Troisième exposé 3° séance séminaire PDS_ Francis Chateauraynaud

Francis Chateauraynaud (GSPR-EHESS)

La recherche sous l’emprise du management : Le cas des STS, entre sciences sociales et gestion de projet

Mon intervention se fonde sur quatre séries d’interrogations. Il y a d’abord des observations faites en suivant pas à pas la crise de la recherche à l’aide de mes outils socio-informatiques. C’était effectivement tentant, face à toute cette production textuelle, tous ces rapports, ces événements et ces discussions, de voir comment cela évoluait au fil du temps.
C’est déjà une manière de remplir une partie du programme que Dominique Pestre a proposé : mettons en histoire les régimes discursifs en les suivant vraiment et donnons-nous des outils pour le faire. C’est une première proposition et là je ne pourrai pas montrer grand-chose [tableaux 1 & 2 Diaporama[1]], faisant comme si l’essentiel était connu. Sur les usages de Prospéro et cie, il y a pas mal de choses sur le web, donc je passe[2].

Deuxième interrogation : c’est une certaine inquiétude quant au devenir d’un des courants que j’ai moi-même pratiqué, maintenant bien connu dans la sociologie française et internationale, plus particulièrement sous l’expression de « sciences studies à la française ». Il s’agit bien sûr de la fameuse théorie des acteurs réseaux développée en particulier à l’Ecole des Mines par nos collègues Michel Callon et Bruno Latour. L’inquiétude est née de la manière dont une partie de ce courant contribue aujourd’hui à alimenter les réformes et les transformations des métiers de chercheurs [tableaux 5 & 6] nous privant du même coup d’un appui critique et réflexif. Car, effectivement, lorsque l’on retrouve les mêmes termes dans les discours officiels, comme par exemple cette injonction de faire des réseaux d’excellence, alors même que le courant dominant de la sociologie des sciences se fonde sur une théorie du réseau qui vous dit qu’un réseau est d’autant plus fort qu’il a réussi à se faire passer pour un réseau d’excellence en créant des points de passage obligés, vous avez affaire à une boucle quelque peu infernale dont il nous faut sortir. Je pense que vous voyez déjà le rapport entre les deux premiers points. Pour briser le cercle, il est important de disposer d’outils assurant une mise à distance des dispositifs et des discours, y compris des langages que l’on a pratiqués et contribués à mettre en place. C’est tout aussi vrai de Foucault, de Bourdieu, de Latour, de Callon ou d’autres. Il y a là un vrai travail analytique et réflexif à faire, lequel d’ailleurs n’est pas un problème spécifique aux sciences molles, ou de partage entre sciences sociales et sciences dures, mais plutôt un problème de construction d’objets d’enquêtes dans lesquels se retrouvent incorporées les théories du social et les sciences. L’inquiétude vient autrement dit de ceci : en devenant des normes de management, les mots d’ordre des sciences studies, comme « mettre les sciences  en société», ne bloquent-ils pas certaines formes d’enquête ? Mon objectif n’est pas de déconstruire mais de réoutiller l’analyse et de voir comment on peut poursuivre l’enquête et le raisonnement collectifs sans s’enfermer dans une langue de bois.

Le troisième point fait partie d’un autre fil que je développe depuis pas mal d’années : une approche pragmatique du pouvoir autour de la notion d’emprise – là aussi il y a des textes en ligne, je n’y reviens pas. Sur pas mal de terrains on voit comment s’installe la figure du manager, et on constate très nettement que des séparations comme artiste/manager ou chercheur/manager sont complètement déconstruites par un tas d’acteurs qui entendent imposer le modèle d’un être hybride aux compétences multiples. C’est finalement le polytropos de la tradition grecque, de la Métis, celui qui est capable d’être tout cela à la fois et qui sait lier sans être lié. Dans les discours normatifs qui nous sont assénés, il est clair que celui qui continue à opposer le manager au chercheur est disqualifié comme appartenant à un ancien régime.

La quatrième interrogation reboucle sur la première. Je pense qu’il faut sérieusement équiper nos défenses et nos contre-offensives, parce que si l’on se contente de défilés de discours critiques et d’indignation, outre le risque d’usure on ne se donne pas non plus les moyens d’une contre-attaque fondée à la fois sur une maîtrise des dossiers et sur un renouvellement des formes de la critique.

Je reprends tous ces éléments en trois grands points. Je repars de la question de la politique des sciences studies : nous avons là un très beau programme scientifique qui se déroule sur plus de trente ans, quasiment depuis le texte fondamental de David Bloor [tableau 4], qui énonce un programme fort en études de la science. L’idée est qu’il n’y a pas de noyau dur qui échappe à des conditions sociales, culturelles, aux jeux de pouvoir, etc : allons voir à l’intérieur et l’on va trouver des choses parfaitement descriptibles dans les termes d’une sociologie. Une perspective qui a fortement influencé les travaux pionniers de Callon et Latour, qui en ont proposé une refonte assez intelligente, puisqu’ils ont essayé de resymétriser le tout pour montrer comment sciences et politiques se co-construisent. Là je passe, vous connaissez certainement les grands traits de ce programme qui donne une définition positive de l’innovation, le tout s’étant mis en place dans le Centre de Sociologie de l’Innovation, c’est important de le signaler pour ce qui va suivre. Il faut néanmoins rappeler que ce programme a suscité des réactions assez vives. J’en rappelle deux rapidement. D’abord un article de François-André Isambert, qui était dans cette maison (l’EHESS), article intitulé : « un programme fort en sociologie de la science ? »[3] et qui voit très tôt dans le projet latourien un danger de relativisme. Il est intéressant de voir comment les entrées académiques étaient barrées, fermées, à ces travaux, ce qui explique en partie les stratégies de débordements sur les côtés et les alliances avec des acteurs hétérogènes ….

Deuxième moment fort, c’est l’affaire Sokal, sur laquelle je ne reviens pas[4]. C’est la fameuse guerre des sciences, enfin un épisode marquant de la guerre des sciences, car il y a évidemment eu d’autres aventures, dans laquelle Bruno Latour était une des cibles, pour beaucoup de commentateurs une cible injuste. Une des cibles majeures était Jacques Lacan, enfin, vous connaissez l’affaire. Mais quand on regardait bien, Latour apparaissait comme la véritable cible de Bricmont et Sokal, peut-être même aiguillonné par le Collège de France. On peut y revenir dans la discussion. En tout cas, cela a laissé des traces et a produit des interrogations majeures.

Ce qui m’intrigue, c’est pourquoi une partie du courant des sciences studies à la française, au lieu de tirer les leçons de ces chocs répétés, va pousser encore plus loin le modèle de l’hybridation, en entreprenant une hybridation des STS (Science, Technologie, Société) et de la gestion, et donc du management. Aujourd’hui, il y a de multiples productions dont je n’arrive plus à savoir s‘il s’agit véritablement d’analyse, de prescription, si c’est du management ou de la sociologie, ou si l’objectif est finalement à réaliser de manière performative une prophétie sur l’avènement d’un nouveau monde, d’une nouvelle science en société, à moins que nous ayons affaire tout simplement à une colonisation par les gestionnaires – contre laquelle il est plus facile de lutter. Donc, pour clarifier tout ça – parce que, tout à l’heure, Dominique, tu disais « eux », tu semblais désigner des ennemis un peu abstraits –, il faut respécifier, réidentifier, y compris dans nos propres milieux, qui fait quoi et dans quoi sont pris les uns et les autres. Il s’agit au fond de savoir avec qui on est d’accord, avec qui on est en désaccord, avec qui il y aura nécessairement conflit. Je passe assez rapidement là-dessus, mais c’est important.

Une partie des travaux de Latour et Callon a beaucoup investi la scientométrie et la bibliométrie [tableau 6] qui aujourd’hui nous reviennent dans la figure, en vertu de l’effet boomerang. Tous ces outils de mesure, la manière dont on nous mesure, nous évalue, étaient au départ investis, avec des fonctions critiques d’ailleurs, dans l’analyse des sciences et des manières dont se formaient des réseaux, des collèges invisibles, des choses comme ça. Et donc là, vous pourrez aller voir sur le site de l’Ades[5], fondée par Michel Callon en 1987, et reprise par d’autres ultérieurement, devenue au fil du temps un outil de normalisation – notion qui est d’ailleurs revendiquée.

Je passe au deuxième point en accélérant pour tenir mon temps. Je propose un aperçu d’une démarche d’enquête menée à partir de l’accumulation de documents depuis fin 2003 – la série documentaire débutant ici en 1997. Depuis la fin des années 1990, on enregistre la montée en puissance d’événements concernant la recherche [tableaux 7 & 8]. Avec nos outils socio-informatiques, j’essaie d’analyser ce processus – là on voit les choses par année [tableau 9], vous avez un enchaînement d’événements marquants qui se produisent – ici par mois [tableau 10] avec des pics de mobilisation, etc. Donc, au fond, un processus de mobilisation comme un autre. Il n’y a pas de raison que la sociologie des controverses, des mobilisations, des conflits, ne puisse pas tourner sur la crise de la recherche comme elle le fait sur le reste. C’est une boucle de réflexivité intéressante, qui met mal à l’aise par moment mais qui au fond est nécessaire pour produire des défenses créatrices.

Donc ça c’est la structure  [tableau 11] des données qui est derrière ce que je vais dire. Je ne vais pas m’y attarder. Ce profil là [tableau 10], vous voyez, il est de bon sens. J’ai vu que dans les premières discussions de ce séminaire quelqu’un se référait aux mobilisations contre la loi, LRU en décembre 2007, en effet ça n’a pas pris au niveau national, c’est resté confiné dans certains secteurs, ce qui a produit des effets, puisque dans le mouvement 2009 il y a eu un retour sur la loi LRU, mais elle était déjà passée. Il est important de souligner qu’il y avait déjà eu des protestations. A plusieurs reprises on voit des tentatives de relancer le mouvement ; rappelez-vous : l’Academic Pride, c’était au printemps 2008. Enfin, bon, la cause de la recherche et de l’enseignement supérieur a une histoire. Il est clair que tout cela se passe dans le temps, il y a des événements forts, etc. Mais ce qui va m’intéresser ici, pour essayer d’avancer, ce sont plus des structures. C’est pourquoi j’ai demandé à Prospéro de calculer la proximité des différents auteurs de l’ensemble du corpus [tableau 11]. Ce corpus contient un tas de producteurs de discours : ça va de l’assemblée nationale à l’Humanité en passant par SLR, Libération, Pécresse, Birraux. J’ai récemment introduit dans la base le rapport « Investir pour l’avenir » signé par Rocard et Juppé. Et la machine me dit que ce document est très proche, à cause de la notion de valorisation, de la prose d’un auteur-acteur qui est intervenu très tôt dans le dossier : Henri Guillaume, auteur notamment d’un rapport de mission sur la technologie et l’innovation, de 1998[6] [tableau 12]. L’Etat n’est pas encore atteint de sarkozyte à l’époque, on est bien avant, on est sous la gauche, et un certain nombre de gens, dont Allègre, découvrent que la France doit changer un certain nombre d’outils et de procédures, mettre au pas les chercheurs, voyez le premier thème : « un enjeu majeur : l’efficacité du couplage entre la recherche publique et le monde économique ». On est en plein dans le sujet, et ça se construit à ce moment là. Donc, face à d’énormes rapports comme celui-là, il est utile de pouvoir les faire lire par des machines, car on les oublie trop vite.

Un deuxième rapport du même Guillaume sort en janvier 2007[7] [tableau 13], lu par très peu de monde aussi. C’est une vraie question socio-anthropologique ça : qui lit les rapports, en fait ? Il y a des gens qui les lisent mais c’est assez opaque. Donnons-nous au moins un délégué qui va suivre ça de manière sérieuse … Donc 2007, Guillaume remet un rapport qui s’appelle : « Rapport sur la valorisation de la recherche ». Je n’ai pas le temps de l’analyser ici mais notez que la plupart des éléments se retrouvent dans : « Soutenir l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation » [tableau 15] qui est le titre de l’amorce de l’axe 1 du rapport Rocard-Juppé qui a été remis récemment. Il y a des éléments que l’on va retrouver effectivement, qui ont été acheminés et qui se sont figés progressivement, au fil du temps. Vous l’avez compris, c’est l’enjeu de ce genre de technique : parvenir à voir comment se forgent progressivement ces rhétoriques qui, une fois parvenues à un certain degré d’élaboration, donnent l’impression d’une certaine puissance parce qu’effectivement elles se sont constituées dans le temps en se renforçant au fil des épreuves. Pour analyser cela, nos outils utilisent des réseaux sémantiques et, parmi les catégories qui s’imposent, il y en a une, utilisée pour décrire un corpus – il s’agit ici de la catégorie “Management de la recherche” [tableau 16]. Ce registre s’organise autour de deux piliers principaux, particulièrement porteurs : l’innovation et la valorisation. Ce sont les deux thèmes principaux de la catégorie. Mais il y a aussi, en bonne place, la visibilité, la compétitivité, les incubateurs, les contrats de recherche, les pôles d’excellence, l’économie de la connaissance, etc [tableau 17]. On pourrait, ne serait-ce que sur ce réseau sémantique là, passer un peu de temps. Parce que c’est très intéressant. Si l’on veut mettre à distance ce discours là, il faut faire l’effort d’objectiver, d’épingler les thèmes. Innovation et valorisation occupent bien les deux nœuds centraux. C’est intéressant parce qu’on a des environnements qu’on pourrait explorer en poursuivant l’enquête. Vous voyez à travers ces différents tableaux que l’on peut faire varier les façons de représenter les choses pour essayer de saisir la structure de ce discours devenu envahissant.

Je passe rapidement à un autre point. Vous voyez que Dame Pécresse [tableau 19] – ce tableau donne les auteurs du corpus classés par volume de pages. Donc, Guillaume, l’Assemblée nationale, Sauvons La Recherche … Pécresse arrive en quatrième position dans le classement [tableaux 20 à 22]. Ce qui n’est quand même pas mal, puisque c’est semble-t-il important les classements. Vous pouvez constater que la catégorie « Management de la recherche » est très centrale [tableaux 20 à 22]. La catégorie dominante, mais c’est vrai aussi de Sarkozy, ce sont les Formules téléologiques : la volonté, le but, le dessein, le fait que l’on va de l’avant et que l’on est déterminé à mener une action  mais le management de la recherche, innovation et valorisation, surtout innovation d’ailleurs [tableau 21], occupent une place centrale. Si je vais sur les Etats-Généraux de la Recherche, autre document du corpus [tableau 20], on constate que ça descend. On a un effet de structure. On voit d’ailleurs que c’est la valorisation qui est au cœur du propos et moins l’innovation.

Troisième exemple, j’ai pris Rocard et Juppé pour rester sur le fil [tableau 21]. Vous voyez, à nouveau, la catégorie est très centrale, avec encore l’innovation placée au centre.

Là [tableau 22] c’est la structure des auteurs qui vont utiliser la catégorie. Je généralise la requête et je regarde qui utilise le plus cette catégorie. On retrouve sans surprise Henri Guillaume, l’Assemblée nationale qui a voté les lois (comme la LRU), Pécresse et l’on voit effectivement des choses qui ont attiré mon attention. Si on retrouve SLR, on voit surgir Larédo et Mustar. Là [tableau 23], c’est simplement un tri pour montrer que ça résiste, c’est à dire que ce n’est pas une simple question de volume de textes. Je propose de zoomer sur ces deux personnages. Pourquoi ? Eh bien parce qu’ils sont liés à mon problème initial : ce sont des amis du CSI (Centre de Sociologie de l’Innovation). On les croisait en séminaires quand on allait écouter Callon, Latour et leurs amis, surtout anglo-américains, qui venaient présenter leurs travaux. Chez Larédo et Mustar, le management de la recherche n’est pas au troisième ou quatrième rang : la catégorie est carrément au premier rang de leur contribution [tableau 24].

J’ai encore deux diapositives importantes à montrer et j’aurai épuisé mon temps de parole. D’abord Marlowe [tableau 26]. Je ne donne pas de précision sur ce sociologue électronique avec lequel on dialogue. En fait c’est un utilisateur assidu de Prospéro. On lui pose des questions, auxquelles il répond. Et parfois il nous surprend. C’est pour cela que j’ai retenu cet échange. Je lui ai posé une question standard au sujet des auteurs à lire en priorité dans le corpus pour bien comprendre la structure d’une catégorie. J’ai entré évidemment la catégorie « Management de la recherche », qui est celle qui m’intéresse. Il me répond : Larédo. Je lui demande de justifier sa réponse. Il fait apparaître un certain nombre de dispositifs, un réseau d’excellence, un « REX » en l’occurrence [tableau 26 et 27] qui semble largement conforme à ce que demande le gouvernement, lequel veut de gros pôles d’excellence, qui rassemblent les forces, etc.  Grâce à Marlowe, on voit pointer l’IFRIS … Je vous laisse poursuivre l’enquête en allant sur la toile… Au passage, un cycle de conférences est annoncé sur le site de l’IFRIS en partenariat avec l’ESIEE [tableau 28], qui est une école d’ingénieurs, et où l’on retrouve une forte préoccupation pour le management. Ça [tableau 29], c’est unn, des ateliers – « Governing Men and Things ». Un autre atelier a pour titre – « Do we still need public research ? ». Est-ce une question rhétorique ? On n’aurait sans doute pas posé la question comme ça ici … ou alors en français [tableau 30].

Venons-en, pour conclure, au troisième point, qui ouvre un chantier à partir des observations précédentes. Un ami, sachant que j’allais intervenir ici, m’a envoyé un lien [tableau 31] :  désormais à l’Inserm faire des formations en management sera une obligation pour les futurs leaders de la recherche. Il n’y a pas un jour qui passe sans qu’il y ait manifestation de cette emprise,  avec le discours qui va avec. Ici c’est la DRH de l’Inserm. Il y a encore quelques années, on n’aurait eu peu de chance de voir la DRH de l’Inserm surgir dans l’arène publique pour annoncer ce type de contrainte.

Ces observations redondantes me renforcent dans l’idée qu’il faut construire une sociologie capable de prendre en compte ces transformations et de rééquiper non seulement la critique mais aussi les forges de l’invention. Ce qu’on voit à travers nos corpus, ce n’est pas que du discours. Je me bats contre une assimilation réductrice de nos travaux au courant de l’Analyse de Discours. Je suis sociologue, je ne fais pas d’analyse de discours ou pas seulement. Le discours est évidemment important, mais ce sont des dispositifs, des configurations, des événements, des arguments qui intéressent nos sociologies. Ce qui m’intéresse plus particulièrement, c’est la solidité des arguments. Pourquoi un argument est-il plus solide qu’un autre ? C’est bien beau d’hybrider, de produire des débats, de faire discuter des gens, mais qu’est-ce qui fait que ça résiste ou ça ne résiste pas ? C’est ça qui m’intéresse et c’est méta-discursif. Je propose donc un premier modèle d’emprise – je vais conclure là-dessus – qui marche pas mal, on en a discuté au laboratoire ce matin. Puisqu’il s’agit d’introduire le management dans la recherche, puisqu’il s’agit finalement de former des ingénieurs et des médecins, des professionnels, et de leur dire : maintenant, c’est fini, vous devez être des managers, exhibons le modèle d’emprise sous-jacent. Ce modèle a pour figure de proue un pôle de management scientifique. Chaque organisation va ainsi être conçue comme un pôle, avec, légèrement en retrait, ce que j’appelle un panier de « réseauteurs » [tableau 34], des gens qui « réseautent ». Que vont faire ces gens, qui sont tous des as du management ? Ils vont mettre en place un système de pompes. Car un système d’ingénierie sans pompe, tous les ingénieurs le savent, ça ne marche pas. Tout d’abord une pompe à budget, c’est le plus classique, mais aussi une pompe à savoirs et une pompe à réseaux. Alors s’agissant de celles-ci, il faut sans doute renoncer au monde des bisounours. J’aime bien les travaux du mouvement du MAUSS, don contre don, je te donne des liens, tu me donnes des liens, etc. Mais le problème c’est que le calcul s’incruste dans les échanges et qu’il y en a qui ont des liens, depuis très longtemps, ils vous filent des liens qui n’ont pratiquement plus aucune valeur pour eux, et gardent ou concentrent les liens très importants. Et quand on regarde de près, échanger des réseaux, ce n’est pas simple. Je n’ai pas le temps de développer, mais il y a des textes en ligne[8].

Le mode de fonctionnement d’une pompe à savoir est assez simple. Vous organisez des workshops, des séminaires. Vous demandez les papiers des gens, vous allez sur le web et vous pompez les idées. Vous les remettez à votre sauce, vous valorisez très vite et vous obtenez des concepts qui marchent, qui ont été forgés par d’autres qui ont supporté les coûts de production. Banal en fait. Mais ce que dit Dominique Pestre quand il parle de changement de régime, et c’est très juste, c’est quelque chose comme ça : on est dans un monde aujourd’hui où il n’y a plus de localité protégée par elle-même. Très rapidement, quelque chose qui se fait à un endroit peut être utilisé par d’autres, à d’autres endroits, sans que vous ayez de prise sur le processus.

Les pompes à budget, c’est peut-être ce qu’il y a de plus facile. Dans ce genre de management, il faut évidemment viser l’Europe, sinon vous êtes complètement à côté de la plaque, il faut aussi de l’ANR et compagnie et des contrats privés. Mais une autre pompe est nécessaire : elle concerne les moulinettes et bases de données. Pourquoi pas Prospéro par exemple ? Bah c’est un peu « has been », parce que c’est fait par nous, donc par des artisans de l’EHESS. L’IFRIS, très en avance comme grand système de pompes,  va refaire un truc qui ressemble à Prospéro, mais version industrielle. Il suffit d’embaucher des ingénieurs et de les manager – il va de soi que dans ce genre d’ingénierie on ne fait pas le travail, on le fait faire.  Evidemment s’il y a le moindre pompage un peu saillant de Prospéro et cie, ça ne se passera pas comme ça. Pour finir, évidemment, il faut ajouter à ce système de pompes, pour que ça marche, de la main-d’œuvre qualifiée,  et donc des post-docs, et brancher tout ça sur des formations vers les thésards et les masters … et au final vous obtenez une organisation qui, normalement, devrait plaire à Mme Pécresse. Merci de votre attention.


[1] Le Powerpoint de l’exposé est téléchargeable à l’adresse suivante : https://moodle.aria.ehess.fr/course/view.php?id=60. Veuillez cliquer ensuite sur le dossier « fichiers audio et powerpoint » de la séance du 2 décembre 2009

[2] Voir socioargu.hypotheses.org/

[3] Cf. tableau 4

[4] Idem

[5] Cf. tableau 6

[6] Rapport téléchargeable ici : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001353/index.shtml

[7] Accessible ici : http://www.education.gouv.fr/cid4472/la-valorisation-de-la-recherche.html

[8] Voir notamment http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/11/16/74/PDF/Les_asymetries_de_prises2006.pdf