5° séance séminaire PDS_Jean-Charles Hourcade

J’interviens au nom d’une expérience particulière, parce qu’il est vrai que ma carrière et la vie de mon laboratoire ont partie liée avec la recherche sur contrat. On a eu des contrats depuis 1971, donc ça fait beaucoup ;  des contrats publics français, des contrats internationaux, des contrats de la communauté européenne, des Nations Unis sur l’environnement, de la Banque mondiale et j’en passe, mais aussi avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) en France, et les grands organismes industriels que sont EDF, Total, Renault, Schneider, etc. On compte aussi, dans notre domaine d’activités, des ONG environnementales : WWF, trois fois pour des ONG sur la lutte contre la faim, et deux fois pour la CFDT.

Mon intervention concerne les contenus de la recherche et la question de l’indépendance et de la perte d’indépendance. Je dirai un mot sur le problème de la carrière et des métiers de chercheurs. Il y a une dimension sur laquelle j’aimerais bien revenir plus en détail au sujet de la question de l’expertise publique, qui a été précédemment abordée par Marc Lipinski. Comme je m’occupe de questions d’environnement, d’énergie, de changement technique, évidemment on nous demande notre avis. Par conséquent, un chercheur, dans notre domaine, ne peut pas ne pas dire des choses sur des décisions qui engagent quelques milliards. Ce qui fait d’ailleurs qu’on est financé par des gens qui ont les milliards pour qu’on fasse des choses. Ce point est important parce que, quand même, la chose importante est certes de faire de la recherche, mais c’est aussi quand même que certains problèmes soient pris en charge par la société et que quand des décisions sont prises, elles soient le moins stupides possibles. Et pour rebondir sur ce que Marc a dit tout à l’heure, pourquoi les chercheurs ne s’investissent pas en politique, et je prends le mot politique dans un sens très large, si vous voulez, le chef de la délégation climat pour les Etats-Unis aujourd’hui, c’est Jonathan Pershing, quelqu’un que je connais bien, c’est un ami, il est géologue. C’est un universitaire. Le numéro 2 de la délégation américaine, lors de la dernière réunion, c’est un universitaire en sciences-politiques, qui est retourné à l’université. Ceux que je connais aujourd’hui, autour du gouvernement américain, comme au temps de Clinton, et qui sont autour de la table, sont des scientifiques et qui, pendant ce moment là, font de la politique. En France, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Et ça explique beaucoup de choses sur ce qui se passe là.

Donc ça c’est quand même un concernement personnel important. Donc gardez ça en tête que ce n’est pas seulement la recherche qui m’intéresse, c’est aussi le lien avec les problèmes sociaux et la manière dont on débat de façon publique.

Les contenus. Finalement mon intervention va être un petit peu historique pour faire sentir les phases positive et négative du financement de la recherche. Si j’ai fait de la recherche, c’est parce qu’il y a eu explosion de ces thématiques environnementales, changement global, qu’on appelle maintenant développement durable, avant la conférence de Stockholm[1], autour de l’affaire du Club de Rome[2]. A l’époque, je suis recruté par Ignacy Sachs qui est directeur d’étude à l’EHESS. Pourquoi est-il là ? Parce que l’EHESS a cette spécificité, en France, de recruter des gens de façon plus souple que ça n’est le cas ailleurs. C’est Braudel qui fait venir Sachs en France. Donc mon premier contrat, c’est celui-là, ce qui va devenir le programme des Nations-Unis pour l’environnement. On participe à Stockholm, tout ça. Comment ça suit après ? Pourquoi je suis resté ? Un, c’était passionnant et on voit bien l’enjeu. L’enjeu, c’est que l’on est forcé pour s’occuper de problèmes de long terme, de travailler avec des économistes – parce qu’il faut se projeter, il y a des quantités d’énergie, il y a des prix, des choses comme ça -, de travailler avec des ingénieurs – parce que, selon que l’on fait des biocarburants, du nucléaire, des trucs, il y a de la technologie derrière -, puis très vite les sciences de la nature, plus tard ce sera le climat pur, mais déjà il y a d’autres choses. Donc, on est vraiment dans un nœud de problèmes qui impliquent une interdisciplinarité, on ne peut pas séparer tout ça. On est donc forcé de faire ce qu’on peut avec ces trois domaines là. Les premiers à faire cela en France, c’est EDF. Ceci parce qu’elle fait partie de ces grandes entreprises qui voient bien qu’on se pose des problèmes à T+ 30 ou T+ 40 qui les concernent. Une centrale nucléaire ça dure 50 ans et même plus maintenant, un barrage hydro-électrique, c’est pareil. On est donc obligé de réfléchir sur de vastes plages temporelles. Outre EDF, il y a aussi la communauté européenne, et cela très tôt. La phase positive de cela est que le problème est venu de l’extérieur de la science, même si ce sont des scientifiques qui étaient derrière. Il y avait bien-sûr des gens qui avaient écrit des choses sur ces questions. Mais ce qui va faire que cela devienne un problème, ça émane de l’extérieur de la science et ce n’est pas le scientifique dans son laboratoire ou dans son appartement qui a dit : « ah, qu’est-ce que c’est important ! ». Il y a donc des acteurs économiques, des acteurs politiques qui ont décrété que c’était important et qui ont convié des chercheurs. Ça s’est passé comme ça.

Du côté français, les organismes de recherche finalement réagissent assez bien, parce que, en définitive, on est titularisés, mais on est des marginaux. Cela veut dire que dans les organismes de recherche, quelques-uns se disent, « c’est une curieuse affaire, il faut les aider ». Mais ça n’avait rien à voir avec la programmation de la recherche en France, bien entendu. Au niveau universitaire, c’est un non-sujet. C’est ce que l’on m’a dit, à plusieurs reprises, dans les années quatre-vingt : « ça n’existe pas comme sujet ». Heureusement que je n’ai pas attendu.

Autre point positif, qui est peu connu, mais il faut savoir que dans ces domaines il est nécessaire, si l’on veut comprendre ce qui se passe, de travailler avec les acteurs économiques. J’ai travaillé sur le nucléaire dans les pays en voie de développement. Je n’ai pu avoir le mini-succès que j’ai eu que parce que je travaillais avec EDF et d’autres gens, que l’Agence pour l’aide internationale de l’énergie atomique à un moment donné m’a donné les billes pour démontrer que c’était stupide de développer trop vite le nucléaire dans ces pays. Même chose pour la tarification des énergies renouvelables où j’ai travaillé comme ça, avec les mêmes méthodes sans lesquelles dans ces domaines vous ne pouvez pas travailler vraiment et comprendre ce qui se passe si vous ne travaillez pas avec des acteurs économiques. C’est simplement impossible. Vous pouvez faire semblant de dire des choses intelligentes, mais vous ne savez pas au fond ce qui se passe. Vous êtes bien forcé de mettre les mains dans le cambouis. Ça, c’est la phase positive.

Prix à payer dans cette affaire ? Prix à payer historiquement et risques futurs. Le prix à payer au niveau national est l’émiettement. A savoir que chaque ministère s’est dit : « il faut faire quelque chose là-dessus ». Alors vous aviez l’environnement, la DGMP (Direction Générale des Marchés Publics), les Affaires étrangères, et chacun avait son programme. Autant de guichets. Le sénat faisait ce qu’il pouvait avec des PIR, des programmes interdisciplinaires, quelques sous. Et tout cela faisait un tout très éclaté. Quand marc Lipinski est venu nous voir pour essayer de dire : « sur ces questions de développement durable, qu’est-ce qu’on pourrait faire ? », ma réponse a été : « ah, bon dieu, si pour une fois, on a une communauté comme la mienne, ou un était sur l’eau, l’autre sur l’énergie, le troisième sur des questions de la ville, etc., qui avions passé notre vie à lutter contre l’émiettement, sur des sujets qui devenaient à l’époque très porteurs mais avec des communautés très éclatées, si  on pouvait créer un réseau en Ile-de-France où, de fait, il y a un financement un peu commun et on se connaît depuis longtemps et on peut faire des choses en commun pour faire cesser cet émiettement, ça serait très bien ». Et grâce à lui, on y arrive tant bien que mal, mais on y arrive. Donc il y a un émiettement total en France.

L’Europe maintenant, qui a joué un rôle très important parce que, bien évidemment, elle a été le lieu central des financements. Avec l’inconvénient, phénomène réseau, comme l’a dit Gérard Lenclud, et une professionnalisation très forte dans d’autres pays que le nôtre, Angleterre, Pays-Bas et Allemagne, où, pour tenir la bataille sur les contrats européens, il faut une capacité de gestion importante. Il faut entre 20 et 30% de gestion, au sens de gestion comptable, administrative, colloques, etc. Donc un style de recherche qui même pour nous nous posait quelques problèmes pour résister. Deuxième chose : dérive science-expertise. S’il y a en Europe, comme dans d’autres pays bien-sûr, au milieu des années quatre-vingt-dix, une accélération des commandes qui fait que, même quand le chercheur sait que ses outils sont un peu limités, il doit répondre en temps et en heure en deux ans rapidement dans des formats déterminés, il n’a pas le temps d’accumuler au niveau des méthodes. Le prix à payer est important sur le plan social, parce qu’aujourd’hui dans nos domaines les modèles dont on dispose ne sont pas capables de répondre à certaines questions-clés qui devraient être mises en évidence. Je vais donner un exemple, évident dans le monde actuel : travailler sur des questions de réduction des gaz à effet de serre et des modèles économiques uniquement fondés sur la notion d’équilibre pose un problème dans une économie qui est un peu marquée par les déséquilibres. Mais pour des raisons techniques, un modèle avec déséquilibres, c’est plus compliqué à faire qu’un modèle avec équilibre et que c’est plus facile de vendre un contrat avec un modèle que vous avez et dont personne ne va regarder ce qu’il y a derrière. Cela vaut pour l’agriculture et la libéralisation de l’agriculture. Les chercheurs le savent, en général. Quand ils sont honnêtes, ils le disent. Question : c’est que là on a un vrai problème de décalage entre ce qu’il faudrait comme avancée de la recherche, et ce qu’on peut produire tant que l’on est soumis à une logique contractuelle de ce type là.

Je voudrais prendre un exemple personnel. J’ai été membre du conseil scientifique du dernier rapport de la banque mondiale sur le développement concernant le climat. Ce rapport était très important pour poser les questions de financement et d’incapacité des rouages actuels de négociation de résoudre le problème Nord-Sud. C’était ça le message. Si vous regardez ce rapport, c’est très simple, les gens qui écrivent le rapport savent que les outils sont inadaptés, et tout le rapport consiste à jouer avec les outils, dont on sait qu’ils ne disent pas ce qu’ils devraient dire, pour essayer de faire passer quelques idées qui sont, elles, intéressantes. Vous avez donc les outils et la critique des outils dans la thèse. Mais les outils appropriés ne s’y trouvent pas. Sur ces dossiers là la situation est grave. Sur les modèles climatiques, des gens comme Hervé Letruc se disent « mais bon dieu, nous en France on est en train de perdre la course sur l’amélioration des modèles de climat. Tout le monde en parle. On n’a plus les moyens d’accumuler sur le long terme pour résoudre des problèmes théoriques, scientifiques, techniques que l’on a à résoudre ».

Venons-en maintenant à l’examen des risques pour le futur. Vous voyez bien que je ne suis pas contre la recherche par les contrats, je suis même pour la recherche avec un financement comprenant une participation privée. Je trouve impossible de faire sans ça. Mais il y a un problème de condition de réalisation pour que ça se passe bien. De mon expérience je tire les enseignements suivants : Un, il faut accepter la recherche sur contrat, mais il faut voir ce que ça veut dire derrière ; deuxièmement, tout se joue sur un problème de rapport de forces. Tant que le pilier public est suffisant, non seulement pour dire non, résister en termes financiers comme en termes de décision scientifique. On peut décider de prendre le risque parce qu’on estime que c’est important. Donc, si vous avez un déséquilibre où une régulation publique de la recherche est incapable de jouer sur des programmes au long cours, ce système peut dériver très vite. C’est un problème de capacité de régulation, qui soulève la question de savoir dans quelle mesure les organismes de recherche sont armés pour faire cette programmation au long cours ? Mais la responsabilité est du côté public. Mais s’il y a un déséquilibre, c’est, de fait, extrêmement grave. Deuxièmement, bien-sûr, en termes de statuts et de carrières, il est évident que dans un domaine comme celui-là on ne peut pas raisonner uniquement avec des chercheurs sur statut, mais qu’en même temps aussi, s’ils ne sont pas en nombre suffisant, rien ne peut se faire, au nom de ce problème de l’équilibre et du rapport de forces. Un des risques, ici, c’est un problème de concurrence et de coopération. Je ne suis pas dupe. La recherche est un milieu compétitif, c’est un milieu de concurrence. Sauf que cela devrait être un milieu de concurrence et de coopération. Les deux en même temps. Et il y a un risque, de fait, pour que le système actuel tire vers un émiettement et la question des laboratoires et de leur maintien est un problème très important. C’est là que peut-être moi j’ai une expérience très particulière par rapport aux autres sciences sociales. Dans notre domaine, il est impossible de survivre en l’absence de laboratoires, forts et constitués. Pour nous le risque n’est pas là. Dans mon domaine, tel qu’il se pose surtout en France, le problème est que la façon dont on mime un système américain ou anglo-saxon qu’on connaît mal conduit, à mon avis, à avoir chez nous un peu le pire des deux mondes, c’est à dire du libéralisme avec du colbertisme. On dit qu’on libéralise et qu’on décentralise mais, en pratique, on est très centralisé. Et dans mes domaines le lieu du colbertisme est très simple. Il est quand même sur le plateau de Saclay. Ce n’est pas un hasard. Il y a un certain nombre d’acteurs économiques forts sur ce plateau : le CEA, AREVA, etc. Tout ça n’est pas rien pour l’histoire économique française. Et beaucoup de grandes écoles derrière. C’est un vrai problème, un vrai enjeu car il est difficile de se mesurer à cet ensemble.

En Europe le risque existe parce qu’il y a une dérive de l’appareil européen, surtout qu’on est à 27 désormais, à faire des grandes opérations démonstratives, des grands trucs. On va sélectionner et centraliser les meilleurs réseaux et par exemple va être fait, et on en fait partie, le réseau  Climat : des millions d’euros, fait par une initiative européenne centralisée, quelques grands laboratoires, grands réseaux. Je fais partie du climat français, il y a l’équivalent à Berlin, il y a les Anglais, les entreprises. Et là par rapport au schéma que j’avais esquissé auparavant, où EDF se pose des questions, c’est Total qui s’en pose, c’est Renault, enfin ce sont de vraies questions qu’une entreprise se pose : « tiens j’ai besoin d’y voir plus clair ». C’est une vraie décision. Le risque qu’il y a, ce n’est pas un risque, cela se passe comme ça aujourd’hui, en France et en Europe, c’est le fait de se dire : « on va tordre le bras aux entreprises pour qu’elles financent certains programmes ». Et bien sûr les deals sont très politiques dans un truc comme ça. Donc, c’est l’entreprise comme acteur politique avec certains gouvernements et, bien-sûr, vous avez plusieurs niveaux de jeu derrière. C’est important à suivre parce que, dans notre domaine, le coup est joué. Donc la question, c’est que ce n’est même plus un problème de présence du privé ou pas, c’est quel type de décision qui fait que l’Europe va prendre des grandes initiatives et, dans ces cas là, comment se fait la négociation entre les politiques et les grands acteurs industriels ? Pour arriver à la conclusion, je crois qu’il faut raisonner de plus en plus sur un triangle : recherche publique – ce qui veut dire une capacité de programmation sur le long terme ; ce qui veut dire des laboratoires ; ce qui veut dire une logique collective -, recherche privée, au sens des industriels qui ont des besoins, et il faut que, du côté de la science, nous nous organisions de façon telle qu’on ne perde jamais la main sur le contrôle scientifique. Ce n’est pas un rêve, je crois que c’est possible parce que, du côté des intérêts privés et des intérêts publics, il n’y a pas de front uni. C’est de notre responsabilité de nous organiser pour être capable de répondre. Et de dire « non » de temps en temps ou de suggérer autre chose. Ce triangle à mon avis est jouable. Au moins en France aujourd’hui on essaie de le jouer de façon telle que la partie science, en tant qu’acteur, risque d’être éclatée et incapable de répondre.

Sur les carrières de chercheurs, par rapport au modèle standard que l’on a connu tous dans notre jeunesse, il va falloir que l’on en garde les avantages, corrige certains inconvénients et je pense que l’on a un gros problème derrière qui est celui de la pondération entre des CDI et des postes de fonctionnaires. La deuxième chose qui est importante, c’est la rigidité disciplinaire, surtout en sciences humaines. C’est que nos procédures de sélection, qu’on le veuille ou non, restent étroitement disciplinaires. Et si on veut jouer le jeu que je viens d’évoquer, ou y être présent, cela demande d’être un peu plus capable d’adaptation.


[1] La première rencontre internationale de l’ONU sur la protection de l’environnement se déroule en 1972 à Stockholm. Un des aboutissements de cette conférence est la création du PNUE, le programme des Nations Unies pour l’environnement. Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sommet_de_la_Terre

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_Rome