CR du 3° Grand Débat de l’Ehess

« Un directeur d’unité n’a pas à être prévenu de la disparition de son unité » : le démantèlement des organismes de recherche et EPST’(1), le 8/04/09

Les réformes engagées par le gouvernement dans l’enseignement supérieur et la recherche provoquent de vastes restructurations qui affectent les organismes, les établissements et les acteurs de ce champ. Ces restructurations sont d’autant plus violentes qu’elles sont conduites pour l’essentiel dans le silence, sans aucune information ni concertation préalables entre ceux qui les réalisent et ceux appelés à les subir. Ce qui conduit ces derniers à adopter une posture d’enquête pour appréhender la manière dont les choses se déroulent. Il s’ensuit une tentative de décrypter la logique sous-jacente à l’incohérence apparente des décisions prises pour faire face du mieux possible à leurs conséquences. Ce qui est loin d’être une tâche facile du fait de la rareté, voire l’absence, d’informations prodiguées aux intéressés sur les éléments ayant motivé la décision de désassociation. Diverses questions relatives aux modalités du « démantèlement » ont été abordées lors de ce débat. Nous en présenterons les principales dans le texte qui suit(2).

Que recouvre en pratique la question du « démantèlement »(3) des organismes de recherche ?

La réforme va créer deux types d’UMR (Unité Mixte de Recherche), l’une, la seule qui existait jusque là, placée sous gestion du Cnrs, l’autre sous celle de l’université. Il convient d’ajouter aux deux précédentes une autre structure : l’EaC, ou « Equipe associée Conventionnée ». Elle concerne les UMR désassociées du Cnrs et auxquelles le Cnrs continue d’offrir des moyens financiers et en personnel pour permettre leur fonctionnement pendant une période transitoire.

La désumérisation va fragiliser non seulement le Cnrs, mais également les universités. Contrairement à une idée reçue, la présence du Cnrs dans les universités, particulièrement en SHS (Sciences Humaines et Sociales), est insuffisante. Les 2/3 des chercheurs de ce secteur exercent leur activité en-dehors d’une UMR. Dans le champ des sciences dures, l’ENS de la rue d’Ulm repose sur cinq gros laboratoires du Cnrs, dont l’Ecole pourrait difficilement se passer. Il en va de même pour l’Ehess, qui comprend plusieurs centaines de chercheurs Cnrs.

L’intérêt de l’existence des UMR, structures mixtes université/organisme, est d’éviter que les équipes d’accueil et les structures de recherche universitaires ne soient exclusivement prises entre l’ANR (pour leur financement sur projets de quatre ans) et l’AERES (pour leur notation). Ce qui, à terme, pourrait réduire singulièrement leur liberté de décider de leurs thèmes et objets de recherche en les alignant principalement ou exclusivement sur les seules thématiques qui sont l’objet d’un financement par appels d’offres.

L’existence, à terme, de deux types d’UMR, conduit à transformer le type unique existant jusqu’alors en une simple forme d’organisation parmi deux possibles, l’une pouvant être facilement substituée à l’autre. Pour certains, le passage à la gestion par l’université ne changera rien concrètement pour les équipes de recherche ni pour ceux qui y travaillent. Pour d’autres, au contraire, c’est le moyen par lequel le démantèlement de l’organisme va s’effectuer, en vidant l’organisme de sa substance, élément après élément.

Désassociation : mode d’emploi

Plusieurs témoignages présentés au cours du débat concordent étrangement quant à leur description du processus qui a touché différentes UMR ayant fait l’objet d’une désassociation. En effet, les cas présentés à cette occasion font apparaître une grande analogie dans le déroulement des faits. Après un classement de l’unité en A ou A+ par l’AERES, des laboratoires ont appris leur désumérisation en constatant que leur connexion informatique avec les logiciels de gestion en ligne du Cnrs (ex  : labintel) avait été coupée. Cette coupure ayant été réalisée sans notification préalable, et donc sans trace écrite permettant une demande de justification de la décision. Un responsable d’unité ayant cherché à joindre les instances compétentes du Cnrs, et après plusieurs courriers demeurés sans réponse, s’est entendu rapporter les propos d’un responsable, affirmant qu’« un directeur d’unité n’a pas à être prévenu du non renouvellement de son unité. Il s’en aperçoit bien »(4). Ce qui entérine le fait que les responsables du Cnrs ne se croient pas tenus de justifier leurs décisions sous quelque forme que ce soit, aux personnes et équipes affectées par leur acte (5).

Les UMR concernées ont par la suite commencé à recevoir des courriers s’adressant à elles sous l’intitulé d’EaC (6), sans aucune explication. Or, le problème est que cette structure n’existe pas officiellement (7). Au surplus, ce statut était prévu pour s’appliquer à des équipes destinées à devenir des UMR. Or, les douze unités désumérisées et transformées en EaC étaient toutes des UMR. De son côté, la CPU (8) a pris position contre le statut des EaC, sur la simple considération que toute équipe comprenant des chercheurs Cnrs aux côtés d’universitaires constitue de facto une unité mixte.

Une autre unité s’est vue brutalement désassocier du Cnrs, tout en demeurant UMR entre un autre organisme et une université, au motif qu’elle était implantée sur deux sites et qu’elle avait plus de deux tutelles. Elle a disparu de la base Labintel et est en attente d’un conventionnement avec le Cnrs. Là encore, les arguments ne sont pas d’ordre scientifique.

La question des agences : le cas de l’AIRD

L’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), créé en 1944, est un organisme dépendant du ministère de la recherche et du ministère des affaires étrangères. Ses travaux sont centrés sur les grands enjeux du développement (9). Son démantèlement s’est opéré en deux temps : tout d’abord un déménagement de Paris à Marseille, effectué en 2008, entraînant le départ de 75% de son personnel administratif vers d’autres structures franciliennes. Par ailleurs, l’AIRD, Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement(10), a été créée en 2006. Elle a vocation de regrouper les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ayant une activité de recherche et formation pour le développement des pays du sud (CIRAD, CNRS, CPU, INSERM, IRD et Institut Pasteur). Cette agence d’objectifs, de programmes et de moyens n’a toujours pas de statut officiel. Elle reprend les initiales et les thèmes de recherche déjà traités par l’IRD. Faute de financement propre, elle fonctionne au moyen d’une ponction effectuée sur la dotation allouée aux unités de recherche de l’IRD. C’est une agence de moyens sans moyens.

L’IRD est inscrite dans un processus visant à doter l’ensemble des unités de l’institut d’un statut d’UMR, ne laissant plus aucune unité propre en son sein, ceci avant de pouvoir désassocier par la suite certaines d’entre elles. Du reste, le discours tenu à l’IRD est « demain, une seule tutelle  ». C’est peut-être ce qui attend également le Cnrs.

Comme au Cnrs, on constate par ailleurs un renforcement de la centralisation, des pouvoirs de la direction générale. Les unités n’ont aucune autonomie. Les instances paritaires de l’institut sont réduites au rôle de chambre d’enregistrement. Ce qui est également en train d’arriver aux instances scientifiques où un pouvoir unilatéral est donné à la direction, cependant que les instances scientifiques, jamais consultées sur les questions stratégiques touchant à la vie scientifique de l’institut, sont en voie de marginalisation. Jusqu’à présent, l’institut était dirigé par un président et un directeur général. Prochainement, il y aura un PDG avec des directeurs délégués, en même temps qu’apparaîtra la fonction de conseiller scientifique, pour accomplir une tâche qui était du ressort du conseil scientifique et des chefs de départements.

Une observation du point de vue du conseil de département SHS du Cnrs (futur INSHS)

Une présentation est faite du processus de désassociation tel qu’il résulte de l’observation de sa mise en oeuvre par le conseil de département SHS. Il en ressort que le Cnrs s’est donné des contraintes élevées pour la réalisation de la désassociation des unités. Cela a commencé par la constitution de deux lignes budgétaires non fongibles entre le Cnrs agissant soit comme opérateur ou bien en tant qu’agence de moyens. Un seuil de 40% des ressources budgétaires du département a pu être ainsi alloué à son fonctionnement en tant qu’agence de moyens. En deuxième lieu, le Cnrs a décidé arbitrairement qu’une unité ne pouvait pas avoir plus de deux tutelles. La troisième contrainte est exprimée dans la règle selon laquelle « c’est celui qui héberge qui gère ».

Brièvement dit, la tactique de désumérisation passe par la mise en FRE (unité en restructuration) d’une unité classée A ou A+ ; le critère des multi-tutelles en est l’arme principale. Par ailleurs, l’argument selon lequel les présidents d’université demandent à gérer directement les équipes de recherche est inexact, à de rares exceptions près. Il faut encore signaler que les membres du conseil scientifique du département n’ont toujours pas eu connaissance de la liste des unités désumérisées de la vague C, qui ne leur a pas été communiquée. Selon le secrétaire général du SNCS-FSU, l’affaiblissement constaté des instances d’évaluation propres au Cnrs dans le cadre de la réforme en cours repose sur le fait que l’évaluation des unités, dans le contrat d’objectifs du Cnrs, est entièrement dévolue à l’AERES. L’agence de moyens est une agence qui pourra affecter du personnel à des unités constituées par ailleurs. Le personnel des unités ne participera donc plus à l’élaboration d’un projet de laboratoire. Ce qui remet en cause l’indépendance de la recherche. Si le personnel des unités n’a plus la maîtrise de ses projets, les universités gestionnaires des unités seront à leur tour placées sous la dépendance des agences de financement de la recherche par projets, telle l’ANR. A ces financements de courte durée (quatre ans au maximum) correspondront des emplois, en particulier de chercheurs, en CDD.

Quelques pistes d’actions envisagées

Les participants au débat ont évoqué, pour finir, quelques pistes de «  résistance » envisageables face à la situation provoquée par les désassociations. Nous en mentionnons quelques unes ci-après.

- Il serait très utile d’avoir un recensement exhaustif des unités auxquelles le statut d’EaC aurait été proposé, en regardant pour chacune d’entre elles comment les choses se sont passées et les procédures qu’elles mettent en place pour essayer malgré tout de retrouver un statut et un mode de fonctionnement dignes de ce nom. Il faudrait diffuser très largement ces informations portant sur les unités désassociées (11).

- Interpeller les directeurs d’unité ainsi que les élus des sections du comité national sur ce qui est en train de se passer réellement.

- Pousser le système jusqu’à son absurdité : harceler la direction scientifique et la direction scientifique adjointe. D’abord sous forme de demandes de rendez-vous pour les forcer à s’expliquer sur le détail des réformes en cours. Ensuite les harceler par courrier, et donner des mises en demeure. Tous les chercheurs de ces unités pourraient ainsi exiger un éclaircissement sur leur statut : ou affectés, ou détachés ou mis à disposition ? Or la direction n’a pas réfléchi à ce sujet. Pour toutes les questions techniques, il est possible de procéder par des questions écrites. Il faut en permanence envoyer des courriers, des demandes qui exigent des réponses écrites. Il faut exiger des réponses administratives à tout et discuter de tout, à commencer par les aspects de la convention, qui est le lien contractuel sous lequel le Cnrs s’engage à donner des moyens en personnel et en budget aux équipes désumérisées et désormais «  conventionnées ».

- Souligner les conséquences de la sortie de l’UMR avec le Cnrs quant à la difficulté qu’il y aura pour les collègues Cnrs à se maintenir dans une unité fragilisée et à s’engager dans des collaborations de travail avec des collègues extérieurs au-delà de la durée d’un contrat quadriennal.

La particularité du mouvement actuel est la multiplication des lieux de la riposte. L’objectif étant de les relier entre eux. Le premier de ces lieux est le comité national qui, à travers ses sections et ses conseils scientifiques, a lancé à l’automne dernier la question du maintien de l’ensemble des disciplines à l’intérieur du Cnrs, sous le nom de «  continuité thématique ». Le deuxième lieu est le rapprochement en cours entre le comité national du Cnrs et le conseil national des universités qui appellent à un retour de l’évaluation des laboratoires et des personnels dans ces instances élues. Le troisième lieu est celui des organisations syndicales qui se livrent au travail difficile du recensement des unités désassociées. Un dernier lieu est la CPU, dont la division interne est désormais actée.

Enfin, il faut souligner l’absence de relais politique à la lutte des universitaires qui conduit à la nécessité de reconstruire une éthique de la recherche pour le long terme. Il faut s’exprimer très largement sur les sujets faisant problème pour pouvoir obtenir un infléchissement de la politique en cours (p.e., la critique de la bibliométrie a finalement permis de remettre en cause sa pertinence (12)).

Commentaires

Les raisons de la colère

Les pratiques de désassociation décrites par les participants au débat soulèvent la question de l’acceptabilité de ces méthodes brutales, lesquelles ne sont pas sans évoquer, mutatis mutandis, la manière dont, dans l’actualité récente, certains salariés ont découvert la fermeture prochaine de leur entreprise en lisant le journal, ou bien l’ont apprise sur le site même, énoncée dans une langue étrangère qu’ils ne pratiquent pas (en anglais à des cols bleus français). Une première question qui vient alors à l’esprit est celle de savoir si cette manifestation d’une relation asymétrique, dans laquelle l’un peut ignorer l’autre sans crainte d’avoir à rendre compte de son attitude, est le lot commun des relations hiérarchiques au sein des organismes de recherche, qui se trouvent simplement mises en lumière du fait du conflit qui a pris forme dans ce milieu habituellement peu revendicatif ? Ce qui, du même coup, révèle que la collégialité escomptée du fonctionnement des instances de ces organismes, elle-même découlant de la liberté d’expression reconnue à ses membres, relèverait du mythe (13). Ou est-ce que, précisément, l’anticipation voire la crainte de la mobilisation de la communauté des chercheurs et enseignants-chercheurs a conduit les instances (14) et agents chargés de la restructuration des unités, des établissements, des organismes à imposer la loi du silence sur leur action qu’ils savent contestée et à se conduire en un véritable « comité invisible » ? Cette profonde marque d’irrespect à l’égard de leurs collègues, membres des équipes de recherche, de la part de ceux qui décident de leur désassociation avec le Cnrs, n’est-elle pas la conséquence de ce que cette décision repose sur l’arbitraire – fondée ultimement sur un rapport de forces ou une position hiérarchique – et n’est donc pas justifiable sur la base de critères pouvant être reconnus et partagés, à savoir, s’agissant d’équipes de recherche, des critères scientifiques ? En tout état de cause, le procédé employé autorise ipso facto à le penser. Il donne un avant-goût de l’exercice d’un pouvoir sans contre-pouvoirs réels, donc sans contrôle local efficace, qui devrait être également la situation des futurs présidents d’université qui seront issus de la très contestée LRU (15). Or, c’est précisément en instaurant une situation constituée autour de cette exigence de justification scientifique explicite (le fameux «  harcèlement » de la direction scientifique) qu’il y aurait une chance de contrecarrer ces décisions en montrant publiquement leur absence de fondement.

Par ailleurs, le nouveau cadre d’exercice de la recherche dans un environnement précarisé – en ce qui concerne les emplois, mais également la stabilité des unités de recherche dans le temps et la durée des projets de recherche – ne signe-t-il pas la mort d’une certaine idée de la communauté universitaire qui avait prévalu jusque là (16) ? Ceci résulterait de ce que l’université, dans la perspective des réformes en cours, n’est plus principalement appelée à produire du savoir et à former des docteurs, chercheurs et enseignants-chercheurs qui assureront à leur tour le fonctionnement de ce dispositif de production, de préservation et de renouvellement critique des connaissances dans le temps, dans «  l’université des professeurs et des étudiants » (Descombes) reposant sur une organisation collégiale, mais à adopter un autre format. Il consistait à pouvoir répondre à une demande de solutions de court terme pour des problèmes de l’heure (via les financements de la recherche par projets), et au traitement desquels s’emploierait une docile armée d’intellectuels précaires en CDD (17). Une évolution qui la rapprocherait d’une entreprise de biens et de services (18).

La question de l’éthique de la recherche se trouve directement posée à travers cette question de la composition catégorielle standard à venir des équipes de formation et de recherche, entre une minorité de statutaires et un volant de précaires sans cesse renouvelés (les post-doctorants) et à l’avenir professionnel rendu incertain par le tarissement du recrutement dans l’ES&R (enseignement supérieur et recherche). Lequel tarissement met en péril la survie d’un certain nombre de disciplines scientifiques et d’équipes de recherche. Ce à quoi s’ajoute une question qui n’est pas simplement de vocabulaire. En effet, à partir du moment où l’on désigne les universitaires et les chercheurs par les termes de « personnel » ou de « ressources humaines », on décrit ces derniers à l’aide de termes distincts de ceux que les membres de cette communauté emploient couramment pour s’autodésigner et se catégoriser mutuellement, et qui ne rendent donc pas justice à l’épaisseur des pratiques et des usages qu’emporte cette catégorisation là. Ce qui rend possible de leur en substituer d’autres, qu’on voudrait leur voir suivre docilement. Ainsi que l’exprime Descombes dans le texte déjà cité : « Enfin, et c’est là sans doute que nous trouvons le casus belli, il est question dans le décret lui-même, et encore dans le discours de la ministre, d’une « gestion des ressources humaines concernant les enseignants-chercheurs ». Ainsi, ni l’administration, qui parle de « personnels », ni la ministre, qui voit dans les professeurs des « ressources humaines », n’emploient le mot qui vient le plus naturellement à la bouche des intéressés : « Je suis professeur à l’université » ». En somme, ce que génère le décret statutaire, c’est un combat pour la défense de l’identité collective de ceux et celles qu’il affecte, sous l’identité d’universitaires, en tant qu’elle est associée à la définition des missions de recherche et d’enseignement supérieur qui sont dévolues à ce corps professionnel, alors naturellement intéressé à la préservation des moyens et du statut lui permettant de remplir sa mission séculaire. Ce qui n’exclut pas le changement, mais n’autorise toutefois pas de l’extraire de son cadre institutionnel pour lui en substituer un autre qui lui est profondément non seulement étranger, mais opposé : le monde de la culture d’entreprise (19). Or, cela semble être précisément une ambition du décret statutaire, en ce qu’il met sur le même plan les tâches d’enseignement, de recherche et d’administration, effectuées par les universitaires, au lieu de considérer la dernière activité mentionnée comme une activité annexe, qui vient certes en support des deux précédentes mais leur demeure malgré tout distincte par nature (20). Or, c’est à partir de cette confusion que les universitaires perdraient ce qui fait la spécificité de leurs fonctions pour n’être plus que des « employés de l’université ».

Faire durer le mouvement en le transformant

Au vu des questions soulevées lors de ce débat, et des précédents, et au moment où la validation du semestre se pose aux étudiants et aux universitaires, la question des conditions et modalités de la poursuite de la mobilisation est désormais ouverte. D’autant que, pour de nombreux observateurs, la fin du mouvement ne règlerait rien, mais permettrait simplement le passage de ce contre quoi le mouvement s’est mobilisé (21). Les témoignages de chercheurs et enseignants-chercheurs portant sur la façon dont ils ont été et sont confrontés à tel ou tel aspect des réformes touchant l’ES&R, offrent un matériau inestimable à la description et l’analyse du mode opératoire de celles-ci. Car, si leurs promoteurs demeurent discrets sur la stratégie mise en oeuvre, ils n’en agissent pas moins, et cette action est observable, descriptible et évaluable sinon dans ses détails constitutifs, du moins dans ses effets par ceux que leurs décisions concernent. Pour contingent ou anecdotique qu’il puisse paraître de prime abord, ce niveau d’appréhension est une dimension essentielle, concrète, de la manière dont la réforme est mise en oeuvre à travers ce qu’elle produit hic-et-nunc, ce qu’elle remet en cause, ce qu’elle néglige, de même que ce qu’elle fait émerger progressivement dans le registre même de l’expérience ordinaire que l’on peut en faire. Ceci étant appréhendé dans un registre, celui de l’expérience pratique, qui est à la fois distinct et complémentaire de celui où se situent les discours et objectifs officiels, les marges d’action des enseignants-chercheurs telles qu’elles peuvent être déduites des textes règlementaires et législatifs considérés en eux-mêmes, etc. Mais est plus essentiellement celui vers où tout converge et où tout prend forme, celui de la réalité quotidienne. Et un niveau qui devient lui-même communicable à l’ensemble de la communauté concernée à travers ces témoignages et leur élaboration seconde. Il devient alors possible d’examiner les traits de la situation problématique voire conflictuelle générée par les effets variés du processus de réforme à travers la manière effective dont il est rencontré au quotidien par les personnes oeuvrant sur les sites concernés, et la façon dont sont appréciés les changements constatés dans le présent par rapport à la situation antérieure. Un premier constat que l’on peut faire est que, si l’un des visages que revêt la réforme dans sa réalisation concrète est celui rapporté par les participants au débat de ce jour, il devient difficile de voir dans celle-ci les avantages que certains veulent lui associer par rapport à la situation précédente. Il est alors également difficile d’y consentir aveuglément.

Le champ d’expérience de la réforme est alors plus exactement un « lieu » d’où des problèmes peuvent être identifiés, analysés, critiqués, réparés, en étant clairement thématisés en relation à une situation où ils peuvent redonner une prise sur leur situation à ceux qui ont été brutalement confrontés à leurs effets déstructurants. La mise en commun de ces expériences quant à la manière appropriée d’y faire face sur le terrain peut conduire à proposer in fine un regard sur la réforme qui soit différent de celui que ses promoteurs peuvent en avoir. A cet égard, l’isolement dans lequel les intéressés ont dû réagir à la situation nouvelle créée par la désassociation pour essayer « malgré tout de continuer à faire vivre » leurs équipes et à poursuivre leurs travaux, souligne l’importance tout autant que la possibilité d’une démarche solidaire, si la notion de « communauté universitaire » a un sens, de la part de l’ensemble des UMR envers celles qui ont été ainsi touchées dans la mesure où ce sont les règles d’organisation et de fonctionnement reconnues par la communauté qui sont ici visées et mises à mal, à savoir  : la collégialité et l’examen contradictoire des arguments et des faits. Une problématique commune peut donc être élaborée à partir de témoignages croisés qui auront fait apparaître des points communs soulevant une demande d’explication, de justification, constituant une orientation pour l’action collective, donnant des outils et critères pour évaluer le «  phénomène » de la réforme, offrant le moyen d’esquisser des alternatives « à la base », etc. En bref, le processus de réforme en cours peut devenir un objet d’étude de plein droit par la communauté de l’ES&R, pour peu qu’elle organise elle-même la remontée et le partage des informations pertinentes à ce sujet, faisant de celui-ci l’objet d’une analyse transdisciplinaire et interdisciplinaire durable. Cette analyse fondée sur l’expérience partagée et élaborée en commun pourrait alors déboucher sur une initiative collective, tendant à pointer les aspects négatifs de la réforme entreprise et à proposer des alternatives. L’adoption d’une telle ligne de « recherche-action », au demeurant, ne serait pas non plus incompatible avec la reprise des cours dans les universités, au sens où elle déplacerait le « « site de la riposte » en échangeant une mesure ne servant qu’au maintien d’un rapport de forces dans un temps et une situation données, par une activité d’enquête continue permettant de constituer une « communauté universitaire » engagée autour de cette tâche de réflexion collective et publique, dans le cadre de travaux et de programmes de recherche en particulier, et débouchant sur une clarification de ses demandes en matière de moyens et d’organisation pour accomplir au mieux la mission qui est la sienne. Au surplus, l’action en retour de la communauté, dans ses modalités et ses objectifs réflexivement liés à la situation qui l’a engendrée, constitue elle-même un aspect du phénomène à décrire analytiquement. Laquelle analyse participerait de cette quête d’une refondation de l’éthique pratique de la recherche, appelée de ses voeux par un participant au débat. Cette mobilisation de la communauté de l’ES&R donnerait à la notion d’«  autonomie » un sens tout différent, plus fidèle au fonctionnement collégial, et plus en accord avec l’acception courante du terme, que celui que lui octroie la loi LRU. Il s’agit en somme de faire entrer la réforme et la critique de la réforme visant le monde académique, et au-delà la vision de la société dont elle est porteuse, dans le fonctionnement courant des pratiques en vigueur dans l’ES&R en faisant en sorte qu’elle devienne l’affaire de tous, sans exclusive. Un avatar de la « ronde des obstinés ».

Notes

(1) EPST, acronyme d’Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique.

(2) Texte qui, comme les précédents, est sous l’entière responsabilité de son auteur, assistant au débat en qualité de simple membre du public.

(3) Le terme de « démantèlement » est celui choisi par les organisateurs du débat. Pour savoir ce qu’il recouvre, on se reportera à l’article de Ph. Büttgen et M. Espagne qui lui est consacré : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2164

(4) La disparition de l’unité de la base Labintel ayant été pour beaucoup le signe tangible de cette désassociation.

(5) Parmi ces effets induits par cette décision il convient de mentionner, outre le profond sentiment d’injustice, la désorganisation des activités du laboratoire, le fait que la convention d’une équipe désumérisée avec l’université se limite à une durée de quatre ans, éventuellement renouvelable au vu des résultats des recherches accomplies dans cette durée courte, il faut ajouter dans certains cas le blocage des crédits de base. Ce dernier point conduit les chercheurs à payer de leur poche leurs frais de déplacement sur le terrain, pour pouvoir mener à bien leurs travaux.

(6) Pour l’heure, 12 unités ont ainsi découvert qu’elles avaient été transformées en EaC. Elles présenteraient la caractéristique de compter un faible nombre de chercheurs rapporté à celui des enseignants-chercheurs.

(7) Une participante de ce débat aura ces mots : « on détruit avant de créer ». Cependant qu’un autre confirmera : « aujourd’hui il n’existe ni Institut National des SHS [structure appelée à prendre la suite du département SHS du Cnrs], ni d’agence de moyens, ni d’EaC. Mais on se situe purement et simplement dans le virtuel ».

(8) Conférence des Présidents d’Université. http://www.cpu.fr

(9) Cf. Le texte d’annonce de son implantation à Marseille : http://www.ird.fr/fr/actualites/communiques/2007/cp185.pdf

(10) http://www.aird.fr/

(11) Une première liste, en attente d’être complétée par les membres des unités concernées, est disponible ici : http://sos-umr.alter.eu.org/index.php/Liste_des_UMR_d%C3%A9sassoci%C3%A9es

(12) Cf. à ce sujet : http://www.mathunion.org/publications/report/citationstatistics0/ ; http://www.collegepublications.co.uk/other/?00009 ; sur le classement de Shanghai : http://interdits.net/interdits/index.php?option=com_content&task=view&id=244&Itemid=65

(13) On citera ici Vincent Descombes en étendant ce qu’il dit à propos des universitaires aux chercheurs des organismes : « les établissements français ont perdu depuis longtemps la réalité d’un gouvernement collégial. Le présent mouvement de rejet des projets ministériels paraît bien représenter une réaction défensive pour sauver ce qui nous restait encore d’une dignité universitaire. Une dignité qui, dans la conscience des universitaires, s’attache moins à tel ou tel établissement qu’au corps enseignant national dans son ensemble », cf. http://www.laviedesidees.fr/L-identite-collective-d-un-corps.html?decoupe_recherche=descombes

(14) Notamment la Direction des Partenariats au Cnrs.

(15) Voir sur ce point http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52583

(16) Je citerai de nouveau Descombes à ce propos : « le projet de décret n’est nullement un projet de « réforme » et n’a nullement pour objectif de rétablir l’université dans sa mission, c’est un projet de « mutation », et c’est justement cela, lorsqu’on s’en est rendu compte, qui a provoqué le rejet collectif. » (art.cit.) J’ajouterai que cette communauté peut être une « communauté imaginée », elle n’en reste pas moins un cadre mobilisable pour l’action collective, ainsi que le mouvement actuel en fait la démonstration. Mais on peut se demander si la « réforme-mutation » actuelle ne vise pas, entre autres, à la rendre indisponible à l’avenir ?

(17) Pour un plus ample éclairage sur ce point, cf. http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-universite-en-crise-2-la-53070

(18) Une crainte que l’on retrouve exprimée de manière condensée dans un des mots d’ordre du mouvement actuel : « l’université n’est pas une entreprise, le savoir n’est pas une marchandise ». Ce dont un texte parodique tire les conséquences en parlant d’ « entreprises d’enseignement supérieur et de recherche », cf. http://www.mediapart.fr/club/edition/observatoire-des-reformes-des-systemes-de-formation-enseignement-et-recherche/article-77

(19) Ce qui est l’argument central du texte de Descombes.

(20) Je me réfère une fois encore ici à un point mis en exergue par Descombes.

(21) On se reportera aux critiques du décret statutaire et de la loi LRU  : http://www.qsf.fr/index.php?page=accueil