1. Michel Agier Introduction « Nouvelle production du savoir et formation des communautés scientifiques dans les rapports Nord/Sud » PDS8 100311

Cette séance porte sur un sujet qui m’a semblé important de proposer à mes collègues du collectif de coordinateurs de ce séminaire de Politiques des Sciences. Il doit en effet nous permettre d’intégrer deux éléments à la réflexion sur les transformations de la production du savoir. L’un sur lequel on s’est déjà assez fréquemment interrogé : qu’est-ce qu’une communauté scientifique ? Qu’est-ce qui la forme ? Vous savez qu’un des éléments qui est apparu il y a deux ans, à l’occasion du mouvement de 2009 contre la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche, est que les chercheurs et enseignants-chercheurs sont d’autant plus faibles qu’ils ne forment pas un corps social. D’où sans doute la difficulté que l’on a pu constater à faire valoir une position sociale et des revendications pour l’ensemble de la société, mais aussi d’être capable de s’organiser durablement face à un pouvoir. Ce point précis est abordé depuis un certain temps déjà par de nombreux collègues dans les enquêtes et la pratique. C’est en particulier le cas des collègues qui travaillent sur les communautés scientifiques des « pays du Sud », selon la formule consacrée. C’est la raison pour laquelle l’autre élément que je suis content d’apporter au débat dans la séance d’aujourd’hui, c’est celui des rapports Nord-Sud, comme on dit.

Cela concerne les politiques scientifiques des pays européens en direction des pays du sud. L’autre dimension est celle de savoir comment se forment des communautés scientifiques au sein de ces pays, à savoir : l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. Et puis s’intéresser à la manière dont des communautés scientifiques se forment pose la question théorique et politique des « diasporas scientifiques ». Je précise que, sur le plan anthropologique, mon travail sur les questions de lieux, de délocalisation et de déplacement, me rend assez réservé sur l’utilisation du terme de « diaspora », parce que cela voudrait supposer l’existence d’un territoire délocalisé ou d’une communauté délocalisée. Donc la question des diasporas scientifiques est importante. On peut l’aborder comme un concept qui nous ouvrirait un terrain d’enquête sur la question de savoir ce que deviennent les chercheurs des pays du sud quand ils se disséminent dans le monde, pour ceux qui peuvent le faire ? Est-ce qu’ils gardent leur ancrage local, national pour former des lieux de production du savoir dans leurs espaces locaux et nationaux ? Ou bien, est-ce qu’ils se globalisent individuellement ou en groupe ? Est-ce qu’ils finissent par être complètement globalisés, un peu à la manière de la globalisation selon Appadurai, et perdraient-ils finalement leurs ancrages et leurs intérêts locaux et nationaux ?

Voilà les questions que l’on peut essayer d’aborder, parmi bien d’autres, au cours de cette séance. J’ai invité trois collègues. Rigas Arvanitis est directeur de recherche à l’IRD, sociologue, rédacteur en chef de la revue d’Anthropologie des Connaissances[1]. Dominique Vinck est professeur des universités en sociologie à l’université de Grenoble. Ses recherches portent sur la sociologie des sciences et de l’innovation. Et enfin, le troisième intervenant est Patrice Yengo, qui est anthropologue à l’université Marien Ngouabi de Brazzaville et chercheur associé au Centre d’Etudes Africaines à l’EHESS et un des animateurs de différents groupes, diasporas et organisations de chercheurs africains hors d’Afrique.

Je vais passer la parole dans l’ordre à Rigas Arvanitis, Dominique Vinck et Patrice Yengo[2].


[1] Revue en ligne accessible à l’adresse suivante : http://www.ird.fr/socanco/

[2] Cette contribution n’a pas pu (encore) être mise en ligne. Elle est accessible en version audio.