui mise tout sur la réussite au coup prochain. Plus on perd, plus on gagne. Le dispositif financier de l’opération Idex, qui est beaucoup plus dotée, on l’a vu, huit fois plus, que l’opération Labex, donne en outre du crédit à cette névrose. Pour le coup, je serai moins optimiste que je ne l’ai été jusqu’ici. Il se peut en effet que la désillusion Labex, un dépit de la perte prochaine, relayée par l’illusion Idex, nouvel espoir du nouveau gain, il se peut que tout cela conduise à resserrer les rangs autour des gouvernances d’établissement. Le scénario serait alors exactement celui qu’appelle de ses vœux l’appel à projets Idex, lorsqu’il invoque la nécessité « d’atteindre un degré d’autonomie et une gouvernance équilibrée sous le contrôle d’un conseil d’administration resserré largement ouvert à des représentants extérieurs » (loi LRU).

Le trou d’air du remaniement

Je serai beaucoup plus bref pour finir car le constat à faire est ici laconique : Valérie Pécresse a rempli sa mission. Sa tâche est achevée. Cela s’entend en deux sens, inégalement réjouissants. Premier sens : le grand emprunt est le point d’orgue de la loi LRU, son achèvement. Il suffit de lire le document publicitaire de la rue Descartes pour les initiatives d’excellence : « elles joueront un rôle moteur dans la transformation et la modernisation de notre paysage éducatif et scientifique en ouvrant la voie notamment à des partenariats toujours plus étroits entre les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ». On ne saurait pas être plus clair, du moins en intention. Il y a cependant une deuxième manière de comprendre l’énoncé qui dit que Valérie Pécresse a rempli sa mission et qu’il n’y a en vérité plus grand monde rue Descartes. C’est là aussi une intention, celle que la ministre a manifesté tout au long de l’interminable trou d’air qu’a représenté depuis la fin juin la séquence dite du remaniement. Dans la nouvelle terminologie gouvernementale, Valérie Pécresse est un cadre à haut potentiel. C’est du reste exactement la même terminologie qui est utilisée dans les projets de Labex. Un cadre à haut potentiel est quelqu’un qui remplit sa mission avant l’expiration du délai imparti et qui peut donc rejoindre des sphères plus hautes, celles en l’occurrence du ministère de la justice qui était le but visé dans l’histoire. On comprend donc que la séquence du remaniement ait signifié pour Valérie Pécresse une séquence de bilan et une séquence d’adieux. Cette séquence a commencé sur le communiqué de victoire sur mai 68 liquidé et sur l’université reconstruite, ce qui au passage fait surtout de la peine pour Edgar Faure, qui est la principale victime posthume de la loi LRU. Mais cela a continué par quelque chose de plus intéressant pour nous. Le grand emprunt ne vient évidemment pas de Valérie Pécresse. Mais le moment où elle se l’est véritablement approprié, c’est à dire le moment où elle l’a inscrit dans ses objectifs de carrière, est celui où elle a couplé le grand emprunt avec l’enquête que le ministère a commandité sur tout autre chose, à savoir : l’insertion professionnelle des étudiants. La publication dans un Figaro Magazine du mois d’octobre 2010 du classement des performances des universités et des disciplines en matière d’employabilité est le second événement de cet automne. Or le storytelling ministériel a strictement corrélé cet événement, l’insertion professionnelle, avec l’événement du grand emprunt. En vérité, ce texte mériterait une séance à part parce qu’il parvient même à être plus immédiatement comique que l’appel à projets des Idex. Mais il présente un autre intérêt. Il rode en effet un argumentaire que la ministre a entre temps affiné. On y lit – regardez l’enquête ministérielle, regardez l’article qui la commente dans le Figaro Magazine – un éloge des petites universités censées être expertes de l’insertion professionnelle, relais efficace de leur bassin d’emploi. Pau et La Rochelle sont explicitement signalées par la ministre. Quelques semaines plus tard, le ministère lançait le sigle des PUP ou Pôles Universitaires de Proximité. Ces PUP sont le strict pendant des cinq à dix initiatives d’excellence que désigne la documentation officielle. La passion des bilans, provoquée par le trou d’air du remaniement, a forcé cette symétrie qui était jusqu’ici restée tacite et qui lorsqu’elle était invoquée, il y a un an ou deux, contre la loi LRU, était immédiatement versée sur le compte des procès d’intention. Je n’entre pas ici dans le fond du débat. Mon point est que le grand emprunt et les aléas du calendrier gouvernemental ont opéré une clarification comme il n’y en a jamais eue depuis 2007 dans l’enseignement supérieur et la recherche. Il y aura des grands pôles et il y aura des universités de proximité, comme il y a des commerces de proximité.

La ministre a rempli sa mission, mais elle est toujours là. Du reste, les visites au ministère ces temps-ci font mesurer le drame d’une carrière stoppée : celle de la ministre. Mais quand NOUS disons que nous sommes toujours là, le sens peut être tout autre.