16 mai : Désordre et régression au Brésil : sur les récentes attaques du président Bolsonaro contre la sociologie et la philosophie, et l’université publique en général

Cette dernière séance de l’année s’est imposée d’elle-même, dans l’urgence. La décision récente du président Bolsonaro et son ministre de l’éducation d’interrompre de façon brutale mais en même temps prévisible le financement des départements de sociologie et de philosophie dans les universités publiques fédérales, ainsi qu’une réduction de 30 % du budget de fonctionnement des universités fédérales, constituent une atteinte particulièrement grave à l’autonomie universitaire – et à la démocratie tout court. Sous prétexte d’un choix de très courte vue visant à favoriser les disciplines « utiles » à l’économie du pays, le régime met au pas, à sac et en péril des pans entiers du monde académique brésilien. Mais, fort heureusement, cela n’est pas resté sans réponse. Des mobilisations sont en cours contre cette politique destructrice, via des tribunes, des pétitions massivement relayées et des réseaux de solidarité internationaux – autant d’initiatives auxquelles cette séance s’associera. C’est donc « à chaud » qu’il s’agira d’analyser d’où vient et ce que signifie ce nouveau régime autoritaire, à partir de recherches, d’expériences et de réflexions engagées.
 
  • Michael Löwy, CNRS/EHESS, « Le phénomène Bolsonaro en perspective internationale ».
  • Maud Chirio, Université Paris-Est, « L’offensive contre l’école, l’université, les arts et le monde intellectuel par l’extrême-droite brésilienne : racines et logiques du bolsonarisme comme une guerre culturelle ».
  • Benoît de L’Estoile, CNRS, « Comment lire une actualité confuse? »
  • Afrânio Garcia, EHESS, « La brutalité contre les adversaires intellectuels de la présidence et la vigueur, jusqu’à présent, des sciences sociales (1960-2019) ».
  • Mariana Stelko, Université Paris Ouest & Nanterre, « Du devenir des mesures phares des gouvernements du PT concernant le travail et les travailleurs ».
  • Márcia Tiburi, philosophe professeure des universités et écrivaine, témoignera sur la situation, son expérience et son exil en France (sous réserve).
La séance aura lieu le 16 mai de 17h à 21h, dans l’amphithéâtre Furet, au 105 bd Raspail, Paris 6e.

« Le crédit impôt recherche est il encore crédible ? » Séance du 18 avril de Politiques des Sciences

Le séminaire « Politiques des sciences » se veut un lieu de rendez-vous pour tous ceux qui souhaitent réfléchir sur notre métier, ses conditions d’exercice et ses évolutions souhaitables. La prochaine séance aura lieu le jeudi 18 avril, de 17h à 20h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS, à Paris. Cette séance sera consacrée au Crédit d’Impôt Recherche.
Sont invités à exposer leurs vues sur la question :

François Métivier (IPGP), « Le Crédit d’Impôt Recherche (CIR) et l’évolution de la R&D (Recherche & Développement) en France »

 – Mohamed Harfi et Rémi Lallement (France Stratégie), « Le crédit d’impôt recherche atteint-il ses objectifs ? Les enseignements des études d’impact »

Le crédit d’impôt recherche (CIR) représente chaque année plus de 6 milliards d’euros de dépense fiscale pour l’Etat. Le dispositif, qualifié de très généreux par l’OCDE, a été plusieurs fois dans la ligne de mire de la Cour des Comptes et pourrait, dans un proche avenir, ne plus être défendu par Bercy. Est-il réellement comme le prétendent ses rares défenseurs un levier pour l’emploi scientifique dans le privé, ou bien s’agit-il purement et simplement d’un terrain de jeu pour l’optimisation fiscale ? Au moment où s’engagent les discussions sur la loi de programmation pluriannuelle du financement de la recherche, et où les universités et organismes de recherche peinent à survivre, cette séance du séminaire sera consacrée à un point factuel et critique sur ce dispositif, suivi d’une discussion sur le financement de la recherche.

Les intervenants s’appuieront, pour ce bilan, sur deux études publiées ces derniers mois sur le Crédit d’Impôt Recherche :

L’impact du crédit d’impôt recherche (rapport France Stratégie)

– Pierre Courtioux, Emmanuelle Deglaire, Francois Métivier, Antoine Rebérioux, Quel est le rendement du crédit impôt recherche pour les entreprises ?, EDHEC Business School, janvier 2019

« Intégrité scientifique » (deuxième partie). Séance du 21 mars à l’EHESS

Après la séance du 17 janvier, qui était déjà consacrée à la question, le séminaire remet sur le métier la question de l’intégrité scientifique. Si les atteintes à l’intégrité suscitent une légitime indignation, on essaiera de ne pas se limiter à une approche en termes de responsabilité individuelle, mais à comprendre les mécanismes par lesquels ces manquements peuvent se produire – ou être évités. C’est donc une séance sur l’intégrité au concret qui sera proposée. On réfléchira aux déclinaisons de ces questions selon les disciplines : certaines sont-elles plus que d’autres affectées par des manquements à l’intégrité et pourquoi ? On reviendra avec Pierre Corvol sur la façon dont il a réalisé le rapport français sur l’intégrité scientifique qui a contribué à la mise en place d’instances spécialisées sur la question. On écoutera Nicolas Chevassus-au-Louis souligner les dimensions structurelles de ces atteintes à l’intégrité. Florence Weber exposera ce que ces enjeux peuvent recouvrir en sciences sociales, en matière de sincérité des données ethnographiques en particulier. Claudine Cohen proposera un point de vue nourri de l’histoire des sciences sur les déclinaisons de cette question de l’intégrité.
Pierre Corvol (professeur honoraire au Collège de France), « genèse et développements d’un rapport ».

– Nicolas Chevassus-au-Louis (docteur en biologie et historien, journaliste, collaborateur régulier de Mediapart), « Pourquoi est-il (hélas) si facile de publier n’importe quoi ? »
Florence Weber (professeur à l’ENS), « Quels enjeux contemporains pour l’archivage des données d’enquête ethnographique? »
Claudine Cohen (directrice d’étude à l’EHESS), « Les sciences de la préhistoire : un domaine “privilégié” des faux ? »

21 mars, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ? Séance du 14 février

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ?  Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la Présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Séance 3 « Intégrité scientifique ? », Politiques des Sciences, 17 janvier 2019, 17h30-21h, EHESS

La thématique de l’intégrité scientifique n’a cessé de se développer au cours des dernières années : que cela ait correspondu à des mises en cause de l’intégrité de certain·e·s chercheuses et chercheurs, au rôle accru de sites et lanceurs d’alerte comme PubPeer, ou à la mise en place progressive, aux niveaux national et international, d’instances et de textes spécialisés autour de cette question. Entre autres, on peut citer : Charte européenne du chercheur, en 2005 ; Singapore Statement in Research Integrity, en 2010 ; European code of conduct of research integrity, en 2011 ; Charte nationale de déontologie des métiers de la recherche, en 2015 ; rapport Corvol paru en 2016 ; sans oublier la mise en place de l’Office français de l’intégrité scientifique, le plan d’action du CNRS sur l’intégrité et divers comités d’intégrité dans les établissements de l’ESR, le réseaux de référents à l’intégrité scientifique, etc. Que recouvrent ces mouvements et dans quel contexte s’inscrivent-ils ? Que fait le Publish or Perish à l’intégrité scientifique ? Y a-t-il des risques que la régulation de l’intégrité et la mise en place formalisée de « bonnes pratiques » dépossède les chercheuses et chercheurs de leur autonomie ? Comment ces questions se déclinent-elles dans les différentes disciplines, et avec quelle histoire ?

– Olivier Le Gall (Office français de l’intégrité scientifique), « Intégrité Scientifique, au service d’une science responsable »

– Thibault Le Texier (chercheur associé à l’université de Nice), « Quelques enseignements à partir d’un cas de fraude (l’expérience de Stanford sur la prison) »

– Olivier Voinnet (Ecole polytechnique fédérale de Zurich), « Droits et devoirs des scientifiques et de leurs institutions face aux allégations de méconduite scientifique   »

– Boris Barbour (PubPeer), « Evaluation post-publication avec PubPeer et Peeriodicals »

La séance a été enregistrée et peut être (ré)écoutée sur la page en lien.

Attention, léger changement d’horaire : jeudi 17 janvier 2019, 17h30-21h, salle Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris.

Politiques des Sciences, 20/12, 17h-21h, EHESS, Christian Laval et Patricia Pol : l’université comme commun et pour tou·te·s

La prochaine séance du séminaire « Politiques des sciences » (EHESS) aura lieu le jeudi 20 décembre, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail. Après une première séance décoiffante consacrée à l’introduction de logiques de « startupisation » et d’entrepreneuriat académique, nous y discuterons des alternatives et contre-modèles d’université, et dans quelle mesure ils peuvent ou pourraient être mis à l’épreuve de mobilisations et de refondations sur les ruines de l’ESR contemporain.

Deux communications sont prévues :

  • Christian Laval, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, « L’université comme commun ».
  • Patricia Pol, Université Paris-Est Créteil, « Pour une Internationale des savoirs pour tous ».

La séance peut être réécoutée en intégralité via notre page archives.org.

Le programme complet des séances sera diffusé très bientôt. En voici les thèmes, en attendant :

17/01, Intégrité scientifique

14/02, Qu’est-ce qu’une université de « rang mondial » ?

21/3, La science coupée-collée : plagiat et triche dans la recherche

18/4, Histoire des intellectuels collectifs : Bourbaki

16/5, Fraude et industrie

Au plaisir de nous retrouver le 20 !

1ère séance de la saison 10 : Hacker la fac ? L’introduction du startuping dans l’ESR – ses causes et ses conséquences

La première séance de la dixième saison de Politiques des sciences aura lieu le 4 octobre 2018, de 17h à 21h (exceptionnellement sur le Campus Jourdan de l’ENS, salle R 107, 48, boulevard Jourdan, Paris). Elle visera à explorer par diverses voies le thème, aujourd’hui très porteur et promu comme inévitable, de l’« entrepreneurisation » des mondes de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le propos sera d’en interroger le caractère d’évidence par des mises en perspective historiques, ethnographiques et épistémologiques, d’en expliquer la genèse et les modes de développement ici et maintenant, et d’en saisir les effets en puissance ou déjà tangibles dans/sur les milieux de l’ESR. L’on confrontera ces approches empiriques de l’expérience que peuvent en faire des acteurs impliqués au premier chef dans ces logiques.

Quatre exposés sont prévus, chacun apportant un éclairage particulier :

  • Erwan Lamy (ESCP Europe), « la création d’entreprises par les chercheurs de la fonction publique dans les années 1990 »
  • Victoria Clément (Centre Pierre Naville, Université d’Évry), « Les startups de biotechnologies : immersion au cœur des motivations entrepreneuriales et des pratiques productives »
  • Jean Frances (GSPR), « Entorse du curriculum : torsion entrepreneuriale dans le doctorat »
  • Bruno Rostand (PSL), Présentation des programmes et activités de la direction de l’innovation et de l’entrepreneuriat de Paris-Sciences-et-Lettres

A noter, au passage, le renouvellement de l’équipe organisatrice :

Bruno Andreotti, professeur à l’Université Paris-Diderot ; Olivier Berné, chargé de recherche au CNRS ; Claude Calame, directeur d’études de l’EHESS ; Francis Chateauraynaud, directeur d’études de l’EHESS ; Sophie Desrosiers, maître de conférences de l’EHESS ; Joël Laillier, maître de conférences à l’Université Toulouse-III Paul-Sabatier ; Arnaud Saint-Martin, chargé de recherche au CNRS (« référent » administratif) ; Johanna Siméant-Germanos, professeure à l’ENS ; Christian Topalov, directeur d’études de l’EHESS.

Last but not least : la deuxième séance aura lieu le 22 novembre, dans un lieu parisien à déterminer, faute de salle disponible dans les centres de l’EHESS. Le calendrier des suivantes est en revanche presque connu et situé : salle M. & D. Lombard, EHESS (96, boulevard Raspail, Paris), les 20 décembre 2018, 17 janvier, 21 mars, 18 avril et 16 mai 2019. La séance de février aura lieu à Toulouse. Le programme est en cours de finalisation, il sera communiqué bientôt.