Sophie Desrosiers : “Communautés de résistance”-12° séance séminaire_100512

La présente séance du séminaire est l’avant-dernière de l’année universitaire et la première après que l’on ait changé de ligne politique. L’effet premier de ce changement est l’impression que l’on va pouvoir de nouveau parler avec des mots qui vont avoir un sens et non pas un double sens. Cela va probablement être plus facile de réfléchir, de penser[1]. J’ai intitulé cette séance « communautés de résistance » avec l’idée que bon nombre de séances ont été consacrées à l’examen de la déconstruction des attendus et conséquences des « réformes » de l’enseignement supérieur et de la recherche initiées par l’ancien gouvernement, que, par conséquent, il était bon de voir un petit peu aussi comment les uns et les autres essayaient de rassembler dans une perspective visant à construire quelque chose de nouveau. J’ai invité Olivier Gosselain qui a publié voilà six mois à peu près un article sur la Slow Science et la « désexcellence » et j’ai pensé aussi à demander à « l’Appel des appels » de venir nous parler de leur mouvement, qui existe déjà depuis 2009, dans la mesure où je suis régulièrement ce qui se passe au sein de l’Appel des appels et où ils viennent de publier coup sur coup un certain nombre d’ouvrages et que d’autres sont en préparation.

Donc on va commencer par Olivier Gosselain, enseignant-chercheur à l’université libre de Bruxelles, qui vient nous parler de « Slow Science et désexcellence : quelques poches de résistance en Belgique ». Pourquoi cet accent mis sur la Belgique ? Parce que, d’après ce que j’ai pu lire, c’est quand même un mouvement qui est très bien implanté en Belgique, en tout cas sur le plan de l’action. Vous avez eu un Workshop à la fin du mois d’avril. Et puis nous recevons Catherine Caleca qui fait partie de l’Appel des appels. Elle est maître de conférences en psychologie à l’université de Caen et va nous parler de l’Appel des appels et du thème sur lequel elle travaille plus précisément et qui rejoint ces communautés de résistance d’une façon très délimitée dans le domaine de la vieillesse. Le titre de son exposé est : « Vieillesse, impasse ou alternative ? ».


[1] Voir par exemple, Franck Lepage : « Un philosophe aujourd’hui oublié, Herbert Marcuse, nous mettait en garde : nous ne pourrions bientôt plus critiquer efficacement le capitalisme, parce que nous n’aurions bientôt plus de mots pour le désigner négativement. 30 ans plus tard, le capitalisme s’appelle développement, la domination s’appelle partenariat, l’’exploitation s’’appelle gestion des ressources humaines et l’’aliénation s’’appelle projet. Des mots qui ne permettent plus de penser la réalité mais simplement de nous y adapter en l’approuvant à l’’infini. Des « concepts opérationnels » qui nous font désirer le nouvel esprit du capitalisme même quand nous pensons naïvement le combattre… Georges Orwell ne s’était pas trompé de date ; nous avons failli avoir en 1984 un « ministère de l’’intelligence ». Assignés à la positivité, désormais, comme le prévoyait Guy Debord : « Tout ce qui est bon apparaît, tout ce qui apparaît est bon. » ». http://tvbruits.org/spip.php?article981