Christian Topalov_Présentation PDS3_091210

Le thème de cette séance est le nouveau management public des institutions psychiatriques. Je remercie beaucoup, en notre nom à tous, nos orateurs du jour : Loriane Brunessaux, Mathieu Belhasen et Richard Rechtman, qui parleront dans cet ordre et que je vais présenter très brièvement. Ils ont pour point commun d’être psychiatres. Trois psychiatres qui sont engagés dans des pratiques dont ils vont nous parler. Je voudrais les présenter dans les termes mêmes où ils ont souhaité figurer dans notre programme, c’est à dire en référence à certains de leurs engagements.

Loriane et Mathieu sont membres d’une association, appelée Utopsy[1] et qui propose un séminaire ouvert à tous, à l’origine créé par des internes, de façon à offrir un espace d’échanges sur les pratiques cliniques, le transfert, la place de la folie dans les institutions de soins. Ils sont aussi engagés dans l’appel des 39 contre la nuit sécuritaire[2]. Le 2 décembre 2008, le président de la République, dans une enceinte psychiatrique hospitalière des Hauts de Seine (92) à l’occasion d’un crime commis dans un hôpital du département, a décliné le programme d’une psychiatrie répressive qui a déclenché dans le monde des soignants, dans sa diversité, une réaction très forte qui a pris la forme de l’Appel des 39. Celui-ci était d’abord un appel à signer une pétition, pétition qui à ce jour a réuni plus de 29 000 signatures. Depuis, l’appel des 39 a organisé une série de rencontres qui a amplifié une bataille qui se menait au parlement puisque, par ailleurs la loi funeste qui devait sortir du programme Sarkozy était en discussion tout récemment encore à l’Assemblée et au sénat.

Richard, quant à lui, a deux casquettes : il est anthropologue à l’EHESS, anthropologue des subjectivités et de la psychiatrie contemporaine et puis, d’autre part, psychiatre des hôpitaux, et praticien au centre Philippe Paumelle qui appartient à l’association de santé mentale dans le XIII° arrondissement de Paris. C’est une institution importante dans l’histoire de la psychiatrie française « humaine », fondée en 1958 par Paumelle, Lebovici et Diatkine et où on continue de travailler dans cette perspective. C’est aussi dans cette institution que s’est élaborée la politique de secteur qui s’est imposée ensuite à l’ensemble du domaine. Il est en outre rédacteur en chef de l’Évolution psychiatrique, une grande revue de la discipline.

Je ne voudrais pas garder trop longtemps la parole mais je souhaiterais quand même justifier en quelques mots les raisons pour lesquelles nous avons cette séance aujourd’hui. La raison principale est que la folie nous concerne tous, à divers titres. Elle concerne chacun d’entre nous, individuellement, et puis elle nous concerne tous en tant que citoyens. On peut dire, je crois sans risque de se tromper, qu’une société se juge aussi à la façon dont elle traite ses fous. C’est la raison pour laquelle la folie et son traitement sont une question éminemment politique. Le thème de ce soir nous concerne aussi, universitaires et chercheurs, pour une raison. En effet, les psychiatres et les soignants qui veulent laisser parler les fous, comme les chercheurs et les universitaires qui veulent laisser travailler la science, ont au moins quelque chose de commun, c’est qu’ils ont les mêmes « ennemis », si vous me passez ce vocabulaire un peu militaire. C’est quand même une coïncidence intéressante à relever que l’appel des 39 soit né à la suite d’un discours du président de la République  d’une violence extrême et que le mouvement universitaire de 2009 ait été déclenché, à titre de cause efficiente, par un discours de même nature dont vous vous souvenez[3], bien entendu, et auquel l’ancienne présidente de l’EHESS a assisté sans mot dire. Si on écarte les voiles de la scène politique, qui compte évidemment mais jusqu’à un certain point seulement, on découvre vite – et c’est vraiment l’objet de notre discussion aujourd’hui – qu’autre chose que la politique existe qui prétend transformer nos pratiques, qu’il y a un mouvement plus large, plus puissant, plus ancré aussi dans nos professions respectives, qui veut imposer d’autres façons de faire qui, je crois, pour la plupart d’entre nous, paraissent inadmissibles. Au fond, je crois que ce que l’université connaît depuis 2007, l’hôpital, et la psychiatrie en particulier, l’ont connu bien avant. Nous découvrons, à nos dépens, à quel point nous nous retrouvons dans le même bateau. C’est cette communauté de situation qui rend pertinent que nous agissions ensemble et aussi que nous réfléchissions ensemble, ce qui est le but de ce séminaire.

Je voudrais seulement indiquer deux thèmes sur lesquels je pense que la discussion pourra, entre autres, porter. L’imposition de ces formes de management à nos domaines d’activités respectives se fait dans la violence, dans l’imposition, mais pas seulement. Elle implique qu’un certain nombre d’entre nous, parmi les soignants, parmi les chercheurs, marchent dans la combine. Et éventuellement, contribuent à la promouvoir. C’est une immense question dont je pense que nous aurons à parler tout à l’heure. Deuxième point de rencontre : il y a peut-être quelque chose comme une syntonie, un accord entre une certaine façon de nous imposer la direction managériale de nos institutions et certaines pratiques, qui sont des pratiques de recherche ou des pratiques de soins. Il y a un rapport entre les deux. En d’autres termes, le nouveau management public n’est pas innocent, du point de vue même des contenus de nos pratiques.

C’est un peu la demande que j’ai faite à nos trois orateurs que de nous parler de ça : comment est-ce que ça change la façon de faire les soins ? Et je crois que c’est une question qui se pose aussi aux scientifiques : comment est-ce que ça change notre façon de faire de la science et de faire de l’enseignement ? Sans vouloir trop anticiper, je conclurai cette présentation en disant que l’on rencontrera peut-être, au coin du bois, quelque chose de commun que l’on pourrait appeler les sciences cognitives.


[1] http://utopsy.over-blog.fr/

[2] http://www.collectifpsychiatrie.fr/

[3] http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/02/12/des-chercheurs-mecontents-du-manque-de-consideration-de-m-sarkozy_1154673_823448.html