1. Michel Agier Introduction « Nouvelle production du savoir et formation des communautés scientifiques dans les rapports Nord/Sud » PDS8 100311

Cette séance porte sur un sujet qui m’a semblé important de proposer à mes collègues du collectif de coordinateurs de ce séminaire de Politiques des Sciences. Il doit en effet nous permettre d’intégrer deux éléments à la réflexion sur les transformations de la production du savoir. L’un sur lequel on s’est déjà assez fréquemment interrogé : qu’est-ce qu’une communauté scientifique ? Qu’est-ce qui la forme ? Vous savez qu’un des éléments qui est apparu il y a deux ans, à l’occasion du mouvement de 2009 contre la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche, est que les chercheurs et enseignants-chercheurs sont d’autant plus faibles qu’ils ne forment pas un corps social. D’où sans doute la difficulté que l’on a pu constater à faire valoir une position sociale et des revendications pour l’ensemble de la société, mais aussi d’être capable de s’organiser durablement face à un pouvoir. Ce point précis est abordé depuis un certain temps déjà par de nombreux collègues dans les enquêtes et la pratique. C’est en particulier le cas des collègues qui travaillent sur les communautés scientifiques des « pays du Sud », selon la formule consacrée. C’est la raison pour laquelle l’autre élément que je suis content d’apporter au débat dans la séance d’aujourd’hui, c’est celui des rapports Nord-Sud, comme on dit.

Cela concerne les politiques scientifiques des pays européens en direction des pays du sud. L’autre dimension est celle de savoir comment se forment des communautés scientifiques au sein de ces pays, à savoir : l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. Et puis s’intéresser à la manière dont des communautés scientifiques se forment pose la question théorique et politique des « diasporas scientifiques ». Je précise que, sur le plan anthropologique, mon travail sur les questions de lieux, de délocalisation et de déplacement, me rend assez réservé sur l’utilisation du terme de « diaspora », parce que cela voudrait supposer l’existence d’un territoire délocalisé ou d’une communauté délocalisée. Donc la question des diasporas scientifiques est importante. On peut l’aborder comme un concept qui nous ouvrirait un terrain d’enquête sur la question de savoir ce que deviennent les chercheurs des pays du sud quand ils se disséminent dans le monde, pour ceux qui peuvent le faire ? Est-ce qu’ils gardent leur ancrage local, national pour former des lieux de production du savoir dans leurs espaces locaux et nationaux ? Ou bien, est-ce qu’ils se globalisent individuellement ou en groupe ? Est-ce qu’ils finissent par être complètement globalisés, un peu à la manière de la globalisation selon Appadurai, et perdraient-ils finalement leurs ancrages et leurs intérêts locaux et nationaux ?

Voilà les questions que l’on peut essayer d’aborder, parmi bien d’autres, au cours de cette séance. J’ai invité trois collègues. Rigas Arvanitis est directeur de recherche à l’IRD, sociologue, rédacteur en chef de la revue d’Anthropologie des Connaissances[1]. Dominique Vinck est professeur des universités en sociologie à l’université de Grenoble. Ses recherches portent sur la sociologie des sciences et de l’innovation. Et enfin, le troisième intervenant est Patrice Yengo, qui est anthropologue à l’université Marien Ngouabi de Brazzaville et chercheur associé au Centre d’Etudes Africaines à l’EHESS et un des animateurs de différents groupes, diasporas et organisations de chercheurs africains hors d’Afrique.

Je vais passer la parole dans l’ordre à Rigas Arvanitis, Dominique Vinck et Patrice Yengo[2].


[1] Revue en ligne accessible à l’adresse suivante : http://www.ird.fr/socanco/

[2] Cette contribution n’a pas pu (encore) être mise en ligne. Elle est accessible en version audio.

2. Rigas Arvanitis “La « nouvelle production du savoir » dans les pays non-hégémoniques” PDS8 100311

Merci de cette invitation qui nous donne l’occasion de présenter un certain nombre de réflexions à partir de travaux empiriques que l’on mène en ce moment et depuis vingt ans dans une équipe qui était dédiée à l’analyse des communautés scientifiques dans les pays en voie de développement. Cette équipe a démarré en 1984 à l’ORSTOM et est en train de s’effilocher gentiment, comme l’ensemble de l’IRD d’ailleurs.[1]

Communauté scientifique et système de la recherche mondialisé

Contrairement à mon habitude, je ne vais pas commencer par définir ce qu’est une communauté scientifique mais je vais essayer de donner quelques éléments au sujet de ce que l’on est en train d’observer aujourd’hui. Par rapport aux années 80, on constate un grand changement qui tient à la conscience que tout le monde a d’appartenir à un grand système mondial de la recherche. C’est une conscience assez nouvelle. Ce n’est pas qu’elle n’existait pas auparavant, mais les modes de communication et de publication actuels font que les gens qui travaillent dans la recherche se sentent plus directement concernés par la communication avec leurs collègues partout dans le monde. Cette géographie de la recherche est très inégalitaire, très hiérarchisée, avec des centres très forts qui forment beaucoup de gens et qui aussi imposent un certain nombre de thématiques de recherche. Cette hiérarchie passe non seulement entre les pays mais également entre les disciplines. C’est un système que nous avons qualifié, Philippe Losego et moi-même, de « système hégémonique ».[2] On a essayé de s’intéresser à un certain nombre de pays dont on ne dira pas qu’ils sont en voie de développement, parce qu’ils ne le sont pas toujours. On parlera plutôt de pays qui sont « non-hégémoniques » dans le sens où, d’une part, ils ont peu d’influence sur « l’agenda scientifique » au niveau mondial –dans la mesure où les thématiques sur lesquelles travaillent les chercheurs de ces pays sont définies ailleurs– et, d’autre part, ce sont des pays non-hégémoniques dans le sens où ils n’ont pas d’instruments financiers forts qui agissent au niveau mondial. Ils ont des instruments financiers généralement localisés, promus habituellement par les conseils nationaux de la recherche, qui se limitent à une consolidation des équipes nationales, mais qui ne peuvent pas lancer de nouvelles thématiques au niveau mondial ou assez rarement.

Le mythe d’une recherche conduite par des individus

Ce système mondial de la recherche attribue des rôles et ces rôles sont toujours individuels. On ne parle jamais d’équipe, de collectif, ni de laboratoire. On parle de gens, d’individus, d’auteurs. Or, p.e. si je me réfère aux travaux de David Pontille, l’auteur est ou représente toujours un collectif. Dans les analyses de la revue Scientometrics, ou les analyses –basées sur la bibliométrie– de ce système mondial, ce sont toujours des auteurs individuels dont on parle. Ce qui se traduit par un effacement de l’organisation collective locale de la communauté scientifique. Il s’agit malgré tout d’une double question parce que, pour les chercheurs sur place, il est vital d’avoir un milieu dans lequel échanger et, d’autre part, il est également vital d’avoir des conditions satisfaisantes pour réaliser de la recherche.

Les travaux p.e. que Roland Waast[3] a mené en Afrique à la fin des années 90 début des années 2000, montraient bien que les chercheurs africains, au moment où les institutions académiques ont cessé de payer leurs salaires, sont devenus des prototypes du « mode 2 » de production des savoirs, comme disait Gibbons[4], c’est à dire du nouveau « mode de production des savoirs », d’un savoir très appliqué, vendable, commercialisable, d’un savoir de consultant plus que de chercheur. Si bien que c’était en Afrique plutôt qu’en Europe ou aux Etats-Unis que l’on trouvait ce « mode 2 ». Ce n’est pas un paradoxe qui serait le fruit du hasard. C’est un paradoxe qui vient de ce modèle généralisé qui est véhiculé par plusieurs institutions. Il s’agit des agences de financement, dont l’Union européenne, mais pas seulement ; la NSF (National Science Foundation)…, le NIH (National Institutes of Health), p.e., au Moyen-Orient, a créé entièrement les conditions pour réaliser tous les travaux sur la santé publique qui sont finalement complétement inféodés aux thématiques définies à Washington. Certaines agences parviennent à tellement bien définir les thèmes qu’elles captent la quasi-totalité du personnel de recherche des grandes universités. P.e., à l’université libanaise, plus de la moitié des professeurs travaillent comme consultants pour l’ESCWA (Economic Commission for Central and West Asia, organisme des nations unies) ou pour les autres organismes des Nations-Unis, l’UNDP (United Nations Development Programme) ou l’UNEP (United Nations Environment Programme). Ce sont des travaux qui ne retombent jamais dans la recherche. Ce sont des travaux individuels, financés individuellement.[5] On se trouve alors dans une sorte de mécanique dans laquelle l’appel pour la commercialisation du savoir, le besoin de connaissance des institutions et des agences internationales, sont en train de miner complètement la possibilité de création d’équipes locales dans les universités et les centres de recherche publics de plusieurs pays non hégémoniques.

Ce modèle des agences repose sur un mécanisme fort, qui est bien-sûr le financement, mais aussi cette idée que la recherche finalement est faite par des gens brillants. En fait, on revient à une sorte de modèle pré-XIX° siècle du « génie » du chercheur, au lieu d’avoir ce qu’on observe quotidiennement ici, dans ce bâtiment où nous nous trouvons en ce moment, dans le « Triangle de la Connaissance » à Paris, des collectifs dans lesquels des gens se nourrissent d’échanges et participent à des échanges académiques.

La quantification de la reconnaissance de la fonction recherche

Il faut voir aussi que dans la plupart des pays dont je parle ici, que ce soit au Liban, en Tunisie, au Maroc, au Mexique, au Brésil, en Argentine, pour citer des pays qui ont très fortement restructuré leur appareil de recherche dans les cinq dernières années, se pose le problème de la reconnaissance de la fonction recherche. Je travaille au Liban. Pour plusieurs de mes collègues qui s’y trouvent en ce moment, le fait de se soumettre à l’évaluation quantitative de produire six papiers en six ans – ce qui est la norme pour être promu du rang d’associate professor à celui de full professor -, est une norme qu’ils trouvent plutôt bonne. Le fait qu’il y ait des outils d’évaluation quantitative forte qui forcent les gens à publier dans les revues internationales de langue anglaise, est plutôt bien accepté. Y compris par des gens qui sont des dissidents, p.e. dans les relations internationales, comme les sciences politiques, qui regroupent plutôt des chercheurs individuels, et qui m’ont dit dans les dernières interviews que je faisais[6], que cette pression était plutôt positive parce que ça leur permettait d’avoir une réflexion plus exigeante.

Au Mexique, la création des Cuerpos Académicos a eu lieu il y a cinq ans. Des chercheurs ont été responsables de la création de ces corps académiques au sein des universités, dont l’essentiel du travail consiste à structurer des grands laboratoires et équipes et à différencier ceux qui, dans l’université, sont uniquement des enseignants de ceux qui sont des enseignants-chercheurs. La création de ces corps s’est beaucoup appuyée sur un mécanisme quantitatif très dur qui a été d’abord mis en place au moment de la création du système national de recherche (Sistema Nacional de Investigadores).[7] Le SNI a été créé d’abord pour sauver les salaires des gens, pas du tout pour restructurer la recherche. C’était au moment de la catastrophe financière que le Mexique a connue dans les années 80. Il s’agissait de fournir un complément de salaire aux chercheurs, lequel complément est comptabilisé sur le nombre de papiers que les chercheurs publient. Un papier dans telle revue « vaut » tant de points. Les points accumulés sont convertis en dollars qui s’ajoutent au salaire. Ce système s’est imposé aussi dans les universités, qui ont créé leur propre système de comptabilisation des sursalaires. Cet exemple est intéressant, parce que ce système d’évaluation très précise de la fonction recherche selon le nombre d’articles et de livres publiés, de communications faites, etc., a été voulu par les chercheurs. Il n’a pas été du tout rejeté. Il a eu un effet de consolidation de la recherche. Actuellement, le système de recherche national au Mexique compte 15 000 personnes. On considère qu’il y a 35 000 enseignants-chercheurs à temps plein dans les universités mexicaines. Il y a environ 45% de la population qui est représenté dans le système national de la recherche. Cette différenciation a donc été voulue par les chercheurs.

Un deuxième point à souligner est que les chercheurs dans les pays non hégémoniques sont essentiellement des universitaires. Il y a assez peu d’instituts publics de recherche. Les enseignants-chercheurs consacrent en moyenne 40% de leur temps au maximum à faire de la recherche.[8] On a essayé de faire des statistiques un peu précises sur ce point. On a fait une grosse enquête en Amérique latine de laquelle il est ressorti que moins de 13% de gens déclaraient consacrer plus de 60% de leur temps à la recherche. L’essentiel du travail, c’est l’enseignement, et le travail intellectuel, mais ce n’est pas la recherche. Donc, tous les mécanismes qui permettent de donner de la reconnaissance à la fonction recherche sont plutôt accueillis favorablement par les chercheurs dans les universités de la plupart des pays que j’ai pu visiter ou dont je parle ce soir.

Le financement de la recherche

Deuxième problème, c’est la liaison entre la recherche et les universités, qui recouvre la question de l’institutionnalisation de la recherche et de la gestion des universités. C’est un problème essentiel, p.e. en France, puisque ce séminaire en est un petit peu la traduction. Mais il prend un sens très différent, je pense, dans des pays où justement la recherche se bat pour avoir son propre espace. Le cas exemplaire et typique, à mon avis, est représenté par la Tunisie. Grâce à deux trois personnes bien intentionnées, elle a mis en place un système de labellisation des laboratoires en donnant un budget stable pendant quatre ans à une équipe ou à un laboratoire. Ce qui s’est traduit par une multiplication par quatre de la production scientifique en moins de cinq ans. Actuellement la Tunisie est le plus gros producteur de science des pays du Maghreb, toutes disciplines confondues, les sciences humaines et sociales exceptées.[9] Mais dans les domaines de spécialité de la Tunisie, c’est à dire essentiellement les sciences biomédicales, cette stabilisation des budgets, ce contrat passé entre le ministère qui s’est engagé à garantir les budgets pendant une période de quatre ans, avec une obligation de rapport intermédiaire au bout de deux ans, a permis de stabiliser plus de deux cents laboratoires et équipes de recherche. Là aussi, cela a été voulu par les enseignants-chercheurs dans les universités.

Une autre grande différence entre ce qui se passe dans les pays hégémoniques et les pays non hégémoniques me semble être le financement. C’est même un critère, selon moi, de la définition même d’hégémonie. Aussi bien en Europe que dans les pays d’Amérique latine, du Moyen-Orient ou du Maghreb, les fonds publics nationaux assurent plus de 40% des budgets des laboratoires. Les institutions financent en Amérique latine environ un tiers du budget en plus. En Europe, ce chiffre est devenu très faible ; il tourne autour de 20%.[10] Le financement privé est très important en Europe, il est pratiquement absent dans tous ces pays.[11] La coopération internationale en Europe représentait jusqu’à 20% des laboratoires qui sont engagés dans des programmes de coopération et entre 10 et 12% pour les laboratoires qui se trouvent en Amérique latine p.e. et qui sont engagés dans des procédures de collaboration internationale. Ces chiffres sont tirés d’une enquête en cours sur les collaborations scientifiques internationales, collaborations dont on parle beaucoup dans les revues et les politiques, mais finalement qu’on étudie assez peu concrètement, matériellement. On a essayé de lancer une enquête mondiale.[12] Nous avons commencé par l’Amérique latine avec quelques quatre mille questionnaires. On se consacre maintenant aux pays méditerranéens avec le même nombre de questionnaires. D’ici six mois nous devrions sortir les premières publications sur ce sujet.

La communauté scientifique et le grand réseau mondial de la recherche

Ce que je voudrais dire, c’est que la plupart des travaux qui sont menés sur les collaborations scientifiques et de toutes ces interactions des laboratoires dans les pays non hégémoniques avec des pays puissants, sont avant tout des travaux de bibliométrie. Celle-ci renforce encore cette idéologie du chercheur individuel, des réseaux de collaboration individuels, des gens qui sont co-auteurs de papiers parce qu’ils sont sur les mêmes thématiques et qui ont donc une sorte d’« écologie » de la collaboration, un système autorégulé de la collaboration à l’échelle mondiale. Or, concrètement, dans les laboratoires, en sciences médicales, en physique, en chimie, en biologie, les choses ne se passent pas de la même façon. Il y a en effet tout d’abord, dans ces disciplines, le besoin de créer les conditions de la recherche. A ce sujet il est étrange de le rappeler parce que, dans les années 80, dans les textes des Nations Unis, on insistait sur le « capacity building ». Or, le terme a « rippé » et est passé sur les ONG. On a donc parlé de capacity building au sujet des ONG au lieu de parler des organismes publics de recherche. Le glissement sémantique témoigne d’un glissement d’intérêt, à tel point que Caroline Wagner[13], qui est une spécialiste du sujet, dit maintenant qu’un petit pays n’a rien d’autre à faire que de développer une stratégie de branchement sur le grand réseau mondial. Créer des structures nationales serait un non-sens, selon elle. Toute la notion d’institutionnalisation de la recherche, la création de statuts stables pour les chercheurs, la stabilisation du financement national, la création d’espaces de communication localisés dans lesquels les gens peuvent se retrouver à des distances géographiques proches entre la banlieue et le centre d’une ville et former une communauté scientifique effective, tout cela « passe à l’as » au nom de la grande science mondiale. Je caricature faute de temps pour développer et nuancer, mais c’est un petit peu ça quand même.

Toute cette idéologie du grand réseau mondial repose sur la négation de quelque chose de très important qui a lieu en ce moment même, qui est la reprise en main de la recherche par les Etats. Contrairement à ce que l’on peut penser, on n’est pas du tout dans un modèle individualiste. Ce dont je vous ai parlé : le SNI, la labellisation des laboratoires, la volonté exprimée y compris par des chercheurs d’avoir des outils d’évaluation quantitatifs, transparents, acceptés par tous –c’est-à-dire, tout le contraire de ce que nous, chercheurs français, voulons–, est en fait le signe d’une reprise en main par l’Etat des institutions de recherche. Et elle n’est pas due non plus à une sorte de volonté d’aller contre le grand système de la recherche mondial mais est due au fait que le fameux capacity building dont on parlait dans les années 80, a lieu maintenant. La raison en est qu’il a fallu du temps pour accumuler les moyens, les bâtiments, les ressources nécessaires pour créer les conditions de cette recherche et non simplement dépendre de la circulation des doctorants, ou bien des séjours à l’étranger ou encore de la participation à des conférences internationales ; toutes choses qui sont tout à fait essentielles pour les chercheurs, mais qui ne forment pas des chercheurs stables, donc des chercheurs producteurs dans leurs propres institutions de recherche.

Comment s’y prendre pour avoir des chercheurs producteurs ? Si je prends l’exemple de l’American University of Beirut,  où je travaille en ce moment, c’est une université qui a été créée en 1866 et a une très forte culture maison. Elle rassemble 717 enseignants-chercheurs qui publient beaucoup.[14] Cette université est responsable des trois-quarts de la production scientifique du Liban. Elle possède un hôpital universitaire qui est l’un des meilleurs au monde, adossé à l’une des meilleures facultés de sciences médicales qui est aussi reconnue comme l’une des meilleures au monde. Toute cette stabilisation de la recherche au sein de l’université s’est faite à la suite d’un énorme effort pour embaucher les gens, les conserver, leur donner des bons salaires, des bonnes conditions de travail. Cette université a une bibliothèque de rêve. Vous demandez un article et dans les dix minutes il est sur votre écran d’ordinateur. Cependant, ce n’est pas ce qui fait de l’AUB une bonne université, mais ce sont ces conditions qui font que les gens restent. C’est-à-dire qu’ils bougent, vont se former à l’étranger, reviennent et restent à l’AUB. C’est cela l’enjeu : les fixer.

C’est pour ça que je dirai que tout ce discours que l’on entend actuellement, selon lequel il suffit de se brancher sur le réseau mondial, qu’il suffit d’organiser la « circulation des savoirs » – concept qui est un cache-sexe pour parler du brain drain– fait l’impasse sur le fait que la recherche ne dépend pas d’une légitimation apportée uniquement par ce qui se passe à l’étranger mais repose également sur la consolidation du niveau institutionnel.


[1] Notre équipe a été intégrée cette année dans l’UMR 201 IRD-Paris 1. http://recherche-iedes.univ-paris1.fr/ Cela marque la fin de la seule équipe spécialisée en Europe sur la science dans les pays en développement…

[2] Losego, Philippe & Rigas Arvanitis (2008) ‘La science dans les pays non-hégémoniques’, Revue d’Anthropologie des Connaissances 2(3):334-42.

https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2008-3.htm

[3] Voir http://www.ur105.ird.fr/spip.php?article152 . L’étude Science en Afrique a été menée par Jacques Gaillard et Roland Waast et a porté sur une quinzaine de pays.  Les rapports sont disponibles on-line :, ‘L’état des sciences en Afrique ‘,(Paris: IRD) http://www.ird.fr/la-mediatheque/archives-et-bases-de-donnees/dossiers/l-etat-des-sciences-en-afrique

[4] Le livre ayant lancé ce terme est : Gibbons, Michael, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott & Martin Trow (1994) The new production of knowledge. The dynamics of science and research in contemporary society (London: Sage). Cf. une lecture critique de Dominique Pestre, « La production des savoirs entre académies et marché – Une relecture historique du livre : « The New Production of Knowledge », édité par M. Gibbons », Revue d’économie industrielle, 1997, vol. 79, pp. 163-174,

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rei_0154-3229_1997_num_79_1_1659

[5] Lire l’impressionnante enquête de Sari Hanafi (2011) ‘University Systems in the Arab East: Publish Globally and Perish Locally Vs. Publish Locally and Perish Globally’, Current Sociology vol. 59 :(à paraître).

[6] Programme de recherche commun entre l’UMR 201 de l’IRD-Paris 1, le Conseil national de la recherche du Liban et l’Université Américaine de Beyrouth (AUB), 2010-2012.

[7] Pour plus de renseignements sur ces systèmes au Mexique voir les travaux de Mina Kleiche-Dray, Rosalba Casas, Rebecca de Gortari, Etienne Gérard, Sylvie Didou ou Daniel Villavicencio.

[8] Estimation réalisée par notre équipe dans le cadre du projet EULAKS, enquête sur les pratiques de collaboration scientifique internationale, par Jacques Gaillard,  Anne-Marie Gaillard, Rigas Arvanitis et Mina Kleiche-Dray.

[9] Voir par exemple : http://www.estime.ird.fr/

[10] Estimations dans le cadre du projet EULAKS (publications à venir), 2010.

[11] C’est même le principal argument du Arab Knowledge Report 2010.

[12] Projet EULAKS et MIRA.

[13] Voir : Wagner, Caroline (2008) The New Invisible College. Science for Development (Washington D.C.: Brookings Institution Press ).

unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/un/unpan004392.pdf

[14] Chiffres de 2009-2010, dont 457 à temps-plein.

3. Dominique Vinck “Formation de communautés scientifiques : le cas de la Colombie” PDS8 100311

Je vais pour l’essentiel ne faire qu’illustrer les thèses défendues par Rigas Arvanitis. Il n’y a que sur quelques points que des nuances peuvent se faire jour. P.e., je suis étonné qu’il n’ait pas précisé, lorsqu’il a parlé du système de salaire au Mexique, qu’un problème se pose à son sujet. C’est le fait que maintenant que les professeurs arrivent à l’âge de la retraite, ils découvrent que les sursalaires parfois gigantesques qu’ils ont eus grâce à leurs publications, n’entrent pas dans le calcul de leur retraite. Celle-ci est calculée sur la base du salaire qui, lui, est devenu extrêmement faible. Et cela se transforme en une vraie crise, qui est très nette au Mexique et qui commence à faire des vagues dans d’autres pays d’Amérique latine qui ont instauré le même système.

En Colombie, on retrouve le même système avec des professeurs à l’université qui ont des salaires qui nous feraient rêver, nous, en France, et qui représentent en termes de pouvoir d’achat d’ici, cinq à six fois nos salaires. Mais cela représente des disparités énormes entre les salaires des enseignants selon leur université, leurs publications, etc.

Je vais juste donner quelques éléments d’information par rapport à la Colombie pour rendre quelque peu tangible cette réalité[1].

Par exemple, si on regarde la population des chercheurs en Colombie [planche 2], et des universités, qui regroupent l’essentiel des effectifs de chercheurs, on a seulement 3% des enseignants universitaires qui sont titulaires d’une thèse de doctorat. Ça fait un contraste radical par rapport à ce qui se passe chez nous où, en principe, le passage comme maître de conférences ou professeur est conditionné au fait d’avoir une thèse de doctorat. Or, là, le titulaire d’un doctorat est un cas un peu marginal. Pas dans toutes les universités. En effet, quelques universités concentrent la majorité des docteurs. Ce qui veut dire que bien des universités n’ont presque aucun enseignant ayant une thèse et même où fort peu d’enseignants ont un master.

Si on regarde les chercheurs inscrits dans le système national de la recherche, accessible via une base de données dans laquelle sont entrés les cv, les publications, etc., qualifiés en fonction d’une critériologie qui leur assure une reconnaissance officielle par le système national, on a seulement 9% des chercheurs reconnus en tant que tels dans le système qui ont une thèse de doctorat, 28% qui ont un master. L’immense majorité de ceux qui ont des thèses les ont faites à l’étranger.

Si on regarde le flux au cours des cinq dernières années, au niveau national, il y a en Colombie à peu près cinquante personnes qui reçoivent un diplôme de doctorat par an. A ce nombre, il faut ajouter trois cents Colombiens qui décrochent une thèse de doctorat à l’étranger. A nouveau, ces chiffres donnent une idée du flux, des proportions, mais aussi du fait que la formation doctorale est encore très fortement connectée au reste du monde. Les réseaux internationaux se font principalement avec l’Europe et les Etats-Unis. Pour l’instant le mouvement vers le Brésil, l’Argentine et la Corée, reste marginal, mais il pourrait devenir significatif à terme.

En termes de stock, il y a un total de cinq mille docteurs en Colombie. Pour faire une comparaison avec la France, p.e., à Grenoble il y a trois mille doctorants et je pense que l’on doit avoir pas loin de dix mille docteurs. Un tiers des docteurs provient des SHS.

Les chercheurs, comme je l’ai dit, sont essentiellement localisés dans l’université [planche 3]. C’est là que se fait la recherche. L’industrie ou les autres institutions publiques ne jouent qu’un rôle marginal en la matière. Ce qui est encore une situation qui n’est pas comparable à la France. En France, on a plusieurs institutions qui pèsent lourd sur la recherche : CNRS, CEA, INRA, INRIA…

On parle chez nous des changements qui s’opèrent, notamment via une déstructuration des organismes de recherche, une tendance à privatiser les universités. Si on regarde les créations d’universités en Colombie [planche 5], depuis la première, en 1580, jusqu’en gros au milieu des années quatre-vingt-dix. On note que de 1580 à 1825, ce sont essentiellement des universités privées, qui sont représentées en mauve sur le graphique du powerpoint. Privé, à cette époque, veut dire confessionnel. Ce sont les Jésuites, les Dominicains, les Franciscains. Certaines d’entre elles existent toujours ou ont disparu : Jésuites expulsés, Dominicains reconduits. Ils réapparaissent au XIX° ou au XX° siècle. Aujourd’hui ça ne pèse plus tellement.

On a ensuite, après l’indépendance de la Colombie, une phase fortement influencée par les Lumières en France, notamment par une phase de création d’universités publiques, entre 1826 et 1947. Toute cette phase-là est dominée par des universités publiques, y compris par des universités confessionnelles, qui se sont ou qui ont été converties, nationalisées, etc.

On a une petite période de création d’universités privées, en gros, libre-penseur, par des gens qui veulent favoriser une alternative par rapport aux établissements qui sont entre les mains des conservateurs. Si, au début, après l’indépendance, les universités publiques pouvaient être libérales, un siècle plus tard, elles sont devenues très conservatrices.

On a ensuite un processus de création d’universités qui va être continu. Il démarre de façon significative autour de 1943, 1948. Cette création d’universités publiques se fait essentiellement dans une logique de décentralisation territoriale. On crée des universités dans chaque département où se trouve une population significative de jeunes. Le phénomène est très net jusqu’en 1977. Il s’arrête à la fin des années soixante-dix. Par contre, à partir de 1948, et surtout après cette date, on assiste à la création d’universités privées à un rythme moyen de deux par an, et c’est encore le cas actuellement. Ça nous place dans un monde radicalement différent de celui que l’on connaît ici.

Si on regarde par périodes de dix ans, on a toujours plus de créations d’universités privées que d’universités publiques. Selon les statistiques, le nombre d’universités reconnues fluctue entre 110 et 270 établissements. J’ai retenu des critères plus stricts et sélectionné les établissements allant au moins jusqu’au niveau master. 40 universités publiques et 80 privées sont dans ce cas de figure.

Au niveau de l’institutionnalisation [planche 6], ce qui s’est passé en Colombie est assez similaire à ce qui s’est passé dans toute une série de pays d’Amérique latine et qui entre souvent en écho avec des choses qui se sont passées chez nous de façon plus ou moins décalée dans le temps, y compris la constitution d’agences publiques de recherche qui essaient de coordonner, de gérer des fonds, de gérer par projet, et d’autres choses du même ordre. On a souvent des créations institutionnelles là-bas qui sont un peu copiées sur ce qui se fait ici, sauf que le contexte étant très différent, les mêmes créations institutionnelles là-bas ont des effets très différents de ce qui se produit ici. Je rejoins exactement ce que Rigas Arvanitis a dit précédemment sur ce point. Par exemple, en ce qui concerne le fait d’avoir un système d’évaluation national des chercheurs ; alors que nous réagissons plus ou moins fortement ici contre lui, en Colombie au contraire beaucoup de chercheurs sont enchantés par l’existence d’un tel système. En tout cas, c’est le cas de ceux qui sont actifs parce que – enfin ! -, pensent-ils, il y a un système qui va reconnaître ce qu’ils font au niveau national. Ce qui a des répercussions symboliques fortes dans leurs établissements. Dans certains d’entre eux, cela se traduit par des évolutions de salaires qui vont parfois jusqu’à une augmentation de 100%, ou au moins par la possibilité nouvelle qui leur est faite d’entreprendre des choses au sein de l’établissement. Cela donne un label, une reconnaissance qui n’est pas négligeable. En Colombie, le système national désigne un système d’évaluation et de qualification des chercheurs, des groupes de recherche, des revues, et des filières de formation. Ce système a une critériologie explicite et transparente, qui aboutit à une classification A,B,C, à quoi s’ajoutent les qualifications « non actif » ou « non reconnu », « reconnu comme chercheur mais non actif » ou « pas reconnu comme chercheur ».

Ce système-là a des incidences, non seulement sur les individus, mais dans le cas de la Colombie, cela a des effets très marqués sur la constitution des groupes de recherche. Le laboratoire, ou UMR (Unité Mixte de Recherche), que l’on connaît en France était en Colombie une chose qui n’existait pas, ou que de façon marginale. Avec le système national de recherche et l’enregistrement des groupes de recherche, on a une création de groupes de recherche dans lesquels plusieurs chercheurs se regroupent pour pouvoir être reconnus dans le système national.

Le premier effet que ce système a eu, c’est d’avoir multiplié de façon considérable le nombre de groupes de recherche [planche 7]. Beaucoup d’entre eux sont complètement fictifs. Un tri s’est effectué au fil du temps. Mais là où cela correspondait soit à une réalité préexistante soit à une volonté de chercheurs qui se sont rapprochés pour gagner cette reconnaissance, ça a eu des effets réels. On observe de fait une croissance du nombre de groupes de recherche qui travaillent effectivement en tant que tels, qui développent des activités internes, des échanges entre eux, des séminaires, identifient des enjeux et des stratégies communs, gèrent des moyens de recherche communs, etc. En même temps, l’apprentissage est d’autant plus net que les évaluations se font aussi sur les publications issues des groupes de recherche et avec un système de classification A,B,C où les groupes visent à améliorer leur classement. De son côté, le système national est révisé tous les trois, quatre ans à peu près et les critères utilisés se durcissent au cours du temps. Par exemple, une petite réforme est intervenue récemment, avec pour résultat que 600 groupes de recherche ont été déclassés, simplement du fait d’un changement de critères d’évaluation. Ça remet de la pression. Mais ça a un effet très puissant au sens où les chercheurs et les universités s’en saisissent pour faire exister des entités intermédiaires que sont les groupes de recherche en tant qu’entités significatives de la recherche.

Un autre effet manifeste tient au fait que les universités sont de plus en plus en concurrence les unes avec les autres. Ce qui se mesure essentiellement par le nombre de groupes de recherche au sein de leurs établissements qui sont reconnus par le système national en catégorie A, B, C. Dans les universités, les gens me disent : « nous, on a tant de groupes de recherche A, tant en B ». Cela fait partie de la carte de visite des universités. Ce qui ressort de cela, c’est que les universités deviennent des acteurs de la politique de la recherche, comme si l’on partait d’une situation où c’était une affaire entre des individus et la politique nationale, les niveaux intermédiaires n’étant pas des acteurs. Or, de plus en plus, les acteurs de la recherche, ce sont les groupes de recherche, et une partie des établissements qui s’emparent du système et jouent avec le système.

On voit aussi des établissements qui disent ne pas être intéressés par la recherche, mais davantage par l’enseignement. On a donc une différenciation des établissements, y compris au niveau des discours. Toutes les universités ne mettent pas l’accent sur : enseignement, recherche, service pour la société ; il y a très clairement une différenciation entre les établissements.

Dans les années 2006-2007, avant la réforme des critères qui a fait fondre leur nombre, il y avait 5800 groupes de recherche enregistrés et reconnus, dont 3380 inactifs, c’est à dire qui ne publient pas, qu’il s’agisse de livres, de chapitres d’ouvrage ou d’articles. Il y a également une liste des productions qui sont considérées comme étant reconnues, chaque type de production ayant un poids spécifique.

Donc, 2300 groupes de recherche, 20 400 chercheurs reconnus dont 10 000 actifs, ça fait en gros 10 chercheurs actifs ou pas actifs par groupe de recherche. Ce qui veut dire que les groupes de recherche sont de taille modeste, comprenant de 5 à 20 chercheurs, et non pas des gros laboratoires de 100 ou 200 chercheurs, à quelques exceptions près. Les chercheurs actifs sont essentiellement dans les universités publiques. La recherche a tendance à se faire dans les établissements publics plutôt que dans les établissements privés. Il y a quelques exceptions, quelques grandes universités qui font payer très cher aux étudiants leurs droits d’inscription, qui disposent de moyens et sont capables de soutenir une activité de recherche très importante. Mais l’immense majorité des universités privées ne font que vendre des diplômes et construisent éventuellement de beaux bâtiments, ne rémunèrent pas bien les professeurs, ne leur dégagent pas de temps pour faire de la recherche, puisqu’il n’y a pas d’activité de recherche en leur sein. On voit donc se manifester une différence significative quant à la recherche, essentiellement soutenue par les universités publiques, plus quelques universités privées qui jouent la carte de l’excellence internationale en mettant à la disposition de leurs enseignants des moyens importants, en les déchargeant de leur activité d’enseignement de façon significative pour qu’ils puissent se consacrer à la recherche, en créant des conditions pour cela qui sont parfois très agréables.

La Colombie comprend un vivier de 5000 docteurs. La moitié sont actifs, c’est à dire publient un papier, ou livre, ou chapitre de livre tous les deux ans. Si on rapporte ce chiffre au nombre de groupes de recherches, cela veut dire qu’on a en moyenne un docteur actif par groupe de recherche. En gros, un groupe de recherche, c’est quelqu’un qui a fait sa thèse, qui continue son activité dans la recherche et qui s’est entouré d’une dizaine de professeurs qui sont plus ou moins actifs.

Je vais terminer mon exposé par la mention d’un des derniers changements parmi les plus récents et qui a des airs de ressemblance avec ce que l’on connaît ici. Une nouvelle loi a été adoptée en 2009 sur science, technique et innovation [planche 8], qui met beaucoup l’accent sur le dernier terme, avec une critique faite aux universités, qui allègue qu’elles sont déconnectées de la société et de l’industrie, qu’il faudrait que l’université se rapproche de la société pour favoriser l’innovation. Il y a donc un discours qui est le même que celui qu’on entend ici en France depuis quelques années, dont la traduction en Colombie a été l’adoption de cette loi. Le point intéressant de celle-ci est que, contrairement au discours que l’on entend en France depuis au moins une dizaine d’années, que distingue un centrage sur l’innovation – et en gros, innovation, cela veut dire : produits et services qui passent par le marché -, le motif principal de la nouvelle loi colombienne, c’est de mettre la science au service de la résolution des problèmes de la société colombienne. Quand on pense « Colombie », on ne pense pas nécessairement au développement des marchés, etc. On pense conflit, drogue, pauvreté… enfin, à des tas de problèmes. Et c’est intéressant que la loi sur l’innovation s’affiche comme étant orientée par la volonté de mettre la recherche au service de la résolution des problèmes de la société. Evidemment, il y a la compétition technico-économique. Cela en fait partie. Mais très clairement, la loi est délibérément définie autour de cette volonté. Du coup, cela se traduit par une mobilisation des ministères qui doivent afficher ce qu’ils vont mettre en œuvre pour que les choses puissent aller dans le sens de la loi. Ça se traduit par des objectifs, y compris chiffrés, sur un certain nombre de points [planche 9], comme p.e. : augmenter le nombre de gens en thèse, le pourcentage de professeurs qui à terme devraient avoir une thèse de doctorat, augmenter le nombre de docteurs dans l’industrie. Actuellement on compte à peu près une dizaine de docteurs dans l’industrie, et pratiquement aucun qui soit engagé dans la recherche dans cette branche. En général, ce sont des gens qui ont fait leur thèse et ont occupé par la suite un poste de management. Et encore, c’est une situation tout à fait rare. Pour l’instant, on a affaire à une déconnexion encore très forte entre la recherche et le monde industriel. Sauf que la plupart des enseignants sont tellement mal payés qu’ils survivent en faisant des activités complémentaires, qui sont souvent des activités de conseil. Dans les faits, beaucoup d’enseignants sont dans une situation de relation étroite avec des institutions publiques ou privées pour se faire des compléments de salaire. Mais ce qu’il y a d’assez frappant, c’est que les gens ne font pas le lien entre leur activité de conseil et la possibilité de développer une activité de recherche. Et ceci est le cas, que ce soit à titre individuel ou collectif, c’est à dire que dans les groupes de recherche on a des professeurs qui chacun font de l’activité de conseil et n’en parlent pas trop avec les autres, car ils sont un peu en concurrence entre eux. Du coup, ils n’explorent pas la possibilité de définir des stratégies collectives vis-à-vis des activités de conseil qui permettraient de nourrir une activité de recherche p.e. C’est une chose en tout cas qui n’apparaît pas encore.

En conclusion, je pense qu’une des leçons intéressantes à retenir de ça, c’est que les choses ne sont pas partout les mêmes sur la planète, même si l’on a des espèces de modes politiques et de modes managériales qui ont l’air d’être les mêmes. C’est à dire qu’en gros on a une circulation des mêmes discours, des mêmes institutions, des mêmes sortes d’agences, des mêmes pratiques des agences d’évaluation, etc., mais ça ne produit pas un effet d’homogénéisation. Et ceci parce que la situation est très différente et que les acteurs locaux s’en emparent de façon très différente. Les mêmes institutions produisent des effets complètement différents parce que les acteurs, localement, sont dans des situations différentes et s’en emparent pour des jeux différents de ceux que nous connaissons ici en France.


[1] Téléchargez Le fichier Powerpoint de l’intervention de Dominique Vinck à cette adresse :

http://tinyurl.com/4r8246p (cliquer sur la page à gauche HTTP:All Files, puis DominiqueVinck.pwt). Dans le texte les mentions [planche (numéro)] indiquent le numéro de la planche du powerpoint que le propos commente.

4. débat « Nouvelle production du savoir et formation des communautés scientifiques dans les rapports Nord/Sud » PDS8 100311

Michel Agier : Merci à nos trois intervenants. On voit que la problématique se précise, sans conduire pour autant à une réponse homogène puisqu’on est dans des perspectives soit de circulation des enseignants-chercheurs soit de renforcement des institutions nationales. Ce que disait Rigas Arvanitis au début – « tout ce qu’on peut faire, c’est se brancher sur un grand réseau mondial » -, c’est un peu, en résumé, ce qu’illustre finalement Patrice Yengo. Mais en même temps il y a un possible effet à retardement des politiques de « capacity building » qui étaient d’autres politiques qui sont maintenant en train de produire des effets qui se trouvent en décalage aussi avec ces grandes apologies de la dématérialisation et la désinstitutionalisation et dans le « hors-sol », d’un certain point de vue. Est-ce que c’est un décalage de politiques entrainant des effets à retardement ? Ou est-ce que ce sont des politiques différentes, avec des particularismes inévitables, que rappelait Dominique Vinck ? Il y a certes des grandes tendances que l’on retrouve globalement ou mondialement, mais il y a toujours des configurations nationales particulières qui font que les mêmes discours et les mêmes politiques ne produisent pas un effet d’homogénéisation à l’échelle mondiale.

Caesar Gordon : La première chose qui m’intéresse, c’est de regarder le développement de la recherche dans les « pays du Sud » – un terme qui pose problème – dans ses tentatives de prendre ou de reprendre prise sur la recherche et un droit pour ces pays de s’exprimer en leur nom. La deuxième question porte plutôt sur l’origine de ces débats post-colonialistes. Vous avez mentionné ces compétences particulières que certains chercheurs peuvent avoir quand ils rentrent dans leur pays d’origine pour étudier ce qui s’y passe. Cela pose la question de la légitimité. Par exemple, j’ai des origines jamaïquaines, je fais un travail de terrain en Jamaïque, mais est-ce que ça veut dire que j’ai une place plus légitime que d’autres ? Je ne le pense pas.

Emmanuel Saint-James : Je suis arrivé en retard à cette séance car je donnais un cours juste avant. Je suis donc un peu gêné pour prendre la parole et en particulier parce que je suis arrivé au milieu d’une phrase qui m’a un peu surpris qui est que toute cette politique que l’on perçoit quand même comme étant la même un petit peu partout dans le monde ne produirait pas les mêmes effets. Je ne suis pas convaincu de ça. Je pense que les différences sont marginales et qu’elles peuvent s’expliquer par des facteurs locaux. En particulier, dans ce que j’ai compris de la Colombie où il y aurait des universités qui seraient très axées sur la recherche et d’autres sur l’enseignement, cela répond à quelque chose qui en France se présente très différemment ; c’est à dire que nous avons des organismes de recherche et nous avons des universités de taille parfois microscopique et donc cela correspond à une réalité sociale, pas nécessairement à un besoin. Mais je n’ai pas l’impression que l’on ne puisse pas dire qu’il y a tout de même une ressemblance sur l’essentiel dans toutes les politiques qui sont menées au niveau international en ce moment.

Azamiou Barry : Je suis doctorant. Mon cas est un peu complexe. Je vais commencer tout d’abord par un petit commentaire avant de poser mes questions. Je suis Guinéen, mais je fais mon doctorat au Mexique et je suis en train de faire des recherches en France. J’ai une question plus particulièrement pour les deux premiers intervenants. Je voudrais savoir quelles sont les conditions, selon vous, qu’une recherche doit réunir pour qu’elle puisse profiter au peuple auquel elle est destinée ?

Par ailleurs, je n’arrive pas bien à comprendre l’argument du dernier intervenant quand il nous dit, en prenant pour exemple la France, que n’a jamais pu s’établir une communauté scientifique p.e. entre la France et ses anciennes colonies africaines. Bien-sûr, je suis d’accord avec le fait que l’Afrique a développé la recherche avant. Si je prends le cas de l’Afrique de l’ouest, d’où je viens, il y avait une université à Tombouctou qui développait des recherches, qui faisait des échanges avec le Moyen-Orient avant la colonisation. Mais la colonisation est venue mettre fin à tout ça. Et à son départ, on s’est retrouvé dans le vide. C’est à peu près la poussière qu’on nous a laissée. Et pour se relever, on n’avait pas d’autre option que de recourir encore à l’ex-colonisateur. Vous l’avez dit : la plus grande partie de nos grands chercheurs et professeurs a été formée par la métropole. Comment peut-on penser que l’on pourrait couper ce lien d’un coup et que l’on va pouvoir dire que l’on va faire ses travaux de recherche tout seul de son côté ? Si on pense ça, on n’est pas encore prêt de se relever. Je prends par exemple le cas du Mexique. Je travaille sur des thèmes africains. Il n’y a pas de bibliographie qui puisse répondre à mes besoins en tant que chercheur africain qui travaille sur des thèmes africains au Mexique. Mais en France, non seulement j’ai des spécialistes de l’Afrique qui sont des Africains ou des Français d’origine africaine et j’ai mille et une œuvres qui parlent des thèmes dont j’ai besoin et sur l’Afrique de l’ouest et sur l’Afrique centrale et sur l’Afrique de l’est. Comme je suis un pauvre étudiant, je n’ai pas les moyens d’aller à la fois en Afrique de l’ouest, en Afrique centrale et en Afrique de l’est. Même dans l’hypothèse où je disposerais des ressources nécessaires, actuellement, je ne pourrais pas dire que je vais me rendre à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pour y faire mes recherches, parce que la situation ne le permet pas.

Donc, que faut-il faire dans ce cas ? Rester au Mexique, là où il n’y a rien comme bibliographie sur les thèmes qui m’intéressent ? Venir en France ?

Michel Agier : Patrice Yengo sera d’accord pour dire qu’il y a en France des miniatures de l’Afrique.

Rigas Arvanitis : J’ai été enseignant au Mexique pendant six ans. D’abord, la première question, vous demandez, si j’ai bien compris, si cette analyse de la recherche a été une façon de reprendre la parole sur la recherche ? Clairement non ! J’exagère un peu. Mais en fait, curieusement, en Amérique latine, pour commencer par ce continent, il y a eu une véritable tradition des études sociales sur la science. Elle est due à l’initiative de deux, trois personnes qui sont des chercheurs qui se sont intéressés à l’histoire de leur propre institution et qui ont formé certains étudiants qu’ils avaient, qui étaient économistes ou sociologues à l’analyse des institutions de recherche. En fait, une des toutes premières enquêtes sur la recherche qui existe au monde a été réalisée au Venezuela, par une professeure de l’université centrale du Venezuela (Olga Gasparini). Cela n’a pas eu énormément de suite, mais parmi ses étudiants, il y avait Ignacio Avalos, qui est devenu ministre de la recherche quinze ans plus tard. Il y a eu un personnage assez illustre, Marcel Roche, qui est le fondateur du premier institut scientifique du Venezuela (IVIC), qui a fondé aussi un département de l’étude de la science fin des années 70 début des années 80. Il a d’ailleurs reçu le prix Kalinka pour ça. Dans ce centre il a accueilli des émigrés argentins qui fuyaient la dictature, dont notamment Hebe Vessuri, qui a formé plus d’une centaine de personnes dans ce domaine là. Je crois même qu’Hebe a été le pilier fondateur de l’étude sociale de la science en Amérique latine. Elle est en ce moment au Mexique. Elle a quitté l’Argentine au moment de la dictature. Elle a été pendant quelques années professeur directrice du département des études de la science au Brésil, à l’université Campinas et enfin aujourd’hui au Mexique. Il y avait donc une autoréflexion et l’un des livres les plus vendus en Amérique latine en sciences sociales s’appelle Ciencia y politica. Il a été écrit par un géologue, Amilcar Herrera, et constitue la première réflexion sur la relation entre la science et la politique. Cet ouvrage a été écrit au Brésil car lui aussi avait fui la dictature. Mais il avait une longue tradition derrière lui et notamment de réflexion, en particulier Oscar Varsavsky, Jorge Sabato qui ont été les tout premiers ministres de la recherche, les tout premiers représentants des Conseils nationaux de la recherche. Tous ces gens étaient extrêmement prolixes en réflexion, en travaux. Ils ont fait des travaux empiriques très importants, certainement beaucoup plus qu’à la même époque en Europe.

Cette réflexion extrêmement riche, dont une partie est bien connue : p.e. on parle aujourd’hui de la « triple hélice », un concept inventé dans une réunion entre Henry Eskowitz et Loet Leydesdorff, avec justement une Mexicaine, Rosalba Casas. Et une étudiante d’Eskowitz qui a donné cette idée, et en est (peut-être) la véritable propriétaire, Elsa Blum, qui ne travaille plus sur le domaine. La triple hélice, en fait, a été décrite trente-cinq ans plus tôt par Jorge Sabato, le fondateur du Conseil national de la recherche argentin, qui était un physicien. Et ce n’était pas du tout par hasard. Dans les années suivant la seconde guerre mondiale, la recherche argentine était extrêmement puissante. L’Argentine avait déjà eu un prix Nobel à cette époque. Il y avait alors une véritable école de pensée sur la recherche. Cette école avait deux axes de réflexion et qui se sont transmis dans toute l’Amérique latine et au-delà, je pense, en Afrique, notamment en Afrique du Sud par des personnes très précises. Le premier axe de réflexion, c’était la dépendance. Le terme de « science périphérique » est en fait issu des travaux des économistes latino-américains sur l’économie de la dépendance. Il a été utilisé pour la première fois en 1983 par Hebe Vessuri avec ses étudiants, quand ils ont écrit un petit ouvrage, qui s’intitule La ciencia periférica. Cet ouvrage décrit les conditions inégales d’accès à la connaissance des pays latino-américains par rapport aux Etats-Unis et aux pays européens. Le deuxième axe de réflexion a été celui de la réponse aux besoins sociaux nationaux. Comme vous le disiez : quelles conditions doivent être réunies pour répondre aux besoins du peuple. De manière très intéressante, l’un de nos collègues argentins, Pablo Kreimer, a fait une étude historique notamment sur la maladie de Chagas. Cette pathologie est la forme latino-américaine du paludisme, à cette différence près que l’agent de transmission n’est pas un moustique mais une tique. Cette maladie a été découverte et décrite par Chagas, un Brésilien. Elle est très prévalente en Argentine et au Brésil. Pablo Kreimer a étudié l’histoire de la formation de ce programme de recherche qui répondait vraiment à une question : non seulement, comment éradiquer la maladie, mais faire en sorte que les conditions de vie des gens qui subissent cette maladie soient modifiées pour qu’ils ne soient plus les victimes de la tique. Parce qu’en fait la tique attaque les pauvres. Elle est localisée dans les campagnes et pas dans les villes. Elle attaque les gens dénutris et pas ceux qui s’alimentent correctement. En tout cas, elle n’a pas sur ces derniers les mêmes effets dévastateurs. Elle va là où le sang est plus facile à obtenir. Le travail de Pablo Kreimer montre que les chercheurs à cette époque là ont une conception que l’on peut qualifier de très sociale, en tout cas ils ont en vue, de manière très précise, les effets de création d’un appareil de santé, de suivi immunologique, les besoins de transformation sociaux que cela implique. Ils ne s’enferment donc pas simplement dans leurs laboratoires, mais ils créent aussi le système de santé. Au Venezuela, avec d’ailleurs le financement de la fondation Rockefeller, il se passe quelque chose de similaire avec la création du système d’immunologie, qui fait le premier recensement national de toutes les conditions de vie des gens sur des périodes allant jusqu’à quarante ans d’affilée. Les représentants du service d’immunologie du Venezuela étaient parmi les plus aguerris sur les conditions de vie réelles des gens. Ces travaux ont eu une influence véritable sur la création d’un système de santé, sur l’accès aux soins et un certain nombre de choses. Au fur et à mesure que la recherche se spécialise et s’occupe non plus seulement des conditions de vie des gens, mais aussi plus précisément du vecteur, c’est à dire de la tique, il y a une deuxième génération de chercheurs qui se préoccupent de la biologie de la tique. Il y a ensuite une troisième phase où l’on s’occupe du génome de la tique. Au fur et à mesure que le temps passe, on se spécialise et les laboratoires qui travaillent sur la maladie de Chagas semblent de plus en plus se déconnecter des conditions de vie des gens, des conditions d’application de la recherche au moment même où le gouvernement argentin exige des chercheurs qu’ils définissent leurs recherches en fonction des usages possibles et de l’application de la recherche. Il est étonnant de voir qu’à l’époque il y avait un discours constitué sur la question de savoir comment la connaissance est produite dans une société en fonction de ses besoins. Or, aujourd’hui, les chercheurs ne produisent plus ce discours. C’est l’Etat qui le produit et qui demande aux chercheurs de le mettre en musique. Alors, ça ne répond pas à votre question, mais cela explique peut-être une partie du problème.

Et ça me permet de répondre à la question qu’Emmanuel Saint James a posée sur : la même politique ne produit pas les mêmes effets. La plupart des modifications que l’on a décriées ici en France, soit l’application d’un système extrêmement strict, rigide, injuste même, qui mesure la performance des gens en nombre de papiers, qui lie le salaire au nombre de publications, etc., a été voulue par les chercheurs.

J’ai commencé à travailler au Mexique avant la création du système national de recherche mexicain. A l’époque, à l’université nationale autonome de Mexico (UNAM), qui est la plus grande université du pays, on parlait à l’UNAM de primer circuito, segundo circuito… Ces termes se réfèrent aux deux circuits de la cité universitaire: un premier circuit et un deuxième circuit. Mais ces circuits n’étaient pas seulement matérialisés par le système routier desservant ce campus gigantesque. C’était aussi un système matérialisé dans la tête des gens, qui pensaient : le « premier circuit », c’est celui des chercheurs reconnus  et le « deuxième circuit », c’est celui de tous les autres enseignants-chercheurs qui font autre chose que de la recherche. Ils se battaient bec et ongles pour maintenir cette différence. A tel point que l’Académie mexicaine de la science faisait des sessions pour expliquer quelles étaient les conditions que l’on devait remplir si l’on souhaitait accéder à la recherche. Puis vint le système national de la recherche, qui est un système de sauvetage : il s’agissait de sauver les salaires, car on en était arrivé au point, en 1982, où l’on ne payait plus les salaires. On invente alors le système national de la recherche sous la forme de sursalaires et on lie le sursalaire à la publication. Et ceci encore a été voulu par l’Académie mexicaine de la science et pas seulement par le recteur de l’université nationale (UNAM), ou de l’Université autonome métropolitaine (UAM). Il y a eu une attitude différente des chercheurs eux-mêmes par rapport à ces outils de gestion.

Dominique Vinck : Justement, il va falloir reprendre cette question des mêmes politiques qui produisent des effets très différents, en faisant du travail de terrain ici, en France, centré sur les effets de ces nouvelles politiques qui sont mises en œuvre. On n’a pas assez de recul pour savoir ce que ça va produire. Cela bouleverse pas mal de choses maintenant, mais qu’est-ce que ça va produire dans la durée ? C’est à voir. Mais globalement, les nouvelles politiques qui ont été mises en œuvre par exemple en France ont clairement des effets déstructurants sur les laboratoires de recherche. On voit bien que les choses sont en train de bouger entre le Cnrs et l’université. Les universités sont en train de prendre le contrôle, mais ce n’est pas encore très clair si ce sont les filières de formation, ou si ce sont les présidences avec des stratégies pensées au château. En tout cas on voit bien que ce qui faisait la vie et la politique de la recherche, c’était les laboratoires. Et tout ça est fortement ébranlé.

A peu près les mêmes systèmes mis en place là-bas, en Amérique latine, sont en train de constituer des équipes de recherche qui commencent à développer des stratégies de recherche et des institutions qui suivent leurs groupes de recherche. C’est un peu rapide, ça demanderait d’être regardé beaucoup plus finement, mais on a quand même des dynamiques qui ont l’air d’être vraiment très différentes. Or a été instauré le même type d’agences nationales d’évaluation de la recherche, d’agences nationales de financement de la recherche sur projet, etc. Il faut regarder de plus près, mais en tout cas en première apparence ça ne donne pas les mêmes effets et les chercheurs ne s’en emparent pas de la même manière.

Sur la question : quelles sont les conditions pour qu’une recherche puisse servir un pays ? La question est vraiment importante et intéressante. La réponse n’est vraiment pas simple. Mais il y a quelques éléments que l’on peut signaler. Il faut établir des connexions avec des acteurs du pays : industriels, paysans, artisans, groupes militants, des institutions. Il faut établir l’articulation entre des chercheurs et d’autres acteurs. Cela suppose de prendre du temps, d’apprendre à se connaître, d’apprendre à travailler ensemble. C’est un investissement. Si on met en place des institutions qui ne reconnaissent pas cet investissement là, qui évaluent sur des critères du genre : nombre d’articles dans des revues anglo-saxonnes, ça risque de rendre impossible la construction de connexions. On a un discours où l’on dit qu’il faut que la recherche soit au service de la société et de l’innovation et dans le même temps on met des critères d’évaluation sur la visibilité internationale. Ça a l’air contradictoire et empêche parfois que les connexions se fassent. Cela dit, quand on regarde concrètement là où des connexions se font, généralement elles sont faites sur le terrain dans le cadre de groupes de recherche dans lesquels il y a au moins quelques chercheurs qui jouent la visibilité internationale et l’investissement local. Avec Bernardo Herrera en Colombie, on avait forgé le concept d’ « agent médiateur de connaissance » parce que dans l’analyse des réseaux qu’on faisait, on voyait qu’il y avait des acteurs qui jouaient l’insertion et la visibilité internationales et qui jouaient la connexion avec les entreprises, les réseaux d’artisans locaux, etc. Mais c’est souvent une minorité de gens qui tiennent les deux et ça ne marche que quand on a des institutions aussi derrière qui reconnaissent et qui soutiennent.

Patrice Yengo : Le plus grand employeur aujourd’hui des chercheurs africains sur le terrain, ce n’est pas l’université, ce n’est pas la recherche, ce sont les organisations internationales. Ça signifie que ce sont ces dernières qui fixent les thèmes, qui donnent l’argent, etc. Ce qui veut dire qu’il n’existe pas de recherche autonome. Or tous les thèmes de recherche que vous trouvez aujourd’hui, même dans certaines universités recoupent curieusement les thèmes de la Banque mondiale : la « gouvernance » et tout un charabia. Ce qui fait que les gens vont gloser là-dessus, c’est à dire sur des choses qui n’existent pas. C’est la raison pour laquelle l’autonomie de la recherche est si importante, car c’est du pouvoir. Les organes de pouvoir entre eux ont des liens, c’est à dire qu’il y a une communauté politique franco-africaine et qu’il est regrettable qu’il n’y ait pas également une communauté scientifique franco-africaine. Des liens personnels existent. Mais il n’existe pas une communauté qui aurait pu permettre justement qu’une véritable autonomie de la recherche par rapport au monde politique voit le jour.