19 décembre. La « soumission » de projet : des agences au capital humain

Interroger les fondements et l’efficace des dispositifs de financement et de recrutement qui affectent la manière de travailler des scientifiques, tel est le propos de cette deuxième séance de Politique des Sciences. Si les managers de la recherche, et avec eux certains scientifiques, ne semblent plus avoir pour horizon favorable de la recherche que d’augmenter le taux de sélection de l’Agence Nationale de la Recherche (l’ANR), c’est le signe qu’il faut remettre sur le métier ce qui semble aller de soi dans cette manière de concevoir la dite excellence scientifique. 
A quel  moment est-il devenu évident que le projet devait être l’élément majeur de l’appréciation de la valeur des scientifiques, et la base légitime du financement de leurs recherches ? Quand les grilles d’évaluation ont-ellesmélangé valeur scientifique, capacité à l’enrôlement de partenaires, diffusion, etc. (On pense notamment à la grille Excellence/Impact/Implémentation d’évaluation des projets européens, avec son mot de « Workpackages » WP1 WP2 WP3, son « Principal Investigator » et ses diagrammes de Gantt.)
Pour démêler ce que ces processus doivent aussi bien aux schèmes du New Public Management qu’à des théories qui se sont arrimées à autant de pratiques, on examinera à la fois une agence, l’ANR, des théories, celles du capital humain, et un processus, celui de la bureaucratisation néolibérale, qui tend à coloniser les subjectivités, dans la recherche et en dehors, avec parfois l’enthousiasme gourmand de ceux qui « soumissionnent ».
Trois exposés rythmeront cette séance :
  • Johan Giry, Défaire ou refaire l’autonomie scientifique ? Retour sur un conflit d’interprétations à propos de la genèse de l’Agence nationale de la recherche
  • Béatrice HibouChercher par projet: bureaucratisation néolibérale et liberté académique?
  • Michel FeherFacteur de production, entreprise, portefeuille : les métamorphoses du capital humain
La séance est ouverte. Elle aura lieu à l’EHESS, de 17 à 21h, le 19 décembre, en salle Lombart, 96 bd Raspail, à Paris.