Verbatim de la 9° séance : « La réforme de l’université est-elle la plus grande réussite du quinquennat ? » Présentation de l’Appel du 23 février

Michel Bernard : Bonjour à tous. On va commencer par une présentation des membres du collectif qui sont présents aujourd’hui. Christine Noille, de SLU, enseigne la littérature à Grenoble, Pascale Dubus est issue de la coordination nationale des universités et enseigne l’histoire de l’art moderne à Paris I, Pascal Maillard, de SLU, enseigne la littérature française à Strasbourg, Emmanuel Saint-James, qui enseigne l’informatique à Paris-VI, est le représentant et le président de SLR dans le collectif, Marie-Albane de Suremain enseigne l’histoire à l’IUFM de Créteil et elle est chercheuse à Paris 7 ; elle représente ici le secrétariat de la coordination nationale de la formation des enseignants (CNFDE). Sarah Hatchuel qui enseigne l’anglais à l’université du Havre, est là au titre de la coordination nationale des universités et Céline Ruet qui enseigne le droit à Paris XIII est là également au titre de la CNU, moi-même, Michel Bernard, j’enseigne la littérature française à Paris III et je suis là également au titre de la CNU.

Les origines de l’Appel de l’enseignement supérieur et de la recherche

Cette présentation permet d’entrer tout de suite dans l’explication de notre démarche. Aujourd’hui toutes les personnes présentes à la tribune sont des enseignants-chercheurs, mais le collectif était un peu plus large que ça, il comprenait des Biatoss et des étudiants. Ce qui donne un aperçu de notre idée de départ, qui était de constituer un collectif aussi large que possible, et représentatif, donc, de cette coordination nationale des universités (la CNU). Comme son nom l’indique la CNU est une coordination d’universitaires en lutte en 2009-2010 qui ont organisé un certain nombre de réunions au niveau national. Cette coordination s’est prolongée, d’une certaine manière, à travers une liste de diffusion qui servait initialement à préparer les coordinations nationales et puis qui a continué depuis, avec un nombre de participants de 700 personnes, assez représentatif finalement de ce qu’a été le mouvement de 2009 dans toute son étendue, de débattre et de donner des informations, parfois de lancer des actions coordonnées de cette manière-là. C’est au sein de cette liste que notre collectif s’est créé, c’est-à-dire sur l’idée de rédiger un appel à destination des candidats à l’élection présidentielle et aux citoyens. Certains d’entre nous ont proposé leur candidature pour cette tâche. L’attachement à cette coordination nationale des universités s’est marqué également par un sondage qui a été effectué sur la liste et qui, à une très large majorité, a accepté que notre collectif se réclame de la coordination nationale des universités. Par ailleurs l’autre coordination, celle de la formation des enseignants (CFNDE), s’est constituée de la même manière, à la même époque, et s’est dotée d’un secrétariat. Ce secrétariat a été réanimé mais, encore une fois, c’était là aussi un collectif qui continuait à discuter ensemble et à exister depuis 2009-2010 et a délégué deux des membres de son secrétariat pour personnifier en quelque sorte les mots d’ordre de la formation des enseignants à l’intérieur de ce collectif. Ensuite, deux mouvements issus des mouvements de revendication de l’ESR, Sauvons la recherche (SLR) qui est le plus ancien, qui date de 2004, a délégué Emmanuel Saint-James dans ce collectif et Sauvons l’université (SLU), créé en 2007 a fait de même. Alors pourquoi ces deux mouvements-là à l’exclusion d’autres mouvements, syndicaux en particulier, qui pouvaient être représentatifs ? Simplement parce que ces deux mouvements sont directement issus de cette tentative de résistance à toutes les réformes que nous avons eues depuis les Etats-généraux de la recherche, c’est-à-dire depuis le mouvement qu’avait initié Sauvons la recherche en 2004, non seulement pour défendre l’enseignement supérieur et la recherche contre toutes les « contre-réformes» mais également pour faire des propositions dont nous reparlerons sans doute en cours de route.

Donc, voilà comment s’est constitué ce collectif. Le reste, vous devez le connaître à peu près. Ce collectif a lancé un appel le 23 février 2012, dont vous connaissez le texte[1]. Aujourd’hui nous sommes le 19 mars. C’est une date importante pour nous car nous avons enfin des interlocuteurs identifiés, puisque c’est aujourd’hui que nous connaissons les candidats à l’élection présidentielle. Mais cet appel a déjà recueilli à ce jour plus de 7 000 signatures. Il continue à être signé très régulièrement. Des signatures extrêmement variées puisque cela s’adresse aux candidats à l’élection présidentielle mais également aux citoyens. Et on a également demandé aux citoyens de signer. J’ai fait une statistique très récente : il y a environ 5 500 personnes qui ont signé en disant qu’elles étaient des étudiants ou personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, les autres sont des citoyens. Parmi ces citoyens il y en a dont les noms ont attiré notre attention : il y a un certain nombre de députés, d’élus qui ont signé. Nous avons fait le choix jusqu’à maintenant de ne pas mettre en exergue ces signatures, même si évidemment chaque fois qu’il y a un nom connu cela nous fait très plaisir, mais ce qui est important c’est ce nombre d’enseignants-chercheurs, d’enseignants, de chercheurs, de Biatoss, d’étudiants qui ont signé cet appel qui s’adresse aux candidats à l’élection présidentielle pour leur demander de respecter un certain nombre de principes dont nous allons maintenant faire la présentation. Nous avons choisi de présenter les 10 demandes précises que nous listons dans cet appel et que nous allons répartir entre les différents membres du collectif qui sont un peu plus au fait de ces différents points. Cela permettra surtout d’amorcer le débat avec vous, qui sera la partie la plus importante de cette séance.


[1] http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr/