5° séance séminaire PDS_Marc Lipinski

Je vais essayer d’être court dans mon intervention parce que je pense que, dans la période qui est la nôtre, on a intérêt à beaucoup échanger et à privilégier le débat. Et ce d’autant qu’il y a des échéances en cours sur les évolutions du système de recherche, sur le système de financement, bien sûr, mais aussi je crois sur l’orientation générale, la philosophie qui sous-tend l’idée que le secteur public, les gouvernements, les collectivités territoriales doivent ou non financer de la recherche.

J’essaierai également, si j’en ai le temps ou sinon on l’abordera lors de la discussion, de dire un mot sur ce qui se passe en Angleterre actuellement. C’est un cas intéressant parce qu’il y a un gouvernement travailliste et que l’Angleterre est souvent prise pour une sorte de petit modèle européen de ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire. Donc, on pourra discuter de ça.

J’ai été présenté comme chercheur en biologie. Ce qui est vrai. Mais je suis également Vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France depuis 2004, en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. En 2004, c’était la fin du grand mouvement qui a vu la création de Sauvons la Recherche !, les Etats-généraux de la recherche, etc. Et d’une certaine manière, mon élection à la vice-présidence était une sorte d’effet indirect de ce mouvement. Pourquoi ? Parce que je crois que ce mouvement s’est inscrit dans une prise de conscience de la part d’un certain nombre de chercheuses et de chercheurs qu’il fallait peut-être arrêter de laisser à des gens qui ne connaissent pas grand-chose à ce secteur le soin de développer les politiques de recherche, et peut-être aussi d’enseignement supérieur, mais c’était moins au centre des préoccupations à ce moment là.

Ce grand mouvement a permis énormément de débats, a donné l’occasion à de nombreux chercheurs qui, en général, sont occupés par leurs activités personnelles de recherche, de prendre du temps et de réfléchir. Ce qui n’arrive pas souvent, et c’est bien embêtant, à mon avis.

Une des questions que l’on peut se poser est de savoir pourquoi il y a si peu de personnes issues du monde intellectuel, de la recherche, de l’enseignement supérieur, qui entrent en politique ? Il y a beaucoup de raisons pour cela. Une des raisons, c’est que la politique peut être vue comme quelque chose d’un peu vulgaire et d’un petit peu vain. D’un autre côté, moi j’ai fait cette démarche avec l’idée qu’il ne fallait pas forcément laisser à des gens relativement béotiens dans ce secteur et très emprunts de concepts idéologiques forts le soin de définir les politiques de recherche.

Je vais ici vous parler de ce qui a sous-tendu la politique que nous avons mise en place au conseil régional d’Ile-de-France depuis 2004. Les politiques se définissent par deux choses principalement : 1/ une sorte d’exposé des motifs, c’est à dire la manière dont on conçoit ce qu’on doit faire et 2/ le financement. Le financement, c’est souvent tout de même la conséquence de ce que l’on souhaite faire et des moyens que l’on parvient à se donner pour cela.

La situation de la collectivité régionale en matière d’enseignement supérieur et de recherche

Dans le contexte français, les Régions sont une création récente, la décentralisation datant des années quatre-vingt. On en est encore aujourd’hui à un stade de début de décentralisation parce que, par rapport à d’autres pays très décentralisés, nous sommes quand même des nains en la matière. Ce qui explique que les Régions n’ont pas eu beaucoup de politiques très structurées en faveur de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et nous sommes peut-être à nouveau à un tournant de ce point de vue là car, d’une part, l’enseignement supérieur et la recherche ne font pas partie des compétences légales et obligatoires des régions et, d’autre part, les régions interviennent dans ces domaines au titre de la clause de compétence générale[1]. Pour l’instant, les collectivités territoriales françaises ont le pouvoir d’intervenir dans les secteurs qu’elles souhaitent grâce à cette clause de compétence générale. C’est une possibilité qui risque d’être supprimée ou extrêmement restreinte par de nouveaux projets législatifs du gouvernement actuel qui souhaite revoir complètement l’organisation des collectivités territoriales avec toujours le maître mot : simplification, optimisation, qui permet de changer les choses et rarement dans un sens qui nous agrée. Il est donc question que les Régions, qui jusque là avaient des moyens d’intervenir, soient privées de cette clause de compétence générale. Auquel cas il y aura un dilemme pour le gouvernement actuel, à savoir : faudra-t-il donner ou pas aux Régions cette compétence en matière d’enseignement supérieur et de recherche, sachant que, dans l’optique d’une simplification, a priori l’idée est de ne pas donner la même compétence à différents niveaux d’organisation territoriale.

Il fut un temps où la compétence lycée a été transférée aux régions. La question du transfert par l’Etat du budget et du personnel inhérent à cette dévolution de compétence a longuement fait débat. Une des questions qui se pose aujourd’hui de manière sous-jacente est donc de savoir s’il faut transférer la compétence enseignement supérieur aux régions ? Et si oui, dans quelles conditions (transfert des budgets de fonctionnement, d’entretien, quid du personnel, quid de l’état de l’immobilier, etc.) ? Ce n’est pas une question totalement théorique, parce que l’état des universités françaises et, en particulier, en Ile-de-France, est souvent tellement mauvais que les sommes à investir pour les mettre au niveau international – ce qui est souvent le but annoncé,  notamment avec le grand emprunt et le plan campus qui égayent l’actualité depuis deux ans -, tout cela montre que le nombre de dizaines de milliards d’euros qu’il faudrait mobiliser pour que les universités françaises puissent se hisser à ce niveau international est très conséquent. Or, à mon avis, l’état de la dette publique ne favorise pas l’investissement de l’Etat français dans ce domaine. Je referme la parenthèse.

La politique de recherche de la Région Ile-de-France

Dans les limites que j’ai précisées pour des Régions qui décident d’intervenir dans un secteur qui n’est pas une compétence obligatoire pour elles, nous avons en Ile-de-France décidé d’installer vraiment une politique de soutien à la recherche dont j’ai la faiblesse de penser qu’elle est relativement originale. Pourquoi ? Parce qu’on a essayé de répondre à la fois à deux impératifs qui peuvent paraître opposés ou contradictoires : l’un est d’essayer d’aider à la structuration d’une certaine recherche régionale. Je reviendrai plus loin sur cette idée de structuration. Et l’autre est de s’efforcer de préserver l’autonomie des chercheurs, avec des financements qui viendraient de la collectivité territoriale régionale. Comment a-t-on procédé ? On a défini un concept qui est ce que l’on a appelé les Domaines d’intérêt majeur (DIM) pour la Région[2]. La raison en est qu’avec les moyens financiers dont nous disposions, il n’était pas question d’intervenir dans tous les domaines de la recherche. Il fallait par conséquent identifier un certain nombre de domaines qui nous paraissaient prioritaires. D’où cette idée de définir des Domaines d’intérêt majeur, des grandes thématiques qui sont décidées par un vote démocratique au sein de l’Assemblée régionale qui, au cours des quatre années qui se sont écoulées de 2005 à 2008, a donné ce label à quatorze grandes thématiques. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes intervenus que sur ces grandes thématiques. Cela signifie plus exactement qu’une grosse moitié des moyens consacrés à la recherche a été ciblée sur ces Domaines d’intérêt majeur. Sur ces quatorze domaines de recherches, deux ont concerné le champ des SHS, mais il n’empêche que, dans les autres domaines qui concernaient surtout les sciences de la vie mais également les sciences exactes, nous avons insisté pour que les thématiques SHS soient partie prenante des grands axes de recherche explorés dans ces domaines.

Venons-en à la question de l’autonomie des chercheurs. Une fois que la thématique a été décidée, il nous est revenu d’aider à la constitution de réseaux de recherche régionale portés par les scientifiques. En pratique, nous essayons de faire travailler les chercheurs en réseaux. Nous faisons en sorte d’identifier, pour chaque thématique retenue, toutes les personnes et tous les laboratoires importants sur le sujet dans la région ainsi que les porteurs de projets. On les incite à travailler ensemble. Et ensuite, ce sont ces réseaux constitués qui présentent un programme de recherche pour l’année et puis qui sont autonomes quant à la façon dont ils dépensent les financements que nous leur accordons. Ceux-ci ne sont pas négligeables. Ils concernent à la fois l’équipement, ce qui intéresse peu les sciences sociales, mais aussi le fonctionnement, qui est constitué essentiellement par des allocations de recherche, allocations doctorales, allocations postdoctorales, organisation de colloques, etc. La façon de dépenser cet argent, qui peut se monter à plusieurs millions d’euros par an pour chaque grande thématique, est, dans des limites liées aux conventions signées, à la discrétion des réseaux de recherche.

De notre côté, nous nous efforçons de concilier à la fois l’autonomie des chercheurs et l’affirmation de choix politiques. Une Région, en effet, fait des choix politiques en décidant d’intervenir dans tel ou tel domaine. Une des raisons qui m’a poussé à choisir certaines thématiques reposait sur l’idée qu’il était préférable, plutôt que de jouer la carte de la concurrence avec l’Etat – ce qui est impossible eu égard aux moyens dont on dispose – et au lieu de faire du saupoudrage, de cibler des domaines qui sont négligés, sous-financés ou qui souffrent d’un manque de visibilité au niveau national.

–          A titre d’exemple, un des accomplissements dont je suis fier dans cette mandature a été d’aider à la constitution d’un réseau de recherche sur une thématique qui est celle du genre. C’est ainsi que l’Institut Emilie du Châtelet (IEC) a été créé avec un financement émanant à 98% de la Région Ile-de-France. Cet institut est dédié à des recherches menées sur les femmes, le sexe et le genre. Donc, là, cette création de l’IEC qui résulte d’un profond volontarisme politique répond au constat, qu’en France, nous sommes très décalés par rapport à ce qui se fait au niveau international ; aussi convient-il d’essayer de rendre visible un champ de recherche qui existe mais qui est complètement dispersé et qui n’a pas les moyens de se développer. C’est une façon de faire.

–          Une deuxième façon de procéder a été de reconnaître des réseaux préexistants et qu’il nous paraissait important de financer davantage pour qu’ils disposent de moyens accrus.

–          Une troisième option politique que nous avons retenue a consisté à mettre les allocations de recherche à un niveau compétitif européen. Il s’agit de recherche doctorale, et ce sont forcément des contrats de recherche, donc des contrats de travail classiques avec un niveau de rémunération important, la prise en charge des cotisations sociales, etc. En mettant ces rétributions à un niveau européen, nous ambitionnions de tirer vers le haut ce qui existait au niveau national et, par exemple, pour les allocations doctorales financées par la Région Ile-de-France, la rémunération était très au-dessus de ce qu’était l’allocation doctorale du ministère de la recherche en 2005, quand nous avons commencé. Petit à petit, l’allocation doctorale du ministère de la recherche a augmenté, mais elle reste encore inférieure à ce que propose la Région. Il y a donc un certain nombre de principes que l’on essaie d’impulser tout en sachant que l’on ne peut pas, évidemment, se substituer à l’Etat.

Un autre point sur lequel je voudrais insister, c’est que, certes, nous pensons qu’il est absolument essentiel que les chercheurs aient une autonomie dans la définition de leurs projets, mais, d’un autre côté, nous ne souhaitons pas que les chercheurs vivent dans une tour d’ivoire. Nous avons donc beaucoup poussé à l’ouverture du milieu de la recherche vers ce qu’on appelle la société civile et ce, de différentes manières. Je citerai juste un dispositif qui a été particulièrement couronné de succès et extrêmement populaire en tout cas, qui est le dispositif des Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation  (PICRI). Ce dispositif de soutien financier qui a été créé en Ile-de-France n’existait nulle part ailleurs en France, pas en Europe, même s’il y avait quelques antécédents en SHS du côté du Canada. Les PICRI permettent de financer des recherches élaborées et menées en commun par des chercheurs académiques et les milieux associatifs (associations Loi 1901). Cela se passe exactement comme pour d’autres appels à projets, avec un appel annuel à projets, des experts et un jury pour examiner les projets, un classement et des financements tout à fait classiques. La seule chose qui ne soit pas classique, c’est justement le fait d’aider à la constitution d’alliances entre des chercheurs et des milieux qui n’ont pas l’habitude de la démarche de recherche, mais qui ont des sujets à traiter et cela concerne assez souvent des thématiques de recherche qui ne sont pas bien traitées évidemment au niveau national et qui ne peuvent pas trouver de financement par exemple auprès de l’ANR. C’est donc une initiative que nous avons poussée et qui a très bien marché. En cinq ans, nous avons accordé des financements à cinquante-six projets partenariaux entre monde académique et  monde associatif.

Mais il ne suffit pas de créer des nouvelles choses, il faut avoir les financements correspondants. Nous avons réussi à dégager des financements croissants, et en croissance de manière notable, chaque année. Je conclurai en soulignant que nos financements sont des financements réels, ce ne sont pas des annonces de capitaux qui seront un jour donnés à des Fondations et qui, peut-être, produiront des intérêts qui seront éventuellement utilisables dans les années suivantes. Nous ne sommes pas dans les promesses. C’est de l’argent réel qui est accordé chaque année. A mon arrivée à la vice-présidence, j’ai trouvé un budget  recherche de soixante et quelques millions en 2004, et on vient de voter le budget 2010 : il est à cent soixante trois millions. C’est de l’argent réel que l’on dépense chaque année et qui permet, je crois, de démarrer des projets de recherches qui ne trouveraient pas leur financement par ailleurs.

La question dont il faudra que l’on discute est : comment arrive-t-on à ne pas doublonner les choses, à faire des choix ? Je ne suis pas extrêmement convaincu que nous avons les méthodes optimales pour faire ces choix. Une Région ne peut pas s’appuyer sur une administration très performante, même si elle est extrêmement mobilisée, dans ces domaines qui ne sont pas de sa compétence légale. Il y a beaucoup d’améliorations à apporter. Je ne sais pas si nous aurons l’occasion d’apporter ces améliorations. J’ai d’autres interrogations. Une partie d’entre elles ont été traitées en cours de route, c’est à dire au moment où l’ANR a commencé à prendre son envol avec des financements extraordinairement croissants chaque année et donc des CDD en nombre croissant aussi chaque année, avec un nombre de post-docs en augmentation explosive et dont on ne sait pas très bien quel sera leur avenir. J’ai posé la question à notre conseil scientifique consultatif, le CCRRESTI. Il ne m’a pas apporté de réponse extrêmement éclairante, à mon avis, à savoir : est-ce que nous, Région, sommes pertinents en donnant des financements supplémentaires de post-docs qui permettent, certes, de recruter des jeunes chercheurs sur CDD, mais qui ajoutent aussi un peu de précarité à beaucoup de précarité ? C’est une question qui demeure pendante.


[1] http://www.reformedescollectiviteslocales.fr/les_travaux/?lang=fr&mode=doc_travail&id=42

[2] http://www.iledefrance.fr/recherche-innovation/