Catherine Caleca : « Vieillesse : impasses ou alternatives ? »-12° séance séminaire- 100512

Je suis universitaire, je suis une soignante. J’ai travaillé pendant des années dans une institution hospitalière et je suis membre de l’Appel des appels. Je vais essayer de débrouiller un peu cet écheveau complexe pour vous présenter dans un premier temps l’Appel des appels, vous expliquer comment il fonctionne et où on en est dans notre réflexion qui est une réflexion au long cours mais aussi tâtonnante. Dans un second temps j’essaierai d’examiner les conséquences de ce type de réflexion dans un autre secteur qui est le secteur où, à l’université et en tant que réfléchissant sur le soin, j’essaye d’agir et comment cela s’articule de fait avec une pensée globale.

Genèse de l’Appel des appels

Pour parler de l’Appel des appels, il démarre dans un contexte historique que vous connaissez tous, l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la république en 2007. Je dois dire que dans un premier temps on avait bien vu passer la mastérisation des universités, la stratégie de Lisbonne, toute une espèce d’uniformisation des processus en vue de constituer une grande université européenne coordonnée. Au départ on a regardé ça avec inquiétude mais aussi curiosité en se disant qu’il allait y avoir du changement et que ce serait peut-être bénéfique. Au bout de très peu de temps on s’est aperçu que c’était vraiment catastrophique et ont fleuri en France une quantité considérable d’appels : appel des scientifiques, appel des médecins, appel des psychiatres, appel des juges, appel de l’aide sociale à l’enfance, etc. Toutes les catégories professionnelles attaquées par cette forme de management qui a été appliquée transversalement dans toutes les couches de la société, ont vu à un certain moment se déconstruire leurs pratiques professionnelles antérieures -qui pouvaient être critiquables-, au nom d’une mise en efficacité de tous ces fonctionnaires qui « passaient leur vie à ne pas faire grand-chose », si l’on en juge par les propos de Nicolas Sarkozy sur l’enseignement supérieur et la recherche en janvier 2009[1].

Ce qui s’est passé transversalement dans la société française, c’est la généralisation de ce qu’on peut appeler d’une certaine manière la « roue Toyota de la qualité ». C’est le mythe de l’accroissement éternel de la qualité par la démarche qualité qui permet de toujours améliorer le travail , comme si un produit pouvait arriver à un niveau de perfection, et comme si une œuvre de pensée pouvait tout à coup, par des améliorations successives dans des cercles de qualité, parvenir à un seuil de compétitivité et d’excellence. Roland Gori et Séphane Chedri ont noté l’existence de ces appels et leur nombre et le fait qu’ils soient issus d’une grande variété de catégories professionnelles. Ils ont constaté qu’ils étaient sous-tendus par le même constat : la mise en application d’un certain nombre de préceptes qui finalement détruisent la vie professionnelle des fonctionnaires globalement, parce que ce sont le plus souvent des métiers de services ou de travail pour la société qui sont les plus touchés. Ils ont lancé l’Appel des appels[2]. C’est un manifeste relativement court analysant le processus à l’œuvre et proposant aux citoyens de se réunir pour résister à la destruction volontaire et systématique de tout ce qui tisse le lien social. Il  a été diffusé sur Internet et qui a suscité un emballement considérable parce que tout le monde s’est reconnu dans le processus à l’œuvre. Ce texte a eu une fonction de dénomination, c’est-à-dire qu’à un certain moment des gens qui étaient déprimés dans leur coin avec leur métier, se sentant disqualifiés, se remettant en cause professionnellement, se sont aperçus que toutes les catégories du service public étaient affectées de la même manière. L’Appel des appels, du coup, a organisé à plusieurs reprises des rencontres avec énormément de monde. Toutes les catégories professionnelles ont fait dans un premier temps un grand « gueuloir »,  en quelque sorte de toute la souffrance sociale et de la communauté de souffrance sociale. Roland Gori et d’autres dont Christian Laval et Michel Chauvière notamment, ont présenté leur analyse sur les processus à l’œuvre dans cette disqualification des métiers. Parallèlement, vu le nombre de gens qui venaient travailler avec nous, nous avons éprouvé un sentiment de responsabilité vis à vis des participants. Des groupes se sont  formés dans différentes régions. C’est-à-dire qu’il y a des groupes de l’Appel des appels qui se sont réunis dans les régions, un à Strasbourg en particulier, un autre à Marseille, un à Paris, un autre à Caen, etc. La question qui se pose, qui est une question de fonctionnement, a été extrêmement complexe : est-ce qu’on fabriquait une énorme association de tous les gens qui avaient signé la pétition afin de mettre en place un fonctionnement?  Cependant, nous ne voulions pas créer un mouvement politique, ni un syndicat : nous avons pris le temps de réfléchir à ce que nous pourrions envisager. Par conséquent on a un tout petit peu freiné sur l’idée de constituer une association gigantesque, car on ne savait pas ce que ça allait donner. On a décidé de fabriquer en fait un groupe « logistique », c’est-à-dire un groupe réduit au minimum et qui permette de donner les moyens pour installer une réflexion dans la durée, et de lui donner une visibilité. On a évoqué un fonctionnement rhizomatique. Ce mode de fonctionnement a soulevé le problème de savoir qui est en lien avec l’ « Appel des appels », d’une part, et par ailleurs, quel est le champ auquel celui-ci va s’intéresser – est-ce que l’Appel des Appels a pour vocation de relayer tous les groupes qui expriment leur malaise? Comment peut-on délimiter notre champ de réflexion ? On était avec Sauvons L’Université, Sauvons La Recherche, les psychiatres contre l’enfermement des schizophrènes, le syndicat de la magistrature… c’est assez large. Finalement, on a élaboré un peu chemin faisant notre doctrine. On s’est dit que ce qui faisait vraiment notre spécificité c’était d’arriver à définir : qu’est-ce que c’était un métier ? Qu’est-ce qu’un métier « social », c’est-à-dire ayant une utilité sociale, que nous soyons des universitaires, des gens qui sont au contact du public, etc. Comment allons-nous le définir puisque les gens disent : ce n’est plus notre métier maintenant, comment et dans quels termes va-t-on pouvoir le définir ? On a eu historiquement une grande phase d’analyse. D’une certaine manière on a eu le sentiment à un certain moment de ne plus avancer, car les analyses produites sur les situations actuelles étaient très pertinentes, mais entraînaient pousser plus avant la réflexion, notamment pour inventer de nouveaux modes de réappropriation des métiers.

Contester et proposer une alternative : la question de l’évaluation des métiers

Nous avons remarqué des modes de regroupement qui sont corrélés au fonctionnement d’Internet, c’est-à-dire des grands coups d’émotion. C’est le fait d’écrire un texte, de le diffuser sur Internet et d’avoir des milliers de personnes qui font part de leurs réactions positives. Vous laissez à ces personnes un cahier et vous leur dites que l’on pourrait se revoir. Vous organisez une réunion et vous êtes quatre dans la salle ! Alors qu’il y avait quand même 2000 personnes qui vous avaient écrit auparavant. Et là vous êtes un peu déprimés. Il y a quelque chose de cet ordre là qui repose sur  des gros coups d’émotion où l’on se fait une espèce de messe tous ensemble, une forme de catharsis qui a une grande importance je le reconnais, mais la question de la continuité est beaucoup plus compliquée à tisser avec les questions qui se posent. Ainsi la question de la mise en danger, de la mise en cause de soi-même dans le processus mais aussi l’élaboration de propositions d’alternatives. Dire que l’on est contre quelque chose est déjà une part de la démarche de pensée, mais la deuxième part est complexe et elle ne repose pas sur l’émotion, elle s’inscrit dans un processus élaboratif qui prend du temps, qui génère des débats,  parce qu’on peut ne pas être d’accord ou on n’envisage pas les mêmes réponses. Même si l’on est d’accord pour dire que là ça ne va pas, on n’est pas forcément pour autant dans la même perspective pour définir ce que l’on voudrait faire après. Là où l’on en est actuellement, c’est toujours cette association avec des coordinations locales avec lesquelles on essaye de rester en lien, ce qui représente un travail considérable. Roland Gori se déplace beaucoup à cette fin. Nous nous inscrivons donc dans une continuité de réflexion et nous avons prévu d’organiser plusieurs rencontres à présent sur le thème : Que deviennent nos métiers ? À qui et comment en rendre compte ? On a organisé une première réunion en octobre 2011 à Saint-Denis et puis une autre à Paris le 14 avril 2012. On a proposé trois autres dates qui sont prévues et qui sont indiquées sur le site de l’appel des appels : une en juillet, une en octobre, etc., avec le même thème que l’on va approfondir. Ce thème reste d’actualité car il faut bien se dire que politiquement, les processus qui sont mis en cause et attribués au gouvernement précédent, ont déjà été mis en place par le gouvernement socialiste précédent. Ce constat nous incite à ne pas être angéliques. Je ne suis pas complètement sûre que cela facile à changer. En effet, les énarques ont tous intégré les mêmes modes de traitement des problématiques. On peut le décrire comme une sorte de maladie, pour aller un peu vite, mais le problème c’est qu’on en est effectivement atteints nous-mêmes: que celui qui n’a pas été sur Internet pour vérifier quel était son facteur d’impact me jette la première pierre ! Nous les enseignants sommes ainsi des malades de la notation. On veut toujours savoir si l’on est meilleur que Tartempion. Cela peut passer par la grille machin ou par l’éméritat ou par l’excellence ou par ce qu’on veut, on est quand même recruté sur cette pathologie. On a tendance à s’identifier à ce système qui nous transforme des bêtes à concours en compétition avec les collègues, il est nécessaire de  reconnaître  cette tendance en nous-mêmes pour parvenir à s’en dégager.

Olivier Gosselain décrit ce qui s’est passé en Belgique à l’université, mais chez nous ça s’est passé exactement de la même manière avec cette espèce de peur que l’on avait des membres des comités de visite de l’AERES, dont dépendent nos financements de recherche mais aussi la pérennité de nos enseignements. Dans notre laboratoire de psychologues nous avons été invités par les responsables qui pourtant sont extrêmement libéraux, socialistes, etc., à être tous présents pour que les évaluateurs puissent voir que l’on formait un groupe vraiment cohérent. Et quand, avec une certaine ironie, j’ai envoyé à tous les gens du laboratoire une proposition de se mettre en costume de french-cancan pour donner une idée encore plus forte de l’harmonie du groupe, les gens craignent que j’attaque la cohésion du groupe. C’était une blague de ma part, mais que les collègues n’ont pas pris comme ça. Des reproches m’ont été faits de risquer d’indisposer les évaluateurs à l’égard du laboratoire si jamais je mettais ma proposition à exécution. Il est nécessaire d’élaborer une position de groupe vis à vis de ces dispositifs, ce qui crée des tensions et des désaccords au sein des équipes de recherche.

La pauvreté des critères sous-jacents à la mesure de la performance : le cas des vieilles personnes

De son côté Roland Gori a fait un travail sur le thème de l’autoévaluation[3]. Je trouve qu’un des paroxysmes de ce résultat de l’autoévaluation est le fait d’être amené à se mesurer sans arrêt pour savoir si l’on est dans la norme. Une partie des grandes victimes collatérales de cette idéologie de la mesure, de la cotation et de la qualité, ce sont les vieilles personnes. On a inventé quelque chose d’extrêmement pervers qui est de penser, pour soigner mieux les vieilles personnes, qu’il fallait créer une nouvelle spécialité médicale, et l’on a créé la gérontologie. Cependant, comme elle repose sur une appréhension médicale du sujet, elle a eu comme effet  de se référer à un corps en bonne santé, le référentiel du corps en bonne santé, c’est à dire le corps sans aucune pathologie ; de là le fait que tout ce qui concerne les vieilles personnes a été mesuré à l’aune d’un individu jeune en bonne santé. Tout ce qui ne se réfère pas à l’individu jeune en bonne santé est coté de manière négative. Ce qui fait que lorsqu’on est une vieille voire une très vieille personne, on ne peut avoir qu’un bilan négatif. Ce mode d’évaluation a été intériorisé par les vieilles personnes elles-mêmes, qui s’auto-appliquent ce référentiel et pensent qu’elles ne valent plus rien, et pensent que la vieillesse se résume à des pertes de tous ordres. L’idéologie de l’excellence eu pour effet qu’un individu considéré comme « valable » est celui qui est à l’apogée de la rapidité, de la mémoire, de la concentration etc., sans compter le fait qu’un individu n’est pas représenté par la somme de ses capacités, et de ses efficiences :  il est constitué aussi par la somme de son histoire, de son expérience, de ses relations familiales. Tout cela a une valeur extraordinaire et une valeur sociale qui n’est que très rarement soulignée. Notamment dans la société française, on met en avant le fait que nous avons une structure sociale de famille nucléaire sans lien externe ; en réalité, les familles qui « tiennent » sont toutes en lien avec les grands-parents qui font du rapetassage de famille, parce que vous savez que les familles sont en grande évolution actuellement, que l’on parle de familles recomposées, que l’on divorce éventuellement plusieurs fois dans une vie avec des enfants de différentes familles. Qui est-ce qui retisse quelque chose dans ces mouvements centripètes? En règle générale, c’est la génération d’avant qui est un peu plus stable et qui inscrit une continuité dans l’existence et dans l’histoire. Cet aspect des choses n’est pas coté en gériatrie, donc ne vaut rien. J’ai dans ma famille deux vieilles dames qui ont respectivement 90 et 92 ans, qui sont des championnes du monde de Scrabble. Elles ne courent pas très vite certes, mais elles sont terrorisées par l’idée qu’elles pourraient quand même baisser et que si elles n’étaient plus performantes, qu’est ce qui se passerait ? On est dans une situation  où finalement on dit que la société est jeuniste, les jeunes ne regardent pas les vieux, etc. Ce qui est très extraordinaire c’est que – c’est le mouvement qu’on décrivait pour l’université -, les vieux s’auto-déprécient et s’auto-attaquent eux-mêmes. Ils ont tellement intériorisé cette espèce de grille de lecture qu’il est très difficile d’arriver à en sortir. Ce qui fait qu’on arrive maintenant à des maisons de retraite où cela est tellement intériorisé que, dans certaines d’entre elles, on va créer des espèces de classifications en fonction des capacités des gens : il y a celui qui a des compétences, il y a celui qui n’en a pas, etc. Ils sont placés dans des cases suivant leur bilan et les psychologues sont supposés faire les bilans de ces vieux pour savoir dans quelle case les situer. Cela qui pose un vrai problème éthique qui est : à quoi servent les évaluations, comment est-ce qu’on est au service des vieilles personnes en utilisant pour elles des procédures qui vont servir à les dévaloriser ? Soutenue par cette réflexion de l’Appel des appels, qui me permet de tenir et de saisir quelque chose de ce qui est en train de se passer, avec des groupes de psychologues qui sont sur le terrain et à l’université je suis en train d’essayer de travailler sur des grilles d’évaluation des vieilles personnes qui mettraient en évidence leurs capacités et non pas leurs incapacités. C’est extrêmement difficile et pour le moment on avance très lentement. La difficulté à mon avis c’est d’arriver à saisir à quel point il y a des épiphénomènes qui se traduisent par des organisations administratives, par des demandes de performance, par un certain nombre de contraintes professionnelles, mais que ça va aussi beaucoup plus loin que ça et que cela met vraiment en cause l’individu dans sa propre estime de soi et là c’est, de mon point de vue, une réflexion de long terme aussi qui est requise pour prendre la mesure de ce problème et tenter de le traiter comme il convient.


[1] Voir notamment http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/01/nicolas-sarkozy.html

[2] http://www.appeldesappels.org/

[3] Gori R. Exilés de l’intime La médecine et la psychiatrie au service du nouvel ordre économique. Paris : Denoël ; Gori R., Le Coz P., 2006, L’Empire des coachs. Une nouvelle forme de contrôle social. Albin Michel