Appel “Champ libre aux sciences sociales : sciences sociales, sciences critiques”

Les conditions de diffusion et de production des sciences sociales ne cessent de se dégrader : bureaucratisation de la vie académique, précarisation des moyens scientifiques, prolétarisation des acteurs de la recherche, marchandisation des biens intellectuels…Dans les institutions d’enseignement (lycée, université), les organismes de recherche, sur les rayons des bibliothèques ou dans les librairies, les sciences sociales n’ont pas la place qu’elles doivent obtenir. C’est pourquoi nous nous proposons et nous vous proposons de lancer ensemble une réflexion commune sur la production, la promotion, l’édition indépendante et la diffusion des sciences sociales critiques. Des coéditions sont probablement possibles et nécessaires, des fédérations d’édition, il s’agit de conjuguer nos forces : l’objet de la rencontre du 5 octobre sera d’examiner ensemble les modalités nécessaires pour diffuser et valoriser le plus efficacement possible les textes de sciences sociales.

Accepteriez-vous de participer avec nous à ce projet, en tant que premiers signataires? Il ne souhaite se substituer à aucun autre mais à l’inverse les encourager tous : si, ensemble, nous nous retrouvons pour promouvoir les sciences sociales, tous leurs producteurs verront leurs travaux plus et mieux diffusés.

Nous imaginons le dispositif suivant : après le recueil large des signataires de l’appel, diffusion étendue de celui-ci co-signé (parmi les enseignant-e-s du supérieur et du secondaire, les chercheur-e-s, les libraires, les doctorant-e-s, etc…), lancement de l’association “Champ libre aux sciences sociales” lors d’une assemblée générale constitutive, le vendredi 5 octobre, puis un colloque international par an, des rencontres partout où cela s’avère possible en province…de façon à élargir l’espace de réception des sciences sociales, aujourd’hui trop réduit.


Nous croyons qu’il est grand temps d’unir nos forces pour que nos travaux aient enfin un minimum d’effets sociaux.

Si vous acceptez de figurer parmi les premiers signataires, le plus simple est probablement de concentrer nos signatures au mail suivant : willypelletier@gmail.com

L’audience des universités populaires, des mouvements d’éducation populaire, les succès en librairie des économistes atterrés, les ventes de mauvais livres de philosophie, entre autres, montrent qu’un nombre très important de personnes sont disponibles pour entendre les résultats de nos enquêtes. On peut dire qu’une demande est là, mais manque pour l’instant le crédit de l’offre…!!!! Celui-ci, nous en sommes persuadés, ne prendra forme et force qu’autant que nous agirons ensemble pour le renforcer.

C’est pourquoi nous serions très heureux si vous acceptiez de co-signer l’appel fondateur de ce projet. Lequel ne sera vraiment finalisé que dans la discussion collective que nous aurons tous ensemble, quand nous nous retrouverons le samedi 6 octobre, de 10h30 à 13h30.

Mais surtout, n’hésitez pas à faire circuler cet Appel dans tous vos réseaux, plus nombreux nous serons et plus nous serons en mesure de faire entendre les sciences sociales.

Bien amicalement

Willy Pelletier


Appel « Champ libre aux sciences sociales »



Sciences sociales, sciences critiques

 

Les sciences sociales n’ont jamais été aussi nécessaires. Elles n’ont jamais été aussi menacées. Non de disparaître mais, plus sournoisement, d’être anesthésiées dans ce qui est à leur fondement, la critique, critique sociale et critique théorique sans lesquelles il n’est de sciences sociales dignes de ce nom.

Bureaucratisation de la vie académique, routinisation des procédures de recherches, précarisation des moyens scientifiques, prolétarisation des acteurs de la recherche, marchandisation des biens intellectuels, les conditions de production et de diffusion des sciences sociales ne cessent de se dégrader. Leur identité est en jeu que ce soit dans les institutions d’enseignement (lycée, université), organismes de recherche, ou sur les rayons des bibliothèques ou de librairie.

La définition même du travail scientifique est en cause : construction des objets de recherche, élaboration des instruments d’analyse (problématique, concepts, méthodes), démarche comparative dans l’espace et dans le temps, réflexivité fondée sur la connaissance des fondements sociaux et épistémologiques des disciplines et des formes de pensée. Ces procédés, ces procédures, ces argumentaires trouvent de moins en moins leur place, notamment sur le marché éditorial.

Cette asthénie scientifique impose une réaction. Celle-ci ne saurait se limiter à la défense de l’une ou l’autre des disciplines constituées. La pensée critique est autant une manière de penser qu’une manière d’agir : penser pour agir mais aussi agir pour penser, penser le monde social et ses multiples transformations. Face au double danger de l’académisation et de la marchandisation des productions des sciences sociales, nous voulons créer un espace autonome où puissent se retrouver et se rencontrer ceux qui attendent de ces dernières ni redondance ni connivence, mais un véritable travail de pensée.

Car aujourd’hui, les sciences sociales n’ont pas l’écho qu’elles devraient et qu’elles pourraient avoir. Leurs producteurs ont toujours au moins un temps et un coup de retard. Et ce n’est pas sans étonnement ni nostalgie que nombre d’entre eux se souviennent de la conjoncture des années 1990, lorsque Pierre Bourdieu constituait dans le monde, et mieux qu’en France, une référence écoutée. Les programmes de formations des enseignants du secondaire se définissent dorénavant, et bien plus qu’avant, en fonction des attentes que les managers voudraient voir reconnues par les usagers. Le travail d’enquête tend à disparaitre. Trop de travaux de ce type s’orientent en fonction de la dernière perception à la mode des débouchés, entre autres par les étudiants. Emportés par des impératifs commerciaux intellectuellement discutables, beaucoup d’éditeurs ne laissent pas leur chance à des recherches qui, par définition, n’ont pas les faveurs des mieux nantis. Les espaces de diffusion concédés à l’exercice intellectuel sont devenus des réserves et ceux qui restent sont abandonnés aux experts officiels.

Une dynamique qui s’entretient d’elle-même menace ainsi de disparition un style de produits intellectuels distanciés et critiques, mal reconnus et mal connus.

Il est vrai que les sciences sociales rencontrent des difficultés propres :

–       Elles doivent convaincre que la recherche peut mieux connaître les relations de la vie quotidienne que ceux qui sont pris au sein de celles-ci.

–       La technique nécessaire aux sciences sociales fait souvent rejeter leurs propos réputés incompréhensibles.

–       Le sociologue, et notamment le sociologue politique, est toujours suspecté par l’anti-intellectualisme ordinaire de prétendre au prophétisme.

–       Les mécanismes les plus subtils d’assujettissement sont d’autant plus aisément supportés qu’ils restent invisibles, comme l’air qui pèse sur nos épaules.

–       S’agit-il d’expliquer des phénomènes sociaux ? La spécialité des sociologues, qu’on ne discuterait pas une seconde à un biologiste, un physicien, un économiste, est immédiatement jugée insupportable par le premier journaliste venu.

On n’arrive pourtant pas à croire que les sciences sociales soient inutiles : au contraire. Entre autres, pour faire échapper à la culpabilisation que l’univers concurrentiel tend à accentuer. Mais aussi parce que la maîtrise des armes pour se défendre contre la domination culturelle fait partie de la culture indispensable. Si enfin elles étaient entendues, la sociologie pourrait même prévenir parfois les politiques publiques et les entreprises politiques que l’on sait d’avance vouées à l’échec. Elle pourrait aider à mettre en question la violence des routines bureaucratiques et les aliénations par le travail. Est-ce que le seul avenir envisageable est l’entreprise généralisée et le marché son instrument indiscutable ? Est-ce que le probable épuise l’univers des possibles ? Les sciences sociales ne cessent de rappeler que ce que l’histoire a fait, l’histoire peut le défaire.

Nous pensons souhaitable de donner une force éditoriale rénovée aux résultats des enquêtes en sciences sociales. Nous pensons souhaitable d’en assurer une vulgarisation informée, une diffusion élargie.

L’association « Champ libre aux sciences sociales » se propose, par la force des sociologues qu’elle met en réseau, d’augmenter leur capacité collective à être plus librement publiés, plus largement entendus, plus facilement mis à la disposition de ceux qui ne se font pas au monde tel qu’il va. Elle voudrait constituer et consolider des zones libres dans l’édition et la traduction. Elle oeuvrera, en outre, à créer des solidarités, pour que les acquis des sciences sociales servent et soient discutés par le plus grand nombre, avec l’espoir qu’ils deviennent populaires.

Catherine Achin (Université Paris Est Créteil)

Martina Avanza (Université de Lausanne)

Alban Bensa (EHESS)

Laure Bereni (CNRS)

Stéphane Beaud (Ecole Normale Supérieure)

Willy Beauvallet-Haddad (Université de Strasbourg)

Sophie Béroud (Université Lyon 2)

Romain Bertrand (CERI Sciences-Po)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine)

Anna Boschetti (Université de Venise)

Sylvain Broccolichi (Irises Université Paris Dauphine)

Isabelle Bruno (Université Lille 2)

Donald Broady (Université d’Uppsala)

Marie Cartier (Université de Nantes)

Christophe Charle (Ecole Normale Supérieure)

Isabelle Charpentier (Université Versailles Saint Quentin en Yvelines)

Eric Darras (LaSSP Institut d’Etudes Politiques de Toulouse)

Marine De Lasalle (Université de Strasbourg)

Christian De Montlibert (Université de Strasbourg)

Abram De Swaan (Université d’Amsterdam)

Yves Dezalay (CNRS)

Paul Dirkx (Université Nancy 2)

Keith Dixon (Université Lyon 2)

Jacques Dubois (Université de Liège)

Vincent Dubois (Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg)

François-Xavier Dudouet (Université Paris Dauphine)

Jean-Michel Faure (Université de Nantes)

Sylvia Faure (Université Lyon 2)

Olivier Fillieule (Université de Lausanne)

Julien Fretel (Université de Picardie)

Philippe Fritsch (Université Lyon 2)

Sandrine Garcia (Université Paris Dauphine)

Bertrand Geay (Université de Picardie)

Julie Gervais (Université Paris 1)

Boris Gobille (Ecole Normale Supérieure Lyon)

Sybille Gollac (Ecole Normale Supérieure)

Caroline Guibet-Lafaye (CMH CNRS)

Johan Heilbron (CESSP Paris, EUR Rotterdam)

Odile Henry (Université Paris-Dauphine CSE-EHESS)

Nicolas Jounin (Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis)

Joseph Jurt (Université de Fribourg)

Michel Koebel (Université de Strasbourg)

Bernard Lacroix (Université Paris Ouest Nanterre)

Rose-Marie Lagrave (EHESS)

Sylvain Laurens (EHESS)

Frédéric Lebaron (Université de Picardie)

Jacques Le Bohec (Université Lyon 2)

Catherine Leclercq (Université de Poitiers)

Rémi Lefebvre (Université de Lille 2)

Bernard Lehman (Université de Nantes)

Rémi Lenoir (Université Paris 1 CSE-EHESS)

Olivier Masclet (Université Paris V)

Lilian Mathieu (Ecole Normale Supérieure Lyon)

Gérard Mauger (CSE CNRS)

Jérôme Meizoz (Université de Lausanne)

Christine Menesson (Université Toulouse 3)

Julian Mischi (INRA)

Mathias Millet (Université de Poitiers)

Jose-Luis Moreno Pestana (Université de Cadix)

Erik Neveu (Institut d’Etudes Politiques de Rennes)

Frédéric Neyrat (Université de Limoges)

Nicolas Offenstadt (Université Paris 1)

Cécile Péchu (Université de Lausanne)

Willy Pelletier (Université de Picardie)

Michel Pialoux (CSE EHESS)

Franck Poupeau (CRESPA-CSU)

Bertrand Réau (Université Paris 1)

Philippe Riutort (Laboratoire Communication et politique, Lycée Henri IV)

Joseph Romano (Université Nancy 2)

Violaine Roussel (Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis)

Guillaume Sacriste (Université Paris 1)

Grégory Salle (Clersé CNRS)

Olivier Schwartz (Université Paris 5)

Franz Schulteis (Université Saint Gallen)

Julie Sedel (Université de Strasbourg)

Yasmine Siblot (Université Paris 1)

Arnault Skornicki (Université Paris Ouest Nanterre)

Eric Soriano (Université Montpellier 3)

Charles Soulié (Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis)

Lucie Tanguy (GTM CNRS)

Sylvie Tissot (Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis)

Antoine Vauchez (Université Paris1)

Xavier Vigna (Université de Bourgogne)

Christophe Voillot (Université Paris Ouest Nanterre)

Bernard Voutat (Université de Lausanne)

Laurent Willemez (Université Versailles Saint Quentin en Yvelines)

Tassadit Yacine (LAS, EHESS)

Claire Zalc (IHMC Ecole Normale Supérieure)

“L’acteur-réseau sous l’emprise du management par projet”, un article de Francis Chateauraynaud

Avec l’accord de l’auteur, nous publions un article traitant de l’emprise de l’organisation sur l’autonomie des personnes au travail et des modalités de résistance qui lui sont opposées. Pour exemplifier la difficulté à rendre public et à constituer comme objet de mobilisation collective le caractère de “harcèlement managérial” que revêtent les nouvelles formes d’évaluation tous azimuts imposées aux professionnels, l’auteur examine le cas de la recherche publique.

————

L’acteur-réseau sous l’emprise du management par projet

 

Quand la figure du « harcèlement managérial » menace

les mondes de la recherche

 

 

 

Francis Chateauraynaud

GSPR / EHESS

 

 

 

 

 


 

Il est devenu presque banal de dire que les sociétés occidentales sont traversées par une « nouvelle crise du travail » (Hatzfeld, 2011). Touchant de nombreux secteurs d’activité, cette crise révèle les limites des formes d’organisation en réseau qui ont succédé au modèle fordien, après ce qu’il est convenu d’appeler les « trente glorieuses » (Veltz, 2000 ; Boltanski et Chiapello, 1999). Au vu des tensions, des malaises et des conflits que renvoient chaque jour les milieux de travail dans l’espace public, y compris, depuis la fin des années 1990, un monde jusqu’alors protégé comme celui des cadres (Dupuy, 2005), la joyeuse figure d’enrôlement des acteurs dans un monde connexionniste, porteur d’un « nouvel esprit du capitalisme » a fait long feu. Attribuée à l’extension du « modèle néolibéral » qui crée un double système de contraintes en liant une mise en compétition généralisée à la montée en puissance des dispositifs d’évaluation et de normalisation des conduites (Pellizzoni, 2012), la crise s’est surtout manifestée par deux phénomènes qui ne se recouvrent que partiellement : d’un côté une multiplication des signaux d’alerte à partir d’affaires de « harcèlement » et de la publicisation d’indicateurs de « stress » et de « souffrance au travail », dont la portée a encore été accrue, en France, par le surgissement public de suicides en série ; de l’autre des mouvements de protestation inédits, donnant aux actions collectives une tonalité radicale sans que celles-ci ne parviennent à transformer les rapports de force et de légitimité autour des nouveaux dispositifs organisationnels ou gestionnaires.

Dans cette courte contribution, je vais d’abord revenir sur l’étrange casuistique produite par les acteurs eux-mêmes en examinant le rapprochement de trois séries empiriques : les études cliniques, aujourd’hui nombreuses, qui rendent visibles les différents aspects des « pathologies » du travail ; la fabrique d’une nouvelle classe de risques, qualifiés de « psycho-sociaux », assez problématiques dans leur constitution même ; et l’apparition de nouveaux appuis critiques, encore en gestation et qui devraient conduire, en démocratie, à des échanges continus entre une multitude de causes, qui s’incarnent dans une pluralité d’actes de résistance, et des contre-pouvoirs organisés capables de peser dans les rapports de forces politiques. Rapprocher ces éléments suppose une alliance entre une sociologie du travail attentive aux formes de l’expérience, une sociologie des alertes publiques et une pragmatique des causes collectives. Ces dernières années, des porteurs de cause, dont font aussi partie les sciences sociales, ont œuvré à combler le fossé, encore profond, entre les épreuves individuelles ou locales, se déployant dans des micro-mondes, et les actions collectives capables de changer le mode d’existence publique des expériences alternatives de l’activité professionnelle.

En dépit d’un certain  nombre d’évidences partagées, au moins depuis une décennie, le raisonnement proposé par ce texte peut sembler malgré tout inhabituel. Partant des leçons politiques de l’émergence de nouvelles causes salariales, qui se superposent au cycle du conflit et de la négociation qui domine le système des relations professionnelles, je vais m’intéresser aux points d’impact des alertes et des mouvements critiques en prenant pour exemple la figure du « harcèlement managérial ». Celle-ci a donné lieu à plusieurs arrêts de la chambre sociale de la Cour de Cassation, peu relayés par les acteurs dominants, sans doute parce que cette jurisprudence peut fournir de sérieux appuis à la nouvelle critique sociale du travail. En déplaçant quelque peu le centre de gravité de l’analyse sociologique, je m’appuierai ensuite sur un terrain éloigné a priori de la figure classique de l’emprise organisationnelle sur l’autonomie des travailleurs, en examinant le cas de la recherche publique. Les évolutions en cours dans ce secteur ont été placées sous observation permanente depuis la crise du printemps 2004. Or, les tensions produites par les formes de management de la recherche sont à la fois vécues comme invasives et problématiques par les acteurs, tout en donnant lieu à des processus d’adaptation qui contribuent eux-mêmes à désarmer la critique, qui se veut pourtant radicale dans certaines phases politiques du dossier. Si l’on considère ce milieu comme un poste d’observation avancé de ce que fait un système de contraintes relayé et parfois redoublé par les personnes et les groupes impliqués, sur le cœur de leurs activités, on peut saisir ce qui produit la dissociation des expériences pratiques et des formes de protestation publique. Après la description, forcément très succincte, d’un processus graduel de perte de prises, saisi dans un des lieux de fabrication du pouvoir de réseau, je ferai quelques propositions plus formelles, renvoyant à un axe de réflexion de longue haleine sur l’évolution des relations de travail. J’évoquerai la construction d’un modèle général de l’emprise visant à identifier les ressorts utilisés par les formes contemporaines de domination ou de pouvoir et dont les organisations constituent d’inépuisables laboratoires.

 

  1. Pâtir individuel et agir collectif : la catégorie des risques psychosociaux fait-elle obstacle à la formation de nouveaux sujets politiques ?

 

Au-delà du puissant effet de reconfiguration impulsé par les causes sanitaires, environnementales et technologiques dans la fabrique des problèmes publics (Gilbert et Henry, 2009 ; Chateauraynaud, 2011), le travail et les relations professionnelles ont été à ce point déclassés dans la hiérarchie des sources de mobilisation et de débat public, que l’on peut parler de « société de l’information » ou de « révolution numérique » sans s’intéresser à ceux qui font tenir les dispositifs techniques. On a pu prendre la mesure de cette invisibilité en s’intéressant au cas des administrateurs-réseaux, acteurs discrets et souvent privés de porte-parole (Chateauraynaud et Trabal, 2007). Ce constat est facilement généralisable à tout ce qui relève du fonctionnement ordinaire et de la maintenance des dispositifs qui engagent des activités parfois complexes, vouées à disparaître derrière les écrans. Dans un tel contexte, seuls les accidents ou les catastrophes spectaculaires attirent l’attention sur telle ou telle activité professionnelle, qui se trouve alors plongée dans la problématique de la responsabilité et la logique du procès : il faut la catastrophe du Mont-Blanc (1998) ou du Concorde (2000), celle de l’usine AZF à Toulouse (2001), l’explosion d’une plateforme pétrolière (Deep Water Horizon, 2010) ou encore une fuite radioactive, comme à Tricastin (2008) ou bien sûr à Fukushima (2011), pour que l’activité des équipes techniques surgissent au centre du tableau[1]. Il en va de même de nombreuses activités rangées dans le « tertiaire », dont le fonctionnement n’attire guère l’attention en dehors des moments de crise et de conflits comme dans les hôpitaux, les organismes culturels ou les universités qui ont connu ces dernières années des mouvements sociaux d’envergure. Finalement, dans un monde en réseaux, les opérateurs techniques qui assurent la permanence et la fiabilité des échanges et des flux d’énergie ou d’information ont tendance à disparaître des scènes publiques. Ce phénomène d’oubli et d’invisibilité structurelle est d’autant plus paradoxal que la sociologie du travail a fait de la notion d’ « activité » un de ses axes de renouvellement les plus féconds (Bidet, 2011). Il est vrai, en retour, que l’entrée par les « activités » se fait largement contre la priorité longtemps accordée aux conflits et que la compatibilité entre les deux approches reste largement à (re)construire.

L’approche positive du travail proposée par Alexandra Bidet s’attache, à partir de descriptions fines, à saisir ce qui compose, pour les personnes en activité, un « vrai boulot » (Bidet, 2011). Elle contraste avec la version noire qui s’est imposée au niveau plus macro-sociologique, à travers une imposante littérature relayant la logique de la plainte qui s’affiche sous la forme d’un  triptyque : stress, harcèlement, suicide. L’impact de la visibilité publique de ces mauvais traitements sur les échanges ordinaires est patent. Difficile d’y couper : il ne se passe plus un jour où l’un de vos proches n’a pas recours à cette formule, encore peu usitée il y a peu : le « burnout » ! On peut à un premier niveau retracer la trajectoire des causes, sérier les étapes de leur constitution en problèmes publics (Gilbert et Henry, 2009). On peut aussi aller plus loin et saisir comment, dans les activités de travail, au fil des expériences sensibles, se produisent des jeux de contraintes marqués par un certain degré de tension ou de violence, ouvrant la voie à des conflits, des ruptures ou des débordements. Une des entrées est celle de la compréhension des prises que parviennent ou non à construire ou entretenir les personnes dans le cœur même de leur activité. Perdre prise contrarie la définition spontanée du « vrai boulot » et contribue à engendrer du « mal-être au travail ». Alexandra Bidet écrit dans la conclusion de son ouvrage :

« Le vrai boulot désigne la valorisation par les travailleurs d’une partie de leur activité. Les sciences sociales ont privilégié l’étude des évaluations globales et externes du travail, saisi comme emploi, poste ou statut, et rapportent les valorisations développées au travail à des phénomènes de prestige et rivalité professionnelle. Or, […] des valorisations émergent aussi du travail en train de se faire. […] La catégorie du vrai boulot permet d’identifier la genèse de styles professionnels qui valent – c’est-à-dire qui méritent pour les intéressés d’être poursuivis et partagés. On découvre ainsi, en deçà du registre des identités et des rhétoriques professionnelles, un espace riche de sens et de liens potentiels. Il montre que l’acte productif dispose de ressources pour faire affleurer, sinon du commun, du moins du partagé : il voit s’élaborer des formes de vie, des styles, et ipso facto des appuis critiques, encore assez peu étudiés par la littérature » (Bidet, 2011, p. 357)

Deux idées sont importantes ici : la valorisation est immanente à l’activité dès lors que celle-ci peut se déployer positivement ; cette valorisation peut elle-même servir d’appui critique. Vincent de Gaulejac est conduit à des propositions convergentes tout en partant de la polarité inverse, puisqu’il entre par les formes de pathologie du travail contemporain dont il attribue les causes à l’emprise d’un régime de « management par le stress », doublé par une « obsession évaluatrice ». Selon lui, la prise de conscience récente des dégâts occasionnés par ce régime ne trouve pas de solution concrète sur le terrain et, pour la plupart des salariés, ne permet pas de renouer avec une « version émancipatrice et valorisante du travail », faute d’une réelle autonomie des « managers de proximité » qui deviennent malgré eux des facteurs de stress supplémentaire. Par ailleurs, on n’observe pas de remise en question radicale du système, à travers une repolitisation conséquente des relations de travail (de Gaulejac, 2011, p. 97-98). La trajectoire des causes constituées autour de la souffrance au travail ont plutôt donné lieu à la production de catégories et de dispositifs publics imposant l’idée qu’il suffit d’identifier et de gérer de nouveaux types de risques, qualifiées de « risques psychosociaux ». Des échelles de risques sont élaborées par des commissions d’experts conduisant les acteurs à traiter les priorités et à forger des indicateurs, qui mobilisent surtout les acteurs institués – comme les représentants siégeant dans les CHSCT. Dans l’espace de calcul qui s’organise autour d’indicateurs préagencés, intégrés progressivement dans les systèmes de notation, qui nourrissent les dispositifs de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), les récits et les expériences, les inquiétudes et les plaintes ne trouvent pas nécessairement le bon espace d’expression : pour être efficiente à distance, toute catégorisation doit trancher vigoureusement dans l’entremêlement des processus relationnels vécus sur le terrain, de sorte que l’appel à l’ « humanisation », au « sens » et au « vécu » dans les discours publics fait figure, bien souvent, de procédé rhétorique[2].

Dans un ouvrage dont il souligne lui-même la dimension polémique Yves Clot s’interroge sur le sens du retour fracassant du travail dans l’espace public sous la forme des « maladies du travail » (Clot, 2010, p. 5). Depuis longtemps, les questions liées à l’emploi, du  licenciement et du chômage jusqu’aux formes de recrutement et d’employabilité ont largement pris le pas, dans l’agenda public, sur les relations de travail. La remontée du stress et de toute la série des signaux négatifs – du « burnout » au suicide – constitue pour lui une sorte de « retour du refoulé ». Ce faisant, Clot conteste la solution clinique adoptée par Christophe Dejours qui a joué, comme on sait, un rôle de lanceur et de porteur d’alertes en matière de psychopathologie et de souffrance au travail (Dejours, 1998). Pour Yves Clot, le thème de la souffrance  développé par la clinique de Dejours et de ses collègues est foncièrement lié à un raisonnement en termes de « défaut de reconnaissance du travail par autrui », dont il résume ainsi la principale conclusion :« En barrant la psychodynamique de la reconnaissance, l’organisation actuelle du travail interdit aux sujets de transformer leur souffrance subjective originaire en plaisir de travailler avec les autres » (Clot, 2010, p.155). Or, selon lui, s’il y a bien « empêchement » ou « empoisonnement » de la vie au travail, le désir de « bien faire » et de retrouver un « pouvoir d’agir » n’est pas pour autant annihilé. Le problème est plutôt l’effacement public des capacités des acteurs aux prises avec les organisations au profit de porte-parole qui projettent les figures de la souffrance sociale pour les transporter dans les médias, en recourant à un registre dramaturgique. Or, l’insistance sur la dramatisation peut produire des effets pervers, notamment en poussant les autorités à « ajouter de la gestion à la gestion » (Clot, 2010, 156).

Pour sortir de la simple critique de l’endogénéisation des formes de l’agir et du pâtir au travail dans les catégories de la société du risque dont il est de plus en plus établi qu’elles ne font que renforcer les espaces de calcul développés par le néolibéralisme (Beck, 2009 ; Pellizzoni, 2012), on peut s’efforcer de traiter, dans le même cadre, les différents processus en cause. Il faut bien sûr prendre au sérieux la manière dont les acteurs adaptent ou instrumentalisent les nouveaux cadres de l’action et du jugement en matière de santé au travail à travers les « risques psychosociaux », tout en examinant la série des mobilisations collectives, où se croisent la mise en cause des techniques managériales et la critique radicale du capitalisme. Pour la sociologie, cela veut dire surmonter le hiatus persistant entre une compréhension du travail comme expérience immanente engendrée au cœur de micro-mondes (Bidet, 2011), généralement conçus comme vertueux et coopératifs, ou pour le moins capables d’élaborer leurs propres systèmes de prises, et une appréhension globale des formes de domination marquées par un déplacement de la production des contraintes (Courpasson, 2000). La sociologie des alertes et des controverses fournit un premier cadre analytique pour saisir ces processus dans un même mouvement : on peut en effet regarder comment chaque événement, qu’il s’agisse d’une plainte, d’une mobilisation ou d’un événement traumatique (accident ou suicide) ou encore de la publication d’études épidémiologiques, donne lieu à des interprétations divergentes, les unes mettant plutôt en avant les dimensions psychologiques affrontées par les personnes, les autres insistant sur les logiques organisationnelles, d’autres encore diagnostiquant à distance une crise des représentations, en soulignant les difficultés d’une remise en politique de l’expérience du travail du fait des tensions persistantes autour des questions d’emploi. Il semble que l’approche par les problèmes publics (voir Gilbert et Henry, 2009) présente bien des avantages – on l’a vu par exemple avec les différentes scènes publiques créées par les suicides chez Renault dès 2007, puis chez France Telecom en 2009 – mais elle atteint ses limites face à ce qui ne sort pas ou ne prend pas la forme d’alertes, d’affaires ou de mobilisations. Cela ne veut pas dire au demeurant que la face invisible soit nécessairement noire : localement, les acteurs apprennent à se déprendre de situations ou de processus pathogènes ou destructeurs, à résister à l’emprise des systèmes gestionnaires, en créant parfois des stratégies alternatives susceptibles de nourrir l’émergence de nouveaux collectifs[3].

 

  1. La matrice sociologique du harcèlement managérial

Ces dernières années, le domaine des risques a vu converger deux champs qui avaient assez fortement divergé depuis les années 1980 : l’étude des relations santé environnement, poussée par la vague écologique des trente dernières années, et celle de la santé au travail, historiquement première et constitutive de multiples domaines d’expertise et de contestation, notamment autour de la toxicologie industrielle. Les questions de santé au travail sont ainsi de nouveau à l’ordre du jour. Pour ce processus, la mise en politique du stress a joué incontestablement un grand rôle – toute une communauté de recherches s’étant formée autour de ces questions[4]. Plusieurs lignes de réflexion et d’enquête se sont trouvées mêlées menant de la critique du management des organisations en projet aux modalités d’évaluation et de gestion des risques physiques ou chimiques (expositions, toxicité, accidentologie) et des risques psychiques et moraux, en passant par les conséquences de technologies qui transforment en contraintes les flux continus d’information contribuant au sentiment d’une « accélération sociale » (Rosa, 2010). Dans ces processus entremêlés, de multiples disciplines ont forgé des catégories ou en ont déplacé la signification. C’est vrai aussi du droit, élément assez peu présent dans les innombrables analyses des « pathologies organisationnelles ».

 Avant d’en venir à l’extension du modèle de l’acteur-réseau et à ses conséquences sur l’expérience professionnelle, il faut porter l’attention sur une inflexion récente du droit social. Depuis les arrêts de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation concernant l’exposition des travailleurs à l’amiante en 2002, produits dans la lignée des directives européennes, les employeurs doivent répondre d’une « obligation de sécurité de résultat » envers leurs salariés : autrement dit, la santé des travailleurs ne peut être mise en péril sans engager la responsabilité de l’entreprise. La portée juridique de ce renversement est non seulement confirmée mais étendue par des arrêts ultérieurs dont l’arrêt du 10 novembre 2009 qui introduit dans la jurisprudence sociale la notion de « harcèlement managérial ». Il est suivi par une autre décision, du 3 février 2010, qui énonce que les méthodes de gestion mises en œuvre par un supérieur hiérarchique peuvent caractériser en elle-même, sans intention particulière de nuire, une forme de « harcèlement moral »[5] Alors que cette notion, tirée initialement de l’expression anglo-saxonne « moral harassment », qui se décline aussi sous les expressions de  « harcèlement psychologique au travail » ou de « harcèlement professionnel », n’a cessé de gagner de l’ampleur depuis 1998, année où elle fut introduite en France par l’ouvrage éponyme de Marie-France Hirigoyen, de plus en plus d’affaires donnent lieu à un renversement de la charge de la preuve et de l’accusation qu’elle permet de fonder : l’accent n’est plus mis sur le comportement particulier de « harceleurs » individuels mais sur la méthode de management utilisée vis-à-vis de l’ensemble des salariés d’un service ou d’un groupe. Les juges vont même dans certains cas jusqu’à dire, dans leurs motivations, que les difficultés économiques dues à la crise ne peuvent justifier une pression insoutenable exercée sur les salariés[6].

Il est étonnant que cette évolution récente de la jurisprudence du droit du travail soit restée si peu commentée. Faute de place je n’entrerai pas ici dans les aspects proprement juridiques[7], mais cette évolution réactive un regard sociologique sur l’origine des mauvais traitements auxquels sont confrontés les acteurs dans leur travail – comme si les juges reproduisaient, dans un contexte nouveau, assez chaotique, la geste du droit social des origines dont on connaît les influences durkheimiennes. Si la multiplication des cas de « harcèlement moral » et leur visibilité médiatique, en faisant masse, ont adressé un signal au politique, en rendant manifeste une crise profonde des relations de travail dans des organisations supposées en prise avec le monde en réseaux, la réponse légale a dans un premier temps accentué le processus d’individualisation des disputes et des conflits du travail. Or, très tôt, de multiples auteurs ont vu dans le développement du langage tout apprêté du « harcèlement » un risque de psychologisation des motifs de plainte et d’expression de la souffrance au travail, éloignant encore plus des  réalités organisationnelles, tout en renvoyant les acteurs vers une forme de comportementalisme visant l’identification et la gestion de harcelés et de harceleurs potentiels.

En 2002, Gérard Lasfargues, alors professeur de médecine et de santé au travail à Tours, est invité à commenter les résultats d’une étude menée sur la santé mentale des salariés de la grande distribution [8]. Après avoir rappelé l’ampleur du phénomène de « souffrance psychique », alors victime selon lui d’une « invisibilité sociale majeure », il explique :

« L’originalité de cette étude est sa double approche, quantitative et qualitative. Soit une partie épidémiologique, avec des chiffres, et une partie qualitative, avec des monographies constituées d’entretiens individuels. Cette partie est destinée à mettre au jour les mécanismes qui aboutissent à cette souffrance. Il s’agit d’appréhender la santé mentale sur le versant travail et ses mécanismes. À ce titre, cette étude est à l’inverse de la tendance Hirigoyen […] qui individualise et ‘psychologise’ la souffrance mentale, alors que nous affirmons avoir affaire à des pathologies professionnelles. L’objectif de ce travail est aussi de donner des clés aux CHSCT pour leur permettre d’agir sur l’organisation du travail, qui produit cette souffrance. D’ailleurs, pour nous contrer, la direction d’un hypermarché a commandé une étude sur le stress à un institut de sondage, avec des questions sournoises portant sur les relations entre les salariés. »

On note la méfiance du médecin face à la tentative de placer l’origine des troubles non pas dans l’organisation du travail mais dans les relations personnelles entre les salariés. Il s’agit pour Lasfargues de déconstruire le cadre réducteur, à ses yeux, du « harcèlement moral » en remontant à l’organisation sociale, ce qui revient à (re)sociologiser ce qui se manifeste sous forme de troubles individuels. On voit ainsi un champ de lutte se (re)constituer autour de la santé au travail, avec différents schémas interprétatifs déployés autour d’une opposition entre une expertise psychologique qui s’est installée durablement au centre du tableau, en prise avec la « folk psychology » (« votre chef de bureau est-il un pervers ?», « fortifiez votre personnalité pour vous protéger !’), et, sur l’autre bord, la réaffirmation d’un point de vue plus ergonomique et sociologique, renouant avec une logique de conflit.

En développant des études cliniques, il est possible d’analyser la manière dont des personnes parviennent à interpréter adéquatement, ou non, les signes précurseurs de l’évolution négative du système de relations dans lequel elles agissent (Chateauraynaud, 2006). Les cas étudiés au début des années 2000 font écho aux témoignages utilisés par Vincent de Gaulejac, et son équipe de sociologues cliniciens, qui montrent concrètement comment « le management par le stress est devenu une pratique courante dans les multinationales » :

« On l’accepte ou on part. Les managers sont sélectionnés en fonction de leur capacité à générer et à supporter le stress. Dans ce contexte, celui qui rend visible ce qui doit rester implicite est un danger. Le PDG est choisi pour obtenir des résultats, pas pour s’apitoyer sur le sort de ceux qui ne suivent pas. Les ‘victimes’ sont des poids morts qui freinent la performance collective. »  (de Gaulejac, 2011, p. 121)

Ce type de diagnostic a de plus en plus cours au sein des milieux académiques et des organismes de recherche. Il est dès lors intéressant d’examiner ce domaine, peu étudié par les sociologues du travail alors même que des processus similaires y sont observables.

         3.    Regard sur les tensions de l’activité scientifique : l’impact du management sur les nouveaux arts de faire… ou plutôt de faire faire …

La sociologie de l’activité scientifique a déjà une longue histoire derrière elle (Knorr-Cetina, 1999 ; Shinn et Ragouet, 2005 ; Vinck, 2007). On sait qu’en France, mais aussi dans les travaux internationaux, la théorie de l’acteur-réseau s’est largement imposée comme un standard incontournable pour l’analyse des milieux scientifiques (Callon, 1986). Au vu des transformations à l’œuvre depuis une dizaine d’années, affectant l’ensemble du système de relations, déjà fort complexes, entre laboratoires, universités, agences de financement, instances officielles et milieux économiques, tout semble néanmoins devoir être redécrit à nouveaux frais. On peut bien sûr réduire ces processus comme le résultat de l’expansion sans limite d’un « capitalisme cognitif » (Moulier Boutang, 2007). Il reste que, dans la plupart des pays industrialisés, des tensions et des conflits se sont exprimés autour des enjeux de la recherche, même si c’est surtout en France que la « colère des chercheurs » a donné lieu au mouvement social le plus spectaculaire, soit plus de quatre mois de mobilisations, de janvier à mai 2009, utilisant, en vain, un large répertoire d’action et de protestation (Chateauraynaud, 2011). Des observateurs se sont demandé, après le retour au calme de l’été 2009, quelles formes de stratégie d’adaptation, de modes de résistance ou de déplacement étaient à l’œuvre sous le silence soudain de la critique (Hubert et alii, 2012). Car, si la démobilisation collective  est patente, des plaintes ne cessent de s’exprimer sur le terrain qui pointent tour à tour la montée en puissance inédite des cadres gestionnaires et des logiques fondées sur l’évaluation instrumentale des performances (benchmarking), l’accroissement de la charge de travail et démultiplication des sources de contrainte, auxquels s’ajoutent la génération continue d’un « stress » endémique et d’un sentiment partagé de « perte de sens de l’activité » doublé d’une difficulté de plus en plus grande pour « faire simplement son métier ». Il est a priori difficile de faire le départ entre ce qui a toujours caractérisé le milieu de la recherche et de l’enseignement supérieur et ce qui relève d’un processus de dégradation plus général. Plusieurs caractéristiques du milieu introduisent néanmoins des différences notables avec d’autres milieux du secteur public. On retient généralement l’importance du statut liant fonctionnariat et liberté de recherche et d’expression, mais on peut aussi examiner l’hypothèse suivante : parce que le modèle de l’acteur-réseau semble pouvoir s’y déployer sans limite, le domaine de la recherche n’engendre pas les mêmes signaux dans les arènes publiques ou, plus exactement, ne produit pas le même type d’agencement entre opérations critiques, omniprésentes dans les interactions quotidiennes au travail, et formes de régulation des risques de rupture individuelle ou collective.

L’exemple qui suit, prélevé dans une collection de témoignages et d’observations participantes effectuées entre 2008 et 2011 dans des secteurs très divers (biologie, nanotechnologies, physique de l’énergie, sciences du climat, informatique, toxicologie et, bien sûr, sciences humaines et sociales), conduit à décrire les épreuves peu visibles à travers lesquelles les acteurs tentent de surmonter ce qu’un biologiste, empêtré dans la gestion d’une vingtaine de projets, allant de bourses doctorales à des contrats européens, décrit comme l’ « expérience d’ un véritable harcèlement bureaucratique », conduisant à des formes inédites de « stress » et de « surmenage ». Ce type de cas de figure porte à interroger la façon dont les chercheurs parviennent, ou non, à surmonter, dans le cours de leurs pratiques ordinaires, la tension entre un regard critique sur les réformes qui les affectent directement et l’adaptation aux contraintes gestionnaires qui pèsent de plus en plus sur la conduite de leurs activités. Désormais un projet de recherche a d’autant plus de chances d’être financé qu’il est porté par une pluralité de partenaires, organisés si possible sous forme de consortium, le projet étant avant tout évalué sur sa forme de « gouvernance » et sur le réalisme des éléments qu’il fournit quant à la réalisation d’objectifs prédéterminés, ce qui entre en contradiction avec l’ouverture des possibles liée à tout effort de recherche. Ce faisant, il est notable qu’en dépit du sentiment partagé, entretenu au fil des conversations quotidiennes, qu’un authentique processus d’emprise managériale se met en place, en transférant vers des milieux, historiquement réfractaires au pouvoir gestionnaire, des technologies de gouvernement propres aux groupes industriels ou financiers[9], les acteurs parviennent à s’adapter. Cette capacité d’adaptation réside en partie dans l’art de retourner les contraintes en usant de multiples tactiques, du simple « copié/collé » à la rhétorique de la promesse scientifique, mais surtout par le développement tous azimuts des points de contacts et des réseaux. Si la capacité de déplacement et l’art de donner le change dans des procédures déclaratives, dans lesquelles les évaluateurs vont rarement au fond des dossiers, permettent de jouer avec les formats administratifs et les standards d’évaluation, la surenchère dans la logique de réseau produit en retour de plus en plus de contraintes de coordination et d’articulation de projets qui se multiplient et se superposent en finissant par saturer l’espace-temps des chercheurs. Du même coup, la fuite en avant dans les réseaux et le pilotage de projets multi-sites ou multi-acteurs engendre à la fois un sentiment d’urgence perpétuelle et une précarité particulière, renforçant un système de pression managériale inédit pour les univers académiques (soumis en outre à la loi sur l’autonomie des universités, dite loi LRU) et les établissements de recherche (embarqués dans la construction de pôles d’excellence ou de compétitivité).

Examinons rapidement le cas de Xavier. Biologiste, chargé de recherche et détenteur d’une HDR (Habilitation à Diriger les recherches), il a été mis à disposition par son laboratoire pour le compte d’un dispositif hybride, une fondation oeuvrant pour un réseau d’organismes partenaires, et s’est d’abord investi dans la mise en place d’un projet de Labex (« Laboratoire d’Excellence »). L’essai étant transformé dès le premier coup fin 2010, ce projet l’a propulsé comme « personne ressource » pour le directeur de son laboratoire tandis que son institution de rattachement l’a chargé de représenter ses intérêts dans les négociations préalables à la mise en place d’un projet d’IDEX (« Initiative d’Excellence »), où se retrouvent différents partenaires liés par un PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur)[10]. Rencontré dans la période où il enchaînait les réunions de préparation de l’IDEX, Xavier a raconté son expérience au cours d’un premier entretien réalisé en marge d’un colloque consacré aux nanotechnologies, puis lors d’une seconde conversation dans un café à Paris[11]. Le choix de ce témoin vient de l’emploi spontané qu’il a fait de l’expression de « management par le stress » lors des premiers échanges. Très enthousiaste au début de son processus d’enrôlement, Xavier est en effet entré dans une phase de doute, une période de questionnements difficilement communicables et exacerbés selon lui par des soucis privés. Avouant une addiction certaine pour les technologies invasives, puisqu’il est connecté quasiment 24/24 via son smart phone, il a cherché les mots pour qualifier l’installation d’une « ambiance » qu’il juge « surréaliste », même s’il la rapporte en partie aux « tares héréditaires du modèle français ». Bien sûr, la situation d’entretien avec un sociologue, identifié en outre comme spécialiste des alertes et des controverses, a favorisé une inflexion critique du discours. Mais les propos de Xavier recoupent les multiples éléments recueillis sur d’autres sites d’observation[12]. Non seulement Xavier parsème ses descriptions de multiples figures ironiques ou critiques, notamment quant au caractère superficiel des étiquettes et des labels qui forment la « novlangue » de l’ensemble des acteurs-réseaux impliqués, mais surtout il ne voit plus le bout du processus, s’interrogeant sur le sens de ces montages enchevêtrés. N’ayant plus le temps de « se poser », il est continûment tiré ou poussé vers l’avant par de nouvelles connexions et de nouvelles initiatives auxquelles il se sent contraint de répondre sur le champ, « ajoutant du stress au stress » qu’il s’ingénie à répercuter au maximum sur ses interlocuteurs. Au passage, il mentionne un signal d’alerte : il a dû, pour la première fois de sa vie, consulter pour « apprendre à gérer ses insomnies » et se demande s’il ne va pas « y laisser trop de plumes ». On retrouve donc un lien direct avec la sociologie clinique du stress abordée dans la première partie.

Toute la difficulté, explique Xavier, est de parvenir à reporter un maximum de contraintes sur les autres sans jamais renvoyer de négativité. Il faut « gérer » au mieux les tensions et les conflits, ce à quoi rien ne l’a préparé dans sa formation initiale. Sceptique sur ce genre d’offre qu’il associait spontanément au « monde des commerciaux », il a accepté de suivre un « stage de management de projet » financé par le CNRS. Petit à petit, il a le sentiment d’avoir changé radicalement de profession sans pouvoir rien opposer – la revendication ou la plainte étant disqualifiante dans son milieu. Imaginant au départ une activité à temps partiel, lui laissant quelque loisir pour poursuivre des recherches en collaboration, il concevait cette contribution comme une mission à durée déterminée, lui permettant de préparer son passage au grade de Directeur de recherche. Mais Xavier pressent qu’il est entré progressivement dans un processus irréversible. Il nuance sa perception négative en soulignant les avantages de sa position : s’il doit prendre en charge tous les aspects gestionnaires et communicationnels de plusieurs grands réseaux, il en est rapidement devenu un des nœuds principaux – au départ dit-il pour des raisons presque anecdotiques, le fait « de savoir rédiger rapidement en anglais, sans détour de production », ce qu’il doit à une expérience précoce outre-Atlantique à la fin des années 1990. Comme il apparaît compétent et motivé, la plupart des programmes, des projets et autres quêtes de financement, passe par lui et il constitue littéralement la « cheville ouvrière » d’un entrelacs d’unités et d’organismes de recherche, qui l’interpellent dès la moindre velléité de réponse à un appel à propositions de l’ANR ou du PCRD (Programme Cadre Recherche Développement de l’Union Européenne). Bref, il est désormais à plein temps gestionnaire de réseaux et de sources de financements pour des porteurs de projets. Sollicité par de multiples acteurs-réseaux dont les contacts répétés augmentent sa propre importance dans les dispositifs, il ne parvient plus à « dire non », ayant par contre appris à mieux gérer les files d’attente et à discriminer les vraies et les fausses urgences.

Tout irait bien dans le meilleur des mondes connexionnistes si Xavier n’avait pas vu surgir, au fil du temps, le sentiment de « s’être fait piéger ». Car de simple opportunité de prendre de la hauteur par rapport à la vie de laboratoire, il s’est trouvé « pris » dans un réseau de contraintes et d’obligations qui, de proche en proche, l’ont éloigné de ses activités de base en semblant rendre impossible tout retour en arrière. Outre le fait qu’il n’a plus le temps de se tenir au courant des travaux de sa spécialité, parmi les éléments qui nourrissent ses doutes et ses interrogations, il y a la découverte de la présence active de divers « prédateurs » qui se sont habilement incrustés dans les projets et les programmes, utilisant les réseaux qu’il a lui-même tissés tout en lui transférant les problèmes à gérer. S’y ajoute le constat un peu désabusé de la manière dont les différents partenaires font le « service minimum ». Le changement de régime s’est révélé encore plus clairement lorsqu’il est en contact avec le niveau « plus politique », engageant des gens du Ministère, de la Région, du pôle d’excellence ou du CNRS. Recourant à des figures de dévoilement assez classiques, Xavier dépeint cet univers comme un « panier de crabes plutôt monstrueux », dans lequel «les seniors instrumentalisent les gens » (comme lui) en leur faisant miroiter une progression rapide dans des structures de pouvoir dont les lois de fonctionnement restent pour lui des plus opaques.

Lorsqu’on lui dit qu’il n’y a là rien de très nouveau, il rétorque que plusieurs traits marquent une rupture, citant entre autres: « la compression du temps », « le surf généralisé sur les contenus scientifiques», «la diversité des stakeholders en présence » et, last but not least, « l’impossibilité de poser une critique », d’amorcer la discussion sur « le moindre point d’arrêt au processus ». Le témoignage de Xavier brosse somme toute un tableau assez commun de la phénoménologie du monde en réseaux telle que l’expérimentent de nombreux acteurs aujourd’hui. S’agit-il pour autant d’un processus d’emprise ? Xavier dit qu’il a conservé des marges de manœuvre mais qu’il attend du sociologue des conseils sur la manière de tirer au clair les points les plus obscurs du système dans lequel il est pris. Pour l’heure, il tente de garder la main sur ses activités, en s’efforçant de « mieux déléguer », ce qui suppose de stabiliser un minimum de personnels et de s’assurer de leur loyauté[13]. Il y est parvenu jusqu’alors en investissant des doctorants ou des post-doctorants, en s’exposant au risque du turn-over ou de la course sans fin aux financements.

Vus de l’extérieur, sur les pages Web des projets, joliment affichés par les institutions, lors des conférences où les mêmes diaporamas tournent à plein régime, ou encore dans  les rapports de synthèse rendus aux différents financeurs, comités de pilotage ou instances d’évaluation, les montages en cascade de projets semblent fonctionner à la perfection. Et Xavier, dont l’ethos ressemblait plutôt, au début de sa carrière, à celui d’un « gladiateur de la preuve scientifique », en est venu à défendre l’idée que « l’essentiel est de sauver les apparences en permanence », et de « savoir glisser sur les contraintes ». Cela dit, même s’il éprouve quelques difficultés à faire machine arrière et a le sentiment de frôler le « burnout », Xavier lutte contre le vertige de l’inquiétude et le risque du désenchantement[14] en écartant résolument toute « vision pessimiste » des évolutions en cours. L’hyper mobilisation et l’hyper vigilance qu’elle suppose sont, dit-il en substance, le prix à payer pour que fonctionne la dynamique collective, la recherche étant désormais faite par des centaines ou des milliers d’acteurs en réseau dont les liens et les contributions ne cessent de se configurer et de se reconfigurer[15]. Selon lui, il est impossible de revenir en arrière et le régime finira par se stabiliser. Fini le pouvoir exorbitant des « mandarins » et la stagnation pendant des années dans des laboratoires poussiéreux !

Sur de nombreux points, le récit de Xavier n’apporte pas en soi d’information nouvelle, même s’il pousse aux limites le modèle du chercheur-en-réseau-entrepreneur, placé au cœur du modèle d’innovation et d’excellence renvoyé en boucle par les institutions et les acteurs économiques de la recherche (Laredo et Mustar, 2004). Mais, que nous apprend ce type d’expérience sur le sens pratique d’une expression comme « faire du réseau » couramment utilisée par les « networkers » eux-mêmes et dont l’usage, resté partiellement ironique, s’est banalisé dans les milieux de recherche et plus généralement dans la plupart des institutions culturelles ? Les différents points d’observation et les témoignages recueillis attestent de l’omniprésence d’un double processus : ceux qui détiennent des places fortes dans les institutions ou les organisations sont « instrumentalisés » par des « faiseurs de réseaux » capables de mobiliser des liens et des ressources hétérogènes et, réciproquement, le jeu des montages et des partenariats multiples permet aux acteurs institutionnels de mettre à profit la logique des réseaux pour conforter leur position. La multiplication des systèmes de financement sur projets, à travers des programmes qui associent toutes sortes d’acteurs, a ainsi singulièrement renforcé l’activité des « réseauteurs », transformant, ou plutôt doublant les classiques jeux de pouvoirs dans les organisations par une quête permanente de contrôle des nœuds et des liens pertinents, seule manière de créer des asymétries de prises dans un univers marqué par une vraie-fausse « horizontalité » (Chateauraynaud, 2006).

L’exemple de la recherche peut paraître très particulier si on le compare à l’ensemble des activités dans lesquelles s’élaborent de fortes asymétries de prises entre les acteurs, aux points d’articulation de logiques organisationnelles, marchandes, technologiques et relationnelles. Mais, précisément, parce que les mondes de la recherche et de l’université incarnent, comme les mondes de l’art (Menger, 2003), des terrains jusqu’alors prédisposés à l’inversion des contraintes de l’action et du jugement qui prédominent ailleurs, qu’il s’agisse d’autonomie ou de liberté de recherche, d’exercice de la critique ou de partage des connaissances, ou encore de levée de l’utilité ou de la rentabilité à court et moyen terme, le fait qu’une emprise managériale soit de plus en plus tangible, conduit les acteurs à préférer l’adaptation à l’invention. Une des conséquences de ce processus est de fermer l’espace des possibles et de rendre marginales, et dérisoires, du point de vue des institutions, la création active de formes alternatives d’organisation de la recherche. On voit ainsi les mondes de la recherche se scinder en deux groupes d’acteurs, d’un côté ceux qui investissent pleinement la logique des réseaux, au risque de s’y noyer, de l’autre ceux qui aménagent des niches et des micro-mondes en s’efforçant de donner le change, au risque d’être marginalisés et définitivement écartés des centres de calcul et de décision.

         4.   Le modèle de l’empreneur ou comment tenir durablement les autres dans le jeu connexionniste

En dépit de différences de points de vue et de grilles d’analyse, tous les observateurs du travail et des organisations partagent l’idée que l’on est passé de luttes frontales, dominées par des rapports de forces explicites, permettant l’émergence de conflits collectifs, à un entrelacs de processus plus diffus, éclatés, moins visibles, plus personnalisés et substituant aux structures hiérarchiques ou bureaucratiques classiques des formes rhizomatiques de plus en plus difficiles à cartographier. De fait, la conception en termes de « réseaux » est passée de l’état de point d’appui critique à celui de nouvelle exigence normative : tous partagent l’idée que l’acteur qui réussit à s’imposer est celui qui sait tisser et actionner des réseaux dont il contrôle les points de passage obligés (Callon, 1986). « Faire du réseau » ne signifie pas seulement développer des liens mais aussi les agencer de manière à contrôler les nœuds qui permettent d’activer un maximum de relations à partir d’un minimum de déplacement, de sorte que celui qui veut lier deux entités devra d’abord passer par le coeur du réseau tenu par un autre. Agir dans et sur les réseaux consiste ainsi à identifier les bons nœuds et à construire le maillage des connexions pertinentes, formées tantôt par des liens forts, tantôt par des liens faibles (Granovetter, 1973). Mais ce qui manque aux analyses de réseaux, ce sont les différents procédés par lesquels s’élaborent les bonnes prises, c’est-à-dire des prises durables, qui assurent d’avoir prise sans donner prise, ou à l’inverse les stratégies pour les défaire ou les contourner. Les opérations de connexion en supposent d’autres plus fondamentales.

C’est pour élucider les types de prises et d’emprises à l’œuvre dans le monde en réseaux, que j’ai été conduit à réexaminer les formes d’adaptation ou de déplacement utilisées par les personnes et les groupes pour créer, renforcer ou annihiler des  relations de pouvoir, en s’arrangeant pour parer ses actions d’un degré suffisant de légitimité (Chateauraynaud, 2006). Tout système d’emprise qui fonctionne durablement prend appui sur la quête de légitimité des acteurs qui le coproduisent et qui entretiennent son fonctionnement. Quoi de plus légitime pour des chercheurs que d’essayer de correspondre au modèle d’excellence qui est désormais inculqué dès les premiers pas dans le monde académique (Frances, 2012) ? Un responsable de structure n’est-il pas fondé à pousser ses chercheurs à se surpasser pour décrocher des bourses post-doctorales, des ANR ou des contrats européens, des Labex ou des IDEX, et obtenir A+ lors d’une épreuve d’évaluation ? Et qui peut légitimement se soustraire à ce type de logique évaluative lorsqu’un gouvernement, lui-même soumis à des agences de notation, invoque le classement de Shanghai et la compétition internationale ?

Pour comprendre les formes contemporaines de l’emprise, qui ne sont pas de simples résidus de formes traditionnelles d’autorité ou de pouvoir, il nous faut interroger la nature des liens qui se tissent entre les entités liées par la production d’activités, qu’il s’agisse de routines ou de performances – la routine pouvant au demeurant faire figure aussi de véritable performance dans certains contextes pratiques. Toute la difficulté des enquêtes est de parvenir à aborder dans le même mouvement le fonctionnement ordinaire des organisations en réseaux, les processus d’ajustement et d’engagement par lesquels les acteurs forgent leurs prises sur les autres, et l’émergence de problèmes de justice ou d’injustice, dont la littérature de management, à travers la notion de « justice organisationnelle », a perçu très tôt l’importance (Greenberg, 1990, 1993 ; Colquitt et alii, 2001). Dans le cas de la recherche, les questions de justice ne cessent de se poser mais, à l’exception des moments de conflit ouvert ou de crise politique, elles restent enfouies dans des micro-agencements en pesant sur les relations interpersonnelles, de sorte que s’installe une propension au double discours permanent. Un des problèmes majeurs des acteurs, même lorsqu’ils sont déterminés à aller vers la prise de parole publique et le conflit, est d’identifier clairement le centre de décision et de calcul qui surplombe l’ensemble des processus et sur lequel doit porter l’épreuve de force et de légitimité.

La notion d’empreneur a été choisie pour désigner le lieu de cristallisation des forces à partir duquel s’engendrent des relations d’emprise qui assurent la performativité de séries d’injonctions ou d’impératifs de justification et d’alignement. Du point de vue théorique, on peut concevoir l’emprise d’un système sur l’ensemble des acteurs sans qu’aucun d‘entre eux n’en contrôle le fonctionnement. C’est là un schème interprétatif très classique en sociologie ou en sciences politiques : inutile de chercher qui gouverne, ce sont les pressions exercées continûment par les jeux d’acteurs qui engendrent des relations d’emprise organisationnelle. Mais, une version réaliste doit prendre en compte les asymétries de prises des différents acteurs organiquement liés par le même système de relations. Une entité prend la place de l’empreneur dès lors qu’elle parvient à associer le contrôle de réseaux à un pouvoir d’exiger des comptes, directement ou par délégation, sur tous ceux qui entrent en contact dans ses réseaux. La force de l’empreneur réside dans la conjonction d’une inaccessibilité et d’une capacité d’actionner les réseaux – car disposer de réseaux ne mène pas très loin si l’on n’est pas en mesure de les actionner (Chateauraynaud, 2006). Lorsque des acteurs identifient le point d’origine d’une  relation d’emprise qui affecte leurs activités, ils ont plusieurs possibilités : s’y adapter en donnant le change, tenter de la renverser en organisant une forme de contre-pouvoir, fuir et sortir du champ de forces. Dans tous les cas le processus d’identification de la source d’emprise est primordial puisqu’il devient possible de lui attribuer la source du mal sans tomber dans la paranoïa (Lemert, 1997) et de lancer une épreuve de forces en recourant aux bons offices d’un désempreneur. Mais cette opération critique est toujours à risque et peut conduire à l’échec. Parmi les conséquences que cherchent à éviter les acteurs, il y a le basculement dans la figure du ressentiment, propension assez forte chez tous les acteurs portés à lier intimement engagements cognitifs et investissements affectifs (Angenot, 1997). Une relation d’emprise ne se révèle le plus souvent qu’une fois réalisés ses effets ravageurs, qui conduisent à des transferts de négativité sur une partie des acteurs, voué à la plainte et au ressentiment faute de pouvoir reprendre le contrôle du cœur de leurs activités. C’est à l’évidence ce qui se joue depuis des années à travers la lutte pour l’autonomie remise en cause par les réformes successives de la recherche publique, et plus généralement dans l’ensemble des professions soumises à de fortes pressions managériales – il suffit de penser au cas de l’hôpital public.

Sans entrer dans les détails du modèle de l’empreneur et de son double, le désempreneur[16], qui désigne l’organisation d’un contre-pouvoir doté de force et de légitimité, il faut préciser que ces incarnations sont très diverses. L’empreneur peut bien sûr s’incarner dans des personnes physiques ou morales, mais les cas où une personne seule se confond complètement avec le pouvoir qui lui est attribué sont exceptionnels – nous ramenant vers la figure du dictateur ou du tyran, très vite démuni quand les autres le lâchent. Si chacun peut citer des exemples de personnes, proches ou lointaines, connues ou inconnues, qui ont réussi à mettre en place ou à profiter de fonctions d’emprise –  certaines conjonctures politiques favorisant plus que d’autres ce type de processus -, il faut s’efforcer, en chaque cas, de saisir l’ensemble du système de relations en cause et ses évolutions. Inutile d’en appeler à la« théorie du complot » pour modéliser des facteurs d’emprise. Car, on peut lier sans avoir l’intention de lier, et il y a toutes sortes de liens dont on ne fait l’apprentissage que graduellement sans avoir de claire vision de l’ensemble du processus. Pour modéliser adéquatement les logiques d’emprise comme les mouvements de déprise, il faut donc relier une pragmatique de la perception, permettant de saisir les intuitions des personnes lorsqu’elles perçoivent des signes précurseurs, imperceptibles pour les autres et difficiles à expliciter sans contre-épreuve, et une analyse plus structurale capable d’objectiver le système de liens entre les entités en lice. A travers l’accumulation de cas observés dans de multiples univers, tous marqués par l’opacité et la confusion qu’engendre le foisonnement d’acteurs-réseaux, on voit se dégager des modalités d’emprise assez générales, qui permettent d’aller plus loin que le simple constat d’états de stress ou de figures de harcèlement. En effet, la fonction d’emprise peut prendre appui sur un ensemble de ressorts qui rendent, pour un certain temps, sinon complètement invisibles, du moins parfaitement imparables les opérations de l’empreneur :  la détention d’un impératif de justification (accountability) ; le contrôle des outils d’évaluation (définition de l’espace de calcul) ; la faculté d’octroyer de la reconnaissance (jeu de l’amour ou de l’admiration) ; le jeu du don et du contre-don recouvrant d’un voile d’ignorance l’incommensurabilité des accès aux réseaux (échange coopératif voilant un système d’échange inégal). Lorsque ces quatre ressorts d’emprise sont réunis au profit d’une même entité, elle a les pleins pouvoirs et elle peut tenir durablement les autres, sans avoir besoin de réinstaurer d’ordre hiérarchique traditionnel ou formel ou même de faire preuve de charisme.

Tout se passe comme si le monde en réseaux avait libéré des formes d’emprise qui étaient en germe, encastrées dans les modes antérieurs d’exercice du pouvoir. C’est ce dont témoigne l’évolution des mondes de la recherche, dans lesquels on retrouve les quatre ressorts d’emprise, ancrés très profondément dans les usages et les règles de fonctionnement ordinaire : forte propension à la justification liée aux contraintes d’argumentation et de preuve, du fait de la vulnérabilité de toute proposition à la critique ; rôle majeur, et même écrasant, de l’économie de la reconnaissance ; prédominance de l’évaluation ; importance décisive des systèmes d’échanges en réseaux marqués par une ambivalence profonde entre logique de contrôle et de marquage de territoires d’un côté et logique d’ouverture et de partage continu des connaissances et des savoirs de l’autre, ce qui rend toujours suspect la référence à la simple logique de don et de contre-don. En quelques années, après la multiplication des réformes et la création de nouvelles instances – comme l’ANR (2005) et surtout l’AERES, l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (2007) -, le processus de convergence de systèmes de qualification de l’excellence, de contraintes d’évaluation et de la formation d’imposants regroupements, en vertu desquels les acteurs de terrain se trouvent à la fois mis en concurrence permanente tout en étant dotés d‘accès inégaux aux ressources, crée les conditions d’une forme d’emprise presque totale d’une nouvelle classe de « managers » sur l’ensemble des professionnels de la recherche. L’enjeu d’opérations critiques visant à desserrer l’étau n’est pas mince : car ce système d’emprise sert des entités politiques et économiques qui s’intéressent avant tout aux mondes de la recherche, non pour leur production de savoirs et de connaissances, de questionnements et d’appuis critiques, mais parce qu’ils génèrent une forme de pouvoir légitime. Et de fil en aiguille, on retrouve la configuration qui unit le néomanagement des biens publics, les technosciences et le néolibéralisme (Pellizzoni, 2012). S’il convient de recouper les enquêtes et les expériences pour parvenir à formuler clairement ce qui se joue dans les dispositifs publics, on touche du doigt le processus même d’un pouvoir parfaitement outillé pour désarmer durablement la critique sans recourir à la violence. Du même coup, une des questions à traiter en multipliant les points d’observation est celle-ci : soumis à des pressions managériales sans précédent, les mondes de la recherche vont-ils connaître des phénomènes de décrochage des personnes aussi marquants que dans les grandes entreprises et les administrations publiques ? Si la seule réponse donnée  par les chercheurs est de surenchérir dans le montage de projets en réseaux, cela risque fort d’accroître en retour la pression sur les individus et leurs collectifs, et générer des formes de pathos analogues à celles qui ont cours chez les cadres des grandes organisations.

 

Conclusion

La plupart des activités organisées dépendent de la capacité de quelques-uns à faire faire le travail par les autres et à les contraindre à tenir leurs engagements pour une certaine durée. L’essentiel des contraintes passe par le droit, mais, il n’est pas besoin de rouvrir l’œuvre de Michel Crozier pour énoncer que les relations de pouvoir débordent toujours les cadres les plus formels d’une organisation. Peut-on dès lors croire sur parole les prophètes du nouveau monde en réseau pour lesquels l’esprit coopératif permet d’évacuer toute forme de pouvoir en créant des mondes ouverts où tous coopèrent librement à travers le partage continu d’œuvres collectives destinées à faire causes communes (Aigrain, 2005) ? Parce que la promotion de tout nouveau montage tend à minimiser ou à ignorer la face noire associée spontanément aux jeux de pouvoir, il convient de rester à la juste distance et d’aménager de nouveaux postes d’observation pour ne pas charger le management par projet et la logique de réseau de toutes les vertus ou de tous les maux quant au devenir des personnes et des groupes qui font l’expérience continue des dispositifs et des tensions qu’ils engendrent. Le pouvoir peut naître de toute forme de relation. Il en est question dès qu’une relation s’installe dans la durée et il importe de faire varier les configurations afin de saisir l’ensemble des significations que les notions de pouvoir ou d’ emprise prennent pour les acteurs, afin de mieux cerner ce qui se glisse sous l’idée d’un « pouvoir insidieux » supposé agir sur les acteurs par des procédés invisibles, fondés sur leur libre arbitre et leur consentement. Ce faisant, on peut soutenir l’idée que le fonctionnement en réseaux ne signifie pas du tout un « amollissement » des formes d’exercice du pouvoir ou un passage du « dur » au « doux », comme le laisse entendre la formule de « domination douce » – qui a visiblement fait son temps. Bien au contraire, on assiste à un double mouvement de démultiplication et de sophistication des contraintes qui pèsent sur les acteurs. Parce qu’elles entrent facilement dans des figures d’emprise du fait de leur (sur)investissement affectif et cognitif dans des dispositifs sur lesquels elles ont en réalité peu de prises, les personnes ne s’en tirent la plupart du temps qu’en dissociant résolument les scènes d’action et d’expression : en public, elles « jouent le jeu » et en privé se laissent gagner par la plainte en recomposant à l’envers leurs interprétations. Tous les entretiens effectués à ce jour rendent visible un travail continu de distribution des affects qui contribue à durcir les rapports entre les personnes : surenchère de manifestation coopérative d’un côté, surinvestissement de l’interprétation des signes de tension et de mauvais traitement de l’autre. La référence de plus en plus massive à un « stress » irréductible, et la multiplication des affaires de harcèlement ou des basculements « inattendus » dans la violence, trouvent ainsi une partie de leurs conditions de possibilité, prenant naissance dans le clivage de plus en plus profond entre logique d’adaptation instrumentale et création de valeur et de sens.

Du point de vue pragmatique qui est le mien ici, un programme contemporain de refonte de la sociologie du travail doit s’efforcer de relier le plan de la critique des dispositifs de management, d’évaluation et de contrôle qui pénètrent assez profondément les modes de valorisation immanents de l’activité, et celui de la mise en récit – et en valeur – de ce qu’est l’activité de travail, a fortiori lorsque monte la dispute, le désaccord ou le conflit sur la manière dont se fait le travail. Et de ce point de vue les milieux de recherche n’ont plus beaucoup de spécificités à défendre en dehors de l’étonnante résilience rendue possible par la dimension cosmopolitique des réseaux mobilisables, assurant un maximum de facultés de déplacement – au double sens. Il est possible au demeurant que l’introduction d’outils et d’indicateurs à tous les niveaux de l’activité scientifique finisse par produire des effets aussi délétères que ceux qui ont été observés dans les grandes organisations industrielles et contribuent ainsi à rendre visibles le mal-être au travail de multiples catégories de personnels. Mais il est tout aussi possible que les managers de la recherche parviennent à utiliser ces outils de régulation du stress pour parfaire le processus de dépolitisation de tout un ensemble de milieux, autrefois foyers majeurs de la critique sociale. Cette bifurcation possible doit inviter à entretenir le sens critique par et pour l’enquête – au sens ici de John Dewey -, seule manière d’assurer non seulement une réflexivité mais des prises alternatives. C’est ce que permet d’esquisser l’analyse des relations d’emprise rendues manifestes, dénoncées ou transformées, par les acteurs-eux-mêmes. A travers la construction d’un espace de variation rendant visibles les propriétés communes à des situations trop vite recouvertes par des catégories du risque ou des standards d’évaluation, l’analyse sociologique peut surmonter l’opposition maintes fois observée entre une surpsychologisation, déjà patente à travers le harcèlement moral, et une sociologisation à distance, qui contourne la compréhension des processus qui mènent à la rupture, à ce que les acteurs désignent couramment sous l’expression populaire de « pétage de plomb » – métaphore du court-circuit, de l’inversion des circuits, de la surcharge ou de la sur tension. D’un point de vue méthodologique, plutôt que d’opposer psychologie et sociologie comme deux systèmes d’interprétation concurrents, il est préférable de regarder comment les acteurs traitent, dans le cours des interactions et au fil de l’évolution de leurs relations, les problèmes qui s’imposent à eux en cherchant des appuis dans les catégories et les outils fournis non seulement par leur organisation mais par tout ce que drainent les dispositifs d’action et de jugement à distance sur les relations de travail. Autrement dit, la généralisation de catégories, et particulièrement de catégories issues des sciences humaines et sociales, peut produire des effets considérables de cadrage et d’alignement, puisqu’elles servent d’appuis aux acteurs pour qualifier et interpréter leurs situations.

 


Bibliographie

Aigrain P., 2005, Cause commune : l’information entre bien commun et propriété, Paris, Fayard

Angenot M., 1996, Les idéologies du ressentiment, Montréal: XYZ Éditeur.

Beck U., 2009, World at Risk, Cambridge, Polity Press.

Bidet A., 2011, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? Paris, PUF.

Callon M., 1989, La science et ses réseaux. Genèse et circulation des faits scientifiques,  Paris, La Découverte.

Chateauraynaud F., 2006, Les asymétries de prises. Des formes de pouvoir dans un monde en réseau, Paris, Document du GSPR, mars.

Chateauraynaud F. et Trabal P., 2007, « Des vigiles invisibles. Les administrateurs-réseaux et la sécurité informatique », Annales des Telecommunications, novembre-décembre.

Chateauraynaud F., 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra.

Clot Y., 2010,  Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte.

Colquitt J. A. et alii, 2001, «Justice at the millennium : A meta-analytic review of 25 years of organizational justice research » Journal of Applied Psychology, , 86, 425-445.

Courpasson D., 2000, L’action contrainte. Organisations libérales et domination. Paris, PUF.

Dejours C., 1998, Souffrance en France – La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil.

Dupuy F., 2005, La fatigue des élites : Le capitalisme et ses cadres, Paris, Seuil.

Frances J., 2012, Les mondes de la recherche à l’ère de l’évaluation : la formation des chercheurs entre réformes et controverses, Thèse de doctorat, Paris, EHESS (en cours de finition, soutenue fin 2012).

de Gaulejac V., 2011, Travail, les raisons de la colère, Paris, Seuil.

Gilbert C. et Henry E., 2009, Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte.

Granovetter M. S., 1973, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, 78(6), , p. 78(6): 1360- 1380.

Greenberg J., « Organizational Justice : Yesterday, today, and tomorrow », Journal of Management, 1990, 16, 399-432.

Greenberg J., 1993, « The social side of fairness : Interpersonal and informational classes of organizational justice », in R. Cropanzano (Ed.), Justice in the workplace : Approaching fairness in human resource management, Hillsdale, NJ, Erlbaum,  pp. 79-103.

Hatzfeld N., 2011, « Usure physique, usure psychique : entre convergences et décalages, quelques repères historiques », Communication au 3ème Congrès francophone sur les troubles musculosquelettiques, Grenoble, 26-27 mai.

Hubert M., Chateauraynaud F., Fourniau J.-M., 2012, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens », Quaderni, vol 77, p. 85-96.

Knorr Cetina K., Epistemic Cultures. How the Sciences make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Larédo P. et Mustar P., 2004, «La recherche publique en France : évolutions et enjeux», Le Banquet, (19-20), p.95-113.

Lemert E. M., 1997, The Trouble With Evil. Social Control at the Edge of Morality, Albany: The Suny Press.

Menger P.-M., 2003, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil.

Moulier Boutang Y., 2007, Le capitalisme cognitif. La Nouvelle Grande Transformation, Paris, Ed Amsterdam.

Pellizzoni L. and Ylönen M., 2012, « Hegemonic Contingencies : Neoliberalized technoscience and neorationality”, forthcoming in L. Pellizzoni and M. Ylönen (eds), Neoliberalism and Technoscience : Critical Assesments, Farnham: Ashgate.

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Savignac E. et Waser A.-M., 2003, Start-up. Les Rois éphémères, Paris, Descartes et cie.

Shinn et Ragouet P., Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2005.

Thébaud-Mony A., 2007, Travailler peut nuire gravement à votre santé, Paris, La Découverte.

Veltz P., 2000, Le nouveau monde industriel, Paris, Gallimard.

Vinck D., 2007, Sciences et société. Sociologie du travail scientifique. Paris, Armand Colin.

Vinck D., 2010, The Sociology of Scientific Work. The Fundamental Relationship between Science and Society. Cheltenham, Edward Elgar.


[1] Comme l’a montré Annie Thébaud-Mony à propos des « travailleurs extérieurs » du nucléaire dans les longues chaînes de sous-traitance, l’oubli et le silence sont structurellement dominants, (Thébaud-Mony, 2007).

 [2] Voir le rapport de Patrick Légeron et Philippe Nasse, La détermination, la mesure et le suivi des risques psychosociaux au travail,  remis au Ministère du Travail, mars 2008.

 [3] Lip fait bel et bien partie des figures mythiques du passé et la création du syndicat Sud remonte aux années 1980. Pourtant, au vu des situations sur le terrain, on peut s’attendre au surgissement de nouveaux collectifs de salariés, sur le modèle des collectifs qui ont émergé autour des grands dossiers sanitaires, technologiques ou environnementaux (associations de malades, riverains, usagers, écologistes, paysans, ornithoguetteurs ou ethnobotanistes …).

[4] Voir le Rapport du Collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail, Michel Gollac et alii,  Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser, produit à la demande du Ministre du travail, de l’emploi et de la santé, 2010.

[5] Cour de Cassation, Chambre sociale 3B févr.B 2010, pourvoi noB 08-44.107, arrêt noB 284 F-D

[6] La chambre sociale de la haute Cour a rendu plus d’une centaine d’arrêts concernant l’usage de la catégorie de harcèlement moral pour statuer sur les litiges nés ans le cadre des relations de travail. Cette jurisprudence est largement issue de la loi du 17 janvier 2002 (Loi n° 2002-73 dite loi de « modernisation sociale » dont la chapitre IV est tout entier consacré à la «  Lutte contre le harcèlement moral au travail ».)

[7] Voir sur le site Juritravail, «  Le point sur le harcèlement managérial ou organisationnel », 25 février 2010.

[8] Entretien publié dans L’Humanité du 21 décembre 2002.

 [9]. Sur l’introduction des indicateurs et du « pilotage par objectifs» des entités de la recherche voire les multiples contributions rassemblées sur les carnets de recherche « Politiques des sciences » ( http://pds.hypotheses.org ) et « Evaluation de  la recherche en SHS » ( http://evaluation.hypotheses.org ).

[10] Légués par la politique dirigiste menée par Valérie Pécresse au Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur (2007-2011), tous ces dispositifs sont issus des orientations du « grand emprunt » dans un programme intitulé « Investissements d’avenir », lequel, au vu des sommes annoncées, a généré une intense activité de rapprochements institutionnels. Ces montages ont, dans le même temps donné lieu à des critiques sur les conséquences de l’introduction d’une compétition engageant des entités aux forces inégales. Faute de pouvoir décrire en détail un univers peuplé de sigles en tout genre, je renvoie aux multiples sites Web, institutionnels ou contestataires, qui permettent d’en évaluer la portée historique…

[11] Pour préserver l’anonymat des personnes, il n’est pas possible d’être plus précis sur le contenu des dispositifs, et des procédures. Bien évidemment, la grogne et l’esprit critique déployés dans les plis et les replis du milieu ne transparaissent pas sur les sites officiels. La critique est donc véhiculée sur un mode informel, une logique du « secret » et du « devoir de réserve » s’étant généralisée dans les instances. C’est le cas par exemple lorsque le conseil scientifique d’une institution de recherche prestigieuse se voit refuser l’accès au contenu du projet IDEX auquel elle participe au motif qu’ « il ne faut pas informer les concurrents des éléments mis en valeur dans le projet » (observation faite à Paris en octobre 2011). Les membres du conseil interrogés désapprouvent, dans leur for intérieur, ce type d’évolution mais aucun n’a engagé d’épreuve de force ou n’a donné de la voix. Il y a donc une forme d’acceptation tacite de la nécessité d’un dédoublement des expériences. De ce point de vue, un abyme se creuse  entre le type d’expérience renvoyé lors d’une enquête discrète réalisée par immersion dans les milieux de recherche et ce que permet de restituer le suivi des auteurs-acteurs de la critique publique comme les collectifs Sauvons la recherche (SLR) ou Sauvons l’Université (SLU) étudiés à travers un grand corpus de textes recueillis entre 2004 et 2010.

[12] Outre l’observation directe des dispositifs propres aux SHS, des entretiens et des observations concernant les sciences ont été faites dans le cadre d’une enquête menée au sein de laboratoires « labellisés » en nanosciences (Hubert et alii, 2012), ainsi qu’à partir du suivi rapproché de deux projets donnant un accès direct à des scènes de discussion autour de l’élaboration de stratégies : le processus de création d’un nouveau laboratoire  lancé par des physiciens (2010-2011) et le montage d’un projet ANR porté par des biologistes (2011).

[13] Les sociologues comme les spécialistes du management savent depuis longtemps que l’appui sur la loyauté ne suffit plus pour assurer la continuité ou la permanence de liens d’autorité ou de contrôle sur les personnes, ce qui conduit les acteurs à des stratégies d’emprise de plus en plus subtiles, fondées à la fois sur des procédés d’intéressement et sur l’anticipation des voies d’accès aux ressources qui permettent de lier toujours plus celui qui cherche à se délier.

[14] Le désenchantement est une figure courante, d’autant plus plausible qu’il y a de nombreux précédents. Une enquête approfondie dans le monde enchanté des start-up, supposées révolutionner le travail et le monde de l’entreprise, en donnant corps à la figure du « nomade connexionniste », a montré la violence du basculement associé à la crise du Nasdaq (printemps 2000) et l’effet du retour à quelques principes de réalité sur des esprits qui n’y étaient pas du tout préparés (Savignac et Waser, 2003).

[15] Voir entre autres les textes rassemblés dans « Les lois comptables du marché scientifique m’ont tuer », Carnets de bord en sciences humaines, Genève,  n° 17, 2011. Et notamment de Martin Benninghoff, « ‘Publish or perish !’ : la fabrique du chercheur-entrepreneur ».

[16] Le désempreneur est à l’empreneur ce que le désorceleur est  au sorcier dans les luttes de contrôle pour les territoires et les jeux de forces et d’influence décrits par Jeanne Favret Saada (1977).

Tribune: “L’Idex expliqué à mes parents, beaux-parents, oncles et tantes…”

  – Réponses aux questions que vont me poser mes parents, beaux-parents, oncles et tantes –

Il y a dans ma famille des gens qui sont extérieurs au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui n’en sont informés que par ce qu’en disent les média, et qui me demandent parfois des explications sur ce qui s’y passe.  Ils peuvent être d’une génération antérieure ou postérieure à la mienne ; ils peuvent être tout à fait d’un autre bord que moi politiquement – ce qui ne les empêche d’ailleurs pas d’être de bonne foi et d’essayer de comprendre sérieusement ce que je peux vivre de l’intérieur.  Ils demandent parfois des explications sur ce qui leur apparaît, forcément, comme des  positions paradoxales, au vu de la façon dont les choses leur sont présentées : par exemple, en période de grève générale (comme en 2009) : comment des chercheurs peuvent-ils être si peu satisfaits de recevoir tant d’attention et tant d’argent du gouvernement, tant il est de notoriété publique que l’université est « la réforme réussie » du quinquennat Sarkozy (en Une de “Challenge” sans point d’interrogation, et du “Monde” avec point d’interrogation), tant il est répété sur toutes les ondes que les universités sont enfin autonomes et épanouies de l’être, tant il a été claironné que des dizaines de milliards d’euros étaient « mis à la disposition de l’enseignement supérieur et de la recherche » ?

Je pense aux questions que ces gens vont peut-être me poser s’ils ont entendu parler de la conférence de presse récente, du 13 mars, où François Fillon a annoncé que la somme faramineuse de 6 milliards d’euros allait être déversée sur huit nouvelles initiatives d’excellence (IDEX) ayant pour ambition de devenir des pôles de rayonnement mondiaux de la recherche et de l’université  française.  Je fais partie de l’un de ces « IDEX » : Sorbonne Paris-Cité, ci-devant SPC, aussi familièrement appelé « IDEX des numéros impairs », parce qu’il regroupe les universités Paris 3, 5, 7 et 13 (je suis employé par l’une des universités qui en sont membre fondateur, l’université Paris-13) ; et, non, je ne suis pas heureux de cet IDEX.  Pas plus que la  majorité de mes collègues embarqués dans le même navire. Comment expliquer à mes amis que je ne suis pas heureux qu’on me déverse dessus 800 millions d’euros ? Que je ne suis pas ravi à l’idée de devenir un enseignant-chercheur d’un pôle de rayonnement mondial ?  Qu’est-ce que je pourrai leur répondre, s’ils me posent ce genre de questions ?

1. Alors tu n’es pas content de travailler avec des collègues d’autres universités ?

Je suis très content de travailler avec des collègues, avec qui j’ai effectivement des choses à échanger. Mais note bien que je n’ai pas attendu l’existence d’un IDEX pour le faire. Actuellement déjà, s’il y a des rapprochements que l’on constate naturellement entre thèmes de recherche ou d’enseignement dans deux universités ou équipes de recherche différentes, rien n’empêche de travailler ensemble. Je peux faire des projets de recherche avec des collègues d’autres universités, et j’ai le droit d’aller donner des heures de cours dans d’autres universités. À un niveau plus élevé que celui de l’individu isolé, il existe des conventions, des systèmes comme des diplômes en co-tutelle, des encadrements de thèse en commun, des maisons de la recherche, des laboratoires mixtes, ou des écoles doctorales communes. Et cela ne se limite d’ailleurs pas aux autres établissements qui sont dans l’IDEX. Donc, si l’on parle de collaboration *volontaire* avec des collègues d’autres universités, non, il n’y avait pas besoin d’IDEX pour cela.

2. Mais tu dois être quand même content que le gouvernement vous donne beaucoup de moyens pour fonctionner ?

Mais le gouvernement ne nous donne pas tant de moyens pour fonctionner qu’il veut le faire croire. Pour l’IDEX SPC, on « met à notre disposition » 800 millions d’euros. Pour commencer, précisons que la demande initiale était de 1300 millions d’euros.  Nous en obtenons donc 800 millions.  Bien, le chiffre a l’air énorme.  Mais je ne sais pas si cela a été expliqué suffisamment clairement dans la presse, mais cela ne veut pas dire que l’on nous donne 800 millions d’euros à dépenser – pour acheter des bâtiments, des accélérateurs de particules, des super-calculateurs, des laboratoires de biologie, des équipements pédagogiques, et embaucher des dizaines d’enseignants et de chercheurs. Non, ces 800 millions d’euros sont une « dotation non-consomptible », c’est-à-dire une somme qu’on met à notre disposition en 2012, et qui devra être toujours intacte, au sou près, dans quatre ans.

Pour avoir de l’argent à dépenser, on doit donc compter sur les intérêts produits par cette somme, en l’utilisant pour faire des placements. Combien ça représente ? Difficile à dire exactement : le revenu des placements dépend de leur risque. Placer l’argent dans des fonds de « subprimes » pour gagner beaucoup en peu de temps, c’est un peu passé de mode. Alors imaginons que les gestionnaires de cette somme soient prudents et fassent un placement de père de famille, à 4%. 800 millions d’euros, à 4%, ça fait 32 millions d’euros par an. Ces 32 millions d’euros sont à distribuer entre les huit établissements prenant part à l’IDEX, c’est-à-dire en moyenne 4 millions d’euros chacun. Ça a l’air déjà moins énorme que les 800 millions d’euros annoncés dans la presse.

Alors, certes, 4 millions d’euros, ce n’est pas une paille ; mais il faut relativiser : le budget d’une université comme la mienne tourne autour de 170 millions d’euros, donc 4 millions, ce n’est pas non plus la grande cagnotte du loto.

  Et puis si je me mets à raisonner en tant que contribuable, et plus seulement en tant qu’universitaire, il y a encore autre chose qui me fait tiquer. Ces 800 millions d’euros, il est un fait d’évidence que l’état français ne les a pas. Il doit donc les emprunter, avant de pouvoir nous les prêter (c’est le fameux « Grand Emprunt »). Donc lui aussi paye des intérêts. Admettons (toussotement gêné), admettons que l’état français bénéficie d’une telle confiance, en  tant que débiteur, qu’on lui prête à des taux plus bas : mettons 3%. Ça veut dire quand même que chaque année, il rembourse de son côté 24 millions d’euros pour avoir la possibilité de mettre à la disposition de notre IDEX de quoi empocher 32 millions d’euros. Ce ne serait pas plus simple qu’il nous les donne directement, au lieu d’ajouter d’un côté à la dette publique, et d’obliger par ailleurs nos gestionnaires à faire un travail de financiers en plus de leur travail de gestionnaires d’établissements d’enseignement et de recherche ?

3. Bon, mais vous allez tous être meilleurs, il paraît … le dossier de presse dit qu’on va augmenter la  qualité de la recherche scientifique dans ces regroupements, en augmentant la proportion de chercheurs de haut niveau. Ils vont faire quelque chose pour vous, pour ça, concrètement ? Par exemple vous libérer à tous plus de temps pour faire de la science ?

Ce n’est pas du tout prévu comme ça.  Même à supposer – et c’est une supposition qui n’est absolument pas démontrée ! – même à supposer, donc, que l’on puisse mesurer ce qui fait un mauvais chercheur, un bon chercheur, ou un chercheur « excellent », le dispositif ne prévoit pas du tout de promouvoir tous les enseignants et tous les chercheurs.

Dans le système de l’IDEX, on a trouvé un moyen simple de compter la proportion de chercheurs « excellents » : on compte les effectifs de toutes les équipes étiquetées comme telles par l’AERES. Cela  veut dire qu’on compte les équipes qui ont été labellisées « A+ » ou « Labex » – pour schématiser, celles qui produisent le plus de publications scientifiques ou de brevets. L’obtention de cette précieuse étiquette est déjà parfois, en amont, le résultat d’un travail d’écrémage : on n’intègre dans les effectifs que les sous-équipes les plus « productives », et l’on obtient sans surprise des équipes « excellentes ».  Donc : on prend tous ces « excellents », on les met ensemble, on construit une jolie clôture (sur le papier) tout autour, qu’on appelle le « péridex » (périmètre d’excellence). On compte ce qui est à l’intérieur de la clôture, et on constate que ça représente 37% des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’ensemble.

Ensuite, que fait-on pour augmenter ce chiffre de 37% ? Tu crois qu’on donne aux autres équipes, celles qui ne sont pas encore « A+ », des ressources et des incitations pour franchir la clôture ? Tu n’y es pas du tout. Voilà ce qui est prévu : sur l’ensemble des postes de chercheur « non-excellent » qui se libèrent chaque année à la suite de départs en retraite, on en prélève une proportion que l’on remet au recrutement *à l’intérieur du « péridex »*.  En d’autres termes, on ne déplace pas la clôture : pour cinq vaches maigres qui meurent en-dehors de la clôture, on rachète une vache grasse qu’on met à l’intérieur de la clôture.

Et quand je dis « on rachète » … en fait, pour être plus juste, on loue.

4. Et ceux qui sont « excellents », au moins, ils y gagneront vraiment ?

Très bonne question, justement ! Qui sont ces futures vaches grasses, et comment va-t-on les traiter ?  À peu près comme les vaches laitières de l’agriculture contemporaine, c’est à craindre.

Il est bien connu, dans le milieu des chercheurs et des enseignants, que les collègues français sont scandaleusement mal payés par rapport à leurs collègues d’autres pays. En France, un jeune chercheur, embauché avec un diplôme de niveau bac+8 (ce qui veut souvent dire concrètement bien plus de huit ans après le bac, le temps de participer à la grande course aux postes vacants), touche aujourd’hui 1,59 SMIC.  Si tu prends une machine à voyager dans le temps et que tu vas le dire à un universitaire de 1962 (occupé à acheter son premier appartement avec sa première paye), il va très certainement refuser de te croire.

Par ailleurs, les « enseignants-chercheurs » français – c’est-à-dire les universitaires – ont des charges, en termes de tâches extérieures à la recherche (enseignement, administration), qui font éclater de rire les collègues anglo-saxons.  Ils doivent enseigner, statutairement, 192 heures par an – ce qui représente, lissé sur les semaines des semestres universitaires non-consacrées aux examens, à peu près 8h par semaine en moyenne.  Les collègues américains n’ont pas de statut national auquel on pourrait comparer le nôtre, mais pour donner une idée de la manière dont est organisé leur système universitaire, je peux te dire que si des enseignants d’une université prestigieuse (qui délivre des diplômes reconnus, au-delà de bac+3) font *deux* modules de 24h par semestre (donc, au total, 96h par an, c’est-à-dire la moitié de ce que nous faisons en France), ils s’estiment grotesquement amputés dans leur capacité à rester à la fois enseignants et chercheurs. Ils considèrent qu’ils sont avant tout des chercheurs qui transmettent leur connaissance de domaines spécialisées, pas des enseignants de collège à mi-temps.

Malgré les inconvénients de ce statut, il y a chaque année, jusqu’à maintenant, pas mal de chercheurs étrangers de très bon niveau qui tentent leur chance en France, en essayant de s’y faire recruter comme chercheur ou comme enseignant-chercheur. Pourquoi ? Parce qu’il reste – il restait jusqu’à maintenant – en France un avantage que les chercheurs d’autres pays nous enviaient : l’emploi stable. Tu as fait huit ans d’études, tu as atteint le meilleur niveau possible dans le système universitaire, tu galères trois ans pour trouver un poste, et tu acceptes malgré tout un poste payé 50% de plus que le SMIC : pourquoi ? Parce que tu penses qu’au moins, dans ce poste, tu vas pouvoir développer l’activité intellectuelle qui te plaît pour le reste de ta carrière, sans avoir le stress de justifier ton existence en permanence, et sans avoir à changer d’orientation au gré de changements de priorités stratégiques de ton employeur.

Cet avantage était déjà en train d’être grignoté marginalement, par le système du financement par projets qui s’étend depuis quelques années en France, et qui fait qu’un chercheur doit passer une partie de plus en plus grande de son temps à répondre à des appels d’offres et à rédiger des dossiers – non pas encore pour justifier son propre salaire, mais pour obtenir les moyens dont il a  besoin pour son travail. Avec ce projet d’IDEX, il s’y fait la première brèche sérieuse.  Le projet d’IDEX prévoir en effet d’embaucher des jeunes chercheurs brillants en contrat à durée déterminée. Comme  c’est le cas dans le système allemand ou dans le système américain, ils auront un contrat probatoire de quelques années, et à l’issue de cette période leur emploi sera réexaminé.

Alors bien sûr, si tu supprimes l’avantage de la sécurité professionnelle et de l’indépendance intellectuelle, tu ne peux plus te permettre de payer les gens juste au-dessus du SMIC. L’ambition des IDEX est de créer des universités qui vont rivaliser avec Stanford, Harvard ou l’UCLA pour attirer les meilleurs talents au niveau international ; il est donc bien certain qu’on ne va pas convaincre un jeune chercheur qui pourrait avoir un poste à Stanford de venir à Paris – même s’il aime bien Paris – sur un contrat de deux ans payé 1700 euros par mois.  Le projet prévoit donc, pour ces embauches de jeunes chercheurs « excellents », une négociation individuelle du salaire et des conditions de travail.

On va donc créer une catégorie d’enseignants-chercheurs à part, de mercenaires de la recherche de haut vol, sans statut précis, qui vont coexister avec leurs collègues fonctionnaires. Ils pourront être payés trois fois plus que leurs collègues ; ils pourront avoir trois fois moins d’obligations d’enseignement – parce que bien sûr on les fera venir pour augmenter le nombre de prix et de publications internationales, pas pour participer à des tâches moins prestigieuses comme de faire des cours en amphi à des étudiants de première année. En revanche, ces jeunes étoiles filantes seront condamnées à travailler avec la menace permanente de ne pas être renouvelés s’ils ne sont pas suffisamment brillants, et avec la pression permanente de devoir répondre à des « appels d’offres internes » concurrentiels, pour faire partie de ceux qui auront le droit d’obtenir les moyens de poursuivre leurs activités.

5. Et les étudiants, ils en profitent, de leur côté ? Ils vont avoir une formation de meilleur niveau, dans cette nouvelle super-université ?

C’est bien, tiens, toi tu te rappelles que dans une université il y a des étudiants !

Alors pour commencer il faut savoir que dans le système existant, un grand nombre d’étudiants qui s’inscrivent à l’université n’arrivent pas à obtenir de diplôme (moins de la moitié en moyenne obtiennent le premier grade universitaire, la licence, de niveau bac+3).  Tout frais sortis du lycée, sans préparation, sans aucune sélection, et sans aucune préparation au fait d’être sélectionnés (85% des élèves de terminale ont le baccalauréat), ils s’inscrivent à l’université souvent sans vraiment savoir ce qu’ils veulent y faire, ce qu’ils peuvent y faire, parfois avec de grosses lacunes en termes de niveau ou de méthode de travail.  Jusqu’à présent on ne sait pas très bien par quel bout prendre ce problème.

Alors, qu’est-ce que tu imagines qu’on va faire pour eux, dans une université d’excellence ?  Qu’on va mettre des moyens pour leur donner des heures de cours supplémentaires en première année, pour qu’ils finissent par rattraper, au bout de trois ans, le niveau attendu en licence d’histoire, de mathématiques ou de biologie ?

Perdu.  Ce qui est prévu, c’est qu’on fasse de la première année une année généraliste, de tronc commun, de mise à niveau pour attaquer vraiment des études supérieures spécialisées : une année de « propédeutique ».  Attention : non pas une année qui viendrait s’intercaler entre le bac et trois années d’études d’histoire, de mathématiques ou de biologie : mais une année qui *prendrait la place* de la première des trois années de licence.  Il resterait donc ensuite deux ans pour amener  l’étudiant au niveau de spécialisation exigé par une licence en telle ou telle matière.  Comme c’est bien évidemment impossible, cela veut dire que nous allons donner des diplômes moins spécialisés au niveau de la licence, et devoir en contrecoup baisser le niveau de spécialisation des diplômes du grade d’au-dessus, celui des « masters » (bac+5).

Mais ceci est cohérent avec une logique qui est également poussée par ailleurs dans ce projet d’IDEX, qui est celle de l’homogénéisation et de la rationalisation de l’ensemble des formations proposées  dans ce grand regroupement.  Il est prévu de supprimer les « doublons » : s’il y a un master de linguistique à Paris-7 et un autre à Paris-3, il faudra les fusionner.  Comme chaque diplôme, dans le système qui existe actuellement, a sa propre petite touche supplémentaire, sa propre spécialité, il va falloir, pour réaliser ces fusions, raboter ces spécialisations.  Finalement, ça tombe bien que nous  ayions des étudiants moins bien préparés, n’est-ce-pas ?

Pour résumer, nous allons avoir des plus grands groupes d’étudiants, et nous allons leur fournir des enseignements qui auront globalement baissé en niveau d’exigence et en degré de spécialisation.  Mais ceci ne concerne « que » la vaste majorité des étudiants de l’IDEX, car deux « collèges de style oxfordien » accueilleront chacun 1600 étudiants d’élite dans des conditions bien plus favorables – les 3200 étudiants concernés représentent 2,5% des quelques 125 000 étudiants du grand regroupement.

On peut remarquer en passant que le projet a pensé à la nécessité de promouvoir chez les étudiants le sentiment d’appartenir à une université commune, et qu’il a trouvé le moyen d’y arriver : fonder une station de radio des étudiants de l’IDEX SPC.

6. Bon, mais au pire si c’est juste une plus grosse université, même si ça n’apporte rien de plus ni pour les étudiants ni pour les chercheurs, ça n’a rien de mauvais en soi ?

Si, à mon avis (et je ne suis pas seul à penser ainsi), il y a des dérives très perverses qui rendent le projet mauvais en soi.  Tout d’abord, il déploie un discours assez stupide : on présente comme des « atouts naturels » – comme des armes merveilleusement adaptées pour être utilisées et affûtées dans une nouvelle course concurrentielle entre grands pôles de recherche français, européens et mondiaux – ce qui est, quand on y réfléchit, le produit de quatre, parfois de seize décennies de planification étatique de la recherche et de l’enseignement supérieur en France.  Découverte divine : l’IDEX SPC réunit une part considérable des ressources françaises dans la recherche en médecine, en pharmacie, et dans les sciences du vivant ! Voilà un atout formidable dans la grande course aux meilleures universités mondiales : lançons-nous y, et que les meilleurs gagnent ! Simplement, est-ce que le fait que l’IDEX réunisse l’université Paris-5 (c’est-à-dire l’historique faculté de médecine de Paris, avec tous ses labos communs avec l’INSERM et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) et l’université Paris-13 (qui englobe la faculté de médecine de Bobigny), n’y serait pas pour quelque chose ?  Constat qui nous remplit d’orgueil : l’IDEX SPC regroupe un grand nombre d’équipes de spécialistes reconnus des sciences du langage !  Ah, que nous sommes bons !  Oui, mais est-ce que le fait qu’on y ait rassemblé les UFR de linguistique de Paris-7, Paris-3 et Paris-5, l’Institut National des Langues Orientales, et un certain nombre de laboratoires CNRS réunis sous la bannière du Labex, n’aiderait pas un peu dans ce magnifique « atout naturel » ?

Et ces ressources considérables, que l’on voit aujourd’hui comme des avantages concurrentiels, qui les a créées, regroupées, entretenues, et fait croître pendant des décennies, dans le passé ? La main invisible de la concurrence entre pôles universitaires, ou une politique de financement public de la recherche et de la formation en médecine ? Cette politique qu’on est justement en train de jeter dans le fossé …

Mais ceci n’est pas le plus grave … On ne meurt pas de discours marketing ridicules. Ce qui est beaucoup plus grave est que l’IDEX est une machine qui crée de nouvelles structures de pouvoir sur la future université unifiée, et que dans ces nouvelles structures de pouvoir, les usagers ( universitaires et étudiants) n’ont presque plus voix au chapitre.

Traditionnellement, les universités ont un fonctionnement que l’on décrit comme « collégial » : les décisions importantes y sont prises par des *conseils*, dans lesquels siègent des représentants des grandes catégories de participants à la vie universitaire (enseignants, chercheurs, techniciens et administratifs, étudiants), représentants qui sont *élus* par les membres de ces catégories. Dans ces conseils siègent également des membres extérieurs, chargés de représenter les entités qui ont un intérêt dans les activités de l’université (collectivités politiques locales, entreprises, organismes de recherche), mais ces membres extérieurs – nommés et non pas élus – ne constituent pas la majorité des voix dans les conseils. Ce fonctionnement collégial garantit, au prix des lenteurs qu’imposent la vie démocratique, l’exercice du débat, et la recherche de compromis, qu’aucune orientation importante ne soit décidée sans qu’elle ait reçu l’adhésion d’une majorité de ceux qui y sont directement concernés.

Dans l’IDEX SPC, il est prévu que la nouvelle université unifiée soit dirigée par un Conseil de Direction de 16 membres, comprenant : 1 président, 4 représentants des organismes de recherche, 3 représentants d’entreprises, 1 représentant de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, 1 de la Ville de Paris, 1 de la région Île-de-France, et … 5 représentants des institutions fondatrices.

Pour représenter les huit institutions fondatrices, donc, en tout, cinq sièges sur seize (un petit tiers  du conseil de direction) ; et il ne s’agit pas de représentants élus, mais de représentants désignés d’avance (ce sont les présidents des institutions concernées). A fortiori, pas de représentants des catégories d’usagers.

Cette prise de pouvoir est totale (la future université unifiée sera effectivement dirigée par ce conseil de direction), et elle est décidée d’une manière totalement illégitime par rapport au système collégial qu’elle vise à remplacer.  Les communautés universitaires n’ont en effet absolument pas été consultées – et même pire : le projet d’IDEX a été élaboré dans le plus grand secret, et n’a été rendu public qu’après la date des élections des présidents d’université dans les deux plus grosses universités participantes, Paris-5 et Paris-7.  C’est donc purement et simplement un coup d’état. C’est comme si les chefs d’état de la France, de l’Allemagne, et du Royaume-Uni se réunissaient entre eux pour décider qu’à l’avenir, le pouvoir effectif dans l’ensemble de ces pays réunis serait exercé par un comité de direction de personnalités nommées à l’avance, et qu’il n’y aurait plus d’élections.

D’ailleurs pour être certains que le moins de gens possibles prennent conscience de ce qu’implique ce nouveau projet, il a été rédigé en anglais (et même en mauvais anglais, pour éviter que même des universitaires d’origine britannique puissent le comprendre).

7. Peut-être qu’ils sont obligés de fonctionner comme ça parce que sinon ils n’avanceraient jamais, parce qu’il y aurait toujours des gens qui ne seraient pas d’accord avec ceci ou cela, et que la structure serait ingouvernable.

Ma foi, c’est bien possible.  Peut-être qu’une structure trop complexe est ingouvernable.  Peut-être bien qu’une entité comme la France est ingouvernable, si on va par là, et c’est peut-être son problème (pour la Belgique, en tout cas, c’est démontré).  Si on devait en tirer à chaque fois la conclusion qu’on renonce à s’efforcer de tendre vers des pouvoirs démocratiques, et qu’il est plus simple et plus pratique qu’une minorité éclairée décide tout de son propre chef, ce serait un progrès ?

Plus spécifiquement, oui, il est fort possible qu’une usine à gaz de l’envergure de l’IDEX SPC soit concrètement ingouvernable, dans le cadre d’un système démocratique, à cause de sa démesure, de son hétérogénéité, de sa complexité interne.  Si c’est vrai, cela ne devrait pas nous convaincre de la nécessité de la gouverner de manière autoritaire, mais plutôt de la pertinence même de créer une entité ingouvernable.

En d’autres mots, si, pour devenir gouvernable, une université doit cesser d’être une université, au sens où on l’entendait jusqu’à cette année (c’est-à-dire un organe social de construction et de transmission d’intelligence, fonctionnant de manière collégiale), alors on doit vigoureusement questionner l’utilité de la démarche !

8. Et vous êtes nombreux à penser comme ça ?

Tu peux être certain que ce que je te dis n’est pas une simple opinion personnelle. J’ai perdu le compte des motions de protestation et des demandes de moratoire qui émanent de conseils d’unités de formation et de recherche, de conseils de laboratoire, de syndicats, de collectifs, de listes se présentant aux élections des conseils (dans les universités où des élections ont eu lieu récemment) : il en tombe tous les jours dans nos boîtes aux lettres. Un collègue en a fait circuler récemment une compilation : elle tient sur 38 pages.

Le cas le plus emblématique est celui du conseil d’administration de l’une des institutions concernées (l’Institut des Langues Orientales) : quand il a réalisé qu’il était prévu qu’on fasse disparaître cet Institut, de plus de trois siècles d’existence, et qu’on ne lui avait non seulement pas demandé son avis, mais pas même daigné l’informer de ce projet, il l’a désavoué à l’unanimité.

En fait, pour l’instant, le projet d’IDEX SPC est comme un traité signé (par tous les chefs d’état), mais ratifié par aucun parlement.

Ce que je dis au sujet de l’IDEX SPC semble être vrai aussi (bien que je n’en aie des échos que plus lointains) pour d’autres IDEX, comme celui de Marseille ou celui de Toulouse.

9. Mais alors si ce machin ne sert à rien, pourquoi le gouvernement le fait ?

Le projet d’IDEX Sorbonne Paris-Cité est une réponse à une commande politique.

La motivation originelle est tellement stupide que j’ai honte de la mentionner : un institut basé à Shanghai, en Chine, publie tous les ans un classement (le classement « ARWU ») des meilleures universités mondiales. Or les premières universités françaises à apparaître dans ce classement sont assez loin des premières places, et il n’y a pas beaucoup d’universités françaises dans les cent premières places du classement. En voyant cela, l’orgueil national de nos hommes et femmes politiques n’a fait qu’un tour, et ils ont décidé de tout faire pour améliorer le « score » français dans ce fameux classement.

On s’est aperçu que les universités françaises étaient assez peu visibles pour des raisons structurelles, liées à la manière dont fonctionne le système d’enseignement et de recherche dans notre pays :

– beaucoup d’équipes de recherche sont « mixtes », et donc dépendent à la fois de plusieurs établissements, comme par exemple une université et un ou deux organismes de recherche, ce qui  minimise le poids de chaque publication ou brevet dans le score de chacun de ces établissements ;

– les universités françaises sont souvent de taille moyenne et plus ou moins spécialisées, par opposition avec des grands conglomérats comme l’UCLA de Los Angeles, la CUNY de New-York, ou l’UNM de Mexico, qui regroupent sous un seul chapeau tous les étudiants de leurs mégapoles respectives ;

– enfin, les universités françaises intègrent une mission républicaine d’accueil de tous les étudiants sur tout le territoire, et ne peuvent donc rivaliser par ailleurs avec des petites institutions d’élite comme Yale ou le MIT, qui ne recrutent que des étudiants sélectionnés à la fois par le niveau et par l’argent, et peuvent se permettre de recruter des prix Nobel comme enseignants.

Comme il a été fixé comme objectif politique de faire remonter le rang des universités françaises dans le classement de Shanghai, on a vite identifié le moyen le plus simple d’y arriver : regrouper trois ou quatre universités en une seule permet à la somme ainsi obtenue de grimper automatiquement dans le classement.  Sans rien changer concrètement ni à la qualité de la recherche, ni à la qualité de l’enseignement qui y est délivré. Depuis cinq ans, le mot d’ordre est donc : fusion.

L’idée est de pouvoir présenter un simple jeu de définition, sur papier, du périmètre administratif des universités, comme le résultat positif concret d’une politique de développement de la recherche (la France a gagné des places dans le classement de Shanghai – ce qu’une partie de l’électorat comprendra comme : nos universités sont devenues meilleures).

À côté de ce grand ramdam sur le classement de Shanghai, d’autres motivations peuvent pousser le  gouvernement actuel à promouvoir les PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur), et autres IDEX : avec ces nouvelles structures, comme je le disais tout à l’heure, on retire le pouvoir de gouvernance des mains des universitaires, et on le met dans les mains de représentants des pouvoirs politique et économique.  Cherche à qui profite le crime …

10. Et pourquoi les présidents d’établissement le font ?

Je ne vais certainement pas te dire que nos présidents d’université sont des méchants, qui complotent sournoisement pour vendre leurs universités aux Martiens ou à d’autres forces maléfiques.  Il n’y a aucune théorie du complot là-derrière (ce serait si confortable intellectuellement si les choses étaient aussi simples !), et les gens qui sont derrière ce projet sont plutôt, assez probablement, de bonne foi et de bonne volonté.  Je pense que s’ils se sont prêté à ce jeu, au point d’être maintenant persuadés que c’est la bonne solution, c’est d’abord, et avant tout, à force d’accepter de parler la langue des gestionnaires adeptes du nouveau management public.

Entrer dans le filet des signifiés de l’interlocuteur est un jeu dangereux – même si tu le fais en essayant d’y gagner. Tôt ou tard, tu finis par réfléchir en termes « d’indicateurs », au lieu de réfléchir en termes de profondeur de la réflexion scientifique, de qualité du dialogue entre recherche et société, ou d’utilité et de qualité de la formation des étudiants.  C’est typiquement ce qui est arrivé à nos présidents d’université : dans le système des « indicateurs », dans lequel ils ont accepté d’entrer, leur projet est cohérent et positif. Mes propres propos, s’ils les lisaient (ce qu’ils ne feront jamais parce qu’ils n’ont pas le temps), leurs paraîtraient illisibles, simplificateurs, tendancieux, et bourrés de mauvaise foi. Nous ne parlons plus le même langage.

Je pense aussi que s’ils le font – et c’est sans doute un effet pervers de leur bonne volonté – c’est pour grappiller, en période de récession générale, quelques piécettes supplémentaires pour fonctionner, à l’heure où beaucoup d’universités s’enfoncent dans le déficit.  Ils sont pragmatiques, et se disent qu’en jouant à ce jeu, ils travaillent pour mon bien, puisqu’ils me permettent de faire partie des quelques universités qui reçoivent quelques millions d’euros de plus pour continuer à travailler, alors que globalement, la part consacrée à la recherche de la dotation nationale des universités (la « MIRES »), selon les calculs d’Henri Audier, régresse d’environ 1% en 2012 en euros constants.

Ce qui est intrinsèquement pervers dans ce jeu, c’est que la majorité des universités françaises n’en bénéficient pas.  Alors bien sûr, les présidents d’université de l’IDEX SPC, eux, sont contents.  Et quelques collègues, dans les rouages du fonctionnement de nos universités, se laissent convaincre aussi, et déclarent d’un air désolé : « il faut bien aller chercher l’argent où il se trouve … il vaut mieux être à l’intérieur qu’à l’extérieur … »

Nous sommes un peu dans la situation où l’on aurait remplacé la distribution d’un salaire par un gain tiré à la loterie.  Imagine un chantier qui fait travailler cent personnes.  Jusqu’à une certaine époque, on leur donnait à tous un salaire pour avoir contribué à travailler et à faire avancer le chantier.  À présent, on a décidé qu’on ne distribuerait plus qu’une partie de la somme qui servait auparavant à la paye globale ; mais attention : on ne la distribuera pas à tout le monde, mais seulement à une partie des travailleurs, tirés à la loterie.

C’est injuste, n’est-ce-pas ?  Nous sommes d’accord.  Seulement voilà : va convaincre quelqu’un qui *gagne* à la loterie qu’il est immoral de jouer à la loterie.

11. Et pourquoi l’opposition ne prend pas position contre ? Ça a l’air d’être un sujet consensuel puisque le gouvernement n’est pas tellement attaqué sur son bilan dans ce domaine précis …

L’opposition ne prend pas position contre, parce qu’un grand nombre de notables politiques locaux du Parti Socialiste soutiennent ce type d’initiatives – par exemple Bertrand Delanoë à Paris, ou Martin Malvy à Toulouse.

 Pourquoi les notables politiques locaux soutiennent cette politique ? Tu imagines un président de  région capable de résister à l’envie de pouvoir dire qu’il a dans sa région un pôle universitaire classé à tel et tel rang dans le classement de Shanghai ?

12. Et pour finir, s’il y a tant de gens qui trouvent que cette idée ne vaut pas grand chose telle qu’elle est faite, pourquoi ne pas prendre le temps de réfléchir et de faire les choses mieux ?

Si, de la part du pouvoir, l’objectif est électoral – c’est-à-dire qu’il s’agit de pouvoir exhiber des résultats, même dénués de sens, d’une politique de promotion de la recherche – alors il faut bien évidemment le faire avant les élections.  Voilà pourquoi, depuis quelques mois déjà, avec d’autres opérations du même genre (LABEX, IDEFI …) nous voyons, dans certains de nos labos et dans certaines de nos facs, se déverser sur nous des crédits qu’il est urgent de dépenser dans la quinzaine alors qu’ils étaient attendus depuis des années.  Et pour revenir à l’IDEX, voilà pourquoi il y a une hâte frénétique, de la part du gouvernement, de faire signer aux présidents des institutions concernées la convention de mise en route de l’IDEX SPC avant le 15 avril.

Malheureusement pour eux – et heureusement pour la raison – au sein même des établissements concernés, les résistances se font de plus en plus fortes, et les appels à remettre complètement sur la table la définition de ce projet, de plus en plus nombreuses.  Si bien que malgré la frénésie de ces dernières semaines, il semble de plus en plus probable que ce projet n’aboutira pas avant l’élection présidentielle (ce qui était sa seule raison d’être), et que, quel que soit le résultat de celle-ci, une nouvelle phase de réflexion s’engage plus sérieusement par la suite.

Pascal Vaillant

Vaillant[at]univ-paris13.fr

Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions

Fin janvier 2012, une enseignante-chercheuse de l’Université de Liège remettait sa démission et rendait publiques au sein de l’université les raisons de celle-ci, dénonçant la dégradation des universités européennes et en particulier le productivisme et l’arrivisme ambiants, devenus insoutenables. La publication du texte et ses échos dans la presse et la société belges provoquèrent une vague de soutien inattendue, des dizaines de collègues se reconnaissant dans le diagnostic et désirant y trouver des remèdes. Très vite des universitaires français et espagnols se joignirent au mouvement, confirmant le caractère européen de la tendance dénoncée.

 Les raisons de la démission de cette collègue, la réponse du recteur de l’université et la réponse de cette universitaire au recteur sont ici : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5304

Après divers échanges et réunions de réflexion, un site web fut créé et un manifeste rédigé afin d’entamer un large mouvement d’actions et de débat autour de l’avenir de nos universités.

 

Vous pouvez lire le manifeste ici : http://www.univendebat.eu/signez-le-manifeste/manifeste-pour-des-universites-a-la-hauteur-de-leurs-missions/


 

 

 

Tribune : Les universités sous le contrôle de l’ANR pour un plat de lentilles

 

 

 Les initiatives d’excellence ou « idex » sont habilement présentées depuis deux ans par le gouvernement comme une manne financière inédite destinée à irriguer l’enseignement supérieur et la recherche dans ses composantes « d’excellence ».

Le communiqué du 14 mars 2012 diffusé par le PRES Sorbonne Paris Cité <http://www.sorbonne-paris-cite.fr/index.php/fr/medias/actualites-de-sorbonne-paris-cite/223-dotation-idex-la-position-de-sorbonne-paris-cite> prend au contraire acte que la dotation que l’Etat a décidé d’attribuer au projet d’Initiative d’Excellence « Université Sorbonne Paris Cité » ne représente que 60 % de celle demandée . Dans cette situation, les sommes versées annuellement (revenus d’une dotation non consommable) au titre de l’Idex devraient représenter environ 23 millions d’euros – sur un périmètre couvrant 8 établissements. Pour que les volumes en jeu soient clairement connus, il faut rappeler que, dès le collectif budgétaire du 21 janvier 2010, l’État a retiré du budget de la Mission interministérielle pour l’enseignement supérieur et la recherche (MIRES) la somme de 125 millions d’euros, afin de « couvrir l’augmentation de la charge d’intérêt résultant de l’emprunt national » (page 121 de la LFR du 21 janvier 2010).

Ainsi le processus des Idex apparaît-il pour ce qu’il a toujours été : une opération de communication gouvernementale aux fins essentielles de restructuration en profondeur de l’enseignement supérieur, sans moyens supplémentaires, dans la plus grande opacité, en mettant à mal les principes de service public, de collégialité et de démocratie universitaire.

Au-delà de la faiblesse des moyens réels et de l’opacité des modalités d’élaboration de ces projets d’Idex, on soulignera ici l’ampleur et la lourdeur du dispositif de contrôle de l’ANR sur les établissements, ainsi que les multiples interrogations sur l’affectation de leurs ressources financières vers le « peridex » (périmètre de l’Idex) – en l’absence de communication de tout document financier du projet SPC par les présidents des établissements concernés ou par le PRES.

La seule lecture du Règlement de l’Idex (http://www.agence-nationale-recherche.fr/investissementsdavenir/documents/reglement-idex.pdf) est en effet éclairante sur le contrôle des activités de recherche et de formation par l’Agence nationale de la Recherche et des conditionnalités multiples imposées pour « bénéficier » des 23 millions d’euros annuels. Conformément à la logique des appels à projet, ce ne sont pas les établissements bénéficiaires des aides qui en ont la maîtrise, mais bien l’ANR.

Formations et politique scientifique aux mains de l’ANR

Le Règlement relatif aux modalités d’attribution des aides au titre de l’appel à projet « initiative d’excellence » prévoit des conditions suspensives de versement : elles sont incluses dans les conventions d’attribution signées entre l’Etat, l’ANR et le bénéficiaire, et le non-respect de ces règles fixées permet à l’Agence d’« arrêter le versement de l’aide et exiger le reversement total ou partiel des sommes versées au titre de l’opération » (Règlement, point 4.5, p. 5-6). Après début d’exécution, les versements par tranches annuelles pendant la période probatoire sont effectués « après chaque période de douze mois, sous réserve, le cas échéant, de la production par le bénéficiaire des rapports intermédiaires prévus dans la convention attributive » (Règlement, point 5.1).

Le contrôle sur les sommes versées est étroit :

« Le bénéficiaire s’engage à respecter les indications qui lui sont données par l’agence pour la fourniture, la présentation et la diffusion des comptes rendus. Il s’engage également à participer activement aux opérations de suivi du programme organisées par l’ANR (séminaires, colloques…). Des comptes rendus intermédiaires seront adressés par le bénéficiaire à l’agence selon une périodicité et dans des formes définies dans la convention attributive d’aide. » (Règlement, point 6.2.1)

Les différentes étapes et l’ensemble de l’opération font l’objet d’un contrôle global aux mains de l’ANR qui peut être suspensif (voir Règlement, point 6.2.1) :

« Dans le cas où, au vu notamment d’un compte rendu intermédiaire, l’ANR constate que :

– la capacité du bénéficiaire à mener le projet selon les modalités prévues initialement est mise en cause,

ou que :

– l’avancement du projet présente un retard significatif par rapport au calendrier prévu,

l’agence pourra décider, après avoir mis en demeure le bénéficiaire de présenter ses observations, de suspendre tout versement ou/et de mettre en œuvre les dispositions de l’article 6.4. » [Ledit article 6.4 détaille la procédure de reversement.]

Les outils du contrôle par l’ANR

Pour s’assurer que les « bénéficiaires » de l’Idex se plient aux injonctions de l’ANR, l’article 6.3 du Règlement pose des principes de « contrôles – vérification du service fait » particulièrement draconiens :

« A tout moment, durant l’exécution de l’opération et dans un délai maximal de deux ans à compter de la date de demande de versement du solde de la période probatoire ou, à défaut, de la date prévue de fin des travaux, des personnes habilitées par l’agence peuvent procéder sur place et sur pièces à tout contrôle relatif aux mesures prises pour l’exécution de l’opération, à l’état de réalisation de celui-ci et à la vérification du service fait par le constat de la réalité des dépenses justifiées.

A cet effet, le bénéficiaire est tenu de laisser accéder les personnes habilitées par l’agence aux sites ou immeubles où sont réalisés les travaux aidés et de leur présenter les pièces justificatives et tous autres documents, y compris les livres de comptes de l’organisme, dont la production est jugée utile au contrôle de l’utilisation de l’aide.

 Le refus d’un de ces contrôles éventuels entraîne l’annulation de l’aide. »

Ainsi, l’ensemble du mécanisme de versement présente les caractéristiques suivantes :

• Les règles régissant les liens entre ANR et « bénéficiaires » sont fixées dès la convention tripartite.

• La poursuite de la procédure de versement des aides relève, à chaque étape, de l’appréciation exclusive de l’ANR.

• L’ensemble des « bénéficiaires » de l’Idex est continûment soumis – à titre individuel et collectif – à un contrôle bureaucratique.

Enfin, dernier point passé trop facilement inaperçu, le Règlement de l’Idex prévoit (Règlement, introduction du point 5, p. 6) que : « L’agence est tenue aux versements des montants de l’aide dans la limite des fonds dont elle dispose. »

Autrement dit, si l’ANR n’était plus en mesure d’exécuter ses obligations, les versements ne seraient pas de droit.

Quid du « milliard » ?

Ainsi, loin de la pluie d’euros annoncée à grands renforts de communiqués gouvernementaux, le processus des Idex est un tour de passe-passe. Même la maîtrise du fameux « milliard » de chaque projet accepté (ramené de 1,3 milliard à 800 millions d’euros pour le projet USPC) reste pour ainsi dire extérieure à l’Idex puisque le Règlement précise les modalités de son attribution et de son utilisation.

D’une part, son octroi est conditionné à des règles qui n’ont pas encore été fixées. C’est ce qui ressort du point 6.2.2 du Règlement : « L’Initiative d’excellence fera en fin de phase probatoire l’objet d’une évaluation permettant d’apprécier les résultats obtenus et de déterminer si la dotation peut lui être attribuée définitivement et dans quelles conditions. Les modalités de cette évaluation seront fixées par l’Etat. » Le « versement du solde » sera donc fonction de cette « évaluation » (Règlement, 5.1).

D’autre part, au-delà de la période probatoire, « et sous réserve d’une évaluation démontrant que les engagements pris au moment du lancement de l’Initiative d’excellence ont été tenus et les objectifs atteints, les Initiatives d’excellence seront dotées définitivement » (Règlement, point 5.3, p. 6). Il s’agit d’une dotation « en capital non consommable, attribuée au porteur de l’initiative ». Il est précisé que « cette dotation reste non consommable et devra être déposée sur un compte au Trésor, conformément à l’article 8 de la loi de finances rectificative du 9 mars 2010 » (Règlement, point 5.3, p. 6).

Quels engagements financiers pour les établissements ?

Autrement dit, même après la période probatoire, les Idex continueront d’être abondés par les seuls intérêts d’une dotation déjà en diminution. Les documents financiers relatifs au projet n’ayant pas été soumis à l’approbation des conseils d’administration des établissements au moment du dépôt du dossier, comment et sur quels budgets « tous les moyens nécessaires à la réalisation de l’opération aidée » seront-ils mis en œuvre ? Les huit établissements membres du PRES n’étant pas fusionnés, « les délibérations du conseil d’administration de l’EPCS Université Paris Cité ne peuvent pas contraindre ceux-ci sur les moyens que chacun décide d’affecter à l’établissement », c’est-à-dire au PRES ni à ce projet d’Idex.

Quelles conséquences les porteurs et membres du projet d’Idex tirent-ils de la fonte d’un tiers de la dotation envisagée pour un projet présenté comme restructurant pour chacun et l’ensemble, et pourtant conçu comme dans une chambre obscure, loin des instances démocratiques et collégiales ?

 

Il appartient aux Conseils d’administration des établissements de se ressaisir des compétences dont ils ont été indûment privés et être informés aussi complètement que leurs compétences l’exigent. Avant qu’il ne soit trop tard.

 

Bruno Andreotti (Paris 7 Denis-Diderot), Michel Bernard (Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Etienne Boisserie (Inalco), Emmanuel Lozerand (Inalco), Céline Ruet (Paris 13), Marie-Albane de Suremain (Paris 7 Denis-Diderot).

16 mars 2012

Tribune : Appel de l’enseignement supérieur et de la recherche

Nous relayons cet appel :

Cher-e-s collègues

Il était plus que temps de faire passer dans la campagne présidentielle un autre
discours et une autre analyse sur la réalité des réformes en cours dans
l'Enseignement supérieur et la Recherche depuis cinq ans et plus. Nous sommes tous
las ou irrités d'entendre répéter sur tous les tons et par tous les medias que « la
réforme des universités est un succès », voire, pour certains opposants au président
de la république actuel, le seul succès du quinquennat !

Certains collègues de la liste de débats prepa-coord ont donc lancé il y a quelques
semaines l'idée d'un appel qui serait rédigé par des acteurs de l'Enseignement
supérieur, de la formation des enseignants et de la recherche, différents par leurs
affiliations politiques, syndicales ou associatives, afin de remettre en question
cet apparent lieu commun et de présenter une autre lecture des réformes
gouvernementales, en posant une dizaine d'objectifs et quelques principes qui
pourraient être ceux d'une politique véritablement différente de l'ESR.

Le collectif de rédaction a rassemblé des membres de la Coordination nationale des
universités issue du mouvement de 2009 etde la Coordination Nationale de la
Formation Des Enseignants (CNFDE), un représentant de Sauvons la recherche et deux
membres du CA de Sauvons L'Université.  L'Appel du 23 février 2012 en est issu: il
est adressé aux candidats à l'élection présidentielle et à l'ensemble des citoyens.

Appel de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aux candidats à l’élection présidentielle et aux citoyens

 

L’actuel gouvernement présente la réforme de l’Université comme l’une des grandes réussites du quinquennat. Il prétend avoir donné aux universités leur autonomie, avoir fait, en faveur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « des efforts financiers sans précédent », avoir engagé une politique de l’excellence qui commencerait à porter ses fruits au niveau international et avoir réformé la formation des maîtres pour parvenir à une « meilleure formation des enseignants ».

Tout cela est faux !

Vous avez dit « autonomie » ?

Les universités subissent une tutelle du Ministère toujours plus tatillonne et dépendent de plus en plus de financements privés et d’impératifs de rentabilité immédiate. L’attribution des crédits récurrents de l’État est toujours aussi parcimonieuse et opaque. Et les « Responsabilités et Compétences Élargies » imposées aux universités ne contribuent en rien à leur autonomie puisque l’État leur délègue de nouvelles charges financières sans les compenser.

Alors que le gouvernement affiche l’Enseignement comme secteur prioritaire, aucun poste d’enseignant n’a été créé dans le supérieur depuis 2008. Le budget des universités, hors inflation, est en baisse d’environ 1 %. La liste des universités en déficit structurel ne cesse de s’allonger, imposant à l’État une mise sous tutelle contraire à l’autonomie qu’il prétend donner. Partout le développement des emplois précaires sert de variable d’ajustement à des budgets très contraints.

L’indépendance scientifique et les libertés académiques des universités, des enseignants-chercheurs et des chercheurs ne sont plus respectées.

Vous avez dit « excellence » ?

Le culte de l’excellence – mot magique jamais défini – ne peut faire oublier comment la recherche est malmenée dans notre pays : diminution des financements récurrents des universités et des organismes de recherche (jusqu’à – 90 % dans certains laboratoires), suppression de 10 % des emplois administratifs du CNRS, sans lesquels les chercheurs ne peuvent travailler.

L’application de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) ravale des établissements de recherche comme le CNRS ou l’INSERM, que le monde entier nous envie, au rang de simples « agences de moyens ».

Pour faire remonter les universités dans des classements internationaux aux critères très discutables, le gouvernement a poussé aux regroupements en tous genres. Cette course au gigantisme a fait naître un système à plusieurs vitesses. Les disparités entre universités se creusent et menacent les équilibres inter et intra-régionaux, obligeant les étudiants à une mobilité qui pénalise les moins favorisés.

Une concurrence généralisée s’est instaurée, entretenue par deux agences de pilotage et d’évaluation très coûteuses, au fonctionnement opaque : l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES). Les universitaires et les chercheurs gaspillent désormais une part considérable de leur temps à rédiger rapports d’activité, dossiers de demande de financement et appels à projets, au détriment de leurs missions fondamentales de recherche et d’enseignement.

Vous avez dit « une meilleure formation des enseignants » ?

Des rapports de l’Assemblée nationale et de la Cour des comptes l’ont désormais établi : la réforme de la formation des enseignants des premier et second degrés est un échec flagrant.

Elle aura finalement provoqué la chute du nombre de candidats aux concours, le démantèlement ou l’affaiblissement des IUFM et la désorganisation des UFR, l’augmentation du nombre d’enseignants précaires, et conduit de jeunes professeurs à exercer à temps plein sans formation professionnelle suffisante.

Nos concitoyens doivent savoir que le monde de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est au bord de l’asphyxie.

C’est pourquoi nous, enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs, bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé, étudiants, lançons un appel solennel pour que soit mis un terme à toutes ces réformes, dont les effets sont dévastateurs.

Nous demandons une nouvelle politique pour l’Enseignement supérieur et la Recherche, en rupture avec les réformes destructrices que nous subissons depuis des années. Celle-ci devrait reposer sur les dix principes et objectifs suivants :

1 Remplacer la loi LRU (loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités, qui n’est pas amendable car inspirée par une politique contraire aux principes d’indépendance, de collégialité et de démocratie qui sont ceux des universitaires et des chercheurs. La Conférence des Présidents d’Universités (CPU) porte une responsabilité historique dans les désordres causés par cette fausse autonomie. Elle ne saurait parler au nom des universitaires et doit cesser d’être le principal interlocuteur du Ministère.

2 Abroger le décret du 23 avril 2009 modifiant le statut des enseignants-chercheurs. Garantir aux enseignants-chercheurs qu’au moins 50% de leur temps de travail sera consacré à la recherche, proscrire toute modulation à la hausse de leurs services et supprimer la nouvelle évaluation individuelle quadriennale.

3 Rouvrir en urgence le dossier de la formation des maîtres, assurée conjointement par les IUFM (dont c’est la mission) et les UFR, non pour en réduire le coût par tous les moyens mais en donnant une réelle priorité à l’amélioration de l’enseignement primaire et secondaire, dans un cadre national fondé sur le recrutement par concours de fonctionnaires d’État à la hauteur des besoins.

4 Élaborer un plan pluriannuel de création de postes et un programme de résorption de la précarité pour les universités et les organismes de recherche (administration, services techniques, enseignement, laboratoires, équipes de recherche).

5 Garantir à tous nos organismes de recherche les moyens humains et financiers nécessaires à leur indépendance, leur développement et leur rôle national de structuration sur tout le territoire de la recherche à court et à long terme.

6 Revenir à un traitement équitable entre universités pour satisfaire à l’exigence d’un enseignement et d’une recherche de qualité sur tout le territoire, au service des étudiants.

7 Doter tous les établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche de conseils décisionnaires où les élus des personnels et des étudiants soient largement majoritaires et limiter l’empilement des structures, afin de rester au plus près de ceux qui assurent effectivement la mission de service public qui leur est confiée.

8 Redonner confiance à tous les personnels en mettant fin aux dispositifs qui créent des discriminations et un climat de concurrence permanente : agences de pilotage et d’évaluation, recours massif aux statuts précaires (y compris pour les doctorants et les jeunes docteurs), différenciation des carrières par le jeu de primes dont l’attribution relève le plus souvent du clientélisme.

9 Améliorer les conditions de vie des étudiants par une politique ambitieuse et de long terme, impulsée par l’État et les Régions. Trop d’entre eux vivent et étudient aujourd’hui dans des conditions indignes d’un pays qui souhaite augmenter le nombre de ses diplômés de haut niveau.

10 Abroger le décret Guéant du 31 mai 2011 et son récent complément. En finir avec la politique inique de sélection et de restriction de l’accueil des étudiants étrangers dans nos universités.

Nous entendons défendre des valeurs républicaines :
– droit à la connaissance pour tous
– droit de choisir sa filière sans discrimination financière ni territoriale
– droit de s’engager dans des études ou de mener des recherches qui ne sont pas immédiatement rentables.

Il y va de l’avenir de notre société et des générations futures.

Nous nous adressons aux candidats à l’élection présidentielle, afin qu’ils répondent aux attentes non seulement de la grande majorité des personnels et des étudiants de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais aussi des Français.


Nous nous adressons à tous nos concitoyens et leur demandons d’apporter leur suffrage aux candidats qui, soucieux de l’intérêt à long terme, prendront les engagements qui s’imposent afin que l’Enseignement supérieur et la Recherche retrouvent équilibre et sérénité, remplissent leurs missions et puissent contribuer à l’effort national destiné à répondre à tous les défis humains, économiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés.

Collectif de rédaction :

Michel BERNARD, PR, université Paris 3, Coordination Nationale des Universités ; Brendan CHABANNES, étudiant, université du Havre, Coordination Nationale des Universités ; Pascale DUBUS, MCF, Paris 1, Coordination Nationale des Universités ; Sarah HATCHUEL, PR, université du Havre, Coordination Nationale des Universités ; Pascal MAILLARD, professeur agrégé, université de Strasbourg, C.A. de Sauvons L’Université ; Christine NOILLE, PR, université Stendhal Grenoble 3, porte-parole de Sauvons L’Université ; Catherine PELLENQ, MCF, IUFM / université Joseph Fourier de Grenoble, secrétariat CNFDE 2009-2010 ; Céline RUET, MCF, Paris 13, Coordination Nationale des Universités ; Emmanuel SAINT-JAMES, MCF, université Paris 6, président de Sauvons La Recherche ; Marie-Albane de SUREMAIN, MCF, UPEC-IUFM de l’académie de Créteil, secrétariat CNFDE 2009-2010 ; Nathalie VIENNE-GUERRIN, PR, université Montpellier 3, Coordination Nationale des Universités.

http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr/spip.php?article1

Tribune : “L’indispensable refondation du système français de recherche”

Pour information, cette tribune parue initialement dans la rubrique “Point de vue” du Monde du 22/02/12,

par Laurent Audouin, Marie Blandin, Marc Lipinski, Sandrine Rousseau (EELV)

L’indispensable refondation du système français de recherche

Bien qu’encore peu discutée dans la campagne en cours, la refondation du système français de recherche est à l’ordre du jour tant la situation est devenue intenable. Plan campus, Investissements d’avenir : les structures nouvelles et les milliards supplémentaires de l’ère Sarkozy promettaient un nouvel âge d’or. La réalité est tout autre : au lieu de consacrer leur temps à leurs missions statutaires – chercher, former les plus jeunes, s’ouvrir à la société – les chercheurs et enseignants-chercheurs croulent désormais sous des avalanches d’appels à projets, doivent multiplier les réunions préparatoires, courir d’un guichet à l’autre pour décrocher les contrats qui leur rendront les moyens de travailler, et participer à toutes sortes de comités où ils évaluent leurs collègues et, faute d’argent disponible, retoquent la très grande majorité de leurs demandes de crédits.

 

L’Agence nationale de la recherche (ANR) est au cœur de cette évolution ubuesque. Les Etats généraux organisés en 2004 par le mouvement Sauvons la recherche avaient souhaité “une nouvelle structure … dotée d’un budget propre ” qui permettrait d’ ” augmenter la réactivité du système et de favoriser des domaines où un effort supplémentaire aura été jugé nécessaire…”. La communauté avait imaginé une structure légère ? Elle est confrontée à une lourde machine qui réoriente toute la recherche en “mode projet”. Les chercheurs attendaient des moyens additionnels ? Les 800 millions d’euros du budget annuel de l’ANR étaient précédemment octroyés aux organismes nationaux de recherche, lesquels n’ont eu d’autre choix que de diminuer année après année la dotation de base de leurs laboratoires (encore -10% cette année au CNRS). Et alors qu’une des forces du système français est la stabilité de l’emploi scientifique, gage de liberté d’action et de capacité à travailler dans la durée, le financement sur projet a fait exploser la précarité dans les laboratoires, avec près de 15 000 jeunes chercheurs en CDD.

L’inflation des missions de l’ANR semble sans limites : elle est désormais censée gérer 19 milliards d’euros d’ “Investissements d’avenir”. Certes il s’agit pour l’essentiel de capital non consommable, des milliards extra-budgétaires placés au Trésor public et par là-même non contrôlables par le Parlement, mais les seuls intérêts générés donneraient à l’ANR un rôle démesuré. Clé de voûte du processus, huit “Idex” (Initiatives d’excellence) dotés d’un capital de 7,7 milliards d’euros : quatre Idex pour la seule Ile-de-France, les autres pour Strasbourg , Aix-Marseille, Toulouse et Bordeaux. L’élite est désignée, le restant sacrifié : tous les autres territoires sont de facto relégués en deuxième division. La centralisation s’aggrave, et même en Ile-de-France, un très grand nombre d’acteurs sont écartés de cette promesse d’opulence. L’idéologie de la compétition formate financements, rémunérations, ressources humaines ; et partout elle crée souffrance au travail, exclusion et tension exacerbée pour la réussite d’une petite minorité. De la maternelle aux laboratoires, de l’association de quartier aux scènes nationales, l’accroissement des inégalités résulte de choix politiques, comme la constitution d’une France à deux vitesses. A cet égard, l’engagement de François Hollande d'”accélérer la mise en oeuvre des Investissements d’avenir” révèle une incompréhension profonde de ce qui se joue là.

Même si elle ne cesse d’invoquer “l’autonomie”, la droite s’est toujours méfiée des chercheurs trop indépendants. Avec la disparition quasi-totale de tout membre élu par les pairs des nouvelles structures de gouvernance, des jurys de sélection et d’évaluation, elle met la démocratie scientifique et universitaire à l’agonie. Avec l’ANR et le Grand Emprunt Sarkozy, il est bien plus aisé de cibler les financements vers la recherche-innovation plutôt que vers la création de connaissances, vers ceux qui développent les recherches finalisées souhaitées par les lobbies les plus puissants : le nucléaire plutôt que le solaire, l’aérospatial plutôt que l’agroécologie, les produits de santé marchandisables plutôt que la santé environnementale et la prévention. La disparition soudaine de la ligne ” santé environnementale ” de l’ANR – trop dérangeante pour certains lobbies – fournit un parfait exemple de ce pilotage politique au service d’intérêts particuliers. La toute récente nomination à la tête de l’ANR d’une ancienne élue UMP qui, lorsqu’elle dirigeait l’AFSSA, a longuement retardé la sortie du dossier du Bisphénol A, ne peut qu’interpeller.

“LA POLITIQUE DES INVESTISSEMENTS D’AVENIR DOIT ÊTRE NON PAS ACCÉLÉRÉE MAIS TOTALEMENT REVISITÉE”

En arrivant au pouvoir national en 1981, la gauche de l’époque avait manifesté une réelle ambition scientifique, concrétisée par des signes budgétaires et des recrutements immédiats. Si elle veut préserver sa capacité de recherche et se tourner vers l’avenir, la France de 2012 devra impérativement lancer un processus similaire. Dès juin, la politique des Investissements d’avenir doit être non pas accélérée mais totalement revisitée, à l’aune des besoins réels de l’ensemble du système français d’enseignement supérieur et de recherche et des territoires. Un audit exhaustif devra être engagé pour préparer le budget 2013, en même temps que seront organisés les Etats généraux qu’attend la communauté académique. L’activité de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, l’Aéres, contestée de toutes parts, pourra être suspendue sans dommage aucun en attendant d’être remplacée. Et un plan de titularisation de l’ordre de 5000 postes par an – chercheurs, ingénieurs, techniciens – est indispensable, faute de quoi le pays perdra le bénéfice de milliers de jeunes qu’il a pourtant formés au plus haut niveau et à grand coût.

Mais ces mesures immédiates ne suffiront pas, tant les enjeux dépassent aujourd’hui le seul cadre des laboratoires et touchent la société toute entière. Il est temps d’ouvrir enfin un dialogue approfondi avec des citoyens bien plus matures, plus éduqués qu’il y a trente ans. C’est en rendant aux scientifiques leur liberté de creuser des pistes originales, de s’aventurer dans des territoires inexplorés, en les incitant à travailler en mode coopératif, que nous pourrons jeter les bases d’une démocratie scientifique sans laquelle il ne sera pas de société écologique. Articuler ces exigences à un engagement gouvernemental assumé et durable, responsable mais ambitieux, tels sont les enjeux. Les sciences et la société ont tout à y gagner.

 —————————

Laurent Audouin, maître de conférence, université Paris-Sud, délégué enseignement supérieur et recherche auprès d’Eva Joly ;

 

Marie Blandin, sénatrice du Nord (EELV), présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat ;

 

Marc Lipinski, directeur de recherche CNRS, conseiller régional Ile-de-France (EELV) ;

 

Sandrine Rousseau, maître de Conférence, université de Lille-I, vice-présidente enseignement supérieur et recherche du Conseil régional Nord Pas-de-Calais (EELV).

Les instances d’évaluation scientifique: élection, nomination, cooptation ? Une discussion entre Nathalie Heinich et Christian Topalov

A la suite d’un appel à candidatures diffusé le 9 janvier 2012 par le SNCS et le SNESup en vue des élections à la section 36 (sociologie, normes et règles) du Comité national de la recherche scientifique, Nathalie Heinich (DR CNRS sociologie) a écrit à Sophie Pochic (CR CNRS sociologie) et Christian Topalov (DE EHESS sociologie) le premier des messages qui suivent. Christian Topalov lui a répondu et s’est ainsi engagée une discussion dont les protagonistes ont pensé que, rendue publique, elle pourrait contribuer à nourrir la réflexion collective.

1. De: Nathalie Heinich

Chers et chères collègues,

Ce souci de moralisation vous honore, mais je continue à trouver  aberrante – et je ne suis évidemment pas la seule dans ce cas – cette  spécificité bien française qui consiste à composer une commission  d’experts (ce que sont les commissions de recrutement et de promotion du  CNRS) sur la base des affiliations syndicales et non pas de la compétence scientifique des membres. C’est là une infraction fondamentale aux règles de fonctionnement du monde scientifique, dont je ne connais pas d’autres exemples ailleurs – sinon peut-être dans les ex-régimes soviétiques? Il y a là une confusion navrante entre recrutement scientifique et gestion des organismes de recherche, qui subordonne la qualité de l’expertise des candidatures aux opinions politiques des membres élus – opinions sans doute respectables mais qui n’ont strictement rien à faire dans une instance d’évaluation des compétences scientifiques!

C’est la raison pour laquelle je refuse de voter aux élections du comité national, en attendant qu’un sursaut collectif des chercheurs du CNRS permette de mettre fin à cette situation ridicule.

Avec mes salutations,

Nathalie Heinich (DR1 en sociologie).

2. De: Christian Topalov

Chère Collègue,

Je vous remercie d’avoir pris la peine de faire cette déclaration, qui ne me surprend pas car c’est là une position que vous exprimez publiquement depuis longtemps.

Je crois qu’elle repose sur des malentendus que je voudrais essayer de décrire. Je n’imagine pas que je peux vous convaincre, mais le dialogue contradictoire me semble toujours une bonne méthode, votre message en témoigne. Je risque d’être un peu long, accordez-moi votre indulgence.

Les candidatures aux élections des sections du comité national, dans les collèges chercheur et enseignant-chercheur, sont individuelles. Il ne s’agit nullement d’un scrutin de liste, comme dans le collège ITA. Rien ne vous empêche, rien n’empêche n’importe quel collègue de s’y présenter. Edgar Morin l’a fait il y a quelques années. Il a été élu haut la main, mais il n’a pas beaucoup fréquenté les réunions, sans doute parce qu’une personnalité scientifique de ce niveau est très occupée.

Il est vrai qu’il se trouve que la plupart des candidats sont soutenus par une organisation syndicale ou une association. Dans un monde qui n’est plus tout-à-fait régi par des relations de face à face, comment pourrait-il en être autrement ? Ainsi, on a vu en section 36 des candidatures soutenues par l’ARESER (une association proche de Pierre Bourdieu), par Qualité de la science (une association où l’on méprise cordialement les syndicats), par les syndicats de la FSU ou par la CFDT.

Pour une raison de droit (candidatures individuelles) et une raison de fait (diversité des organisations soutenant ces candidatures individuelles), il est tout à fait inexact de parler de monopole syndical dans ces élections. Je ne commenterai pas votre allusion à l’Union soviétique, qui ne me surprend pas dans la bouche d’un Allègre ou d’un politicien de l’UMP, mais me désole dans celle d’une collègue que j’estime.

Il me reste à vous dire pourquoi je pense que les syndicats, et notamment le mien, jouent un rôle utile dans cette affaire.

Tout d’abord, leurs membres et les collègues qu’ils soutiennent aux élections du comité national sont des scientifiques qui en valent bien d’autres. S’ils paraissent incompétents aux électeurs, ceux-ci ont le loisir de ne pas les élire.

Ensuite, le soutien syndical offre une certaine garantie d’indépendance par rapport à l’administration du CNRS dont le poids se fait souvent lourdement sentir au détriment des missions du comité national. En outre, il favorise à la fois l’indépendance par rapport aux cliques dont le milieu scientifique est tissé, et une certaine intégrité personnelle. Pourquoi ? Parce que les élus soutenus par le SNCS doivent rendre compte de leur action, sous diverses formes, devant leurs électeurs. Entendons-nous bien: le soutien du syndicat n’est ni une condition nécessaire ni une condition suffisante à l’indépendance et à l’intégrité. Les contre-exemples, au fil du temps, ne sont pas exceptionnels, mais globalement ce n’est pas trop mal.

Enfin, j’aimerais rappeler qu’un syndicat ne recrute pas sur la base de ce que vous appelez une “opinion politique”. A moins que vous ne considériez comme telle le refus des orientations fondamentales du sarkozysme universitaire et de leur déclinaison au CNRS ? Je pense au contraire que, quelles que soient les préférences partisanes de chacun (ou l’absence de telles préférences) nous pouvons nous retrouver dans un combat commun pour résister aux malheurs qui frappent l’enseignement supérieur et la recherche depuis 2007, voire avant. S’il existe encore un CNRS qui ne soit pas réduit à être une “agence de moyens”, essayez de ne pas oublier que c’est grâce à un combat opiniâtre des personnels, soutenu fermement par un comité national où les élus que vous décriez si fort ont joué un rôle crucial.

Avec mes cordiaux sentiments.

Christian Topalov

3. De: Nathalie Heinich

Cher collègue,

Je vous suis sincèrement reconnaissante d’avoir pris la peine de me répondre: le dialogue est rare dans ce type de désaccords, et donc précieux. C’est pourquoi je vais me permettre, à mon tour, de vous expliquer en quoi vos explications ne me convainquent pas entièrement.

1. Certes, vous avez raison de m’objecter qu’il n’y a pas de “monopole syndical” dans ces élections, qui ne se font pas sur scrutins de listes. Mais cela n’empêche pas qu’il me paraît anormal de faire apparaître, dans une candidature à une mission d’expertise scientifique, une appartenance syndicale qui, par définition, n’a rien à voir avec les compétences à détecter et promouvoir les meilleurs chercheurs – puisque c’est bien là le rôle essentiel des commissions de spécialistes du CNRS. L’expertise scientifique a ses règles propres, qui n’ont pas à être confondues avec l’exercice démocratique de la liberté d’expression ou le contrôle des travailleurs sur le fonctionnement de leur entreprise.

2. Certes, mon allusion à l’Union soviétique manque un peu de finesse, mais j’entendais par là une tendance à la soumission du travail scientifique (ou, en d’autres domaines, artistique) aux institutions politiques, autrement dit un défaut de reconnaissance de l’autonomie du monde académique. Le système soviétique en a été une illustration particulièrement caricaturale, mais elle existe aussi, sous des formes plus modérées, dans nos sociétés démocratiques – et notamment au CNRS.

3. Qu’il faille être vigilant sur les possibles dérives des politiques de recherche menées par nos gouvernants est une conviction que je partage avec vous. Mon désaccord porte sur les contextes où exercer cette vigilance: autant le syndicalisme a, de ce point de vue, toute sa place dans les instances de gestion ou de “gouvernance” d’un organisme de recherche ou d’enseignement supérieur, autant je ne vois pas ce qu’il vient faire dans une commission d’expertise scientifique. C’est ce mélange des genres qui me paraît un dévoiement inacceptable de cette noble tradition qu’est le syndicalisme.

4. Quel mal y a-t-il à cela, direz-vous? Les syndicats, selon vous, seraient vertueux dans ces commissions en tant qu’ils seraient tenus de “rendre des comptes”. Mais quels comptes? Il me semble qu’un président de commission qui, tout simplement, “rendrait compte” de ce qui s’y est décidé serait largement suffisant. Or cette vertu sinon discutable, du moins minime, a pour contrepartie un énorme vice: celui d’ajouter au poids des clientélismes celui de l’appartenance syndicale. Tout le monde est au courant de ces “petits arrangements entre amis”, qui se font forcément sur le dos des chercheurs qui n’ont pas pris la précaution de s’inscrire dans un réseau. Nul besoin d’être sociologue pour comprendre comment ces choses-là fonctionnent! Et comme dans tout clientélisme, c’est la qualité du recrutement qui en pâtit – c’est-à-dire non seulement l’intérêt individuel des chercheurs portés par leur seul mérite (permettez-moi d’utiliser ici ce mot devenu impur, alors même qu’il est l’un des grands acquis de la Révolution française!), mais aussi le bien commun de la collectivité, qui paie pour la qualité de la science.

5. N’importe quel praticien des commissions de spécialistes, dans n’importe quel domaine (recherche, université, culture…), sait parfaitement que la logique démocratique du choix des experts à la majorité ne devrait pas y avoir sa place, car elle implique forcément l’homogénéisation selon le courant dominant, alors même que la détection des meilleurs talents exige une pluralité des sensibilités, une attention aux innovations et aux marges. Une bonne commission – tout le monde le sait – doit être composée des meilleurs spécialistes dans des domaines et des tendances aussi variés que possible: ce qui exige des nominations bien pensées, discutées, raisonnées. Soit tout le contraire d’une élection sur la base des proximités idéologiques, des sympathies personnelles, des “on dit que”. Bref: appliquer à la sélection des meilleurs spécialistes la logique électorale qui a sa place dans l’exercice des droits du citoyen est un absolu contre-sens quant à la spécificité du monde scientifique. Encore une fois, on écrase l’autonomie de la recherche sous les procédures en usage dans le monde politique. Ce sont là des logiques qui ont chacune leur légitimité, mais aussi leur spécificité: les mélanger est une erreur grossière – qui nous ramène encore une fois (pardonnez-moi) à un passé que nous aimerions tous – je l’espère – voir révolu… Et face à cette confusion des rôles et des arènes, je dois avouer que je me sens beaucoup plus protégée par les “nominations” effectuées par l’administration que par les élections pilotées par les syndicats! Et ne croyez pas que je sois une horrible “droitière”, vendue à la “direction”, aux “gouvernants” ou au “grand capital”: j’estime seulement qu’il y a place, dans la culture de gauche, pour le respect de l’autonomie des pratiques, du bien commun, de l’émulation, et même de l’excellence! (que l’on appelle aussi “élitisme républicain” – mais pourra-t-on encore utiliser ce terme sans se faire renvoyer dans les rangs des méchants?)

Voilà: je ne sais pas si je vous ai convaincu, mais vous m’avez au moins permis d’expliciter mon point de vue – ce dont je vous remercie, encore une fois, bien sincèrement.

Nathalie Heinich.

4. De: Christian.Topalov

Chère Collègue,

Merci de votre réponse qui a le grand mérite de clarifier, me semble-t-il, la nature du différend. Je formulerai celui-ci à ma manière en deux points.

Le premier est peut-être mineur : il s’agit de votre utilisation du terme “expert”. C’est le vocabulaire que les nouvelles instances d’évaluation et de pilotage sont en train d’essayer de nous imposer : l’ANR recrute des “experts” pour juger les projets, Bruxelles l’avait précédée dans cette voie, l’AERES munit ses comités de visite d’un “guide de l’expert” et nous serions, dans les comités de lecture de nos revues ou dans nos jurys, rien moins que des “experts”.

Que nous soyons, dans l’ensemble, compétents dans nos domaines respectifs, je l’espère. C’est cette présomption qui nous rend éligibles à participer à l’évaluation de nos pairs, de leurs travaux, de leurs projets. Mais cela fait-il de nous des “experts” ? Accepter ce coup de baguette magique symbolique, c’est oublier, je pense, une caractéristique fondamentale de la science: elle est construite sur la controverse, elle est validée par le libre débat public au sein des communautés savantes. L’autorité attribuée à l'”expert” repose sur une double supercherie : faire croire que les savants sont toujours d’accord entre eux, faire le silence sur la procédure de l’arbitrage entre leurs opinions. Ce dernier point est crucial dans les machines que la politique actuelle a mises en place : les “experts” remplissent leurs fiches et l’administration décide.

À vous lire, vous ne partagez pas cette vision de la science, même si vous en adoptez le lexique. Nous pouvons donc, je pense, nous accorder sur le fait que nous avons besoin d’évaluations élaborées de façon collective, contradictoire et publique, au sein d’instances considérées comme légitimes par la communauté au nom de laquelle elles portent des jugements et devant laquelle elles ont à répondre.

Ce qui m’amène à la seconde différence d’opinion entre nous, cruciale celle-là. Vous imaginez qu’il existe une autorité scientifique supérieure, éclairée et bienveillante, qui aurait la capacité, le désir et la légitimité nécessaire pour nommer des experts incontestables parce que les meilleurs d’entre nous. Je serais bien curieux de savoir quelle elle pourrait bien être.

Voyez les nominations au CNU par les services du ministère: elles privilégient lourdement les amis du pouvoir politique, ce qui les rend parfois scientifiquement scandaleuses. M. Maffesoli, ami de Mme Pécresse qui dirigea naguère la « thèse » d’une astrologue et fut distingué en 1992 par le grand prix des Sciences humaines de l’Académie française, assorti de ses épigones, a régné de 2007 à 2011 sur la section 19, ne l’oublions pas, avec les conséquences déplorables que l’on sait.
Les nominations au CoNRS de la direction du CNRS peuvent parfois être critiquées pour les mêmes raisons. Les gouvernements de droite en particulier ont longtemps puisé dans le vivier de Paris IV pour peupler les sections. Les nominations de M. Kaspi jadis, de M. Hombert par la suite en section 36 ont constamment assuré le contrôle de M. Boudon ou de ses amis sur la section. Contrairement au cas évoqué plus haut, ce n’est pas indigne, mais c’est anormal du point de vue du pluralisme auquel nous sommes attachés. Et je parierais volontiers que les nominations de M. Bourdelais seront gouvernées par le souci que les sections de SHS accompagnent fidèlement les orientations autoritaires que cette direction est chargée de mettre en oeuvre.
Il faudrait aussi parler des jurys d’admission du CNRS, où le poids des nommés fait que le directeur général obtient à peu près ce qu’il veut. M. Migus était orfèvre en la matière et expliquait dans ces instances que “les sections doivent comprendre que ce ne sont pas elles qui font la politique du CNRS”.

Cela vaudrait la peine de visiter par ailleurs les jurys constitués par l’ANR pour distribuer la manne virtuelle du grand emprunt. Tous nommés, dans la plus totale opacité, et pilotés sans fard par les bureaucrates “modernisateurs” aujourd’hui aux manettes: les tractations qui ont conduit aux derniers arbitrages en matière de LabEx sont notoires, comme l’est aussi le fait que les décisions en matière d’IdEx ne sont évidemment pas prises par le “jury international” mais par le ministre.

Alors vers qui se tourner ? L’Académie des sciences morales et politiques ? C’est l’institution qui nomme le jury du prix Claude Levi-Strauss, qui récompense chaque année d’une coquette somme de 100 000 euros le meilleur d’entre nous, et ce jury, très homogène idéologiquement, semble s’être donné pour mission de promouvoir les cognisciences.

Soyons réalistes : l’autorité scientifique supérieure indépendante, dont vous attendez la nomination d'”experts” incontestables n’existe pas. Il ne reste donc qu’à faire confiance au jugement et à l’intelligence des communautés savantes elles-mêmes pour qu’elles désignent par l’élection ceux qu’elles considèrent comme dignes d’être, pour un temps limité, leurs représentants pour porter des jugements scientifiques.

Il y a des cas, c’est vrai, où l’élection peut aboutir à la tyrannie d’un courant dominant: au CNRS cela s’est vu jadis en anthropologie (section 38), communauté de taille très réduite et organisée alors en un duopole; c’est aussi le cas aujourd’hui en science économique (section 37), où le mainstream a désormais presque totalement éliminé ses concurrents. Mais il faut souligner que dans les deux exemples évoqués (et notamment dans le second), les nominations, loin de corriger la tendance, l’ont aggravée. Je ne pense pas, toutefois, que ce soit très fréquent, car nos communautés de SHS sont suffisamment diverses et traversées de clivages, voire de conflits, pour que cette diversité se reflète dans celle de leurs élus.

Si, dans une instance de jugement scientifique, les élus sont largement majoritaires, veillent à l’indépendance des décisions et à des normes exigeantes en matière de qualité des procédures, rapports et débats, alors, bien entendu il peut être positif que des collègues nommés par l’administration se joignent à eux.

C’est à mon avis selon de tels principes qu’il faudrait non seulement restaurer les compétences du CoNRS et du CNU, mais qu’il faudra reconstruire demain l’ensemble du dispositif d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur dans notre pays. J’espère que l’année 2012 sera celle où nous ouvrirons ensemble ce grand chantier et qu’elle nous donnera l’occasion de poursuivre la discussion.

Avec mes cordiaux sentiments.

Christian Topalov

5. De: Nathalie Heinich

Cher collègue,

Merci d’accepter de poursuivre ce dialogue.

Les deux points que vous soulevez sont en effet cruciaux, mais nous divergeons sur la façon de les appréhender.

Concernant l’expertise: il est de bon ton aujourd’hui, dans la gauche radicale, de pourfendre le “règne des experts”, qui seraient forcément au service du “pouvoir”. C’est ignorer une caractéristique fondamentale des activités n’ayant pas le profit comme mission principale, telle la recherche ou la culture: c’est que leur fonctionnement repose sur l’allocation de fonds publics, et que cette allocation ne peut se faire sans évaluation de ceux qui sont les plus à même de remplir leurs missions (je n’ose dire les plus “méritants”, tant ce terme est devenu impur à gauche). La mesure des résultats financiers n’étant pas, par définition, le bon critère pour une telle évaluation, il faut bien se fier aux qualités professionnelles. Or celles-ci, étant fortement spécialisées, ne peuvent être évaluées par des juges extérieurs à la discipline: il faut des gens qui s’y connaissent – c’est-à-dire des pairs. Bref: l’évaluation par les pairs est- vous le savez aussi bien que moi – une condition incontournable du fonctionnement de nos activités. C’est ce qu’on appelle l’expertise, qu’il s’agisse d’articles pour des revues scientifiques, de projets de recherche ou de recrutements et promotions. Ce n’est donc pas le principe de l’expertise qu’il faut critiquer, mais ses modalités concrètes de mise en oeuvre. Et là, en effet, nous sommes d’accord sur bien des défauts, auxquels il faut remédier. Mais on ne le fera pas en contestant le bien-fondé de l’expertise académique.

Second point: qui doit désigner les experts? C’est le nerf de la guerre. Dans maintes universités étrangères de haut niveau (parmi elles, c’est vrai, des universités américaines: est-ce un affreux péché?), les conseils scientifiques recrutés par l’administration parmi les meilleurs professeurs ou chercheurs (car il existe des moyens pour les repérer: publications, réputation internationale, activités scientifiques…) sont souverains pour constituer des commissions par disciplines, en s’appuyant sur leur connaissance du milieu de façon à obtenir des jurys pluriels et de qualité. Il s’agit donc d’une cooptation raisonnée sur la base d’une sélection des plus performants (et oui: nous sommes en concurrence, que vous le vouliez ou non, au moins pour l’accès à la reconnaissance de nos pairs: c’est ce qu’on appelle aussi l’émulation). Une autre formule existe, qui a cours en France au Centre National du Livre (que je connais bien pour y avoir enquêté puis siégé): des membres de l’organisme qui connaissent bien le milieu en question (littérature, sciences humaines, arts etc.) choisissent un président de commission, avec lequel ils élaborent une liste d’experts, si possible représentatifs de tendances aussi variées que possible. Et ces experts, au moment de quitter leurs fonctions (trois ans maximum), pourront eux aussi, éventuellement, conseiller l’administration sur la nomination des successeurs. C’est donc un mixte de nomination administrative par des connaisseurs du milieu et de cooptation par les pairs. Ce n’est pas parfait (aucun système ne l’est – un peu comme la démocratie, n’est-ce pas?) mais c’est certainement mieux qu’une élection à l’aveugle, qui ne fera qu’amplifier, mécaniquement, la domination des courants les plus en vogue. Voilà comment je vois les choses: rien de machiavélique a priori (sauf dans un système clientéliste où l’administration ne chercherait qu’à placer ses pions, au détriment du bon renom de l’institution), rien non plus d’angélique. En d’autres termes: un compromis, c’est-à-dire la voie de l’intelligence.

Je ne vois pas, en tout cas, comment on peut continuer à faire confiance au système actuel d’élection sur des listes syndicales qui ne tiennent aucun compte de la position des candidats dans l’espace de la discipline. Sans compter que le silence indécent du syndicat impliqué dans les récents scandales de la section sociologie du CNU n’incite pas à faire confiance à des responsables syndicaux aussi peu soucieux du minimum de déontologie!

Bien cordialement,

Nathalie Heinich.

Naissance d’un blog : La précarité au quotidien dans l’enseignement supérieur et la recherche, (Collectif P.E.C.R.E.S.)

Après l’enquête…
Ce blog s’inscrit dans la continuité de l’enquête par questionnaire lancée par le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Etude des Conditions de travail dans la Recherche et l’Enseignement Supérieur) au cours de l’hiver 2009-2010, dont les résultats ont été publiés dans le livre présenté ci-contre, Recherche précarisée, recherche atomisée. Cette enquête avait pour but de rendre visibles les conditions de travail et de vie des personnes travaillant dans l’ESR dans un statut d’emploi précaire voire illégal (CDD, vacation, travail gratuit, troc, etc.).

… à vous de prendre la plume.
Pour raconter, faire savoir, révéler ce qui ne se dit jamais ou trop peu. L’expérience de la précarité se vit souvent dans la solitude, alors qu’elle est partagée par beaucoup de monde (environ 50 000 personnes dans l’ESR). Elle ne suscite pas beaucoup d’émoi de la part de ceux et celles qui en sont protégé.e.s alors que l’ensemble des acteur.trice.s de l’ESR devraient se sentir concerné.e.s par sa réalité, puisqu’elle affecte le travail de tou.te.s et crée de grandes inégalités entre les personnes. L’exposé des situations, et leur accumulation, est nécessaire pour qu’un tableau précis de la précarisation de l’ESR éclate au grand jour, donne lieu à une prise de conscience collective de son ampleur, et devienne une question centrale à résoudre.

Ce blog est un espace libre de récits personnels et anonymes.
Racontez vos expériences pour qu’elles ne se perdent pas dans le silence. Soyez le plus factuel possible : personne n’a besoin de savoir qui vous êtes, en revanche précisez les contextes, les dates, les durées, les montants des rémunérations (s’il est question de cela), les personnes impliquées (sans les nommer, mais désignées par leur statut dans l’ESR), et bien sûr tout ce qu’il vous semblera utile de dire, expliquer, dénoncer. Pour situer votre propos, nous vous conseillons de donner votre âge, la discipline ou le service dans laquelle/lequel vous travaillez, et toutes caractéristiques qui vous sembleront pertinentes pour la contextualisation de vos lignes.

Mode d’emploi : http://pecres.hautetfort.com/