Verbatim 5/6 Sylvain Piron_2° séance du séminaire

Sylvain Piron (EHESS)

Il y a quelques années, la présidente de l’établissement où nous nous trouvons nous expliquait de façon un peu mystérieuse qu’il fallait que nous nous préparions à entrer dans la « culture de l’évaluation ». J’avoue qu’au début, nous ne comprenions pas très bien ce qu’elle voulait dire. Désormais, nous comprenons parfaitement : cette culture, dans laquelle il faut entrer, est tout simplement celle de la LOLF.

Mais il y avait, au départ, une très grande confusion sur le mot, et l’on s’est fait berner dans un premier temps par cette confusion, précisément.  Je voudrais donc rappeler quelques éléments très simples, pour raccrocher ce débat à la question universitaire : comment cette vague mondiale, car il s’agit vraiment d’un phénomène gigantesque, mondial, qui a commencé il y a au moins vingt-cinq ans ou trente ans, aborde maintenant la France avec quand même un certain retard – ce sera d’ailleurs une de mes questions : pourquoi ce retard français ? – et a fini par atteindre l’université française il y a à peine quatre ans.

Les étapes de l’introduction d’une culture de l’évaluation gestionnaire dans l’enseignement supérieur

L’événement majeur de cette affaire, c’est la création de l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES), qui a été extorquée plus ou moins dans un jeu de dupes à l’issue des Etats-Généraux de la Recherche[1] (en 2004) qui voulaient effectivement une agence d’évaluation, mais issue du milieu professionnel. Alors qu’on a eu à la place une agence entièrement nommée et définie comme une instance d’évaluation externe. J’ai réfléchi un peu à la question, je dois préciser que je ne suis pas sociologue mais médiéviste. J’ai juste essayé de comprendre ce qui se passait au cours de l’année dernière et j’en suis arrivé à la conclusion qu’il fallait distinguer une évaluation gestionnaire d’une évaluation scientifique – j’emploie exactement les mêmes termes qu’Albert Ogien. La confusion s’est faite parce qu’il s’agit du même mot et que l’on a cru que sous le terme d’évaluation il s’agissait encore d’une évaluation scientifique, alors qu’il s’agissait de tout autre chose.

La scène majeure, qui a provoqué la prise de conscience l’an dernier a été la publication de ces listes absurdes, proposées par l’agence en question, la liste de revues de sciences humaines et sociales classées A, B, C en degrés de qualité, afin de juger rapidement, efficacement, de la production des chercheurs. Et devant la bêtise profonde, à la fois du principe même, mais aussi de la réalisation de ces listes, qui a été faite n’importe comment,  on a fini par comprendre que quelque chose de grave se passait dans notre milieu. Il y a eu une véritable prise de conscience – cela a été mon cas à l’été 2008 –, pour beaucoup de gens cela a été le début de quelque chose et je crois que cette prise de conscience sur l’évaluation et sur le délire gestionnaire  qui se profilait derrière et que l’on voyait arriver, a été un des ressorts principaux du mouvement de l’an dernier. Même si cela n’a pas été une revendication majeure explicite, cette prise de conscience, les textes et pétitions  lancés sur ce thème à l’automne, ont largement préparé le mouvement de l’hiver et du printemps (2009). On a pu comprendre qu’il y avait un phénomène global, que l’on n’était pas face à une série de mesures techniques sur le statut des enseignants-chercheurs, le démantèlement du Cnrs, et la réforme des concours ou mastérisation, mais que l’on avait bien affaire à un ensemble de questions liées et que la question de l’évaluation y tenait une place centrale.

Il y a eu une prise de conscience très utile pour tout le monde, accompagnée de publications importantes sur ce thème. Je vous renvoie à un excellent numéro de la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine dans lequel on trouve un très bon texte de Jean-Yves Mérindol sur l’historique de l’évaluation en France[2] qui montre que ce n’est pas du tout une idée nouvelle: cette évaluation gestionnaire, qui est issue du « New Public Management », se superpose à une exigence d’évaluation démocratique, tout à fait légitime, et quelque chose de beaucoup plus ancien, et c’est pour ça qu’on était touché de plein fouet, car c’est un exercice qui est au cœur du métier d’enseignant, de chercheur, d’universitaire, qui est l’évaluation scientifique. C’est un jugement par les pairs, qui est un jugement interne au sein de la communauté, qui juge fondamentalement de la recevabilité de travaux scientifiques et qui s’effectue donc sur des critères scientifiques. Alors que l’évaluation gestionnaire est un contrôle d’efficacité du fonctionnement de l’institution fait par des experts externes.

– une confusion générée par l’usage d’un même terme pour définir des pratiques foncièrement distinctes

La confusion a eu lieu parce que, non seulement il y a une confusion sur les mots, mais que dans les faits le jugement scientifique va souvent de pair avec une décision d’allocation des moyens. Bref, ce n’est jamais un pur jugement scientifique, il est tout le temps lié à des décisions, d’attribution de postes ou de financements. Y compris la publication d’un article dans une revue est un choix : c’est un article contre un autre. Il y a tout le temps des décisions qui sont prises sur la base de ces jugements, ce qui donne l’apparence également d’une activité gestionnaire. Et c’est en raison de ce recouvrement partiel des champs que l’évaluation gestionnaire a pu prétendre occuper toute la place et prendre le contrôle des opérations. C’est bien pour ça que la question des revues a été cruciale. La revue est le lieu par excellence du jugement scientifique, beaucoup plus que les commissions de recrutement ou les appels d’offre. Le comité de rédaction d’une revue est par excellence le lieu où s’exerce un jugement scientifique sur la qualité de travaux. Que les revues elles-mêmes passent sous la coupe d’une évaluation gestionnaire par le biais de ces fameuses listes, de ces classements absurdes, a été la goutte d’eau qui n’a pas seulement fait déborder le vase, mais a permis la prise de conscience du phénomène. S’y ajoute le fonctionnement de l’Agence dont on parle (l’AERES) et qui s’exerce à travers le contrôle des comités de visite,  sur lequel on reviendra dans une prochaine séance, mais je pense que c’est le principe même de cette évaluation gestionnaire qui importe le plus. Maintenant que l’on a dévoilé le processus, c’est déjà une grande part du travail qui est faite.

L’évaluation gestionnaire et l’expérience universitaire britannique

Je voudrais aussi revenir sur la situation en Angleterre, car ce sont les Anglais qui ont vécu ce que nous connaissons à peine maintenant. Ils ont été touchés de plein fouet par ce phénomène il y a trente ans, et ils y ont réfléchi et ont écrit des choses très intéressantes à ce sujet. Nos collègues britanniques dans les années quatre-vingt-dix et deux mille, ont beaucoup écrit sur cette question. Y compris  quelqu’un que je lisais comme étant une anthropologue, Marilyn Strathern, anthropologue de Cambridge qui a travaillé sur l’Angleterre mais surtout sur la Papouasie, a également abordé cette question de l’évaluation. Elle a compris ce qui se passait en étant responsable d’un College à Cambridge et en étant confrontée à ce phénomène. Elle a écrit de très beaux textes[3] et a dirigé un volume collectif sur « Audit cultures »[4], en observant en anthropologue l’apparition de ce phénomène culturel qui est donc une culture de l’évaluation.  Ses travaux m’ont renvoyé a un livre, un petit pamphlet publié en 1994, par Michael Power, qui est disponible sur internet, intitulé « The Audit Explosion »[5]. Ce texte a été suivi par la publication d’un ouvrage, qui a été traduit en français[6]. Mais le premier texte m’a paru extrêmement éclairant puisqu’il dit, entre autres choses, qu’il s’agit bien d’un phénomène global, marqué par l’élargissement d’une technique de contrôle financier à l’ensemble des activités de la vie sociale. Cela rejoint l’argument de Marcel Gauchet, évoqué dans la séance précédente du séminaire et qu’il développe dans son article du dernier numéro du Débat[7], précisément à propos de l’évaluation, en parlant de l’imposition du modèle du marché comme modèle social dans les différentes sphères d’activités humaines. Il me semble que c’est précisément l’audit qui a été l’instrument de généralisation du modèle de l’entreprise. C’est exactement ce à quoi le monde universitaire est à présent confronté. Power explique qu’il s’agit plus que d’une simple pratique, c’est bien davantage une structure de connaissance globale, un mode de fonctionnement social. Le point intéressant, devenu classique désormais, tient dans la transformation du mode de gouvernement qui en résulte, qui est un contrôle au second degré. Il ne s’agit pas d’un contrôle direct des activités, mais d’un contrôle des procédures de contrôle. Avec cet idéal de transparence qui en réalité produit de l’obscurité – j’y viendrai dans un instant. Ce mode de contrôle est invulnérable à l’échec : à chaque fois qu’il y a une crise, une entreprise qui s’effondre, on remet en cause, non pas le principe même du contrôle, mais les erreurs ponctuelles. Les contrôleurs se sont trompés, mais si le principe du contrôle doit être rénové, renforcé, il n’est jamais remis en cause. Et enfin il y a le fait que c’est une procédure qui est totalement active et non pas passive, qui construit les contextes dans lesquels elle s’applique, qui transforme profondément les institutions auxquelles elle s’applique et, une fois que le phénomène est beaucoup plus intériorisé, elle transforme même les individus qui s’attendent à être contrôlés de la sorte. Il m’a semblé très intéressant de voir qu’un texte écrit il y a quinze ans résume exactement ce qu’on découvre maintenant dans l’université française avec un très grand retard – c’est aussi une question dont on peut débattre : quelle est la raison de ce retard ?

Mais, pour terminer, je voudrais revenir sur un très beau texte de Marilyn Strathern, qui s’appelle précisément « La tyrannie de la transparence »[8], qui dit d’une façon très efficace, je crois, l’échec à appliquer ces méthodes au monde de la recherche, au monde universitaire. C’’est un type de contrôle totalement standardisé qui voudrait – comme on l’a entendu sur l’hôpital – standardiser des procédures, vérifier que les procédures sont bien appliquées en toute transparence. Le problème est que la recherche et l’enseignement sont des activités qui ne peuvent pas être menées en toute transparence et qui réclament de l’opacité. L’enseignement n’est pas transparent au sens où il ne s’agit pas seulement d’une transmission de connaissances. On passe aussi par des phases d’interrogation où il faut mettre les élèves devant des problèmes avant de les amener à les résoudre. On ne peut pas transposer les procédures. Ce que cache cette exigence de transparence me semble être une des questions clés de cette affaire.


[1] Le rapport est consultable ici http://cip-etats-generaux.apinc.org/

[2] Jean-Yves Mérindol, «  comment l’évaluation est arrivée dans les universités françaises », Revue d’histoire moderne et contemporaine, supplément 2008-4bis, pp. 7-27

[3] Marilyn Strathern, « ‘Improving Ratings’: Audit in the British University System », European Review 5, 1997, p. 305-321.

[4] Marilyn Strathern, (ed.), Audit cultures: anthropological studies in accountability, ethics and the academy, London, Routledge, 2000.

[5] Michael Power, The Audit Explosion, Demos, 1994 [en ligne] : http://www.demos.co.uk/publications/auditexplosion. Aux mêmes dates, le phénomène était aussi repéré par Albert Ogien, « L’esprit gestionnaire. Une analyse de l’air du temps », Editions de l’EHESS, 1995.

[6] Michael Power The Audit Society : Rituals of Verification, Oxford university Press, 1997 ; trad. fr. La société de l’audit : l’obsession du contrôle, La Découverte, 2005.

[7] Marcel Gauchet, « Vers une « société de l’ignorance » ? », Le débat, numéro 156, septembre-octobre 2009, p. 144-166.

[8] Marilyn Strathern, « The Tyranny of Transparency », British Educational Research Journal, 26-3, 2000, p. 309-321.