21 novembre. La raison, la science, le clash et le doute : quand la fausse monnaie chasse la bonne

Politiques des Sciences, saison 11, c’est parti ! le programme est en cours de finalisation, mais il est d’ores et déjà indispensable de nous retrouver à l’occasion de la première séance, qui aura lieu le 21 novembre prochain à l’EHESS en salle Lombard (96 boulevard Raspail, Paris 6e), de 17 à 21h. Les autres seront annoncées très rapidement – sachant aussi que, comme l’année dernière, nous nous permettrons d’improviser quand c’est nécessaire. Les séances de ce séminaire collectif et d’enquête ne comporteront plus que trois présentations.

Et nous commencerons par une séance plus qu’engageante, qui nous servira de base de départ pour celles qui suivent. Pour donner une tonalité, nous aider à orienter la réflexion.

La désinformation, qui passait hier par la propagande, repose désormais sur la création de brumes de confusion et de heurts — de clashes — qui se succèdent à une vitesse accélérée sur les nouveaux marchés de l’opinion. Cette séparation avec le réel, avec l’expérience sensible, affecte frontalement le monde savant, qui a comme horizon commun la vérité partagée, la connaissance objective et le temps long de la recherche. Elle affecte doublement la science, puisque les pouvoirs managériaux dont son exercice dépend s’ingénient à produire des normes et des procédures qui valorisent le conformisme, l’insignifiance, et cette forme spécifique de novlangue qu’est le bullshit.

Comment résister à cette dérive et réaffirmer l’attachement du monde savant à dire le vrai sur le monde, de manière collective et désintéressée ? Comment poser les principes d’une éthique intellectuelle qui ne soit pas une morale ? Le rationalisme est-il un refuge de façade d’ores et déjà corrompu par les nouveaux marchands de doute ?

Interviendront successivement :

      • Philippe Huneman (CNRS-Paris 1), « L’Université ne doit pas laisser entrer les imposteurs » (à partir d’un texte paru sur son blog, 11 octobre 2019).
      • Maryvonne Holzem (Université de Rouen), « Redonner aux sciences le pouvoir de faire sens à l’ère de la post-vérité ».
      • Sylvain Laurens (EHESS), « Le lent alignement des astres entre mouvements proscience et industrie ».
      • Pascal Engel (EHESS), « Éthique intellectuelle : trop ou trop peu ? » (sous réserve)
      • Mathias Girel (ENS), titre à confirmer (sous réserve).

La séance sera animée par Bruno Andreotti, Johanna Siméant-Germanos et Arnaud Saint-Martin.

Vous pouvez d’ores et déjà noter sur vos agendas les dates des prochaines séances : 19 décembre 2019, 30 janvier 2020, 20 février, 19 mars, 30 avril, 7 mai, et 18 juin 2020, horaire habituel, toujours en salle Lombard.

Page sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/964/.

« Intégrité scientifique » (deuxième partie). Séance du 21 mars à l’EHESS

Après la séance du 17 janvier, qui était déjà consacrée à la question, le séminaire remet sur le métier la question de l’intégrité scientifique. Si les atteintes à l’intégrité suscitent une légitime indignation, on essaiera de ne pas se limiter à une approche en termes de responsabilité individuelle, mais à comprendre les mécanismes par lesquels ces manquements peuvent se produire – ou être évités. C’est donc une séance sur l’intégrité au concret qui sera proposée. On réfléchira aux déclinaisons de ces questions selon les disciplines : certaines sont-elles plus que d’autres affectées par des manquements à l’intégrité et pourquoi ? On reviendra avec Pierre Corvol sur la façon dont il a réalisé le rapport français sur l’intégrité scientifique qui a contribué à la mise en place d’instances spécialisées sur la question. On écoutera Nicolas Chevassus-au-Louis souligner les dimensions structurelles de ces atteintes à l’intégrité. Florence Weber exposera ce que ces enjeux peuvent recouvrir en sciences sociales, en matière de sincérité des données ethnographiques en particulier. Claudine Cohen proposera un point de vue nourri de l’histoire des sciences sur les déclinaisons de cette question de l’intégrité.
Pierre Corvol (professeur honoraire au Collège de France), « genèse et développements d’un rapport ».

– Nicolas Chevassus-au-Louis (docteur en biologie et historien, journaliste, collaborateur régulier de Mediapart), « Pourquoi est-il (hélas) si facile de publier n’importe quoi ? »
Florence Weber (professeur à l’ENS), « Quels enjeux contemporains pour l’archivage des données d’enquête ethnographique? »
Claudine Cohen (directrice d’étude à l’EHESS), « Les sciences de la préhistoire : un domaine “privilégié” des faux ? »

21 mars, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Politiques des Sciences, 20/12, 17h-21h, EHESS, Christian Laval et Patricia Pol : l’université comme commun et pour tou·te·s

La prochaine séance du séminaire « Politiques des sciences » (EHESS) aura lieu le jeudi 20 décembre, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail. Après une première séance décoiffante consacrée à l’introduction de logiques de « startupisation » et d’entrepreneuriat académique, nous y discuterons des alternatives et contre-modèles d’université, et dans quelle mesure ils peuvent ou pourraient être mis à l’épreuve de mobilisations et de refondations sur les ruines de l’ESR contemporain.

Deux communications sont prévues :

  • Christian Laval, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, « L’université comme commun ».
  • Patricia Pol, Université Paris-Est Créteil, « Pour une Internationale des savoirs pour tous ».

La séance peut être réécoutée en intégralité via notre page archives.org.

Le programme complet des séances sera diffusé très bientôt. En voici les thèmes, en attendant :

17/01, Intégrité scientifique

14/02, Qu’est-ce qu’une université de « rang mondial » ?

21/3, La science coupée-collée : plagiat et triche dans la recherche

18/4, Histoire des intellectuels collectifs : Bourbaki

16/5, Fraude et industrie

Au plaisir de nous retrouver le 20 !

séance du 7 juin 2018_ La démocratisation de l’Université et de l’Education nationale condition de leur refondation

    La démocratisation de l’Université et de l’Education nationale condition de leur refondation

                   Séminaire Politiques des sciences –EHESS Paris

                  La séance se tiendra salle 1 au 105 bd Raspail, le 7 juin 2018 (17h-21h)

Fichiers audio de la séance : https://tinyurl.com/ydb4eftt

          Dans un contexte marqué par la «guerre contre le terrorisme» et la banalisation de l’état d‘urgence, sévissent l’autoritarisme des pouvoirs publics et les violences sociétales. Dans l’Education nationale, les enseignant-e-s du primaire en résistance pédagogique n’ont pas été réhabilités malgré la reconnaissance de leur démarche. Les pétitions s’accumulent pour demander l’arrêt de poursuites disciplinaires pour cause de conflits du travail, voire des grèves de la faim et des suicides de professionnels.

         À cette gestion brutale de personnels hautement qualifiés, s’ajoute un mépris fréquent de la représentation syndicale. Le décret d’application de la réforme des collèges a été publié le jour– le 19 mai 2015 – où une partie de la corporation (50 % en collège, selon l’intersyndicale) faisait grève et manifestait pour sa renégociation.

         Pour avoir exprimé publiquement leur opposition à la loi sur le Travail (loi El Khomri), des lycéens ont fait l’objet de conseils de discipline. A l’Université, la mobilisation des étudiant-e-s et des enseignant-e-s à l’égard du dispositif Parcours Sup et de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) a donné lieu à une répression de la part de présidents de Conseils universitaires et des forces de l’ordre, voire de commandos fascisants.

       La promulgation de la loi Sécurité intérieure le 30 octobre 2017 parachève ce dispositif. Des fonctionnaires pourront être radié·e·s, au motif que leur comportement ne serait pas compatible avec leurs fonctions. Le régime policier qu’inaugure cette loi correspond dans les faits à des éléments programmatiques du FN.

       En l’absence de véritable remédiation aux discriminations liées aux origines et aux échecs scolaires qui en résultent, au chômage de masse pour les jeunes, à la montée de l’extrême-droite dans l’électorat, incivilités et faits de violence de la part de publics scolaires se manifestent de manière toujours plus prégnante, singulièrement dans le secondaire.

      L’absence de démocratisation de la gouvernance de l’Education Nationale et de promotion de ses ressources humaines est l’une des raisons du semi-échec de sa refondation (loi d’orientation et de programmation, 2013). Dans le même temps, la remise en cause des libertés académiques et la censure sur des sujets controversés se banalisent à l’Université, singulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales. Ces politiques institutionnelles participent du déséquilibre du pays et de l’affaiblissement de l’Etat social et de droit, pendant que les pouvoirs régaliens (les forces de l’ordre) ont été accrus d’une manière significative.

     Cette séance du séminaire « Politiques des sciences » portera sur le système managérial mis en place à l’Université et dans l’Education nationale, ainsi que sur les voies et moyens de la restauration des métiers et des conditions de leur exercice.

  • – Bruno Andreotti, physicien, professeur à l’Université Paris Diderot, chercheur au laboratoire LPS de l’ENS et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Membre du groupe Jean-Pierre Vernant
    Analyser les processus de dépossession des universitaires: néomanagement et théorie du capital humain- Cas de Parcoursup et de la loi ORE
  • – Eric Debarbieux, universitaire en sciences de l’éducation, président de l’Observatoire international de la violence à l’école et ancien délégué ministériel à la prévention de la violence scolaire
    La condition enseignante dans le fonctionnement pyramidal de l’Education nationale
  • – Martine Boudet professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste d’anthropologie culturelle (académie de Toulouse), membre du Conseil scientifique d’Attac France- Coordinatrice de la séance   
    Eléments programmatiques pour la défense et la promotion du monde enseignant (Education nationale)

Références de lecture :

 

Alerte condition enseignante (Blog collégial) https://alerteconditionenseignante.wordpress.com/
https://alerteconditionenseignante.wordpress.com/2017/12/01/alerte-defense-de-la-condition-enseignante-et-des-professionnels-de-leducation-nationale/

 

Boudet Martine, “La démocratisation de l’Éducation nationale, condition de sa refondation” chapitre 9 du Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Boudet Martine, Saint-Luc Florence,  coordination, PUM, 2014) http://pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

 

Debarbieux Eric, Ne tirez pas sur l’école !… Réformez-la vraiment (Armand Colin, 2017)
http://www.armand-colin.com/ne-tirez-pas-sur-lecole-reformez-la-vraiment-9782200620042
https://alerteconditionenseignante.wordpress.com/2018/02/07/eric-debarbieux-ne-tirez-pas-sur-lecole/

 

Délégation ministérielle à la prévention de la violence scolaire, « De la maternelle au baccalauréat, Climat scolaire et prévention des violences- Améliorer le climat scolaire pour refonder une école sereine et citoyenne »
http://www.education.gouv.fr/cid2765/climat-scolaire-et-prevention-des-violences.htlm

 

Frackowiak Pierre, « Je plains les professeurs d’école » http://www.educavox.fr/accueil/debats/je-plains-les-professeurs-d-ecole

 

Groupe Jean-Pierre Vernant, « Le chat de Schrödinger, la tour d’ivoire et la marée de merde » (janvier 2018)
https://www.lemediatv.fr/articles/le-chat-de-schrodinger-la-tour-d-ivoire-et-la-maree-de-merde

 

Hibou Béatrice,  La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012

 

Réfalo Alain, « Le ministère de l’Education nationale reconnaît l’importance de la résistance pédagogique des enseignants du primaire » http://alainrefalo.org/2015/06/14/le-ministere-de-leducation-nationale-reconnait-limportance-de-la-resistance-pedagogique-des-enseignants-du-primaire-entre-2009-et-2012/?fb_action_ids=10203175122019431&fb_action_types=news.publishes

 

Sauvons l’Université (SLU) : « Violences policières (et autres) contre les manifestations et blocages étudiants (dossier, mars 2018) » http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8203

 

Valluy Jérôme, « Libertés académiques bafouées : il faut réagir »
https://blogs.attac.org/commission-enseignement-recherche/article/libertes-academiques-bafouees-il-faut-reagir

 

Martine BOUDET

Urgence antiraciste –Pour une démocratie inclusive-(Coord, Ed du Croquant, 2017)

http://www.editions-croquant.org/component/mijoshop/product/384-urgence-antiraciste

 

Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Coord, PUM, 2014)

http://pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Les hymnes et chants identitaires du grand sud (IDECO, 2009)
http://www.ideco-dif.com/ieo_edicions/textes_et_documents/les_hymnes_et_chants_identitaires_du_grand_sud

“Nuit debout. Premiers regards sociologiques”, séance du 1° décembre 2016, 18h-21h

fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/gwxqfmo

Séminaire Politiques des sciences – EHESS

Séance du 1° décembre 2016  de 18h à 21h

salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Nuit debout. Premiers regards sociologiques.

 

https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/964//

http://pds.hypotheses.org/


 

 

Dans le petit monde des sciences sociales, nous avons été nombreuses et nombreux à passer, à participer, ou simplement à regarder et à interroger, en citoyens ordinaires, les occupations de place du printemps dernier. A chaud, nous avons partagé nos impressions. Le recul permet à présent une analyse socio-historique de cette séquence contestataire. Des questionnaires circulent, des entretiens sont menés, des observations directes et un vaste corpus de sons et d’images sont en cours d’analyse. La recherche est en marche. Cette séance, centrée sur des travaux ethnographiques Place de la République, examinera le rapport de Nuit debout à la musique, à l’espace et au passé.

 

Avec les interventions de :

 

Myrtille Picaud (CESSP-CSE) et Isabelle Mayaud (CRESPPA-LabTop) : « Musique debout »

 

Sylvain Antichan (CRPS) : « La topographie légendaire de la place de la République : du 13 novembre au 100 mars »

 

Séance animée par Manuel Cervera-Marzal

 

Ce séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

 

—-

Séance suivante, 05/01/17 : quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ?

 

Séminaire Politiques des sciences du 12 mai 2016 : Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche

Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche.
Séminaire Politiques des sciences du 12 mai,2016, EHESS, 105 bd Raspail, 75006, attention, changement de salle : salle 7, 18h-21h

Les fichiers audio de la séance (avec les interventions de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau seulement) sont disponibles via ce lien : http://tinyurl.com/zahczm2

Depuis plusieurs années, des missions et des dispositifs institutionnels mettent en avant l’importance des formes de participation des publics à la formulation de questions de recherche, à la production de données, à des processus d’innovation, à la confrontation des expertises ou encore à l’interprétation collaborative de phénomènes observables.
Au niveau européen, de multiples incitations visent l’engagement des citoyens dans des protocoles de recherche.
En France, plusieurs rapports ont été produits dans le but d’identifier les “bonnes pratiques” et de définir des cadres et des protocoles “acceptables” pour les recherches participatives. Entre autres  :
L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité, rapport coordonné par Gilles Boeuf, Yves-Marie Allain et Michel Bouvier pour le Ministère en charge de l’Ecologie (2012) ;
– La recherche participative comme mode de production des savoirs, par la Fondation Sciences Citoyennes (2013) ;
– Mission sur les Sciences citoyennes confiée à Marc Lipinski par la direction du CNRS (2014)
– et tout récemment, Les Sciences participatives en France. Etat des lieux, bonnes pratiques & recommandations, sous la direction de François Houllier, P-DG de l’INRA à la demande du MENESR (février 2016)

 

C’est l’examen de ce dernier rapport qui sera au coeur des dicussions du séminaire. Bien qu’ouverte à la diversité des approches, l’institutionnalisation des sciences participatives suscite des controverses voire des polémiques. Les critiques viennent souvent de scientifiques défendant bec et ongles le monopole des savants en titre concernant toute activité de recherche et de hiérarchisation des savoirs, généralement au nom d’un éthos rationaliste ; mais elles proviennent aussi, en sens inverse, de groupes d’acteurs engagés dans la production d’alertes et de contre-expertises, intervenant souvent en appui à des mouvements sociaux, explorant plusieurs dimensions de l'”intelligence collective” et de la “science ouverte”, en refusant le cadrage officiel des programmes de recherche ;on trouve également des critiques du recours aux “publics profanes” ou aux “amateurs”, comme au “crowd founding”, qui y voient une manière de délester les organismes publics de coûts de main d’oeuvre, voire une stratégie pour délégitimer des pratiques de recherche professionnelles et autonomes au profit de transactions continues avec la “société civile” dont les limites sont de plus en plus floues.En même temps, on voit émerger des agencements hybrides qui tentent de surmonter les tensions et les critiques en produisant de véritables transformations épistémiques.
Pour y voir clair dans la fabrique des “normes de gouvernance” associées aux sciences participatives, et pour expliciter les points de friction ou les appuis de la critique, la séance donnera tour à tour la parole à quatre intervenant-e-s qui ont développé, à des titres divers, un regard aiguisé sur toutes sortes d’expériences de recherche participative.

 

Marie-Christine Bagnati, Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a coordonné les programmes REPERE et Concertation, Décision Environnement dans lesquels ont fleuri une multiplicité de partenariats entre laboratoires de recherche et associations, offrant un plan d’expérience assez inédit en matière de recherches participatives.

 

Philippe Chamaret, Directeur de l’Institut Ecocitoyen.Implanté au coeur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, cet institut associe les populations à des études environnementales des pollutions. Une longue expérience au coeur de différents processus de concertation et de débat public.

 

Jean-Michel Fourniau, Directeur de recherche à l’IFSTTAR, co-fondateur et Directeur du GIS Démocratie&Participation qui fédère de nombreux chercheurs autour des enjeux démocratiques, des procédures de consultation et des formes d’expertise “dialogiques”, “citoyennes” ou “participatives”.

 

Isabelle Goldringer, Directrice de recherche à l’INRA (Génétique Quantitative et Évolution), également membre de la Fondation Sciences citoyennes, a particulièrement investi la question de la sélection participative qui a donné lieu à la production de savoirs alternatifs – en lien notamment avec les activités du Réseau Semences Paysannes.

 

Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), co-organisateur du séminaire Politiques des sciences depuis sa création (2009), qui développe une sociologie des processus d’alerte, de controverse et d’expertise, dans lesquels toutes les formes d’agencements entre sciences et citoyennetés sont convoquées, assurera la présentation de la séance et l’animation des discussions.

Ouvrage à paraître “Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance” (M Boudet-F Saint-Luc-PUM)

La sortie de l’ouvrage Le Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance, dirigé par Martine Boudet et Florence Saint-Luc, avec une préface de Philippe Meirieu, est prévue pour le 5 décembre.
 Cet ouvrage appréhende le système éducatif dans son contexte socio-culturel et sous l’angle de l’économie mondialisée de la connaissance. Il a été rédigé par une équipe pluridisciplinaire et pluri-catégorielle, qui part du constat des dysfonctionnements occasionnés par une forme de culture scolaire excessivement uniformisante et abstraite, et dans les faits inégalitaire.
 Vous trouverez ci-dessous les liens vers deux PDF : le premier propose une description détaillée de l’ouvrage ainsi qu’un bulletin de souscription à un tarif préférentiel jusqu’au 18 novembre ; le second est une présentation des différents contributeurs de l’ouvrage.

Nous espérons que cet ouvrage retiendra votre attention et nous vous invitons à diffuser largement l’information auprès des personnes susceptibles d’être intéressées.
Bien cordialement,
Dorine Godard
Chargée de promotion
Presses Universitaires du Mirail

Université Toulouse II – Jean-Jaurès

 

Site: http://w3.pum.univ-tlse2.fr

Page facebook: https://www.facebook.com/Presses.Universitaires.du.Mirail

 

Pour vous abonner à la lettre d’information des PUM: http://w3.pum.univ-tlse2.fr/spip.php?page=lettre-info

Michel Barthélémy – Présentation 10° séance séminaire – “L’université et la recherche en questions” – 220312

Nous sommes heureux d’accueillir aujourd’hui nos trois invités, dont le modérateur, Jean-François Méla, mathématicien et fin connaisseur des arcanes et des enjeux des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, et les deux intervenants : Michel Blay et Pierre Macherey, autour de la question : « l’université et la recherche en questions », dont leurs ouvrages respectifs constitueront le socle de la discussion que nous allons avoir.

Sans vouloir empiéter excessivement sur les propos de notre modérateur, que je remercie vivement d’avoir accepté cette tâche, qui aura un rôle non seulement de conduite de la séance et de distribution de la parole mais également d’initiateur des thèmes de discussion avec nos intervenants, je voulais préciser un point. Nous avons conçu cette séance un peu à la manière d’une respiration dans le rythme soutenu que l’actualité de l’enseignement supérieur et de la recherche impose à ce séminaire en nous détachant quelque peu de l’immédiat pour mieux considérer les plaques tectoniques sur lesquelles se déroulent les crises, les divergences de vue concernant l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche que le quinquennat finissant a pu exacerber, à travers des réformes qui, ont pu être jugées brutales et peu respectueuses de la collégialité et démocratie censées caractériser le milieu académique sur lequel elles se sont abattues. Il était temps de faire le point sur ces institutions, sur les conceptions qui ont cours au sujet de leurs missions, de leur place dans la société et des exigences qui en découlent quant au service à la nation qui est attendu d’elles, mais aussi sur les conditions que ceux qui en assurent le fonctionnement jugent nécessaires de faire advenir ou de préserver afin d’assurer leurs missions et de réaliser les tâches spécifiques qui sont les leurs. D’où le fait que nous nous intéressions aujourd’hui aux idées qui ont prévalu dans la structuration d’un organisme de recherche majeur qu’est le Cnrs, sans nostalgie aucune, mais pour revivifier l’idée d’une « république de la recherche » comme le mentionne l’auteur de l’ouvrage dont il va être question, et que nous nous penchions également sur l’idée d’université, car ces institutions existent également comme réalité sociale et sujet de préoccupation, et se rendent visibles en tant que tels, à travers la manière dont on en parle, laquelle justifiant ce qu’on en fait, ce qui fait apparaître un certain nombre de problèmes, d’apories, de questions, en effet, et de pistes d’action tendant à ajuster l’idée à la réalité quotidienne des dites institutions.

Je cède immédiatement la parole à Jean-François Méla.

Jean-François Mèla – introduction de la séance – “L’université et la recherche en questions” – 10° séance séminaire – 220312

Nous vivons une période de réformes qui visent à transformer en profondeur l’université et la recherche et qui va probablement s’étaler sur plusieurs années. Ces réformes, il faut bien le dire, divisent beaucoup plus qu’il n’y paraît le milieu universitaire. Au-delà de la bataille qu’il y a eu il y a trois ans en 2009, et qui d’ailleurs pourrait reprendre, l’idée de cette séance c’est je crois de prendre un peu de distance pour mieux apprécier les enjeux et dégager des perspectives. Donc je vais tout de suite donner la parole aux intervenants. Ce sont d’une part un philosophe, Pierre Macherey, et un philosophe et historien des sciences Michel Blay. Pour ma part, en ma qualité de mathématicien, je suis un peu un huron dans cette assemblée. Remarquez, j’aurais bien aimé faire de la philosophie mais le proviseur m’a dit : « vous n’y pensez pas, vos parents n’ont pas les moyens ! ». Bon. Alors je suis heureux d’être avec deux philosophes

Michel Blay : Dont les parents avaient les moyens sans doute !1

Jean-François Mèla : Très brièvement, Pierre Macherey est professeur émérite à l’université Lille-III, et je noterai qu’il anime là-bas notamment un groupe d’étude intitulé : la philosophie au sens large. Ce qui convient assez bien je crois à notre propos d’aujourd’hui. Il a récemment publié un livre intitulé La parole universitaire dont il sera question. Michel Blay, lui, est directeur de recherche au CNRS, président du comité d’histoire du CNRS et rédacteur en chef de la revue d’histoire des sciences. Il vient de publier un livre sur les débuts du CNRS après la deuxième guerre mondiale, dont il sera certainement question. Je vais leur donner la parole et je me réserve après leurs interventions de poser un certain nombre de questions ou de faire des observations dignes d’un huron pour introduire le débat qui suivra.

  1. rires []

Pierre Macherey – La Res Universitaria et ses contradictions – “L’université et la recherche en questions” – 10° séance du séminaire – 220312

La très grave crise que traverse actuellement l’université, en France et ailleurs, présente au moins un aspect positif : elle fournit l’occasion, et même l’obligation, de revenir sur un certain nombre de questions de fond, et en particulier de s’interroger sur les missions que doit remplir l’université et sur la nature des moyens que requiert l’accomplissement de ces missions. On dit « missions », au pluriel, car l’une des difficultés, la principale peut-être, est que, dès son origine, il y a près de huit siècles, l’université a été chargée de remplir simultanément plusieurs fonctions répondant à des objectifs qu’il ne va pas de soi d’accorder entre eux, ce qui amène à soupçonner que la fatalité de la crise se trouvait dès le départ inscrite dans la nature de cette institution qui, apparue à un moment historique déterminé, pourrait bien disparaître à un autre moment, créant du même coup un vide à combler. Peut-être sommes nous proches du moment où la question de la fin de l’université pourra, devra même être affrontée, et où le mot d’ordre « défendre l’université » résonnera d’emblée comme un aveu de défaite.

Dans le préambule du premier numéro de la Revue de l’Enseignement Supérieur, paru en 1956, le ministre de l’éducation nationale d’alors, René Billères, assignait à celle-ci, outre les fonctions traditionnelles de l’enseignement (transmission d’acquis théoriques) et de la recherche (élaboration de nouveaux contenus de connaissance), le « développement des facultés créatrices de l’individu » (donc un rôle de formation centré sur les qualités appartenant en propre à la personne), et « l’insertion future de l’étudiant dans la vie du pays » (donc l’adaptation à une demande sociale prenant la forme de la préparation à différents métiers). Les deux premières rubriques correspondent à des finalités théoriques, les deux autres à des finalités pratiques, ce qui installe un clivage difficilement gérable qui traverse à la fois les personnels chargés de faire fonctionner le système et les destinataires de ce fonctionnement, les étudiants, ou, comme on les appelle dans le jargon administratif actuel, les « usagers », ce qui, remarquons le au passage, revient d’emblée à les rejeter à la périphérie du système, dont ils ne seraient que des utilisateurs occasionnels, sans disposer de responsabilités réelles sur la détermination de ses objectifs et sur sa marche. L’université est ainsi censée produire les résultats qu’on attend d’elle à l’interférence entre plusieurs mondes : un monde abstrait de pure intellectualité, où seules les exigences inconditionnées du savoir seraient à prendre en compte, et un monde concret où des individus ont à être insérés, au niveau de compétence qui leur est reconnu, dans un environnement social déterminé, avec les contraintes qui définissent spécifiquement celui-ci, des contraintes qui prennent la forme d’un conditionnement.

Les toutes premières universités de l’époque médiévale avaient résolu le problème posé par cette dualité en se dotant d’une organisation hiérarchisée qui établissait une nette séparation entre, d’une part, une faculté dite inférieure, la Faculté des arts, à laquelle il revenait de dispenser, sous l’autorité de la raison, une formation générale ordonnée autour des deux grandes divisions disciplinaires du trivium (sciences discursives) et du quadrivium (sciences mondaines), et, d’autre part, les trois Facultés dites supérieures de Théologie, de Droit et de Médecine ayant la charge de préparer, de qualifier et de recruter des spécialistes, le prêtre, le magistrat et le médecin, qui, en tant que professionnels ou experts patentés, ont un rôle précis à jouer dans la société, ce qui justifie que les activités de ces trois Facultés supérieures soient placées sous le contrôle de l’Etat directement intéressé par ces activités. Dans ses études sur L’évolution pédagogique en France, Durkheim interprète cette division en la projetant du plan d’une organisation spatiale, de type pyramidal, sur celui d’un déroulement temporel s’effectuant dans la continuité : dans la Faculté des arts, il voit l’origine de notre actuel enseignement secondaire, dispensateur d’une culture générale en principe désintéressée, qui fournit ses bases à la préparation à des métiers spécialisés, préparation assurée ultérieurement sous la responsabilité des Facultés supérieures, prémisses de l’enseignement universitaire tel que nous le connaissons, ce qui justifie qu’il leur ait repris le qualificatif de « supérieur » ; selon cette manière de voir, « inférieur » signifie « antérieur », et « supérieur » signifie « postérieur », selon l’ordre naturel de succession entre ce qui doit être enseigné avant, les bases, et ce qui doit être enseigné après, des applications. Dans une perspective différente, on pourrait diagnostiquer dans l’organisation des Facultés de l’époque médiévale la source, ou du moins l’une des sources, de la partition présente en France entre les deux filières de l’enseignement destiné, non à des élèves, mais à des étudiants sortis du lycée, à savoir d’une part l’Université proprement dite, réfugiée dans la forteresse que lui garantit son  autonomie, et d’autre part les Grandes Ecoles qui, elles, participent directement au jeu social dans lequel elles sont de part en part impliquées en tant qu’elles assurent la formation de ce que Bourdieu appelle une « noblesse d’Etat ». Peut-être pourrait-on, dans l’esprit de Durkheim, résoudre le conflit de ces institutions rivales, entre lesquelles on tente aujourd’hui de faire passer de fragiles passerelles, dont la fragilité même fait ressortir la profondeur de l’abîme qu’elles ont à franchir, en rejouant leur distinction selon une logique successive qui permettrait de rétablir entre elles une complémentarité ; ceci reviendrait à repenser l’organisation des études supérieures de telle façon que l’Université en occupe les premières années, réservées exclusivement à une formation générale dispensée à tous les étudiants quelles que soient leurs orientations professionnelles ultérieures, des Grandes Ecoles, y compris celles consacrées à la formation à l’enseignement et à la recherche dont l’Université conserverait directement la responsabilité, n’ayant à intervenir qu’ensuite, au titre d’écoles d’application préparant à des tâches professionnelles distinctes dont chacune répond aux exigences intellectuelles spécifiques commandées par leur orientation pratique. Serait alors posée la question des conditions du passage de l’un de ces stades à l’autre, selon les modalités de l’examen ou selon celles du concours, qui sont foncièrement hétérogènes. On peut dire que, dans l’Université telle que nous la connaissons, c’est l’esprit d’examen qui prédomine, alors que, dans nos Grandes Ecoles, c’est l’esprit de concours, qui correspond à des attitudes complètement différentes, voire même opposées : passer un examen, c’est exposer ses capacités à être mesurées pour elles-mêmes, dans l’absolu en quelque sorte, alors que passer un concours, c’est soumettre celles-ci à l’obligation de valoir relativement à celles des autres, et dans un rapport de compétition avec elles ; et il est manifeste que la thématique de l’excellence qui investit aujourd’hui le terrain des études universitaires, et l’empoisonne de ses miasmes, relève davantage d’une logique de concours que d’une logique d’examen.

A ce premier clivage s’en ajoutent d’autres. Il y a par exemple celui qui traverse l’histoire de l’université, une histoire qui n’est pas continue mais discontinue, et au cours de laquelle le sens même du mot s’est transformé. Au départ, le terme d’origine juridique « universitas », qui, dans le voisinage des termes societas, consortium, signifie littéralement « association », a défini une collectivité de fait dans laquelle étaient rassemblés enseignants et étudiants, en tant que membres d’un même « corps » dont ils étaient les organes : si étonnant que cela puisse paraître, dans les Universités Médiévales, les étudiants étaient davantage intégrés et considérés comme partie prenante au fonctionnement du système que ce n’est le cas aujourd’hui où, comme cela vient d’être signalé, ils ne sont plus identifiés que comme ses « usagers », ce qui tend à les rejeter à sa marge. Au tout début du XIXe siècle, cette représentation strictement corporative de l’université, modelée sur le principe de la division matérielle du travail, a été remise en cause, principalement sous l’initiative de philosophes allemands, au moment de la création de l’Université de Berlin en 1810, qui a représenté un tournant capital dans l’histoire de l’institution : c’est alors que le terme « université » est entré en résonance avec le terme « universalité », avec à l’arrière-plan le projet d’une réorganisation complète de l’institution modelée sur le principe de l’unité rationnelle du savoir, ce qui rendait intolérable la séparation hiérarchique entre Facultés inférieure et supérieures, alors dénoncée comme un archaïsme. Cette réorganisation a pris la forme d’une rationalisation des activités universitaires, dans le cadre propre à une communauté de connaissances négociant entre elles leurs rapports sur le plan exclusif des idées,  ce qui justifiait que l’initiative de cette entreprise ait été assumée par des philosophes, représentants autoproclamés des droits du savoir, les mieux placés en principe pour réduire les faits à des idées. On peut se demander si la reconfiguration du champ universitaire effectuée dans cet esprit a fait réellement disparaître les inégalités hiérarchiques auxquelles elle prétendait faire pièce, ou bien si elle s’est contentée de les déplacer, pour mieux les reconduire en les camouflant. La seconde hypothèse est la plus vraisemblable : l’organisation corporative de l’université a été recouverte par une idéologie unifiée du savoir qui, en se surajoutant à elle davantage qu’en s’y substituant, lui a permis de se continuer en sous-main sous d’autres formes. Le modèle interprétatif et fonctionnel hérité de l’époque médiévale, même s’il a été retranscrit dans un autre langage, vaut encore, et même vaut de plus en plus, pour l’université telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit à cet égard, il reste que sur un point capital nous restons les héritiers directs de l’université médiévale. En quoi cette institution a-t-elle été radicalement innovante ? La tâche d’enseigner, donc de transmettre des contenus de savoir et de former des compétences pratiques par la voie de l’apprentissage, était déjà familière à la paideia antique, qui avait également stimulé la constitution d’institutions d’études avancées, des « écoles » du type de l’Académie de Platon où s’élaboraient des savoirs nouveaux dans la perspective de ce que nous appelons aujourd’hui « recherche scientifique ». Si les clercs du Moyen Age ont radicalement innové, c’est parce qu’ils ont introduit la représentation de procédures d’inculcation et de réflexion intellectuelles ne se suffisant pas à elles-mêmes mais trouvant leur prolongement et leur accomplissement dans des opérations de qualification et d’évaluation ; ces dernières ont pour rôle de sanctionner et certifier le fait que les individus auxquels ces procédures et ces opérations s’appliquent possèdent en propre tel type et tel niveau de compétence, voire même l’aptitude à postuler à des compétences qu’ils ne possèdent pas encore. La fonction principale assignée aux Universités et à l’ensemble de leurs Facultés, qu’elles soient inférieure ou supérieures, a alors été de faire rentrer les personnes dans des grilles normatives qui les destinent à effectuer, une fois leurs études terminées, et conformément à cet étiquetage ou estampillage, des tâches socialement utiles. Encore aujourd’hui, et même plus que jamais, ce travail d’évaluation et de qualification fournit à l’Université sa finalité essentielle : ce n’est pas un hasard si Napoléon, lorsqu’il a créé son Université sur des bases purement administratives, sans tenir grand compte des exigences du savoir pur, et en vue prioritairement de recruter des fonctionnaires dociles pour son Etat centralisé, a organisé symboliquement cette nouvelle institution autour de l’attribution d’un diplôme, le baccalauréat, signe formel de l’accession à un niveau supérieur de citoyenneté. Pour quoi l’université, institution complètement ignorée du monde antique, a-t-elle été faite dès l’origine ? Pour décerner et distribuer des titres qui officialisent et cautionnent, sous la garantie du savoir, des processus de répartition sociale. Les évolutions actuelles de l’institution, loin de reléguer cette fonction au second plan, l’ont au contraire amenée à envahir une grande partie du temps consacré aux études : plus que jamais, on évalue et on qualifie sans relâche, avant même d’avoir pris la peine et eu la patience de former et de préparer les compétences qu’on soumet à examen. Peut-être nos universités se porteraient-elles mieux aujourd’hui si elles renonçaient à se consacrer de manière quasiment obsessionnelle à ces activités permanentes de contrôle, qui ont fini par prendre le pas sur l’acquisition réelle des connaissances alors que cette dernière ne peut s’effectuer que sur la longue durée, et non ponctuellement. L’émiettement actuel des programmes d’études, où ne sont plus proposées que des paillettes de savoir, le soin de les recoller les unes aux autres étant abandonné à des étudiants par définition inexpérimentés, car s’ils étaient expérimentés ils n’auraient pas besoin d’étudier, est un symptôme de cette domination croissante des exigences de l’évaluation sur celles de l’apprentissage : on sanctionne des instantanés de formation, qu’on découpe en tout petits morceaux, alors qu’elle ne pourrait s’accomplir réellement que dans la continuité.

Ceci amène à revoir sur de nouvelles bases le problème lancinant de la sélection à l’université. Il ne faut pas se raconter d’histoires à ce sujet : non seulement l’université, de fait, sélectionne, mais elle a été fabriquée et elle fonctionne en vue de remplir cette fin. Le problème est donc de savoir comment elle s’y prend pour réaliser cet objectif qui la définit en tant que telle. Deux voies s’offrent à elle : pratiquer la sélection à ciel ouvert, sous des formes déclarées, ou l’effectuer sous des formes déguisées, en douceur, en la dissimulant derrière les exigences du savoir pur et de ses orientations naturelles. La première voie est risquée : sélectionner en le disant, c’est mettre aussitôt la majorité étudiants et une partie des enseignants dans la rue, bloquer le système et l’empêcher de remplir correctement, et surtout sans que cela ait un coût politique trop important, les fonctions qui lui sont assignées. C’est pourquoi la seconde est généralement préférée : on sélectionne sans le dire, de façon détournée, cryptée, ce qui permet d’étendre de manière illimitée le domaine d’intervention des opérations de qualification et d’évaluation que leur multiplication et leur diversification a fini par rendre quasiment invisibles ; on en est arrivé au point où, non seulement l’université évalue et qualifie, mais on évalue et on qualifie la capacité des universités à évaluer et à qualifier, ce qui installe un régime à plusieurs vitesses, source d’inégalités qui, une fois en place, sont indélogeables. Une université sans sélection, à laquelle ne serait plus assignée comme finalité principale d’évaluer et de qualifier, et qui se contenterait d’exercer des tâches d’enseignement et de recherche, serait-elle encore une université ? Mériterait-elle encore cette appellation, porteuse de tout un héritage qui a fait d’elle un champ de ruines ? Envisager une telle éventualité relève-t-il de l’esprit d’utopie ? La question mérite d’être posée.

Ce qui est certain, c’est que, si le fonctionnement de l’université reste adossé à ces pratiques de sélection, auxquelles par pudeur on accolera l’appellation d’orientation, ce qui ne change pas grand chose sur le fond à leur nature, la revendication d’autonomie se trouve entachée d’ambiguïté. L’autonomie, mais quelle autonomie ? et pour quoi faire ? De deux choses l’une : ou l’université se replie sur sa clôture, comme un sanctuaire inviolable ou une citadelle assiégée, et alors la seule autorité dont elle puisse se réclamer pour se légitimer est celle de la connaissance pure, qui ne reconnaît que les divisions internes à son ordre ; ou elle s’ouvre sur les besoins de la communauté à laquelle de toutes façons elle appartient et vis-à-vis de laquelle elle ne peut adopter la position d’un corps étranger, autosuffisant, qui subsisterait comme un empire dans un empire ou comme une cité dans la cité, et alors il faut qu’elle se donne les moyens de négocier avec ces besoins, sans que cela signifie qu’elle cède à leur pression et qu’elle s’aligne mécaniquement sur eux en faisant l’impasse sur les exigences intellectuelles qui la constituent en tant qu’institution de savoir. L’idéal serait de surmonter ce dilemme sur lequel, il serait fâcheux de l’ignorer, l’université a été bâtie, ce qui rend douteuse la possibilité qu’elle le résolve sans se transformer sur le fond, une transformation dont les actuelles« réformes », qui ne font que l’enfoncer un peu plus dans l’abîme où elle est plongée, ne sont que la caricature. L’une des conditions de cette transformation, la principale sans doute, serait de recentrer les activités de l’université sur ceux qui sont aujourd’hui ses grands oubliés, et pour une grande part d’entre eux les laissés pour compte de ses évolutions en cours, les étudiants. L’université sans les étudiants, ou avec des étudiants auxquels est concédée au mieux la position de visiteurs passagers, au titre, comme les appelle ironiquement Lacan, de simples « astudés », ça ne marche pas, ça ne peut pas marcher. Il serait grand temps de s’en apercevoir.