2. Rigas Arvanitis « La « nouvelle production du savoir » dans les pays non-hégémoniques » PDS8 100311

Merci de cette invitation qui nous donne l’occasion de présenter un certain nombre de réflexions à partir de travaux empiriques que l’on mène en ce moment et depuis vingt ans dans une équipe qui était dédiée à l’analyse des communautés scientifiques dans les pays en voie de développement. Cette équipe a démarré en 1984 à l’ORSTOM et est en train de s’effilocher gentiment, comme l’ensemble de l’IRD d’ailleurs.[1]

Communauté scientifique et système de la recherche mondialisé

Contrairement à mon habitude, je ne vais pas commencer par définir ce qu’est une communauté scientifique mais je vais essayer de donner quelques éléments au sujet de ce que l’on est en train d’observer aujourd’hui. Par rapport aux années 80, on constate un grand changement qui tient à la conscience que tout le monde a d’appartenir à un grand système mondial de la recherche. C’est une conscience assez nouvelle. Ce n’est pas qu’elle n’existait pas auparavant, mais les modes de communication et de publication actuels font que les gens qui travaillent dans la recherche se sentent plus directement concernés par la communication avec leurs collègues partout dans le monde. Cette géographie de la recherche est très inégalitaire, très hiérarchisée, avec des centres très forts qui forment beaucoup de gens et qui aussi imposent un certain nombre de thématiques de recherche. Cette hiérarchie passe non seulement entre les pays mais également entre les disciplines. C’est un système que nous avons qualifié, Philippe Losego et moi-même, de « système hégémonique ».[2] On a essayé de s’intéresser à un certain nombre de pays dont on ne dira pas qu’ils sont en voie de développement, parce qu’ils ne le sont pas toujours. On parlera plutôt de pays qui sont « non-hégémoniques » dans le sens où, d’une part, ils ont peu d’influence sur « l’agenda scientifique » au niveau mondial –dans la mesure où les thématiques sur lesquelles travaillent les chercheurs de ces pays sont définies ailleurs– et, d’autre part, ce sont des pays non-hégémoniques dans le sens où ils n’ont pas d’instruments financiers forts qui agissent au niveau mondial. Ils ont des instruments financiers généralement localisés, promus habituellement par les conseils nationaux de la recherche, qui se limitent à une consolidation des équipes nationales, mais qui ne peuvent pas lancer de nouvelles thématiques au niveau mondial ou assez rarement.

Le mythe d’une recherche conduite par des individus

Ce système mondial de la recherche attribue des rôles et ces rôles sont toujours individuels. On ne parle jamais d’équipe, de collectif, ni de laboratoire. On parle de gens, d’individus, d’auteurs. Or, p.e. si je me réfère aux travaux de David Pontille, l’auteur est ou représente toujours un collectif. Dans les analyses de la revue Scientometrics, ou les analyses –basées sur la bibliométrie– de ce système mondial, ce sont toujours des auteurs individuels dont on parle. Ce qui se traduit par un effacement de l’organisation collective locale de la communauté scientifique. Il s’agit malgré tout d’une double question parce que, pour les chercheurs sur place, il est vital d’avoir un milieu dans lequel échanger et, d’autre part, il est également vital d’avoir des conditions satisfaisantes pour réaliser de la recherche.

Les travaux p.e. que Roland Waast[3] a mené en Afrique à la fin des années 90 début des années 2000, montraient bien que les chercheurs africains, au moment où les institutions académiques ont cessé de payer leurs salaires, sont devenus des prototypes du « mode 2 » de production des savoirs, comme disait Gibbons[4], c’est à dire du nouveau « mode de production des savoirs », d’un savoir très appliqué, vendable, commercialisable, d’un savoir de consultant plus que de chercheur. Si bien que c’était en Afrique plutôt qu’en Europe ou aux Etats-Unis que l’on trouvait ce « mode 2 ». Ce n’est pas un paradoxe qui serait le fruit du hasard. C’est un paradoxe qui vient de ce modèle généralisé qui est véhiculé par plusieurs institutions. Il s’agit des agences de financement, dont l’Union européenne, mais pas seulement ; la NSF (National Science Foundation)…, le NIH (National Institutes of Health), p.e., au Moyen-Orient, a créé entièrement les conditions pour réaliser tous les travaux sur la santé publique qui sont finalement complétement inféodés aux thématiques définies à Washington. Certaines agences parviennent à tellement bien définir les thèmes qu’elles captent la quasi-totalité du personnel de recherche des grandes universités. P.e., à l’université libanaise, plus de la moitié des professeurs travaillent comme consultants pour l’ESCWA (Economic Commission for Central and West Asia, organisme des nations unies) ou pour les autres organismes des Nations-Unis, l’UNDP (United Nations Development Programme) ou l’UNEP (United Nations Environment Programme). Ce sont des travaux qui ne retombent jamais dans la recherche. Ce sont des travaux individuels, financés individuellement.[5] On se trouve alors dans une sorte de mécanique dans laquelle l’appel pour la commercialisation du savoir, le besoin de connaissance des institutions et des agences internationales, sont en train de miner complètement la possibilité de création d’équipes locales dans les universités et les centres de recherche publics de plusieurs pays non hégémoniques.

Ce modèle des agences repose sur un mécanisme fort, qui est bien-sûr le financement, mais aussi cette idée que la recherche finalement est faite par des gens brillants. En fait, on revient à une sorte de modèle pré-XIX° siècle du « génie » du chercheur, au lieu d’avoir ce qu’on observe quotidiennement ici, dans ce bâtiment où nous nous trouvons en ce moment, dans le « Triangle de la Connaissance » à Paris, des collectifs dans lesquels des gens se nourrissent d’échanges et participent à des échanges académiques.

La quantification de la reconnaissance de la fonction recherche

Il faut voir aussi que dans la plupart des pays dont je parle ici, que ce soit au Liban, en Tunisie, au Maroc, au Mexique, au Brésil, en Argentine, pour citer des pays qui ont très fortement restructuré leur appareil de recherche dans les cinq dernières années, se pose le problème de la reconnaissance de la fonction recherche. Je travaille au Liban. Pour plusieurs de mes collègues qui s’y trouvent en ce moment, le fait de se soumettre à l’évaluation quantitative de produire six papiers en six ans – ce qui est la norme pour être promu du rang d’associate professor à celui de full professor -, est une norme qu’ils trouvent plutôt bonne. Le fait qu’il y ait des outils d’évaluation quantitative forte qui forcent les gens à publier dans les revues internationales de langue anglaise, est plutôt bien accepté. Y compris par des gens qui sont des dissidents, p.e. dans les relations internationales, comme les sciences politiques, qui regroupent plutôt des chercheurs individuels, et qui m’ont dit dans les dernières interviews que je faisais[6], que cette pression était plutôt positive parce que ça leur permettait d’avoir une réflexion plus exigeante.

Au Mexique, la création des Cuerpos Académicos a eu lieu il y a cinq ans. Des chercheurs ont été responsables de la création de ces corps académiques au sein des universités, dont l’essentiel du travail consiste à structurer des grands laboratoires et équipes et à différencier ceux qui, dans l’université, sont uniquement des enseignants de ceux qui sont des enseignants-chercheurs. La création de ces corps s’est beaucoup appuyée sur un mécanisme quantitatif très dur qui a été d’abord mis en place au moment de la création du système national de recherche (Sistema Nacional de Investigadores).[7] Le SNI a été créé d’abord pour sauver les salaires des gens, pas du tout pour restructurer la recherche. C’était au moment de la catastrophe financière que le Mexique a connue dans les années 80. Il s’agissait de fournir un complément de salaire aux chercheurs, lequel complément est comptabilisé sur le nombre de papiers que les chercheurs publient. Un papier dans telle revue « vaut » tant de points. Les points accumulés sont convertis en dollars qui s’ajoutent au salaire. Ce système s’est imposé aussi dans les universités, qui ont créé leur propre système de comptabilisation des sursalaires. Cet exemple est intéressant, parce que ce système d’évaluation très précise de la fonction recherche selon le nombre d’articles et de livres publiés, de communications faites, etc., a été voulu par les chercheurs. Il n’a pas été du tout rejeté. Il a eu un effet de consolidation de la recherche. Actuellement, le système de recherche national au Mexique compte 15 000 personnes. On considère qu’il y a 35 000 enseignants-chercheurs à temps plein dans les universités mexicaines. Il y a environ 45% de la population qui est représenté dans le système national de la recherche. Cette différenciation a donc été voulue par les chercheurs.

Un deuxième point à souligner est que les chercheurs dans les pays non hégémoniques sont essentiellement des universitaires. Il y a assez peu d’instituts publics de recherche. Les enseignants-chercheurs consacrent en moyenne 40% de leur temps au maximum à faire de la recherche.[8] On a essayé de faire des statistiques un peu précises sur ce point. On a fait une grosse enquête en Amérique latine de laquelle il est ressorti que moins de 13% de gens déclaraient consacrer plus de 60% de leur temps à la recherche. L’essentiel du travail, c’est l’enseignement, et le travail intellectuel, mais ce n’est pas la recherche. Donc, tous les mécanismes qui permettent de donner de la reconnaissance à la fonction recherche sont plutôt accueillis favorablement par les chercheurs dans les universités de la plupart des pays que j’ai pu visiter ou dont je parle ce soir.

Le financement de la recherche

Deuxième problème, c’est la liaison entre la recherche et les universités, qui recouvre la question de l’institutionnalisation de la recherche et de la gestion des universités. C’est un problème essentiel, p.e. en France, puisque ce séminaire en est un petit peu la traduction. Mais il prend un sens très différent, je pense, dans des pays où justement la recherche se bat pour avoir son propre espace. Le cas exemplaire et typique, à mon avis, est représenté par la Tunisie. Grâce à deux trois personnes bien intentionnées, elle a mis en place un système de labellisation des laboratoires en donnant un budget stable pendant quatre ans à une équipe ou à un laboratoire. Ce qui s’est traduit par une multiplication par quatre de la production scientifique en moins de cinq ans. Actuellement la Tunisie est le plus gros producteur de science des pays du Maghreb, toutes disciplines confondues, les sciences humaines et sociales exceptées.[9] Mais dans les domaines de spécialité de la Tunisie, c’est à dire essentiellement les sciences biomédicales, cette stabilisation des budgets, ce contrat passé entre le ministère qui s’est engagé à garantir les budgets pendant une période de quatre ans, avec une obligation de rapport intermédiaire au bout de deux ans, a permis de stabiliser plus de deux cents laboratoires et équipes de recherche. Là aussi, cela a été voulu par les enseignants-chercheurs dans les universités.

Une autre grande différence entre ce qui se passe dans les pays hégémoniques et les pays non hégémoniques me semble être le financement. C’est même un critère, selon moi, de la définition même d’hégémonie. Aussi bien en Europe que dans les pays d’Amérique latine, du Moyen-Orient ou du Maghreb, les fonds publics nationaux assurent plus de 40% des budgets des laboratoires. Les institutions financent en Amérique latine environ un tiers du budget en plus. En Europe, ce chiffre est devenu très faible ; il tourne autour de 20%.[10] Le financement privé est très important en Europe, il est pratiquement absent dans tous ces pays.[11] La coopération internationale en Europe représentait jusqu’à 20% des laboratoires qui sont engagés dans des programmes de coopération et entre 10 et 12% pour les laboratoires qui se trouvent en Amérique latine p.e. et qui sont engagés dans des procédures de collaboration internationale. Ces chiffres sont tirés d’une enquête en cours sur les collaborations scientifiques internationales, collaborations dont on parle beaucoup dans les revues et les politiques, mais finalement qu’on étudie assez peu concrètement, matériellement. On a essayé de lancer une enquête mondiale.[12] Nous avons commencé par l’Amérique latine avec quelques quatre mille questionnaires. On se consacre maintenant aux pays méditerranéens avec le même nombre de questionnaires. D’ici six mois nous devrions sortir les premières publications sur ce sujet.

La communauté scientifique et le grand réseau mondial de la recherche

Ce que je voudrais dire, c’est que la plupart des travaux qui sont menés sur les collaborations scientifiques et de toutes ces interactions des laboratoires dans les pays non hégémoniques avec des pays puissants, sont avant tout des travaux de bibliométrie. Celle-ci renforce encore cette idéologie du chercheur individuel, des réseaux de collaboration individuels, des gens qui sont co-auteurs de papiers parce qu’ils sont sur les mêmes thématiques et qui ont donc une sorte d’« écologie » de la collaboration, un système autorégulé de la collaboration à l’échelle mondiale. Or, concrètement, dans les laboratoires, en sciences médicales, en physique, en chimie, en biologie, les choses ne se passent pas de la même façon. Il y a en effet tout d’abord, dans ces disciplines, le besoin de créer les conditions de la recherche. A ce sujet il est étrange de le rappeler parce que, dans les années 80, dans les textes des Nations Unis, on insistait sur le « capacity building ». Or, le terme a « rippé » et est passé sur les ONG. On a donc parlé de capacity building au sujet des ONG au lieu de parler des organismes publics de recherche. Le glissement sémantique témoigne d’un glissement d’intérêt, à tel point que Caroline Wagner[13], qui est une spécialiste du sujet, dit maintenant qu’un petit pays n’a rien d’autre à faire que de développer une stratégie de branchement sur le grand réseau mondial. Créer des structures nationales serait un non-sens, selon elle. Toute la notion d’institutionnalisation de la recherche, la création de statuts stables pour les chercheurs, la stabilisation du financement national, la création d’espaces de communication localisés dans lesquels les gens peuvent se retrouver à des distances géographiques proches entre la banlieue et le centre d’une ville et former une communauté scientifique effective, tout cela « passe à l’as » au nom de la grande science mondiale. Je caricature faute de temps pour développer et nuancer, mais c’est un petit peu ça quand même.

Toute cette idéologie du grand réseau mondial repose sur la négation de quelque chose de très important qui a lieu en ce moment même, qui est la reprise en main de la recherche par les Etats. Contrairement à ce que l’on peut penser, on n’est pas du tout dans un modèle individualiste. Ce dont je vous ai parlé : le SNI, la labellisation des laboratoires, la volonté exprimée y compris par des chercheurs d’avoir des outils d’évaluation quantitatifs, transparents, acceptés par tous –c’est-à-dire, tout le contraire de ce que nous, chercheurs français, voulons–, est en fait le signe d’une reprise en main par l’Etat des institutions de recherche. Et elle n’est pas due non plus à une sorte de volonté d’aller contre le grand système de la recherche mondial mais est due au fait que le fameux capacity building dont on parlait dans les années 80, a lieu maintenant. La raison en est qu’il a fallu du temps pour accumuler les moyens, les bâtiments, les ressources nécessaires pour créer les conditions de cette recherche et non simplement dépendre de la circulation des doctorants, ou bien des séjours à l’étranger ou encore de la participation à des conférences internationales ; toutes choses qui sont tout à fait essentielles pour les chercheurs, mais qui ne forment pas des chercheurs stables, donc des chercheurs producteurs dans leurs propres institutions de recherche.

Comment s’y prendre pour avoir des chercheurs producteurs ? Si je prends l’exemple de l’American University of Beirut,  où je travaille en ce moment, c’est une université qui a été créée en 1866 et a une très forte culture maison. Elle rassemble 717 enseignants-chercheurs qui publient beaucoup.[14] Cette université est responsable des trois-quarts de la production scientifique du Liban. Elle possède un hôpital universitaire qui est l’un des meilleurs au monde, adossé à l’une des meilleures facultés de sciences médicales qui est aussi reconnue comme l’une des meilleures au monde. Toute cette stabilisation de la recherche au sein de l’université s’est faite à la suite d’un énorme effort pour embaucher les gens, les conserver, leur donner des bons salaires, des bonnes conditions de travail. Cette université a une bibliothèque de rêve. Vous demandez un article et dans les dix minutes il est sur votre écran d’ordinateur. Cependant, ce n’est pas ce qui fait de l’AUB une bonne université, mais ce sont ces conditions qui font que les gens restent. C’est-à-dire qu’ils bougent, vont se former à l’étranger, reviennent et restent à l’AUB. C’est cela l’enjeu : les fixer.

C’est pour ça que je dirai que tout ce discours que l’on entend actuellement, selon lequel il suffit de se brancher sur le réseau mondial, qu’il suffit d’organiser la « circulation des savoirs » – concept qui est un cache-sexe pour parler du brain drain– fait l’impasse sur le fait que la recherche ne dépend pas d’une légitimation apportée uniquement par ce qui se passe à l’étranger mais repose également sur la consolidation du niveau institutionnel.


[1] Notre équipe a été intégrée cette année dans l’UMR 201 IRD-Paris 1. http://recherche-iedes.univ-paris1.fr/ Cela marque la fin de la seule équipe spécialisée en Europe sur la science dans les pays en développement…

[2] Losego, Philippe & Rigas Arvanitis (2008) ‘La science dans les pays non-hégémoniques’, Revue d’Anthropologie des Connaissances 2(3):334-42.

https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2008-3.htm

[3] Voir http://www.ur105.ird.fr/spip.php?article152 . L’étude Science en Afrique a été menée par Jacques Gaillard et Roland Waast et a porté sur une quinzaine de pays.  Les rapports sont disponibles on-line :, ‘L’état des sciences en Afrique ‘,(Paris: IRD) http://www.ird.fr/la-mediatheque/archives-et-bases-de-donnees/dossiers/l-etat-des-sciences-en-afrique

[4] Le livre ayant lancé ce terme est : Gibbons, Michael, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott & Martin Trow (1994) The new production of knowledge. The dynamics of science and research in contemporary society (London: Sage). Cf. une lecture critique de Dominique Pestre, « La production des savoirs entre académies et marché – Une relecture historique du livre : « The New Production of Knowledge », édité par M. Gibbons », Revue d’économie industrielle, 1997, vol. 79, pp. 163-174,

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rei_0154-3229_1997_num_79_1_1659

[5] Lire l’impressionnante enquête de Sari Hanafi (2011) ‘University Systems in the Arab East: Publish Globally and Perish Locally Vs. Publish Locally and Perish Globally’, Current Sociology vol. 59 :(à paraître).

[6] Programme de recherche commun entre l’UMR 201 de l’IRD-Paris 1, le Conseil national de la recherche du Liban et l’Université Américaine de Beyrouth (AUB), 2010-2012.

[7] Pour plus de renseignements sur ces systèmes au Mexique voir les travaux de Mina Kleiche-Dray, Rosalba Casas, Rebecca de Gortari, Etienne Gérard, Sylvie Didou ou Daniel Villavicencio.

[8] Estimation réalisée par notre équipe dans le cadre du projet EULAKS, enquête sur les pratiques de collaboration scientifique internationale, par Jacques Gaillard,  Anne-Marie Gaillard, Rigas Arvanitis et Mina Kleiche-Dray.

[9] Voir par exemple : http://www.estime.ird.fr/

[10] Estimations dans le cadre du projet EULAKS (publications à venir), 2010.

[11] C’est même le principal argument du Arab Knowledge Report 2010.

[12] Projet EULAKS et MIRA.

[13] Voir : Wagner, Caroline (2008) The New Invisible College. Science for Development (Washington D.C.: Brookings Institution Press ).

unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/un/unpan004392.pdf

[14] Chiffres de 2009-2010, dont 457 à temps-plein.