20-PDS3-Etienne Boisserie, Philippe Büttgen & Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

L’abrogation des lois controversées sur l’enseignement supérieur et la recherche est sans incidence sur le travail des enseignants-chercheurs
Étienne Boisserie : Ce que tu dis Christian m’a fait penser à un argument qui me semble utilisable dans beaucoup de cas pour les décrisper un peu car il y a un peu la peur du vide, en tout cas ils font semblant d’avoir peur du vide. Cet argument est que la suspension de l’activité de l’AERES, la disparition des fondations de coopération scientifique, la remise à plat immédiate ou la destruction totale du principe de la mastérisation, la remise à plat de l’arrêté licence ; tout cela n’empêche pas de travailler, tout ça n’empêche pas de faire des cours, tout ça n’empêche pas de délivrer des diplômes, tout ça n’empêche pas de faire ses recherches, de publier ; rien n’est empêché par la remise en cause de ces textes. Il n’y a aucune différence dans le travail quotidien avec ou sans ces textes, donc c’est très simple.

Philippe Büttgen : C’est même mieux sans !

Questionner l’image de l’université modelée par les textes et discours de la réforme par une description empirique des moyens et conditions d’exercice des activités d’enseignement et de recherche dans les universités
Étienne Boisserie : Au contraire, je dirai qu’il y a quelques gains de temps à en attendre. J’ai rencontré des gens qui connaissent bien les dossiers, des dossiers très techniques, mais qui n’ont pas de connaissance de l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Ce qu’a dit Christophe tout à l’heure est très important : en fait on ne parle jamais de l’exercice de nos métiers, que ce soit les enseignants, les chercheurs, les personnels administratifs et techniques, on ne parle jamais de nos métiers. C’est un angle mort complet. Nous-mêmes n’osons pas en parler. Il y a donc une vraie méconnaissance à ce sujet. Par exemple il y a une chose qui ne dit manifestement rien à personne, et c’est encore une fois dans les fiches de l’AERES : il s’agit du tutorat par les professeurs. Olivier Beaud hier à Paris-VII faisait remarquer qu’il avait 600 étudiants dans son amphi de première année et qu’il se voyait mal faire le tuteur des 600 ! Cela n’a aucun sens, le fait que les enseignants doivent suivre les étudiants dès leur inscription implique qu’il va y avoir une masse considérable de gens à suivre. Tout cela est absurde. Et en fait interrompre ces processus absurdes permet de gagner du temps et de se reconcentrer sur les missions fondamentales que sont l’enseignement et la recherche et donc il y a un gain théorique. C’est vrai que ce serait un argument très important sans doute, tout ce qui n’empêchera pas la machine de tourner et tout ce qui facilitera le fait qu’elle tourne est bienvenu et il y a quatre ou cinq dispositifs clés qui doivent sauter immédiatement et ensuite pour le reste on peut discuter. Les dispositifs qui peuvent sauter immédiatement sont des dispositifs totalement neutres du point de vue du travail.

Christophe Pébarthe : Comme la suppression de la loi LRU

Étienne Boisserie : Exactement

Christophe Pébarthe : Concrètement en dépit de l’abrogation de la loi LRU, nous continuerons de faire cours. C’est un peu comme le dessin de Plantu qui montrait que la tour Eiffel continuait d’exister après le 10 mai 1981. Pour continuer sur le ton de l’anecdote, des ministres de François Mitterrand ont raconté que, à son arrivée au pouvoir, avant le premier conseil des ministres, François Mitterrand leur a dit à tous : « vous allez choisir dans vos ambitions ce qui est le plus difficile et vous allez mettre toute votre énergie pour réaliser le plus difficile parce que c’est peut-être la seule chose que vous réussirez à faire de votre mandat ». Eh bien je trouve que l’on devrait se dire exactement la même chose. Peut-être qu’a priori le plus difficile à obtenir est cette abrogation de la loi LRU ou une disposition du même genre, mais si on ne la porte pas avec force alors nous ne l’obtiendrons jamais.



Citer ce billet
pds (2012, 11 janvier). 20-PDS3-Etienne Boisserie, Philippe Büttgen & Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211. Politiques des sciences. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/srxk

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search