Programme du premier trimestre

4 novembre – 

Le train des « réformes » laisse-t-il Université et communauté universitaire à quai ?

Au-delà des mesures qui ont été considérées comme les déclencheurs du  mouvement universitaire du printemps 2009 (réforme de la formation des  enseignants ; modification du statut des universitaires), ledit mouvement  a été l’occasion de rendre publics un certain nombre de problèmes qui affectent la place et les missions de l’université au sein de l’enseignement supérieur et redéfinissent en profondeur, à la faveur d’une  équivoque entretenue sur l’acception du terme « autonomie », le mode de gouvernement traditionnel de l’université. Celui-ci, proche d’un modèle  parlementariste, est remplacé par un modèle managérial, qui emprunte ses outils et méthodes au monde de l’entreprise de service.

Pour éclairer notre réflexion sur la  place et la destinée de l’université au sein de l’enseignement supérieur  français, nous avons fait appel à deux spécialistes des questions d’enseignement, un sociologue et une économiste. Le premier pour évoquer  la question de la direction que pourrait prendre une réforme de l’université compte tenu des problèmes que posent la diversité et l’hétérogénéité de l’enseignement supérieur dans son ensemble. La seconde s’attachera à démêler les significations et usages contradictoires dont  fait l’objet la notion d’autonomie selon à qui et à quoi elle s’applique.

François Vatin (professeur de sociologie à l’Université de Paris X) : «Quelle place pour l’Université dans l’enseignement supérieur ? »

Annie  Vinokur (professeur émérite de sciences économiques à l’Université de  Paris X) : « Liberté académique et autonomie des universités : entre  discours et enjeux de pouvoir »

Modération : Michel Barthélémy

25 novembre – Observer la « modernisation » (attention, horaire étendu)

de 17 à 20 h, salle Maurice et Denis Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

Les Labex dans le meccano de la Générale: état des lieux en SHS

Après les pôles de compétitivité, les pôles de recherche et d’enseignement supérieur, les campus d’excellence, les équipements d’excellence, l’épisode en cours dans la restructuration forcée du dispositif de recherche est celui des « laboratoires d’excellence » qui, nous dit-on, concentreront les ressources importantes résultant du grand emprunt. L’appel d’offres a été publié cet été, les projets soumis le 9 novembre, la sélection sera opérée par l’ANR et les résultats proclamés d’ici la fin de l’année. Quels sont les projets en SHS, comment ont-ils été élaborés, comment seront-ils évalués, quelles dynamiques cette mise en concurrence généralisée a-t-elle déclenchée dans les unités de recherche, au sein des établissements, entre établissements ? Quelle nouvelle géographie institutionnelle et intellectuelle la ministre est-elle en train de mettre en place ? Des collègues qui participent à ces projets à l’EHESS, d’autres qui n’y participent pas, des directeurs de centres de l’Ecole, sont invités à mettre en commun leurs expériences et leurs points de vue sur le processus en cours.

Philippe Büttgen (CNRS-EPHE, Laboratoire d’études sur les monothéismes) – «  Le ‘Grand Emprunt’, l’enseignement supérieur et la recherche (décembre 2009-novembre 2010) »

Table-ronde : Isabelle Backouche (directrice du CRH, projet Territoires), Marc Bessin (IRIS, projet Politique et société), Alain Blum (directeur du CERCEC, projet Dynamiques asiatiques), Christian Jouhaud (CRH-GRIHL), Frédérique Matonti (CRPS-Paris 1, projet Politique et société), Albert Ogien (IMM-CEMS, projet Politique et société), Sophie Pochic (CMH, projet Travail)

Modération : Robert Descimon

9 décembre – Observer la « modernisation »

de 17 à 19 h, salle Maurice et Denis Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

Une place pour la folie ? Le nouveau management des institutions psychiatriques

Le « new public management » est en marche dans tous les domaines de l’action publique. L’université et la recherche n’en ont subi le choc que depuis deux ou trois ans, mais l’hôpital en est la cible depuis longtemps. Dans le domaine de la psychiatrie, on peut observer une puissante convergence entre les injonctions gestionnaires et la montée de nouvelles pratiques du soin qui tendent à faire taire les sujets souffrants et la folie elle-même. Cette séance a pour objet de décrire cette réalité et les résistances qu’elle suscite, au plus près de l’expérience.

Loriane Brunessaux (Utopsy et Appel des 39) – «  Expérience d’une interne en psychiatrie dans un service de thérapie cognitive et comportementale »

Mathieu Bellahsen (Utopsy et Appel des 39) –  « Management de l’hôpital et choix thérapeutiques »

Richard Rechtman (ASM13 et EHESS) – « Existe-t-il une psychothérapie institutionnelle managériale ? »

Modération : Christian Topalov