5° séance séminaire PDS_Cédric Lomba (Présentation de la séance)

Cette année, dans le cadre du séminaire Politiques des Sciences, nous avons décidé de revenir sur le thème du financement de la recherche, que nous avions déjà abordé l’année dernière[1] au travers d’un séminaire consacré exclusivement à la question de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche).
On avait vu se confronter deux points de vue : les uns avançant l’idée que l’ANR, d’une part, offrait de nouveaux financements, en particulier aux équipes SHS (Sciences Humaines et Sociales), et plus spécialement encore, aux équipes SHS universitaires, financements qui lui manquaient jusque là, et, d’autre part, qu’elle offrait des opportunités d’emplois à court-terme, sous forme de post-doctorats, aux jeunes chercheurs sans poste. A l’inverse, d’autres soulignaient que l’ANR était peut-être un instrument mobilisé par le gouvernement afin de mettre en pièces les structures traditionnelles de financement de la recherche publique et qu’elle introduisait également une précarisation massive de l’emploi ainsi que certaines formes d’allégeance au sein des équipes de recherche.

Aujourd’hui nous voulions reprendre cette question des financements en proposant à des personnes qui défendent des points de vue variés voire opposés de présenter la question du rôle des financements sur les contenus de la recherche. Pour cela, nous avons invité quatre intervenants. Dans l’ordre de présentation, il s’agit de Marc Lipinski, chercheur Cnrs en biologie, mais qui intervient ici au titre de vice-président de la région Ile-de-France en charge des dossiers de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Il interviendra donc sur les politiques de financement de la recherche publique par la région Ile-de-France, ses particularités notamment au regard des financements sur projet de l’Etat national. Ensuite la parole sera donnée à Gérard Lenclud, anthropologue. Il interviendra à un double titre. D’une part en raison de son expérience passée au sein des instances scientifiques du Cnrs et, de l’autre, de son expérience actuelle au sein des programmes de l’ANR. Ce sera ensuite le tour de Jean-Charles Hourcade, économiste, qui est spécialiste des questions du climat, du développement soutenable et qui est de longue date confronté aux différents types de financements publics nationaux, régionaux, internationaux mais aussi à différents types de financements privés, notamment de la part d’entreprises françaises. Enfin, Alain Trautmann, que l’on connaît évidemment pour son combat et sa participation au mouvement Sauvons La Recherche (SLR), immunologiste, interviendra sur les recompositions institutionnelles des Sciences de la Vie (SDV) et sur le nouveau rôle attribué aux Sciences de la Vie, notamment sur une certaine forme d’externalisation annoncée par l’industrie pharmaceutique vers les centres de recherche publics spécialisés en SDV.


[1] Cf. http://pds.hypotheses.org/84