3. Isabelle Clair et Annick Kieffer La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche PDS7 240211

Les suites de l’Enquête Précarité : un livre pour dénoncer la précarisation des personnels et des savoirs

Isabelle Clair : je vais commencer par une rapide genèse de l’ouvrage que l’on vient de terminer sur la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche pour expliquer d’où vient cette initiative, comment s’est-elle construite et pour quelles raisons ?

Genèse de l’enquête

Au point de départ de cette enquête se trouvent là aussi les mobilisations universitaires du printemps 2009. La coordination nationale des laboratoires en lutte[1] avait fait notamment un appel au comptage des précaires dans les laboratoires pour avoir une idée du nombre qu’ils représentaient, avec le sentiment que cela concernait beaucoup de monde et était en voie d’accroissement important du fait des réformes en cours. Donc, localement, sur un site du Cnrs, qui se trouve rue Pouchet, dans le 17° arrondissement de Paris, qui est un site de SHS rassemblant essentiellement des sociologues et des historiens, on a pris cet appel au sérieux. Et comme on était beaucoup de sociologues, on ne s’est pas contenté de faire du comptage. On a fait un questionnaire en se disant que c’était un moyen de connaître les conditions de vie et surtout de travail réelles des précaires du site. On a été très surpris, pas tant des résultats mais de la proportion de précaires qu’il y avait sur notre site. Pour vous donner une idée, on est à peu près 60 statutaires CNRS (pour environ 20 enseignant-e-s chercheur-e-s) et il y a 60 précaires qui ont répondu à notre enquête. Ce nombre n’est pas représentatif de la proportion de précaires à l’échelle nationale mais ça dit quelque chose de cette population-là. Ça a été une action très importante localement parce que de nombreux précaires ne se retrouvaient pas dans les appels à la mobilisation de 2009. Ils disaient que les thèmes de mobilisation concernaient les maîtres de conférences, les professeurs, les chercheurs, mais rien ne concernait la situation des précaires. Ça a été l’occasion d’inclure de façon plus importante ces personnes qui ne se reconnaissaient pas dans cette mobilisation. Et puis, pour la construction du questionnaire, il a fallu que des gens de générations très différentes, de métiers différents, de statuts ou non-statuts différents, discutent entre eux et découvrent ce qu’est la précarité en 2009. Et finalement, les plus jeunes qui se trouvaient dans cette situation, ont pu découvrir à cette occasion que la précarité n’était pas un phénomène nouveau en écoutant des plus anciens parler des années 80. Cette expérience a été jugée très intéressante et on s’est dit que cela valait peut-être la peine de la reproduire à un niveau national et on a proposé à l’intersyndicale de développer une enquête qui soit plus large et touche l’ensemble du territoire.

C’est ce qui s’est passé. L’enquête a été construite, un petit groupe s’est constitué qui est à peu près celui qui a écrit le livre aujourd’hui. On s’est auto-dénommé le « collectif PECRES », Pour l’Etude des Conditions de travail dans la Recherche et l’Enseignement Supérieur.

Les modalités et visées de l’enquête

On a lancé une enquête par internet. C’était une façon de toucher un maximum de gens qui tenait compte du fait que de nombreux précaires n’avaient pas de lieu de travail fixe.  Et puis parce que l’outil internet est très utilisé dans le milieu de la recherche. Ça a bien fonctionné. Nous avons recueilli 4400 réponses dont 1000 les trente-six premières heures. On a bien senti qu’il y avait une forte attente de ce côté-là. L’enquête visait à obtenir une vision de la situation des chercheurs mais également de tous les métiers de la recherche que l’on oublie souvent et qui sont très oubliés d’une façon générale, y compris parmi les statutaires, qui sont donc très oubliés dans la dénonciation de la précarité p.e. lorsqu’elle est traitée par les médias, sur le thème « ces surdiplômés qui sont précaires, c’est scandaleux ». Des autres, il n’en est pas question. Donc, pour nous il était très important de rétablir l’équilibre. Il était important d’entrer dans les conditions de travail dans la recherche et l’enseignement supérieur par la précarité. Ce qui n’est pas simple parce que du coup ça écrase de nombreuses autres aspérités. On a essayé de montrer l’importance du phénomène en fonction des disciplines et des métiers, mais il importe pour nous d’entrer par la précarité entendue comme condition commune, et non par les particularités dues aux trajectoires personnelles différentes les unes des autres.

Après dépouillement de l’enquête, nous avons rédigé un rapport qui a été rendu public en février 2010, qui décrivait au plus près les résultats de l’enquête. Le questionnaire est axé sur les pratiques, les conditions matérielles des gens avec des commentaires libres à la fin du document. On s’est dit que ça valait la peine de présenter cette enquête autrement, c’est à dire par la voie d’un livre pour lui assurer un autre type de diffusion, en rapport avec les pratiques et la culture du milieu professionnel en question. Et puis nous voulions aussi monter un peu en généralité par rapport à l’enquête elle-même, c’est à dire passer de la simple description des conditions de travail des précaires, donc de la précarité matérielle, que l’on a décrite dans le livre, car c’est le point le plus important, à l’idée de précarisation, non seulement des personnels, mais de la production et de la transmission des savoirs. L’idée du passage au livre a été essentiellement motivée par cela. C’est à la fois donner les résultats bruts, parce que c’est ça qui compte du point de vue des individus, mais montrer également les effets que cela a dans les relations de travail d’une façon générale et finalement les effets induits dans la production et la transmission de la recherche. Ceci pour souligner que tout le monde est concerné et pas seulement les précaires. Ce sont les métiers dans leur ensemble qui se trouvent redéfinis.

Annick Kieffer : Une des premières choses à laquelle nous avons été confrontés, c’est l’estimation des précaires dans la recherche et l’enseignement supérieur.

Le développement  de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Nous savions par les bilans sociaux des organismes de recherche qu’il y avait une forte explosion de la précarité, notamment depuis la création de l’Agence Nationale de la Recherche. Au Cnrs, p.e., l’augmentation entre 2006 et 2008 hors-doctorants, est de 17% pour les personnes physiques qui ont été embauchées au Cnrs et de 33% en équivalent temps plein. C’est un peu plus lorsqu’on prend en compte l’année 2009. Dans le même temps, les effectifs de titulaires au Cnrs diminuent. On a une variation de 1,5% entre 2006 et 2008, qui se poursuit les années suivantes. On est donc bien face à une explosion de la précarité.

On constate le même phénomène à l’Inserm, avec une croissance des précaires qui atteignent maintenant à peu près 40% des personnels salariés de cet organisme. En revanche, nous ne disposons pas de chiffres pour les universités dans la mesure où il n’y a pas de bilans sociaux globaux. Il faudrait consulter les bilans sociaux de chaque université. Parmi les sources, nous avions le rapport de l’OST (Observatoire des Sciences et des Techniques)[2], mais qui ne s’intéressait qu’aux chercheurs et pas à l’ensemble des précaires, qui touchent toutes les catégories de personnels. On est face à une impossibilité d’estimer précisément la précarité dans les universités. On pense qu’elle atteint entre 20 et 25% des personnels de ces établissements. Ce n’est par conséquent pas du tout un épiphénomène et, d’autre part, on assiste à une explosion récente de la précarité dans l’ensemble de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Cette forme n’est pas nouvelle. Quand on regarde l’histoire de la recherche et de l’enseignement supérieur, on voit bien qu’il y a eu des phases en accordéon. La recherche s’est développée d’ailleurs par des emplois qu’à l’époque on n’estimait pas précaires, en-dehors des enseignants qui eux étaient titulaires d’une chaire. Dans les années soixante-dix, on a eu une explosion des emplois qu’on appelait « hors-statut » dans les disciplines nouvelles, essentiellement en sociologie et en ethnologie avec chaque fois une lutte des personnels qui a amené des plans d’intégration de « hors-statuts » qui se sont réalisés au début des années quatre-vingt, au moment de l’arrivée de la gauche au pouvoir et de la titularisation parallèle des contractuels du Cnrs et des organismes de recherche. On a eu un plan d’intégration qui a duré plusieurs années. Puis d’autres formes de précarité sont apparues. On  a donc à la fois des mouvements de précarisation puis d’intégration des précaires dans un statut de titulaires et à nouveau un développement de la précarité. La nouveauté apportée par la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) est la volonté de réduire le nombre de fonctionnaires et pour cela de développer la précarité et de mettre en place de nouveaux types de statuts sous forme de CDI. Il ne s’agit pas pour le gouvernement de réduire la précarité mais bien plus de moraliser et d’encadrer des formes d’emplois qui représentent désormais une part très importante de l’emploi dans le secteur.

Précarisation des emplois comme nouvelle norme de l’activité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Avec la politique actuelle de déclin des organismes de recherche et de montée en puissance des universités, à en croire la direction du Cnrs (et je crois que c’est la même chose à l’Inserm), on pourrait assister à une régression des CDD. Les directions des organismes ont décidé de ne pas renouveler le nombre de CDD à hauteur dans les organismes. On pourrait s’en réjouir en pensant qu’ils veulent par-là mettre fin à la précarité. En réalité il faut mettre cette mesure en rapport avec le déclin programmé du Cnrs. En effet, à partir du moment où les unités vont être gérées par les universités, il reviendra bien aux universités de recruter les précaires qui, jusqu’à présent, l’étaient par le Cnrs. En fait on va assister à un transfert vers l’université d’une partie de la précarité qui existait au Cnrs. Le discours justifiant la précarisation est assez ancien. Les discours de ce type qui sont apparus dans les années 80 et 90 stigmatisaient les chercheurs recrutés à vie au prétexte que l’on ne serait pas productif tout au long de sa vie professionnelle. Il fallait donc trouver des formes nouvelles. Ce qui passe tout d’abord par un temps d’épreuve plus long. Le temps de la thèse ne suffit plus. Par conséquent, on crée des post-doctorats pour les jeunes chercheurs. Mais cette politique est également en concurrence avec un nouveau mode d’organisation de la recherche par appels d’offres où en fait, ce n’est plus la recherche de long terme qui est valorisée, mais des recherches pour une durée limitée, sur trois ans si possible et avec un recrutement de personnels qui travaillent uniquement sur cette durée.

La précarité, c’est également la variable d’ajustement. Il est facile ainsi de réduire, d’une année sur l’autre, le nombre de précaires. C’est également une possibilité, dans le cadre de l’autonomie des universités, de développer l’emploi sans augmenter le nombre de fonctionnaires et notamment pour assurer une partie des cours. Nous avons été frappés, nous qui sommes Cnrs et connaissons assez mal les universités, par l’importance que revêtait la précarité chez les enseignants-chercheurs dans les disciplines littéraires, en particulier. Cela représente donc également une plus grande flexibilité au niveau économique.

Isabelle Clair : On ne va pas couvrir ici l’ensemble des thèmes abordés dans l’enquête. Ce qu’on voulait dire pour finir, en relation avec le thème du séminaire, consacré à la professionnalisation, c’était de montrer en quoi la précarité était une forme de professionnalisation dans l’exclusion.

La précarité comme forme normale d’activité

Ce qui est très important pour comprendre son impact dans la vie des gens, c’est la discontinuité des revenus, la discontinuité des contrats, la recherche de contrats, les délais, enfin, tout ce qui participe aux conditions de la précarité. Il convient de dire aussi, fortement, que la précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur n’est pas uniquement une affaire de post-doc, et ce n’est pas seulement non plus une phase transitoire. Ce sont des « carrières » qui peuvent s’installer dans la durée. C’est devenu une perspective d’emploi. Ce n’est pas juste un moment dans la vie et cela concerne tous les métiers et d’abord, en premier lieu, les catégories d’ouvriers et d’employés, c’est à dire les catégories B et les catégories intermédiaires qui sont les premières en fait à être touchées et le plus massivement par cette précarisation. Celle-ci revêt notamment la forme de l’externalisation de pans entiers d’activités : la restauration, l’entretien, mais aussi la gestion des ressources humaines, l’informatique, enfin beaucoup de fonctions qui sont ainsi sorties du statut.

Les « précaires » : un « non-statut» insoutenable mais cependant durable et…appelé à se développer

Ce qui nous semblait important par rapport à tout ça, à la fois dans le rapport et dans le livre, c’est de dire qu’évidemment cette situation avait des effets marqués au niveau des personnes et des relations de travail, et qu’il y avait là une formation à l’exclusion ; matérielle d’abord, parce que beaucoup de précaires non seulement gagnent mal leur vie mais peuvent avoir des liens très distendus avec leur milieu de travail : ils n’ont pas forcément de bureau, pas de matériel. Cela a des répercussions évidentes même sur leur sociabilité professionnelle, y compris sur leurs perspectives d’éventuelle entrée dans le statut, puisque se constitue un cercle vicieux. Mais l’exclusion se fait aussi en termes de représentation dans les instances électives. D’abord, soit parce que ce n’est pas possible, ce n’est pas pensé. Soit, quelquefois, on a bien pensé qu’on a des précaires qui étaient là depuis un petit moment et que ce ne serait pas mal qu’ils aient voix au chapitre pour certains sujets. Mais en fait on s’aperçoit que pour mettre cela en place concrètement, c’est compliqué. Les gens qui sont là pour six ou huit mois, comment fait-on pour leur construire un mandat ? Ensuite, au nom de quoi ? On ne va pas instaurer une catégorie « précaire » dans la mesure où cette situation regroupe des métiers très différents : en quoi, p.e., un-e chercheur-e précaire pourrait-il parler au nom d’un-e secrétaire précaire ? Il y a aussi une résistance très grande de la part des précaires, et qui se comprend très bien, c’est que la précarité, le « non-statut » précaire, c’est aussi un stigmate. Cela ne se résume pas seulement à être moins bien payé, moins bien loti, etc. Dans un métier où le statut de titulaire est dominant, et donc légitime, ne pas avoir ce statut, c’est ne pas être achevé, c’est être suspecté d’être moins bon. Cela renvoie à beaucoup de choses comme cela en termes de légitimité. Cela s’entend aussi dans le discours des statutaires, qui peuvent être réticents à la mobilisation contre la précarité, en arguant du fait que tout le monde a passé  le concours et que les statutaires ont obtenu leur poste de la sorte. Il y a comme ça un rapport de force qui s’établit et qui se retrouve dans la vie quotidienne des gens et dans les relations de travail. On voit très bien qu’aux hiérarchies qui existent déjà dans le milieu évidemment, s’ajoute une hiérarchie entre précaires et statutaires. Quels que soient les métiers, quelles que soient les places occupées, il y a quelque chose qui fait qu’une dépendance très forte se crée entre les deux et des exclusions qui se créent de la sorte. Le tout présente des effets sur le travail et la diffusion de la recherche qui affectent l’ensemble des métiers. C’est une chose sur laquelle les gens qui ont répondu à l’enquête insistent fortement : impliquer les statutaires dans leur mobilisation, une mobilisation encore faible, mais qui est en train de grossir puisque l’année 2010 a été marquée par plusieurs mobilisations locales difficiles et ils appellent les statutaires à se mobiliser avec eux, sur la base de l’argument selon lequel, au-delà de leur propre condition, c’est l’ensemble des métiers et des statuts qui sont affectés.


[1] http://obspm.flext.net/cnrs-en-lutte/

[2] http://www.obs-ost.fr/

2. Pierre Dubois Les Instituts d’enseignement supérieur PDS7 240211

« Sortir le cycle Licence de l’université et créer des Instituts d’enseignement supérieur »

Les Instituts d’Enseignement Supérieur : Une réforme impossible ?

La réforme que je souhaite ne verra pas le jour de mon vivant. A la fois, j’y crois profondément et je n’y crois pas une seconde, parce que c’est une réforme trop ambitieuse. En fait, cette réforme créant les « Instituts d’Enseignement Supérieur » est une idée qui m’est venue au début du mouvement universitaire de 2009, afin de faire bouger les lignes sur les différents objets du conflit.

Je me suis dit que cette réforme était issue de la réforme protestante au début du XVI° siècle. A ce moment-là, tout d’un coup, on commence à organiser des études contre l’université. Ceci se réalise avec l’arrivée des Jésuites qui prennent en charge l’enseignement secondaire, le trivium et  le quadrivium. Le baccalauréat, qui était le premier grade universitaire, délivré par les maîtres, s’est finalement distingué de ce qui suit dans l’université de l’époque moderne, la licence, maîtrise et puis le doctorat. Le lycée Jean Sturm, à Strasbourg, est ouvert en 1538, avant même la création d’une université dans cette ville. A Reims, ce sera le collège royal Henry IV au XVII° s. lors de la contre-réforme. Ce n’est qu’au début du XIX° s. que Napoléon institutionnalise le lycée. J’espère que la réforme que je souhaite ne va pas demander également deux siècles et demi avant de voir le jour.

Retour sur les formations supérieures professionnelles créées dans les lycées et les universités

Cette réforme aurait pu être mise en œuvre depuis 1959, date de la création des brevets de techniciens supérieurs (BTS) pour former des professions intermédiaires nécessaires à l’activité économique du pays, à côté des filières de formation des futurs cadres proprement dites. Mais cela n’a pas été le cas. Cette voie de formation des techniciens supérieurs est créée dans les lycées. Elle est l’une des quatre voies qui existe encore aujourd’hui : 233 000 étudiants sont inscrits en STS (Sections de techniciens supérieurs), auxquels s’ajoutent 45 000 apprentis, ce qui fait un total supérieur à 300 000. Une deuxième voie post-bac est créée en 1966, au niveau des universités cette fois, via les DUT (Diplôme universitaire de technologie), une formation en deux ans. A la création des DUT, il avait été annoncé que ceux-ci allaient progressivement se substituer aux STS. C’est à dire d’assurer cette formation dans un cadre universitaire et non plus dans celui des lycées. C’est ce qui se passe. Les effectifs de DUT progressent, ceux de STS diminuent. Mais arrive 1982 et les premières lois de décentralisation. Les régions peuvent désormais dire leur mot sur l’offre de formation et la carte des formations. Donc, à partir de 1982, on constate que les effectifs de DUT et de STS progressent chacun de leur côté et se concurrencent sur le territoire, puisque l’implantation de STS et de départements de DUT est largement influencée par les collectivités territoriales. Mais les DUT sont des diplômes qui dépendent du ministère de l’enseignement supérieur, les BTS relèvent de l’Education nationale et les régions ont bien plus à dire sur l’ouverture de BTS que sur celle de départements de DUT, même si elles exercent des pressions qui feront que dans certains cas on se retrouve avec les deux types de formations dans une même ville. Le plus bel exemple de gaspillage d’argent public que j’ai vu est représenté par la ville de Figeac, 9 000 habitants. Cette ville possède un IUT de plein exercice, avec trois départements, deux lycées, avec des classes de STS, et chaque fois DUT et STS, dans le domaine de la production industrielle liée à l’avionique, Figeac étant rattaché à l’académie de Toulouse. Comment une ville de moins de  10 000 habitants peut-elle avoir un IUT de plein exercice et plusieurs classes de STS avec des effectifs qui ne sont pas de dix élèves dans les classes ? C’est a priori surprenant. Mais il se fait que l’ancien député-maire de Figeac est aujourd’hui président de la région Midi-Pyrénées, ceci expliquant cela. Même s’il y a des coopérations entre ces STS et le DUT, le fait que cela existe dans deux types d’établissements différents crée des problèmes et des situations qui ne sont pas indispensables.

Voilà donc deux des voies. Je ne ferai pas l’histoire des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), elles sont dans les lycées. Il y a trois voies, comme vous le savez : scientifique, économique et commerciale, et enfin littéraire et sciences sociales. Et puis, il y a la fameuse licence universitaire qui, depuis les arrêtés de 2002, est devenue une licence en trois ans, le DEUG disparaissant. On a quatre voies post-bac.

La réforme à venir de la licence

Les mois qui viennent vont être cruciaux, L’alliance entre Valérie Pécresse et l’UNEF, une alliance qui a déjà eu lieu au moment de la LRU, également lors des arrêtés de 2002, se reforme pour la révision des textes de 2002 sur la licence, c’est à dire la création du LMD. On va vers une réforme de la licence. J’ai lu la dernière lettre de la CPU[1] dans laquelle celle-ci se déclare hostile à la refonte des arrêtés de 2002. On va donc trouver un front Unef-Pécresse contre les présidents d’université avec, pour ce qui est de la licence, l’idée qu’il faut avoir des licences pluridisciplinaires. Ce qui est une revendication qui vise à corriger l’éclatement de l’offre de formations. Ce dont on prend la mesure lorsque l’on sait que les élèves de terminale qui font leurs vœux en ce moment et jusqu’au 21 mars 2011 sur le portail admission post-bac, où ils doivent présenter 36 vœux et les hiérarchiser, se retrouvent avec potentiellement 365 diplômes différents face à eux. Cela veut dire qu’il y a 10 085 possibilités pour les futurs étudiants actuellement en terminale. L’offre de formations est illisible. Donc, grosso modo, la réforme qui pourrait avoir lieu avant l’été, à l’initiative de V. Pécresse, serait une réforme qui recentraliserait ou renationaliserait, c’est à dire inclurait des contraintes nationales plus fortes en termes d’intitulés des diplômes, de simplification de l’offre. Les universités n’auraient plus la possibilité de construire les contenus de licence. On comprend alors aisément pourquoi la CPU y est hostile, Ainsi, chaque fois que V. Pécresse parle d’autonomie, cela veut dire qu’elle fait faire à celle-ci un pas en arrière.

Les faiblesses de la licence actuelle

La demande porte sur des licences qui sont pluridisciplinaires, c’est à dire qui ne sont pas tubulaires sur une discipline donnée, avec cinq grands domaines, qui sont déjà dans le LMD : santé, science et technologie, droit économie gestion, lettres arts et langues et puis sciences humaines et sociales. Et en même temps, V. Pécresse et l’Unef disent qu’il faut que la licence prépare à l’emploi. Comment peut-on concilier les deux : une licence pluridisciplinaire avec un enseignement adossé à la recherche et une préparation à l’emploi au sortir de la licence ? De mon côté, je dis que la licence générale n’a pas de marché du travail aujourd’hui et qu’elle n’en aura pas. Combinant tout ça, je dis aussi que la licence universitaire est morte. Il ne faut pas essayer de la relever. On ne pourra y mettre que des rustines. Le rapport de l’IGAENR sur les licences[2] est très sévère. En effet, faire du tutorat tient à la bonne volonté des enseignants. Les référents individuels, les semaines de pré-rentrée, un peu d’orientation après un mois de cours. J’ai vu à Grenoble récemment une quarantaine d’étudiants qui sont à l’université depuis un mois et qui ne se sentent pas à l’aise dans la licence qu’ils ont. On voit des projets de réorientation tout à fait étonnants : des gens en première année de licence de langues qui veulent faire un DUT informatique ou des étudiants en DUT informatique qui veulent faire une licence de philosophie après avoir suivi un mois de cours. Le tout sachant qu’il n’y a pas de réorientation possible sur Grenoble. Il y a un seul DUT qui commence au deuxième semestre, ce qui donne la possibilité de ne pas perdre une année. Les boursiers perdent forcément une année parce que s’ils ne vont pas aux cours dans lesquels ils sont inscrits, ils perdent leurs bourses. Il est donc temps d’arrêter de mettre des rustines sur les quatre filières de l’enseignement supérieur. Pour les CPGE littéraires et de sciences sociales, on ouvre les écoles de commerce et de gestion puisque la probabilité pour un élève de prépa en filières littéraire et de sciences sociales d’intégrer une des trois ENS (école normale supérieure) est extrêmement faible. Faire des prépas partenariales entre les universités et les prépas des lycées revient exactement à donner tout le pouvoir aux lycées. Donc les CPGE vivent leur vie. Il y a le lobby des professeurs de prépa. En effet, les professeurs de prépa qui sont titulaires de chaires de prépa gagnent bien plus que les professeurs d’université classe exceptionnelle. D’où le lobby. Concernant les STS, les taux de succès pour les bacheliers professionnels sont extrêmement faibles. Moins d’un bac pro sur deux obtient son BTS, alors qu’ils sont de plus en plus nombreux à s’inscrire dans cette filière. Ce qui fait que 48% des étudiants de BTS issus d’un baccalauréat professionnel sortent de l’enseignement supérieur sans diplôme. Il y a une réforme des BTS qui est en cours, une sorte de « LMDisation » du BTS, c’est à dire la création de crédits compensables entre eux (sur le mode des ECTS du LMD). On a bien-sûr aussi le lobby des IUT qui veille à préserver les ressources propres de ces établissements. L’association des directeurs d’IUT et l’association des présidents d’IUT, ces derniers étant des membres d’entreprises qui président le CA, ont ainsi demandé à faire sécession, c’est à dire à créer une agence des DUT répartissant les crédits de l’Etat et décidant elle-même de l’implantation des départements d’IUT. Et puis pour la licence, on a ce fameux plan licence qui a largement échoué.

De quoi les « Instituts d’Enseignement Supérieur » peuvent-ils être la solution ?

Tout ceci me conduit à penser qu’il serait bon de faire la réforme que je propose, laquelle a plusieurs arguments qui plaident en sa faveur. Il s’agit de créer 600 instituts d’enseignement supérieur (IES), comprenant entre 2000 et 2500 élèves, qui seraient répartis dans toutes les métropoles régionales, mais aussi dans toutes les villes moyennes et grandes. Ainsi la carte des IES seraient à peu près la même que celle des BTS ; les STS ont en effet une plus grande diffusion sur le territoire que les départements d’IUT.

Un IES conduit à différentes mesures importantes. La première consiste à faire disparaître la licence. On fusionne alors les STS et les IUT. Ce qui permet de revoir et de simplifier les 70 spécialités de STS et 40 de DUT. Il y a des spécialités de STS qui regroupent moins de 500 étudiants dans toute la France. La plus grande étant « commerce et vente », avec 45 000 étudiants. Mais on a aussi des DUT de « techniques de commercialisation ». L’existence de tels doublons n’est pas raisonnable. Et puis, il convient de sortir les CPGE des lycées.

Une formation organisée en deux voies

L’IES est un établissement d’enseignement public à part, qui se situe entre, d’un côté, le lycée et, de l’autre, l’université et les grandes écoles. Tout IES est organisé en deux voies : une voie que j’appelle « longue », en trois ans, la licence, qui est un élargissement des CPGE. Afin de pourvoir les études universitaires de master et doctorat, il faut élargir la base d’élèves des CPGE et donc réformer les CPGE elles-mêmes. On dit que la licence doit s’appuyer sur la recherche. A ma connaissance, les élèves de classes préparatoires aux grandes écoles ne sont pas tellement préparés à la recherche alors qu’ils constituent le vivier de recrutement des maîtres de conférences d’aujourd’hui, ce qui est quand même un peu étrange.

Je propose donc une voie longue et puis une voie professionnelle, celle qui serait issue de la fusion des STS et des DUT, une voie professionnelle en trois ans. Chaque IES doit avoir au moins deux voies longues et deux vois professionnelles pour permettre des passerelles à l’intérieur du même établissement. Prenons l’exemple d’un IES qui a une voie longue sciences de la santé et puis sciences et technologie, et parallèlement une voie de licences professionnelles du secteur santé et puis du secteur scientifique et technique. Il importe que la voie longue et la voie professionnelle soient dans le même établissement de telle manière que les réorientations et les passerelles soient possibles. Or, je viens de lire l’article consacré par le journal Le Monde à l’échec de la réforme de la 1° année de santé[3]. C’est l’année pendant laquelle on prépare aux quatre concours possibles : médecine, pharmacie, odontologie et sage-femme. Au bout d’un semestre, le problème est celui qui se pose aux étudiants, y compris les redoublants, qui constatent que leurs notes ne leur donnent aucune chance de réussir le passage en 2° année, qui repose sur numerus clausus, en fonction du nombre de places de médecins, de pharmaciens ou de dentistes que l’on veut atteindre. Le problème tient à ce qu’il n’y a pas de réorientation après le premier semestre car, à l’inverse des prépas privées, les universités ne l’ont pas organisée. Ainsi les gens qui décident d’abandonner la 1° année de sciences de la santé vont aller dans le privé pour ne pas perdre une année, faute pour les universités d’avoir prévu une réorientation. On exige d’elles qu’elles mettent en place ces réorientations à partir de l’année 2012-13.

La présence des voies professionnelles et des voies longues dans un même établissement rend les passerelles plus faciles entre les deux voies que d’un établissement à l’autre.

Les arguments opposés à la création d’IES

Voilà donc le schéma général. Alors, s’agissant maintenant des arguments opposés, je n’ai pour l’instant rencontré personne qui ait exprimé un jugement favorable à ce projet d’IES. Ce sont plutôt des mises en garde, selon lesquelles un tel projet ne peut réussir du fait du refus des lobbies des CPGE, des IUT et des enseignants-chercheurs qui veulent avoir tout de même des étudiants en 1° cycle, parce que s’il n’y a plus de 1° cycles dans les universités, cela devient difficile pour les doctorants, les ATER, les chargés de cours, les jeunes maîtres de conférences et les professeurs agrégés et certifiés de faire cours. Les agrégés sont le fer de lance de l’enseignement supérieur, dans les Classes préparatoires, dans les STS, dans les IUT et aussi dans les licences universitaires.

La CPU affirme qu’il faut que l’enseignement de licence soit adossé à la recherche. Et l’argument s’arrête là. Or, que veut dire un enseignement qui soit adossé à la recherche ? Première acception possible, on peut vouloir dire par là qu’il s’agit d’un enseignement qui tient compte des résultats de la recherche. Bien évidemment, oui. Je suppose qu’en classes préparatoires scientifiques, les professeurs agrégés qui y enseignent actualisent leurs cours en fonction des derniers résultats de la recherche dans leur domaine de compétence. C’est la raison pour laquelle on fait des manuels. Il est clair qu’on peut le faire dans n’importe quel type d’établissement. On le fait en particulier dans les classes préparatoires, donc on peut le faire dans les Instituts d’Enseignement Supérieur.

La deuxième acception possible de la formule selon laquelle l’enseignement en licence doit être adossé à la recherche, est que l’enseignement soit dispensé par des enseignants-chercheurs. Ce point peut se discuter également. Pourquoi des enseignants-chercheurs seraient-ils les seuls à faire un enseignement qui s’appuie sur la recherche ? Pour ma part, je pense qu’il faudrait que dans les IES n’enseignent que les professeurs agrégés. Cela veut dire que je mets en extinction le corps des maîtres de conférences. (Là aussi vous voyez que ça n’a aucune chance de se réaliser.) Il faut bien entendu changer à ce moment-là le concours de l’agrégation. Le fait qu’il n’y ait pas d’agrégation dans toutes les disciplines n’empêche pas d’en créer de nouvelles, comme on l’a fait très régulièrement au cours des deux derniers siècles. Bien entendu, il faut que les agrégés qui enseigneraient dans ces IES soient des gens qui ont été formés à la recherche, puisque c’est parmi eux que l’on va recruter les professeurs d’université. En bref, je ne suis pas persuadé qu’il faille nécessairement faire appel à des enseignants-chercheurs pour articuler l’enseignement à la recherche.

La troisième acception possible de la formule peut vouloir signifier la mise en œuvre d’un enseignement à et par la recherche. Un tel enseignement suppose l’instauration d’une pédagogie en licence qui soit tout à fait différente de celle qui a cours aujourd’hui. Notamment il faut passer beaucoup plus de temps à faire des travaux dirigés et des travaux pratiques, il faut qu’il y ait une initiation à la recherche. La recherche doit être maturée, il faut donc passer beaucoup plus de temps que le faible nombre d’heures d’enseignement qui sont dédiées à la licence aujourd’hui. Par conséquent, je trouve cet argument relativement faible parce qu’il n’a pas de profondeur : personne n’explicite ce qu’est un enseignement adossé à la recherche.

Les arguments en faveur de la création d’IES

Maintenant, si je m’intéresse aux arguments qui plaident en faveur de la création des IES, il y en a un certain nombre. S’agissant des universités de recherche, master et doctorat ainsi que grandes écoles, on est actuellement dans un processus de regroupement d’universités, qui est fait de manière souvent incohérente. Est ainsi posée la question de l’intérêt des pôles de recherche et d’enseignement (PRES) qui sont censés mutualiser certaines compétences que leur accordent leurs membres fondateurs. Il faut regarder de près ce qui est mutualisé. Ce sont effectivement les écoles doctorales : on devient docteur du PRES X, plutôt que docteur de l’université X. On signe ensemble toutes les publications. Pour l’heure le récent rapport de la cour des comptes[4] est assez étonnant. Quelle est la valeur ajoutée des dépenses qui ont été faites pour les PRES ? Pour l’instant, il n’y a aucune valeur ajoutée prouvée. Est-ce que ça produit plus de docteurs ? Forcément, si l’on se met ensemble, ça produit plus. Est-ce que ça produit des docteurs de meilleure qualité ? C’est une question qui se pose. Est-ce que ça produit plus de publications valables ? Alors, mécaniquement, ça produit plus de choses valables puisque chacun signe désormais sous la même identité commune.

Il va y avoir une autre forme de regroupement, encore plus sophistiquée et idiote que le reste, ce sont les Idex (Initiatives d’excellence). La gouvernance de ces Idex est complexe et obscure. La constitution de ces Idex a parfois été sous-traitée à des sociétés privées qui ont fait directement les projets en langue anglaise, puisqu’on n’est pas capable dans les universités d’écrire des projets en anglais et que le jury va être international. Ces Idex associent privé et public, alors que les écoles de commerce sont en concurrence avec les écoles de management des universités. C’est une chose qui sera ingouvernable.

Pour ma part, je suis partisan de la fusion des universités. Strasbourg l’a réalisée, Aix-Marseille est en train de la faire, Lorraine la réalise et Montpellier aussi. Je vois à terme 15 à 17 universités. Des Idex, au nombre de 5 à 7, comme le veut le gouvernement, est une idée stupide, parce qu’on peut déjà les désigner. Elles sont toutes faites. Le jury international, est superflu. On sait celles qui vont sortir du panier immédiatement. Il faut donc une fusion, et on ne peut pas la faire avec des universités qui comptent 100 000 étudiants. Aix-Marseille va en avoir 85 000, ce n’est pas possible. Si on laisse le 1° cycle dans ces universités, il va être encore plus massacré, puisque les indicateurs de performance vont porter largement sur la recherche, un peu sur le taux de succès aux examens. Mais ça n’a pas de sens de faire des méga-universités de 100 000 étudiants. C’est la raison pour laquelle il faut sortir le cycle de licence pour avoir une quinzaine d’universités de 20 à 25 000 étudiants. Il faut une université à peu près dans chaque région, à quelques exceptions près. On ne peut pas humilier les régions quand on donne du pouvoir aux conseils régionaux. Il ne serait pas raisonnable que la Bretagne et la Normandie n’aient pas une université. Or, les universités qui vont avoir les Idex ne sont pas à l’ouest ni au nord, elles sont à Strasbourg jusqu’à Montpellier, plus Paris bien entendu.

Un des arguments des IES est la fusion qui représente un choix raisonnable. La France est un petit pays au niveau de la recherche aujourd’hui. Il lui faut être davantage visible à l’échelle internationale. Par ailleurs, un des indicateurs de performance du système, repris dans chaque loi de finance, est que 50% d’une génération soit diplômée de l’enseignement supérieur. On en est aujourd’hui à 42%. Et ce chiffre stagne depuis le début des années 2000. Pour accroître ce pourcentage la seule possibilité est de faire monter en puissance les bacheliers professionnels. Tous les bacheliers généraux poursuivent dans l’enseignement supérieur, 85% des bacheliers technologiques en font de même, par contre la proportion est moindre pour les bacheliers professionnels. Ils ne sont pas pris dans les filières sélectives. Ils échouent à 48% dans les STS. Ils ne sont pas pris dans les DUT. Si vous les admettez à l’université, le seul lieu où il n’y a pas de sélection à l’entrée, ils sont assassinés : moins de 4% des bacheliers professionnels obtiennent une licence. Il faut donc des établissements de proximité pour les bacheliers professionnels. Et puis, finalement, les IES sont un moyen de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur. La condition est d’améliorer la dépense par étudiant en l’homogénéisant dans toutes les filières vers le haut et non vers le bas.

Les conditions de l’alliance entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et le principal syndicat étudiant

Pour conclure je dirai : soyons fou, faisons une réforme historique plutôt que de faire du replâtrage. C’est ce que fait V. Pécresse. Elle n’a pas de vision stratégique globale de l’enseignement supérieur. Elle procède par petits coups avec une tactique fort savante qui consiste à occuper le terrain continûment. Pas un mois sans effet d’annonces nouvelles. En ce moment, son chantier, c’est la réforme de la licence. Elle aura comme alliée l’UNEF, puisque l’UNEF tient le même langage sur ce dossier. L’UNEF va s’allier parce que Pécresse va dire : pas de sélection à l’entrée en licence ; pas de relèvement des droits d’inscription ; et puis, on va faire des efforts pour professionnaliser. En matière de professionnalisation, dans son communiqué Pécresse ne parle pas d’instaurer de stages en licence ; heureusement, parce qu’on ne peut quand même pas avoir des stages pour deux millions trois cent cinquante mille étudiants en France. Cela représenterait un coût énorme s’il fallait gratifier les stages. Si l’on veut instaurer des stages en licence, il y a une voie pour cela, c’est la licence professionnelle. J’en ai dirigé une à Marne la vallée. C’est un excellent diplôme pour les étudiants.

Les mois qui viennent vont être intéressants. La CPU va défendre l’autonomie et va « s’indigner » une fois de plus du fait qu’elle n’est pas consultée par la ministre. Pourtant Louis Vogel, son président, et également président de Paris-II, a appelé à voter Sarkozy aux dernières élections.


[1] http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4480

[2] Voir le rapport : www.educpros.fr/…/Rapport_sur_la_mise_en_oeuvre_du_plan_pour_la_reussite_en_licence.pdf

[3] Laetitia Clavreul et Philippe Jacqué, « L’échec en première année de médecine n’est pas jugulé », Le Monde Vendredi 25 février 2011, p.11

[4] http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4466