« Intégrité scientifique » (deuxième partie). Séance du 21 mars à l’EHESS

Après la séance du 17 janvier, qui était déjà consacrée à la question, le séminaire remet sur le métier la question de l’intégrité scientifique. Si les atteintes à l’intégrité suscitent une légitime indignation, on essaiera de ne pas se limiter à une approche en termes de responsabilité individuelle, mais à comprendre les mécanismes par lesquels ces manquements peuvent se produire – ou être évités. C’est donc une séance sur l’intégrité au concret qui sera proposée. On réfléchira aux déclinaisons de ces questions selon les disciplines : certaines sont-elles plus que d’autres affectées par des manquements à l’intégrité et pourquoi ? On reviendra avec Pierre Corvol sur la façon dont il a réalisé le rapport français sur l’intégrité scientifique qui a contribué à la mise en place d’instances spécialisées sur la question. On écoutera Nicolas Chevassus-au-Louis souligner les dimensions structurelles de ces atteintes à l’intégrité. Florence Weber exposera ce que ces enjeux peuvent recouvrir en sciences sociales, en matière de sincérité des données ethnographiques en particulier. Claudine Cohen proposera un point de vue nourri de l’histoire des sciences sur les déclinaisons de cette question de l’intégrité.
Pierre Corvol (professeur honoraire au Collège de France), « genèse et développements d’un rapport ».

– Nicolas Chevassus-au-Louis (docteur en biologie et historien, journaliste, collaborateur régulier de Mediapart), « Pourquoi est-il (hélas) si facile de publier n’importe quoi ? »
Florence Weber (professeur à l’ENS), « Quels enjeux contemporains pour l’archivage des données d’enquête ethnographique? »
Claudine Cohen (directrice d’étude à l’EHESS), « Les sciences de la préhistoire : un domaine « privilégié » des faux ? »

21 mars, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.