Verbatim de la 9° séance : “La réforme de l’université est-elle la plus grande réussite du quinquennat ?” Débat 4 : l’excellence

Débat4 : L’excellence

Olivier Long : Dans le domaine des arts plastiques, il y a une mesure qu’il faut mettre en œuvre d’urgence. Ils ont posé à l’entrée de l’UFR des bannières sur lesquelles est marqué le mot « excellence ». Excellence devient un exercice spirituel, c’est-à-dire que chaque matin en arrivant, vous voyez cette bannière, vous méditez ça et il y a une espèce d’autopersuasion de l’excellence. J’ai l’impression qu’avec le changement de gouvernement il va falloir faire « désexceller » le langage parce qu’il y a une sorte de sidération par l’excellence qui fait que si je vous dis : est-ce que vous voulez être beau ? Mais bien sûr que vous voulez être beau ! Est-ce que vous voulez être excellent ? Bien sûr que vous le voulez ! Mais le problème c’est que celui qui est vraiment excellent en fait ne le dit pas. Il y a donc une espèce de mise en scène des éléments de langage de l’excellence qui est précisément ce qu’il faudrait parvenir à éliminer. Dans cette espèce d’entreprise où chacun devient entrepreneur de soi, on devient entrepreneur de soi au travers de technologies de persuasion qui sont ces fameuses bannières, et s’opère une espèce de sidération et de modification du langage, qui en fait est une pathologie du langage, au point que l’on peut finir par ressentir ce terme comme une insulte. Or, je n’ai pas besoin d’exceller pour exister. D’une certaine manière il faudrait dire que l’existence précède l’excellence !

Sophie Desrosiers : A propos de l’excellence, j’en ai déjà parlé plusieurs fois ici, au sujet de la prime d’excellence scientifique (PES), il se trouve que des quotas ont été définis à l’avance par le ministère qui a déterminé qu’il y avait 20 % d’excellents, 30 % de moyens et 50 % de mauvais. Pour moi ce terme d’excellence c’est la possibilité de déterminer que 80 % ne sont pas excellents. Par conséquent ils peuvent recevoir des salaires qui sont minables, faire un enseignement dans des universités de seconde zone, avoir des étudiants qui vont avoir des diplômes de seconde zone, dont les salaires une fois engagés dans la vie professionnelle vont être de seconde zone, et cela revient à abaisser tout le système de l’enseignement supérieur en en faisant un système à deux vitesses aussi bien sur le plan régional qu’au niveau des disciplines. On crée encore des cloisons et des séparations. Pour moi la création de ces primes d’excellence scientifique c’est une OPA du gouvernement pour contourner les centres de décision collégiaux qu’il y a à l’université. Je pense que ce qui serait important de voir c’est de savoir quelles valeurs importantes on veut défendre. C’est cela qu’ils ont fait, ils ont déterminé des valeurs qu’ils voulaient défendre et c’est comme ça qu’ils nous ont eus sur toute la ligne. Alors il serait bon qu’à notre tour nous définissions des valeurs qui sont importantes. Car à partir du moment où les valeurs sont définies et que les gens s’y tiennent, chacun peut être créatif dans son milieu et appliquer ces logiques sur le lieu de son travail.

Pascale Dubus : Je dirais que la PES a été inventée pour ne pas augmenter nos salaires. Comme chacun sait nos salaires sont relativement bas pour les activités que l’on fait.

Sarah Hatchuel : Il faut rappeler que la PES a remplacé la PEDR qui rémunérait un travail supplémentaire. Avec la PES on passe à une autre logique qui est de rémunérer un statut d’excellence. C’est là aussi où ça ne va pas.

Céline Ruet : L’intérêt de la prime d’excellence c’est justement le fait que très peu l’obtiennent. C’est comme ça que ça fonctionne. L’intérêt, c’est le prestige par le mépris, c’est-à-dire que justement ne doivent pas y prétendre tous les gens qui pourraient l’avoir.