Verbatim 9° séance : “La réforme de l’université est-elle la grande réussite du quinquennat ? 6° débat : l’université en mode libéral

Débat 6 : l’université en mode libéral

François Jouve : Il ne faut pas se voiler la face : ce texte s’adresse à un candidat, le candidat probable qui va être élu au mois de mai. Ce candidat, c’est le candidat d’un parti qui est libéral malgré tout et je me demande si on ne devrait pas tout simplement s’adresser à ces gens de façon à ce qu’ils nous comprennent, c’est-à-dire avec des mots du libéralisme. L’excellence, c’est quoi ? C’est un cache-sexe, mais c’est qu’il y a derrière c’est l’efficacité, on veut un système efficace. Le système libéral est efficace pour produire des tablettes numériques, pour produire des voitures et il ne s’intéresse pas au fait de savoir si les petits chinois sont persécutés pour faire des tablettes numériques. Cela marche bien, c’est efficace, ça produit des tablettes numériques.

L’université doit produire du savoir et des étudiants bien formés, c’est le seul but de l’université. Il me semble que les 10 points de l’appel énumèrent très simplement et très efficacement, pour le coup,  que ce système n’est pas efficace pour produire des gens bien formés et du savoir excellent.

Céline Ruet : Juste un tout petit mot pour vous répondre, je pense pour ma part qu’il ne faut pas séparer précisément la cohérence des 10 points et qu’il ne faut pas séparer des points qui seraient plus porteurs que d’autres, même la bataille sur le statut très porteuse de valeurs précisément : liberté, indépendance et sérénité.

Marie Albane de Suremain : Deux mots sur la formation des enseignants : je crois qu’il serait dommage de présenter l’alliance d’un point de vue exclusivement tactique parce qu’il y a une cohérence profonde entre les réformes qui sont appliquées dans le primaire, le secondaire et le supérieur. Il faut montrer qu’il s’agit exactement de la même logique. Par ailleurs, une réflexion a été menée sur ce qu’impliquait la réforme de la formation des enseignants dans le quotidien, la vie et l’avenir de la nation. Je pense que pour le supérieur cette réflexion n’a pas encore émergé. Il faudrait peut-être la mener de façon plus évidente pour un grand public en montrant en quoi le supérieur est au cœur de la société et de son avenir. Il y a une réflexion à mener et à diffuser sur les missions de l’université. En effet les choses ne sont pas claires et un des éléments de brouillage actuel je crois est la question de la professionnalisation qui est un mot-valise derrière lequel on met des tas de choses et je pense qu’en commençant à redéfinir ces termes là on montrerait que l’enseignement supérieur, la recherche, ne sont pas des sortes de lieux à part qui ne concernent pas la société mais qu’ils sont vraiment au cœur de l’avenir de la société. Soulever ce point participerait davantage à la médiatisation de la question que ne pourraient le faire des alliances opportunistes.