version audio 11° séance séminaire Politiques des Sciences : Sciences et société : un impératif démocratique ?_060511

La version audio de la 11° séance du séminaire : “Sciences et société : un impératif démocratique ?” est accessible à l’adresse suivante : http://tinyurl.com/69l6vk9

Compte rendu séance du séminaire Politiques des Sciences au contre-G8 de Dijon, 6 mai 2011 :

« Sciences et société : un impératif démocratique ? »

Intervenants :

Jean-Michel Fourniau, Sociologue, directeur de recherche au Cnrs ;

Lionel Larqué, co-initiateur du Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD)

Modérateur :

Michel Barthélémy (CEMS-IMM)

Cette séance traite de questions relatives à la participation des citoyens aux décisions scientifiques et techniques. Elle envisage les différentes modalités de celle-ci et ses limites en particulier dans le cadre des programmes scientifiques se rapportant aux nanotechnologies. Différents dispositifs participatifs sont mis en place, à l’initiative des pouvoirs publics, qui tous construisent un public doté de compétences particulières : public profane, dans les conférences de citoyens ; public d’experts associatifs locaux dont les compétences techniques et scientifiques peuvent être « dopées » par une formation ad hoc, dans le cadre de groupes d’expertise pluraliste ; enfin, l’association de représentants de la société civile en amont de la conception de projets, dans le cadre de programmes de recherche participatifs associant laboratoires de recherche publics et associations spécialisées dans le domaine d’activité concerné. Il apparaît à l’usage que la mise en place de tels dispositifs est une réponse donnée par les pouvoirs publics aux projets qui suscitent la controverse ou sont susceptibles de le faire. Il s’agit alors d’intégrer les critiques au processus même de mise en place du projet dans l’objectif d’en améliorer in fine l’acceptabilité parmi la population. La question de la place du public de citoyens appelé à débattre librement des conséquences en matière sociétale des applications économiques et techniques issues de ces recherches et celle d’une contre-expertise indépendante qui serait également portée par les sciences sociales se trouvent clairement posées. L’intervention du public, comme celle des experts indépendants parait être en pratique encadrée par des procédures de décision qui en limitent l’expression et la portée. Elles font en outre l’objet de réticences et de résistances nombreuses de la part de l’administration française à accepter l’intrusion du public et d’experts indépendants dans son domaine de compétence. Et ce d’autant plus que cette intervention de nouveaux acteurs requiert d’opérer des transformations structurelles dans les circuits de prise de décision traditionnels.

Néanmoins, un mouvement de contrôle démocratique des experts, avec des propositions sur les institutions appropriées permettant d’associer les citoyens aux décisions, est désormais lancé. Cela n’est pas sans avoir d’effets contre-intuitifs problématiques en ce qui concerne tout particulièrement les programmes de recherche sur les nanotechnologies appelés à se diffuser dans tous les secteurs de la recherche scientifique et de la société. La mise en avant de la participation du public à la prise de décision sur les questions environnementales notamment, instituée par la loi, a eu pour effet de focaliser l’attention sur les risques associés à l’usage de ces nouvelles technologies et de leurs produits ainsi que sur les moyens de leur prise en charge au détriment de l’examen contradictoire des programmes de recherche qui les ont créés. Face à cela ont été développées des actions visant à sensibiliser les chercheurs quant à leur part de responsabilité concernant les conséquences des applications qui sont faites de leurs recherches dans le champ social. Ce qui s’inscrit potentiellement en contrepoids à la présentation des nanotechnologies comme porteuses de retombées exclusivement positives pour la société, l’économie, l’emploi, le bien-être, etc. Or le problème est que les sciences et les sciences sociales en particulier sont de plus en plus « embarquées » dans un processus scientifique et idéologique visant à ne retenir que les bienfaits attendus de ces technologies susceptibles de se diffuser partout. Ce qui incite à voir en elles l’expression même d’un progrès que l’on ne saurait freiner sans graves conséquences sur la compétitivité du pays et sa place dans la concurrence mondiale. Jean-Michel Fourniau conclut alors sur la question, qu’il laisse ouverte, des collaborations et dispositifs de travail que la société civile comme la communauté des chercheurs peuvent construire ensemble afin de résister à la pression de ce qui se présente comme un discours unilatéral lui-même en adéquation avec un état du monde dont l’évolution, telle que décrite par ce même discours dominant, est dépeinte comme inexorable.

Lionel Larqué évoque justement les rapports existants, les problèmes qu’ils soulèvent, et la relation à construire entre la recherche et la société civile à l’ère de l’économie de la connaissance, de la managérisation et marchandisation de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui pourrait constituer une alternative au modèle néolibéral dominant. Il décrit la transformation en cours en France de l’enseignement supérieur et de la recherche en forces productives via la LRU (loi Libertés et Responsabilités des Universités, de 2007), en la resituant dans l’histoire du renouvellement des modes de production de richesse au sein du capitalisme des années quatre-vingt. Ceci se réalise autour de la cotation en bourse des biens immatériels et de leur intégration dans les actifs des entreprises. Ce système de production et de transfert de connaissances de l’université et des centres de recherche vers les entreprises, semble pour certains subordonner encore davantage la recherche publique aux intérêts économiques. Néanmoins, il apparaît que le précédent modèle d’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche n’était pas plus à l’écoute des besoins et attentes de la société civile et des acteurs sociaux que celui qui se met en place aujourd’hui sous l’impulsion des pouvoirs publics.

La question est alors de savoir quelle perspective et quels enjeux pourraient servir aujourd’hui de socle à une mobilisation et une alliance des forces sociales ? Un certain nombre d’obstacles se trouvent sur le chemin d’une reconnaissance des intérêts communs favorisant un rapprochement entre les milieux de la recherche et les acteurs sociaux (associations, ONG, collectifs…) concernés par la relation entre sciences et société. Parmi eux figurent un corporatisme académique par lequel les universitaires se seraient appropriés l’université au détriment de la relation intellectuelle et du contrat moral qui traditionnellement liaient les universitaires et les étudiants ; l’étouffement de l’innovation pédagogique, une voie dont la résurgence permettrait de renouveler et transformer cette relation dans un sens tourné vers des rapports émancipateurs ; l’élimination de l’histoire de la connaissance de tous les acteurs sociaux n’appartenant pas au monde académique, qui ont contribué à l’avancement des connaissances et à l’établissement du socle de savoirs sur lequel les sciences académiques ont pu prendre leur essor. Une division intellectuelle du savoir entre les producteurs de connaissance et les exécutants a perduré jusqu’à nos jours et contribué à maintenir une relation asymétrique entre le savoir académique et les savoirs produits au sein de la société civile. Les incidences de cette coupure entre deux mondes sont nombreuses tant sur le plan du financement de la recherche, des politiques de l’innovation, que de celui de la (faible) réception des récents mouvements de lutte universitaires auprès de l’opinion publique. Une manière de remédier à cela pourrait être d’ouvrir des espaces de rencontre et de discussion sur des questions d’intérêt commun, comme p.e. au sujet des universités et institutions d’enseignement et de recherche dont la société a besoin, sur le type de relations que les institutions de recherche et les acteurs sociaux peuvent envisager de développer entre eux ; enfin, il est fréquent de considérer que les populations, présumées réticentes aux innovations en matière de nouvelles technologies ou de nouveaux produits, le sont essentiellement par ignorance et que les scientifiques ont parmi leurs missions celle de dissiper les craintes infondées en usant de pédagogie. Ce présupposé ferait obstacle à la transformation effective des processus de décision et d’orientation des recherches qui s’appuie sur le recours aux dispositifs participatifs par lesquels la population est invitée à prendre part aux décisions à prendre en matière d’environnement et d’aménagement, p.e. Une manière de faire face à cette difficulté est de mobiliser les acteurs sociaux pour qu’ils fassent part aux chercheurs académiques de leurs réflexions et attentes en matière d’éthique de la recherche, de responsabilité des chercheurs et de la société civile ainsi que du type de relations qu’il conviendrait de nouer les uns avec les autres dans le cadre d’un dialogue suivi entre les différents lieux de production de connaissance dans la société.

Au final, les deux interventions convergent vers le constat d’un « enfermement » : des initiatives issues de la société civile à l’intérieur des procédures participatives ; des chercheurs professionnels dans l’idée de la suprématie de leur savoir sur tous les autres modes de production de connaissance ; de l’administration dans la conviction du bien-fondé de son autorité et de sa compétence, etc. les deux intervenants en appellent ainsi à une réflexion collective, conduite dans le cadre de séminaires et de colloques associant les différents protagonistes et singulièrement les représentants du monde académique et de la société civile. Ceci en vue de s’accorder sur les moyens concrets d’émanciper le savoir, sous toutes ses formes, des intérêts particuliers et de faire évoluer les structures et les pratiques de traitement public et contradictoire des dossiers controversés en matière de sciences et de techniques et de leurs applications dans la vie courante dans le sens de la transparence et de la démocratie.