séance du 5 avril 2018 : Réformes anti-démocratiques et alignements en cascade dans l’ESR : Comment réinventer des prises critiques ? I

Ecole des hautes études en sciences sociales – Séminaire Politiques des sciences

Réformes anti-démocratiques et alignements en cascade dans l’ESR : Comment réinventer des prises critiques ? I. & II.

  1. Regards pluriels sur une situation désastreuse et ses évolutions possibles
  2. Perspectives d’action à court et moyen terme aux différentes échelles

 Jeudi 5 avril 2018, 17 h – 21 h

EHESS, 96 Bd Raspail, Paris – salle Lombard

lien vers les fichiers audio de la séance : https://tinyurl.com/yb8bhjr6

Les deux prochaines séances du séminaire Politiques des sciences (5 avril et 3 mai) ont pour premier objectif d’articuler un retour critique, collectif et polyphonique sur les luttes dans l’ESR. Depuis 2004, différents moments de mobilisation et de contestation ont marqué la mise en place des réformes, sans que les principaux concernés, chercheurs, enseignants, étudiants, praticiens des métiers multiples de l’ESR, aient pu infléchir ce qui apparaît de plus en plus comme un programme écrit de longue date. De multiples travaux, de nombreuses enquêtes collectives ont examiné en détail les transformations à l’œuvre et il nous a semblé important de faire un point sur plus d’une décennie de politique de l’ESR, pas seulement en France, tout en partageant des réflexions et des propositions sur les voies de sortie, de bifurcation ou d’inflexion disponibles ou à (ré)inventer collectivement. Actualiser l’inventaire des expériences de mobilisation et des enthousiasmes nés dans leur sillage – la plupart déçus – n’est pas un luxe, car la mémoire des luttes passées a tendance à se perdre. Elle se perd car ce qu’il reste de résistance à la destruction méthodique et anti-démocratique de l’ESR est en proie à l’usure et, surtout, à l’anéantissement par les alignements successifs, l’acceptation de nouvelles contraintes et la multiplication des arrangements et des compromis, qui prennent parfois l’allure de véritables compromissions. Il n’y a pourtant aucune fatalité ni « TINA », comme l’illustrent les récents revirements dans le « périmètre » artificiel de PSL. Bricolages, préservation d’espaces d’autonomie informels ou sous les radars, subversions ou refus des règles établies par les managers de la « recherche », blocages, sabotages, le répertoire d’action mérite d’être réexploré, discuté, étendu, pour qu’émergent de nouvelles stratégies et d’autres perspectives. Redonner des prises et retrouver du sens sont des priorités partagées dans de multiples univers professionnels. Peut-on les associer ou les faire converger avec des visions et des programmes qui assument leur charge politique ? Quels sont les échelles, les leviers, les ressorts de l’action et de la refonte collective de ce qui constitue un bien commun parmi les plus précieux : la création, la transmission et la mise en discussion des connaissances ? Le chapitre des bifurcations reste-t-il ouvert à l’espérance ?

Discussion animée par Francis Chateauraynaud (EHESS) et Arnaud Saint-Martin (CNRS et RogueESR) avec :

– Johanna Siméant-Germanos (ENS) : « Où il ne suffit plus de ne pas être dupe».

– Bruno Andreotti (Université Paris 7) : « Rater encore. Rater mieux ».

– Jean-Louis Bothurel (co-animateur du livret ESR de la France Insoumise) : « Économie de la connaissance et soumission du savoir ».

 

Textes en support :

– Jean-Louis Bothurel, « Économie de la connaissance et universités européennes (1). Où en sommes-nous ? », EuropeInsoumise.org, 13 mars 2018, https://europeinsoumise.org/fr/dossiers-thematiques/economie/item/86-economie-de-la-connaissance-et-universites-europeennes-1-ou-en-sommes-nous ; idem, « Économie de la connaissance et universités européennes (2). Où voulons-nous aller ? », EuropeInsoumise.org, https://europeinsoumise.org/fr/dossiers-thematiques/economie/item/87-economie-de-la-connaissance-et-universites-europeennes-2-ou-voulons-nous-aller

– Johanna Siméant-Germanos, « Démolition », Le Club Mediapart, 6 janvier 2018, https://blogs.mediapart.fr/johanna-simeant/blog/060118/demolition

– Groupe Jean-Pierre Vernant, « Le chat de Schrödinger, la tour d’ivoire et la marée de merde », 26 janvier 2018, http://www.groupejeanpierrevernant.info/#ChatTour

– Christophe Granger, La destruction de l’université française, Paris, La Fabrique, 2015. En lien : « Dans les ruines fumantes de l’Université », par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, Carnet Zilsel, 16 janvier 2016, https://zilsel.hypotheses.org/2380

Séminaire ouvert à tous.