5° séance séminaire PDS_Gérard Lenclud

Quelques remarques préalables

Je voudrais tout de suite préciser que je n’interviens pas dans ce débat au titre de spécialiste des politiques de recherche, bien entendu. Je voudrais ajouter quelques autres  précisions. Tout d’abord, je ne suis bien évidemment pas le porte-parole de l’ANR. Je n’appartiens aucunement à cette institution ; j’y apporte seulement une collaboration épisodique comme beaucoup d’autres chercheurs ou universitaires. Je ne suis donc pas «  payé » pour chanter ses louanges ou pour la défendre, soit contre des attaques de principe, au nom de la nocivité intrinsèque des financements sur contrats, soit contre des critiques émises à l’adresse de son mode de fonctionnement ; je pense particulièrement à l’évaluation.

Ce n’est pas tout. Pour que les choses soient également très claires, il se trouve que je n’ai jamais eu ni l’envie ni l’idée de répondre à un appel d’offre de l’ANR. Je n’étais d’ailleurs pas particulièrement chaud à son égard lorsque j’ai assisté, depuis le département SHS du Cnrs, à son apparition sur la scène scientifique. Les conditions en étaient totalement précipitées et, assez curieusement, il a fallu que ce soit le Cnrs qui fournisse à l’ANR une liste d’experts  afin de procéder  à l’évaluation des projets déposés.

A quel titre puis-je parler de l’ANR ? C’est d’abord pour avoir participé sur le tard, à un certain nombre de ses comités scientifiques en charge d’arbitrer les projets candidats ;  je l’ai fait en tant que rapporteur, comme un grand nombre de collègues, c’est à dire en tant que personne proposant des noms d’experts et confrontant les avis de ces experts entre eux. Puis j’ai participé, sur le tard également, à un certain nombre de réflexions de son comité dit « sectoriel SHS », qui est chargé de conseiller l’ANR en ce qui concerne l’élaboration de sa politique scientifique. C’est à dire, très concrètement : choix de thématiques prioritaires, proportion des appels d’offres thématiques par rapport aux appels d’offres « blancs », définition des appels d’offres thématiques, modalités de leur lancement et surtout leur chronologie, pluriannuelle ou non, mode de participation des communautés scientifiques au choix des thématiques, sachant que bien évidemment une thématique réussie pour l’ANR, c’est une thématique où il y a beaucoup de projets déposés.

Je dirai rapidement que ce sont les activités normales d’une agence de moyens dans le domaine de la recherche. Et je voudrais rappeler à cette occasion que l’expression « agence de moyens » est une expression qui est essentiellement vague, au sens où elle identifie extrêmement mal les institutions. Il y a évidemment toujours eu des agences de moyens avant qu’il y en ait officiellement en France. Je dirai que le Cnrs en était et en est, je le pense, toujours (et peut-être même plus) une à sa façon, et un laboratoire l’est évidemment, à sa façon, pour ses membres. Pour définir ce qui fait d’une institution une agence de moyens, il faut se pencher sur la part de son activité consistant à distribuer des moyens.

Troisième remarque. Je dirai que je ne suis absolument pas qualifié pour évoquer les incidences de l’existence de l’ANR sur la recherche proprement universitaire. J’ai tendance à croire que ses conséquences sur la recherche universitaire sont beaucoup plus importantes que celles déjà notables que l’on peut constater dans les organismes de recherche, en l’occurrence au Cnrs. La recherche universitaire était au sens le plus strict la parente pauvre ;  elle l’est aujourd’hui beaucoup moins d’un point de vue financier grâce à l’ANR.

Quatrièmement, et là je vais certainement heurter le sentiment d’un grand nombre d’entre vous, je n’ai jamais pensé, et je ne crois pas être le seul, que le principal obstacle de la recherche en SHS en France et au Cnrs était la pénurie financière. Du moins considérée globalement. Certes certains secteurs de recherche peuvent se trouver dans la situation de manquer de moyens financiers et certains projets souffrir d’un financement insuffisant. Ce que je veux dire c’est que, en bloc, le financement alloué au Cnrs en matière de recherches SHS n’a jamais cruellement péché par défaut. La meilleure preuve en est que de nombreux laboratoires n’arrivaient pas à dépenser la totalité des moyens qui leur étaient alloués. Je vais même, par conséquent, dire que la réponse apportée par l’ANR sous forme de financement à la recherche SHS n’est évidemment pas la seule réponse à un problème unique qui se poserait et, disent certains, la panacée. Certainement pas. Mieux même, je suis convaincu que les sommes distribuées à nombre de projets par l’ANR entre 2005 et 2008, une moyenne comprise entre 145 000 et 175 000 euros par projet, sont excessives et pourraient être mieux employées autrement. Je pense que les SHS n’ont pas à singer les sciences de la nature. Or c’est un tout petit peu comme cela que ça se passe on va dire en gros, au sein des institutions de financement où le sérieux d’un projet se mesure au départ au montant demandé. Un projet de 15 000 euros n’est pas nécessairement pris au sérieux. Ce qui est absurde. Il y a donc, et il faut le noter, une complicité objective – comme on disait autrefois – entre l’agence de moyens et la communauté scientifique pour surévaluer le coût des projets. En soi, ce ne serait peut-être pas grave, sauf que cela a des conséquences (indirectes) extrêmement graves pour les autres formes de financement.

Et j’en viens justement à ma cinquième précaution. Pour que les choses soient claires, je suis convaincu qu’il faut maintenir un principe de dualité de financement, sans doute un financement sur projet, mais également un financement récurrent sur des programmes au long cours qui correspondraient à ce qu’on pourrait appeler à peu près une exigence de veille scientifique. Je vais prendre à titre d’exemple, qui n’est pas tout à fait imaginaire, le tout petit nombre de chercheurs qui travaillent sur les manuscrits de la Mer Morte. Leur déchiffrement constitue une entreprise de longue haleine. Si on la juge pertinente, et en attendant l’émergence de laboratoires européens sinon internationaux, cette entreprise là ne peut pas s’accommoder des à-coups d’un financement sur contrat qu’au demeurant elle n’obtiendrait pas. Sur ce point précis, qui me paraît être très important, de la nécessité pour les SHS en France d’un financement récurrent, les responsables de l’ANR en sont parfaitement d’accord. Et, à ma connaissance, aucun d’eux n’a jamais prétendu devoir détenir un monopole du financement en SHS ni se substituer aux organismes de recherche ou aux universités. Ce n’est pas de leur faute si ces organismes de recherche, éventuellement, ou ces universités, éventuellement, n’ont pas de politique de recherche. Je pense, par conséquent, que si une distorsion flagrante entre le financement sur projet et le financement récurrent venait à franchir un certain seuil, cela résulterait seulement d’un a priori idéologique et de source politique même si de nombreux chercheurs y souscrivent, en le disant ou en ne le disant pas.

L’ANR et le financement de la recherche en SHS

Voilà. Maintenant quelques réflexions rapides sur le rôle de l’ANR dans le financement des recherches SHS. La question est de savoir si cette agence a changé la donne dans le financement des recherches. Et bien, tel est évidemment le cas et s’est réalisé progressivement. Deux ou trois chiffres simplement, pour qu’on les garde en mémoire. Entre 2005 et 2008, 2297 projets ont été déposés. Ce qui indique au demeurant le nombre de projets candidats qui émanent d’équipes universitaires. Sur ce total, 578 ont été financés pour un montant global de 104,4 millions d’euros, avec, je l’ai dit, une allocation moyenne par projet comprise entre 145 000 et 175 000 €. Je remarque en passant que cette allocation moyenne par projet est infiniment supérieure au montant moyen du budget attribué, en tout cas par le Cnrs, à ses laboratoires SHS. Donc, évidemment, l’ANR a changé la donne dans le financement de la recherche SHS. Cette dernière a globalement plus de moyens ; ce serait complètement absurde de le nier.

Maintenant la question intéressante est la suivante : est-ce que cette transformation du mode de financement de la recherche SHS a modifié le contenu intellectuel de la recherche ? A cette question, je dis franchement que je n’apporterai aucune réponse, faute de l’avoir.  Et je serais très curieux de l’avoir, cette réponse. Je doute fortement que quiconque soit en mesure de la donner, du moins une réponse sans a priori. Pourquoi ? Parce que pour y répondre il faudrait enquêter bien davantage chez les chercheurs que sur l’ANR. Ce qu’il faudrait savoir en particulier, c’est ce qu’un chercheur a dans la tête au moment où il dépose un projet, est-ce qu’il formule son programme de recherche ou est-ce qu’il ajuste son programme de recherche à ce qu’il pense devoir être attendu par cette institution qu’est l’ANR, notamment, éventuellement, attendu des attendus, si je puis dire, supposés de l’ANR à ce sujet ? Cela demanderait donc une enquête extrêmement approfondie qui, à mon avis, amènerait à des conclusions très nuancées. Une chose est sûre, c’est qu’il est vraiment absurde de prétendre que l’ANR importe dans les SHS un critère d’utilité immédiate, comme j’ai pu le lire, qu’elle instrumentalise les SHS, je l’ai lu, qu’elle privilégie à tout prix le socio-économique, et – pourquoi pas ? – qu’elle apporte ces sciences sur un plateau alors à ce que vous voulez : depuis le CAC 40 jusqu’à éventuellement le Grand Capital dont, au demeurant, on se demande ce qu’il pourrait faire des SHS.

Je rappellerai seulement pour démontrer l’absurdité de cette prise de position qu’en 2009 l’ANR a financé 116 projets pour un montant global de 28 millions d’euros. Sur ces projets, 33 étaient thématiques contre 61 non thématiques et 22 de coopération internationale. Est-ce que ces 61 projets non thématiques financés par plus de 50% du montant global disponible véhiculaient une intention qui n’était pas une intention de connaissance au départ ? Soutenir ce point de vue est, à mon sens, injurieux pour la communauté scientifique elle-même.

L’ANR et son influence sur le mode d’exercice de la recherche en SHS

Alors maintenant il y a une toute autre question qui se pose. C’est celle-ci : est-ce que le mode de financement de la recherche sur projet, tel que pratiqué par l’ANR, a transformé le mode d’exercice de la recherche en SHS ? La réponse est certainement oui. Et là, c’est bien le fonctionnement de l’ANR, mais tout autant l’adhésion de fait de la communauté scientifique à son principe de fonctionnement qui sont à l’origine de cette transformation du mode d’exercice de la recherche. Je vais aller très vite et ne prendre que deux points.

Premier point : l’ANR a, de fait, une politique scientifique. Elle s’exprime par exemple dans le choix de conjoindre des appels d’offres « blancs » et des appels d’offres thématiques. Ici ou là, notamment dans les réunions de discussions pour la préparation des appels d’offres, un certain nombre de voix s’élèvent pour privilégier absolument le principe de l’appel d’offre blanc. C’est, entre parenthèses, celui qui a été retenu par l’ERC (European Research Council). L’idéologie du blanc se résume à deux propositions : 1/ Personne n’a à définir les objets de recherche qui devraient être ceux des chercheurs. Il appartient aux chercheurs de les définir ; 2/ Que le meilleur gagne. C’est ce qu’on entend à l’ERC. Je voudrais faire deux remarques à ce sujet. Tout d’abord, assez curieusement, et sans que je puisse m’expliquer le phénomène, les chercheurs répondent davantage aux appels d’offres thématiques qu’aux appels d’offres blancs de l’ANR. Cela ne va absolument pas de soi, ni pour moi ni pour certaines des personnes qui travaillent à l’ANR. En second lieu, tout repose évidemment sur la qualité de l’évaluation. Si on dit, comme à l’ERC, que le meilleur gagne, très bien, mais est-ce que c’est toujours le meilleur qui gagne ? Je voudrais faire deux réponses très provisoires à propos de ces deux remarques rudimentaires. Si les chercheurs répondent davantage aux appels d’offres thématisés, il s’ensuit ipso facto que la politique scientifique de l’ANR est suivie d’effets. Il va de soi que, dans le cas contraire, cela ne se passerait pas de cette façon là. Les programmes de recherche thématisés, qui sont d’ailleurs très ouverts de manière à ce qu’il y ait un nombre suffisant de réponses, ces programmes de recherche contribuent plus ou moins à modeler, je ne dirai pas exactement le contenu intellectuel des projets déposés, mais au moins la délimitation globale de leur sphère. Et là je dirai très simplement que moins les organismes de recherche ou les universités élaborent des programmes scientifiques pour les unités qui en dépendent et davantage sera efficiente la politique scientifique d’agences de moyens telles l’ANR. Alors dirait-on maintenant que la seule politique scientifique qui vaille serait celle élaborée au jour le jour par les chercheurs eux-mêmes ? Peut-être, sans doute, mais dans ce cas là, il faudrait savoir quelle est la main invisible qui va procéder à la répartition des moyens. Qu’est-ce qui va dire, p.e. au Cnrs que l’on réservera tant pour telle discipline, tant à tel champ de recherche, etc. Au Cnrs, tel que je l’ai connu quand j’y suis arrivé, la main invisible était tout simplement la main de l’habitude. On reconduisait grosso modo le principe de répartition d’hier, dont toute modification entraînait des réactions de la part de chaque communauté disciplinaire qui jetait un coup d’œil sur le budget de la communauté voisine. D’où réactions, d’où problèmes. Je dirai que grosso modo, la main invisible, c’était tout simplement la main qui avait agi la veille. Dans le cas de l’ANR ou dans celui d’une autre agence de moyens, la main est visible, elle choisit de grandes orientations thématiques. Et, de fait, la réponse à ces appels d’offres témoigne d’une certaine forme d’adhésion de la part de la communauté scientifique. Il suffirait bien évidemment que dans le cadre d’un appel d’offre thématisé les gens ne répondent pas pour que cet appel d’offre ne soit pas continué.

L’évaluation des projets

Réponse provisoire maintenant pour ce qui en est de l’évaluation. Il semble qu’il soit plus facile d’évaluer un projet répondant à un appel d’offre thématisé que blanc, tout simplement parce qu’il y a une référence partagée. L’ERC, p.e., a fait le choix du blanc. Est-ce que c’est toujours le meilleur qui gagne ? Certaines personnes ici pourraient répondre mieux que moi à cette question. Dans le cadre des programmes thématiques de l’ANR, l’agence a recouru, il y a deux ans, à 85 rapporteurs, dont 36% d’étrangers, et ces 85 rapporteurs ont sollicité 2334 experts. Une chose intéressante à noter est celle-ci : 46% des experts sollicités ont effectivement livré des expertises. Est-ce beaucoup ou n’est-ce pas beaucoup ? Je ne sais pas. En tout cas, il est clair que le problème crucial est celui de la disponibilité des chercheurs pour tenir lieu d’experts et celui du temps qu’ils acceptent d’y passer. Alors, est-ce le meilleur qui gagne – avec cette conséquence que l’ANR contribuerait activement, dans ce cas précis, à structurer le champ de la recherche en SHS ?  Je ne vois pas très bien qui peut répondre à cette question. Tout ce que je peux dire, c’est que les projets sont effectivement discutés et qu’un avis final est rédigé qui est suffisamment détaillé en général, me semble-t-il, pour que le candidat malheureux ait une idée pas trop vague des raisons de son échec. Je dirai, sans du tout porter un jugement global, ce qui est impossible, que c’est plus transparent que dans d’autres enceintes d’évaluation, où il fallait souvent quémander des bribes d’information dans la mesure où le rapport fait ne rendait pas compte, et chacun le savait, de la réalité des débats.

Réseaux de recherche contre laboratoires ?

Deuxième aspect différent du changement provoqué par le financement du projet et qui concerne toujours le mode d’exercice de la recherche. Si une agence finance à une certaine hauteur des projets émanant, sinon d’individus, mais d’individus associés entre eux, mais en tout cas pas de laboratoires, est-ce que l’ANR a contribué, si j’ose dire, à « désocialiser » la recherche en SHS ? Par exemple, est-ce qu’elle a introduit dans les laboratoires un principe de concurrence généralisée ? Là, je crois que sur le sujet il faut également être honnête. L’ANR n’a certainement pas importé la lutte de chacun contre tous dans un univers qui aurait été caractérisé uniquement par le travail collectif. En bon français, je le dis, elle n’a pas fait pénétrer le loup du contrat dans une bergerie. Dans des proportions qui varient évidemment selon les chantiers disciplinaires, la recherche en SHS a toujours revêtu un aspect assez individuel et pour des raisons qui ne sont certainement pas toutes mauvaises. En revanche le financement sur contrat a certainement accéléré une évolution qui peut conduire, dans certains cas et dans certaines disciplines à rendre totalement problématique la réalité scientifique de la notion de laboratoire. Je vais prendre pour terminer un cas extrême et certainement totalement imaginaire. Un laboratoire dispose d’un récurrent de 25 000 €. Un chercheur de ce laboratoire dépose à l’ANR un projet qu’il compte réaliser avec quelques collègues appartenant à plusieurs autres formations de recherche. Il gagne le jackpot : 250 000 €, c’est à dire très exactement dix fois le montant de la somme que le responsable du laboratoire répartissait aux chercheurs dont les différents projets constituaient le programme scientifique du laboratoire. J’ignore comment cela se passe dans la plupart des cas, mais ce que l’on peut très bien imaginer, c’est l’évolution suivante : l’activité scientifique en SHS deviendra de plus en plus le fait d’équipes dont la constitution est ad hoc en vue de l’obtention de financements et ces équipes coïncideront de moins en moins avec la composition du laboratoire. Soyons là encore une fois honnêtes. Le fonctionnement en réseaux plus qu’en laboratoires était déjà un trait caractéristique de la recherche en SHS. Mais ce trait caractéristique va certainement s’accuser avec le poids du financement contractuel. Qu’en sera-t-il alors du maintien de ce que j’ai appelé la veille scientifique,  le maintien de ces entreprises d’accumulation du savoir au long cours ? Là est, je crois, le vrai problème.

En réponse à quelques réactions de la salle à mes propos, je voudrais ajouter 4 choses à ce que j’ai dit.

1)      Je maintiens que l’ANR, telle qu’elle fonctionne à ce jour, est la co-production continuée d’une volonté ministérielle, si l’on veut,  et de l’adhésion des communautés scientifiques à son existence. Le nombre de projets déposés en administre suffisamment la preuve.

2)      Dira-t-on que les chercheurs n’ont pas le choix ? Ils y seraient tous allés à reculons, une épée dans le dos. La situation n’est pas comparable, en tout cas,  dans les SHS et dans les sciences de la vie. Il me semble que nombre de programmes peuvent à ce jour, sans préjuger de ce qu’il en sera demain, être menés à bien en SHS, au CNRS en tout cas,  sans les montants demandés à l’ANR.

3)      On me fait observer que la formule ANR fut imposée pour le pire aux chercheurs et qu’il ne faudrait pas participer à ses activités. Fort bien mais que dire alors d’un chercheur, hostile par principe à l’existence de l’ANR, déposant « par force » un projet et obtenant le montant demandé ? Est-il une victime innocente d’un dispositif diabolique ? N’a-t-il pas participé à la perpétuation de ce dispositif tout autant que le rapporteur et les experts qui ont bien voulu prendre du temps pour se pencher sur son projet ?

4)      Je ne suis pas sociologue mais il me semble que peindre des acteurs sociaux sous les traits d’exécutants de leurs actes, manipulés par des structures ou des institutions, en l’occurrence chercheurs et universitaires, n’est pas de bonne sociologie !