03- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts-L’excellence

Sophie Desrosiers : Depuis quelques années on n’entend plus parler que d’excellence. Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche nous fait siffler ce mot aux oreilles dans le but paraît-il d’améliorer nos performances : prime d’excellence scientifique, initiative d’excellence, laboratoire d’excellence, équipements d’excellence, comme si ces nouvelles formes de financement de la recherche pouvaient nous aider à faire encore mieux notre travail, comme si elles allaient permettre de rattraper les retards de financement cumulés depuis des années. Mais certains d’entre nous ne sont pas dupes et les quotas déterminés par voie de circulaire en 2009 par le ministère pour attribuer des primes d’excellence, soit 20 % d’excellents, 30 % de bons et 50 % de mauvais chercheurs, sont là pour nous montrer que le but n’est pas de financer plus efficacement, mais de priver de financement 50 % voire 80 % des chercheurs et enseignants chercheurs pour favoriser les 20 % considérés comme excellents parce qu’ils auront réussi à se couler dans le moule destiné à mieux les contrôler. Nous sommes dans un système discriminatoire vis-à-vis d’une majorité de chercheurs et d’enseignants chercheurs, une discrimination qui est en train d’étouffer des pans entiers de la recherche et de créer un système d’enseignement supérieur à deux vitesses : les pôles d’excellence et les autres, Les riches et les autres. Avec les conséquences que l’on peut imaginer facilement pour les usagers, il y a encore peu considéré comme des étudiants, dont les diplômes seront « autres » à défaut d’être « excellents ». Contrôler la recherche et créer des territoires avec des universités de seconde zone pour les diplômés de seconde zone qui ne pourront prétendre qu’à des emplois précaires et à des salaires de seconde zone, telles nous semblent être les visées réelles de la politique dite d’excellence.
Donc après ce commentaire des questions à nouveau : comment analysez-vous la politique dite d’excellence du gouvernement Sarkozy ? Comment envisagez-vous de mettre un terme au grand partage des universités françaises instauré par les Idex ? Accepteriez-vous que cinq ou six méga universités soient bien dotées au détriment de toutes les autres ? Acceptez-vous l’opacité de l’ultra centralisation des modes de gouvernement de ces nouvelles entités ? Bref, quel nouveau système de financement de l’enseignement supérieur et de la recherche comptez-vous mettre en place ?

Laurent Audouin : Dans une tribune de Libération, du 02 décembre 2010, Philippe Büttgen et Barbara Cassin avaient écrit que « l’excellence, c’est le plan social de la science » . Cela résume effectivement assez bien ce que l’on peut en penser. En tant qu’écologistes, nous avons une vision à peu près radicalement opposée à celle de « l’excellence ». Nous considérons que la science est un écosystème en interaction et que de la même manière que dans un milieu naturel on n’arrive pas à des résultats très probants en cultivant un seul type de plante, en suivant un seul modèle, en raffinant et en épurant, eh bien c’est la diversité et la créativité ainsi que les interactions et les surprises et les imprévus qui font le développement et la grandeur d’une recherche. La politique d’excellence clairement pour nous est à jeter au panier, elle porte des valeurs qui ne sont pas les nôtres, elle est profondément déstructurante et destructrice littéralement, on a déjà commencé à en voir les premiers effets. Donc sur les structures qui ont été conçues pour accompagner l’excellence, on a des positions très simples et assez claires, peut-être radicales : les Idex ont vocation pour nous à être dissous et quant à la répartition des moyens, il convient peut-être de donner davantage à d’autres équipes afin de rééquilibrer le financement ; les Labex ont vocation également à être dissous ; pour les Equipex, c’est un peu plus compliqué, ce sont des installations qui ont des objectifs plus précis et plus limités. De même, la prime d’excellence est une machine à mettre des gens en opposition, c’est profondément destructeur. Donc là aussi c’est à abroger. Vraiment, il va y avoir beaucoup de choses à changer… Il y a un gros travail de pédagogie à engager car malheureusement cette terminologie a été très bien vendue à l’extérieur, et faire comprendre combien c’est dangereux, c’est quelque chose que le mouvement n’a pas forcément réussi. On s’y emploiera une fois parvenus aux responsabilités.

Marc Lipinski : Je voudrais juste compléter en disant que l’idée que l’on puisse avoir une petite minorité qualifiée d’excellente pour 10 ans –  puisque c’est ça : on décide aujourd’hui de ce qui va être excellent sur les 10 prochaines années ! -, c’est du délire le plus total ; à moins que le but soit effectivement de se débarrasser du reste, auquel cas il y a une logique et je pense que c’est ça la logique. Malheureusement, c’est assez symptomatique du système français : on essaye de trier petit à petit, de plus en plus tôt, et au lieu de tirer tout le monde vers le haut on élimine progressivement tout ce qui n’est pas au top pour arriver à garder une toute petite élite, une toute petite excellence. Évidemment, en procédant de la sorte, on va dans le mur ! Je ne comprends même pas que l’on puisse se laisser piéger par cela. Je suis un peu plus radical encore que Laurent parce que je pense que au fond en 2012, s’il y a un changement de majorité, il y aura eu des promesses mais très peu d’argent aura été réellement engagé . Si l’on regarde l’état d’avancement du plan campus, qui est quand même une sorte de galop d’essai des investissements d’avenir, ce plan a été lancé en début 2008 pour répondre à l’urgence immobilière universitaire. Or nous sommes début 2012, 4 ans après, et le rapport parlementaire qui est sorti au mois de décembre dernier a montré que sur les fameux 5 milliards d’euros, il y a 50 millions qui ont été dépensés, c’est-à-dire 1 %. Donc sur les Idex et le reste, vous pouvez être tranquilles, rien ou très peu aura été dépensé, des promesses auront été faites, ça sera compliqué mais je pense que cela fera l’objet des états-généraux que de savoir quelle politique on veut vraiment mettre en place pour les 10 prochaines années. Oui sur ce point on peut avoir une position radicale et l’assumer.

Laurent Audouin : Je dirai rapidement à quel point l’excellence n’est pas dans les gènes écologistes. Nous avons depuis de longues années toujours combattu l’idée que la sélection précoce dans l’enseignement est un gage de réussite. Exemple type : ce sont les fameuses classes préparatoires aux grandes écoles et les filières d’excellence de la formation des étudiants et des élèves qui sont encore aujourd’hui malheureusement une sorte de norme en France. Vous voyez que cela a des racines anciennes : on a toujours combattu et dénoncé ce système et souhaité passer à quelque chose de beaucoup plus ouvert et pluriel. Il semble que les positions évoluent doucement et que les problèmes que posent ce mode de sélection et ce mode de formation soient reconnus par davantage de formations politiques. Par exemple, nous avons été très heureux de voir que le mouvement des jeunes socialistes s’est rangé à cette position. Malheureusement il semble que leurs aînés aient encore un petit peu de mal à l’adopter, mais ils vont sûrement y venir.

Didier Chatenay : J’ai deux questions sur ce thème de l’excellence. La première c’est que derrière la politique d’excellence du moment, c’est une façon simple d’aborder le problème, c’est-à-dire que l’on se limite à la politique menée dans le cadre des Idex et on dit que cela ne va pas, que l’on ne peut pas choisir cinq ou six sites comme cela, mais derrière ça il y a une vraie question qui est légitime qui est celle de la carte universitaire. Si l’on déblaye les scories de l’excellence et que l’on dit que l’on a le droit de réfléchir sur la carte universitaire du pays, est-ce que vous avez une réflexion là-dessus ? Est-ce que le nombre d’universités qui existent à l’heure actuelle vous semble correct ? Comment garantir une réelle égalité entre les établissements ? Il est clair que l’on ne peut pas faire semblant de croire que tous les établissements se valent parce qu’il y aurait le miracle des diplômes nationaux qui ferait que, à l’issue du Master, quelle que soit l’université, cela va être pour tout le monde pareil ; est-ce que vous avez une réflexion là-dessus ?
Ma deuxième question qui rentre dans le cadre de ces problèmes d’excellence, c’est celui des classes préparatoires. Est-ce que vous avez une réflexion sur le mécanisme de rapprochement des classes préparatoires aux grandes écoles par rapport aux universités ? Comment gérer ce problème-là, c’est à dire avant celui des grandes écoles proprement dit, déjà celui des classes préparatoires ?

Annliese Nef : Et si vous êtes en faveur de la suppression des classes préparatoires, n’hésitez pas à le dire ! On n’est pas forcément pour le rapprochement.

Laurent Audouin : Je vais commencer par la deuxième question : nous sommes pour la suppression des classes préparatoires. C’est clair. Cela peut en plus être fait de manière assez intelligente parce qu’on peut tout à fait imaginer que les étudiants à l’université en licence puissent bénéficier d’une ouverture sur la recherche qui serait exigeante en termes de travail personnel pour ceux qui vraiment voudraient en donner davantage ou en recevoir davantage. Cette suppression des classes préparatoires se couple logiquement avec la suppression du système actuel de concours à l’entrée des écoles pour passer à un système de recrutement sur dossier – avec toutes les garanties d’anonymisation pour éviter toutes les dérives que l’on peut imaginer sur les origines, le nom, etc. La pluralité des profils est une richesse et le concours est l’outil de sélection homogène, froid, de l’entrée dans la fonction publique. On ne sait pas forcément imaginer mieux. La raison pour laquelle les grandes écoles recrutent sur concours c’est parce que historiquement les grandes écoles étaient l’entrée dans la fonction publique. Ça n’est absolument plus le cas, et passer par une dictature de l’épreuve et du stress, c’est se priver de talents et de compétences aujourd’hui ; c’est donc un outil inapproprié. Nous proposons donc un autre mode de sélection beaucoup plus ouvert et beaucoup plus progressif éventuellement avec des entrées à diverses années, quelque chose de beaucoup plus souple que ce qui existe actuellement en tout cas pour les classes préparatoires. Je précise que l’argument de la proximité qui est souvent avancé par les défenseurs des classes préparatoires est faux : la densité d’établissements universitaires aujourd’hui en France est pratiquement équivalente à la densité des classes préparatoires, de sorte qu’il n’y a pas besoin de faire plus de kilomètres pour trouver un établissement universitaire que pour trouver une classe préparatoire. Donc la proximité c’est très important et justement c’est pour ça que nous avons une réflexion poussée sur la carte universitaire. Nous souhaitons préserver cette notion de proximité, mais il faut aussi veiller à un équilibre avec une densité, une masse un petit peu critique pour la recherche. Est-ce qu’il faut conserver 80 universités de plein exercice ? Sans doute pas. C’est aussi lié au fait que les universités aujourd’hui sont largement thématisées. Or les universités pluridisciplinaires sont un atout, une richesse, aussi bien pour les chercheurs et les enseignants que pour les étudiants, car on ne fera pas une réelle pluridisciplinarité des licences si l’on a d’un côté une fac de sciences dures, de l’autre côté une fac de lettres. Il faut au moins rapprocher tout ça et les fusions pour nous ne sont pas un réel problème en soi, à condition évidemment qu’elles restent bien de vraies universités avec une vraie vie démocratique à l’intérieur et pas de grands établissements où n’importe quoi est possible, y compris l’explosion des frais d’inscription.

Anonyme : Juste un tout petit complément : comment ça se passe pour les personnels qui sont aujourd’hui en classes préparatoires, puisque vous avez jusqu’ici parlé des étudiants, mais qu’en est-il des profs ?

Laurent Audouin : Pour les professeurs des classes préparatoires, il faut dialoguer avec eux – nous avons déjà commencé à le faire, je le précise. Ceux qui le souhaitent pourraient avoir l’occasion de reprendre une activité de recherche car je rappelle qu’aujourd’hui le profil type du prof de classes préparatoires moyens c’est quelqu’un qui a fait un doctorat. La quasi-totalité des profs de classes préparatoires sont de jeunes docteurs, certains d’entre eux peuvent trouver une perspective très positive à la reprise d’une activité de recherche. Ceux qui souhaiteraient rester au lycée pourront le faire et peut-être faudra-t-il inventer un nouveau statut qui ne soit pas l’équivalent de celui des PRAG qui est peu valorisant, mais un statut mieux reconnu d’enseignants purs et simples à l’université. C’est un chantier à ouvrir, il faut prendre le temps de la concertation là-dessus. En tout cas, il ne s’agit évidemment pas de tout fermer du jour au lendemain, ce sera progressif.

Christophe Pébarthe : On discute de l’excellence comme si l’on parlait de la même chose mais en réalité nous avons abordé des thèmes très différents. On a parlé finalement de l’excellence de la recherche, on a parlé de l’excellence en termes d’enseignement par rapport aux étudiants, mais je trouve que ce sont des dimensions qui ne sont pas forcément équivalentes en réalité. Je pense que pour le coup, vous êtes modérés sur la LRU. Je pense pour ma part qu’il faut l’abroger.  En 1984 on a abrogé la loi en cours, on est revenu un temps au système ancien, ce qui prouve qu’une telle chose est faisable. Politiquement cela a du sens. C’est aussi important parfois d’avoir un slogan politique parce que c’est un acte majeur que le 10 août 2012 par exemple on puisse dire : « nous abrogeons la loi LRU ». Je veux dire par là que politiquement ce ne serait pas un petit acte par rapport à 2009 notamment.  Quand vous dites en revanche au sujet des Labex et le reste, qu’il n’y a pas d’argent, mais si bien sûr, ils sont en train de se précipiter maintenant pour mettre tout en place avec des CDD, avec des gens qui sont déjà recrutés, et là je parle d’expérience, des gens qui parfois se mettent en disponibilité de la fonction publique pour pouvoir avoir un meilleur salaire en CDD en étant embauchés par un PRES, pour parler de choses précises. Donc ce ne sont pas à ces gens-là aussi que vous allez dire que : « désolé, c’est terminé ». Donc je pense qu’il faut bien mesurer que nous sommes dans une course-poursuite et que politiquement ce que j’ai dit sur la LRU est également vrai pour les Idex, Labex, etc. et que la volonté de rupture que vous affichez devra se traduire concrètement et que ce ne sera pas nécessairement facile à mettre en œuvre.

Marc Lipinski : On est au courant !

Christophe Pébarthe : Vous êtes au courant mais vous dites que vous allez supprimer les Labex parce qu’il n’y a pas d’argent. J’attire votre attention sur le fait que déjà, en pratique, ce ne sera pas simple. Je ne dis pas qu’il ne faut pas le faire. Vous semblez  afficher vous-mêmes une détermination plus forte sur les Labex que celle que vous affichez sur la loi LRU. Je me permets de vous faire remarquer que votre détermination devra être également forte sur ce point. Maintenant, concernant les classes préparatoires, je trouve que ce que vous avez dit est contradictoire parce que vous ne pouvez pas d’un côté dire : nous souhaitons l’abrogation des classes préparatoires ou leur disparition, et puis demander finalement aux universités de mettre en place elles-mêmes à l’intérieur de leurs cursus des sortes de filières dans lesquelles des étudiants s’inscriront en licence bi-disciplinaire avec 30 heures de cours par semaine. Ce qui s’adresse évidemment à ceux qui ne travaillent pas pour payer leurs études et qui pourront suivre ce cursus. C’est dire finalement que cela devient le même enjeu que le rapprochement ou l’intégration des classes préparatoires à l’intérieur de l’université. C’est-à-dire que l’on ne discute pas au fond de la question qui est de savoir si oui ou non cette formation débouche sur le fait d’avoir des étudiants bien formés. Moi je considère que la pédagogie qui est utilisée dans les classes préparatoires est une pédagogie réactionnaire. Et si vous tenez ce point de vue, vous ne pouvez pas demander aux universités dès le L1, L2 ou L3 d’appliquer à un certain nombre d’étudiants cette pédagogie que vous condamnez à juste titre. Vous avez dit qu’il y aurait des étudiants qui pourraient avoir accès plus rapidement à de la recherche, ce qui revient à l’idée d’introduire un rythme accéléré pour un certain nombre d’étudiants dont les critères de sélection demeurent à déterminer. C’est exactement la logique de l’arrêté licence avec la licence que l’on peut faire en deux ans ou en quatre ans, etc. C’est la raison pour laquelle j’attire votre attention sur le fait qu’à un moment donné il faut ordonner notre réflexion. Si la pédagogie dans les classes préparatoires voire dans les grandes écoles, en raison de l’éloignement quasi maximal avec la recherche, pose problème, alors il faut partir de là pour bien dire que quoi que l’on mette en place dans les universités, il est hors de question de revenir à cette logique pédagogique.

Marc Lipinski : D’abord il faut dire que les choses ne sont pas organisées, on n’a pas un plan de bataille pour tout changer. Quand on dit qu’il faut discuter démocratiquement, cela veut dire qu’il faut discuter démocratiquement. On n’a pas la science infuse sur toutes les choses. Deuxièmement, moi ce que j’entends c’est : est-ce qu’il faut appliquer la même pédagogie pour toutes les personnes qui rentrent dans l’enseignement supérieur après le bac ? C’est peut-être là que l’on a un échange à avoir. Pour ma part, je suis extrêmement clairement contre cette folie qui est ce qu’on inflige aux meilleurs élèves sortant du bac dans les classes préparatoires. Donc l’idée que l’on allait promouvoir ça pour plus de monde dans l’université, cela me paraît être une folie absolue. Ce n’est donc pas du tout ça que nous voulons. En revanche, la question de la pédagogie dans l’enseignement supérieur est ouverte, et je ne suis pas sûr qu’en dehors des classes préparatoires, dans le système de licences par exemple, on ait une pédagogie qui soit extrêmement performante. Je pense qu’il y a matière à discuter. C’est donc un chantier à ouvrir.

04- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts-La place spécifique des SHS

Isabelle Backouche : Je vais vous questionner sur la place des sciences sociales et humaines dans la recherche et dans la société. À deux échelles différentes nous considérons que ces sciences sociales et humaines sont mises en danger par les réformes. Au sein de l’ESR ces dernières années des SHS ont dû se fondre dans des standards pensés à partir du cadre des sciences dites dures, notamment par exemple le calibrage du LMD. Il est vrai qu’un doctorat en trois ans dans ma discipline, l’histoire, aboutit à privilégier un certain type de sujets fondés sur un travail d’archives minimum, faute de temps. De ce fait, des pans entiers de la connaissance disparaissent au profit d’une forme de standardisation des sujets vers, pour le dire très vite, une histoire des idées et un recours plutôt à des sources imprimées. C’est aussi au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche  finalement une perte radicale de la liberté et de l’autonomie que nous revendiquons dans la définition de nos objets. La recherche financée fait émerger des thèmes prioritaires qui stérilisent des horizons entiers en SHS, on en est un certain nombre à en faire les frais. Cette instrumentalisation des SHS avance sous couvert du mot d’ordre de transdisciplinarité et si nous nous adhérons, notamment ici à l’Ehess, à l’idée d’ouverture disciplinaire, nous pensons que la transdisciplinarité ne peut s’opérer que dans le respect de l’intégrité de chaque discipline. En effet, pour qu’il y ait un échange, il faut que chaque discipline reste ce qu’elle est, sans quoi on arrive à des confusions et à des compromis qui ne sont pas satisfaisants.
Venons-en à la deuxième échelle : les SHS au sein de la société. Je suis codirectrice d’un centre, on a eu M. CNRS, responsable de la valorisation, qui est venu nous voir. En gros, il aurait aimé qu’on lui parle de brevets alors que nous sommes un laboratoire d’historiens. Cela avait assez peu de sens et je crois qu’il faut tout de même se rendre compte, mais j’ai cru comprendre que vous en étiez convaincus, que la valeur ajoutée des sciences sociales dans une société ne relève pas à l’évidence du simple comptage, mais qu’elle relève de façon plus diffuse de l’intérêt général, de la culture générale aussi que l’on contribue à forger et qu’ensuite chaque niveau éducatif à a prendre à sa charge et transmettre aux citoyens ou aux futurs citoyens. On a abordé aussi cette question, mais cela tient à la place des SHS dans la société, on nous dit souvent que nous ne produisons que des chômeurs, que nos diplômes devraient avoir une valeur sur le marché du travail, mais de toute évidence il me semble -on est un certain nombre à en être convaincu- que la formation en SHS apporte des critères de jugement et des connaissances et pas des compétences qui sont précieuses dans toute une série de domaines professionnels. On le dit régulièrement mais cela semble être des professions de foi qui font bien dans un article seulement. On est convaincu que les SHS donnent plus d’envergure qu’une simple formation en management ou en communication. Ce qui est en jeu je crois, c’est une modalité d’approche du savoir. Il se construit à nos yeux sur le long terme, dans la complexité et pas dans l’immédiateté ni l’évidence ou l’utilité que l’on voudrait accoler à chacun des diplômes. Nous sommes attachés à cette définition et persuadés de sa valeur intrinsèque.
Le constat est qu’il y a une vraie place pour la recherche et l’enseignement en SHS dans notre société à condition qu’ils soient libres, ouverts et non pilotés. La question est : quelle vision avez-vous des SHS au sein de l’ESR et au sein de la société ?

Marc Lipinski : Premièrement, il y a une spécificité française qui est liée à ce dont on discutait précédemment. Cette spécificité tient au fait que les « élites » décidantes sont essentiellement issues des grandes écoles. Ces personnes ne sont pas passées par un travail de recherche, n’ont pas été formées par la recherche, ne sont pas docteurs en général et sont très éloignées des SHS. Il en découle qu’ils méprisent très profondément les SHS. Il n’y a pas de secret à ça. Vous traversez la Manche, vous allez en Angleterre, qui est un modèle plutôt libéral tout de même, et où les SHS sont reconnues et où un diplôme de docteur en SHS, quelle que soit la spécialité, ouvre tout un tas de portes qui sont complètement fermées en France. Je plaide là aussi pour une transformation radicale de la culture française. Je vais au-delà de la suppression de telle ou telle chose, de l’abrogation de ce que vous voulez. On a besoin de transformer la façon dont on forme nos élites décidantes. Cela prendra le temps que ça prendra. Cela prendra une génération. Mais il faut commencer. Et à ce moment-là on pourra défendre plus facilement qu’aujourd’hui l’idée qu’un travail de recherche en SHS peut ouvrir plus de portes que cela n’en ouvre aujourd’hui et en plus, je suis tout à fait en faveur de la défense de la place des SHS dans le financement et l’enseignement supérieur et la recherche. Mais il y a peut-être un argument supplémentaire que l’on peut utiliser. Puisqu’aujourd’hui on dit qu’il faut produire français, ce qui est formidable en SHS, c’est qu’on n’a pas besoin d’acheter quoi que ce soit à l’étranger, on n’a pas besoin d’appliquer une « tva sociale » sur je ne sais pas quoi, on peut tout faire localement avec des produits qui ont poussé localement. Donc du point de vue écologiste, c’est parfait et les SHS sont l’exemple et l’archétype de ce qu’il faut privilégier. En plus, ça ne coûte pas très cher.
Je terminerai sur la question du doctorat. Je suis en biologie, co-responsable d’une école doctorale. On n’a jamais accepté le diktat du doctorat en trois ans en biologie. Le problème, ce n’est pas tellement la durée du doctorat, c’est celui du financement. Le problème est celui du financement des thèses en SHS et donc il faut se battre pour qu’il y ait des financements sur ces thèmes-là. Les choses sont assez claires de notre point de vue et je pense que l’on vous rejoint assez fortement là-dessus. Mais c’est une bagarre à mener sur le très long terme et qui va bien au-delà de l’entrée par ce petit bout de la lorgnette qui est : quelle place doit-on laisser aux SHS ? Je pense que c’est en quelque sorte d’une révolution culturelle dont on a besoin.

Laurent Audouin : Il faut redire que les SHS sont quand même le champ scientifique qui a vocation à éclairer le débat public. Donc avoir une vision réductrice, utilitariste, selon laquelle il ne faut faire que ce qui est applicatif, est absolument un non-sens. C’est une richesse immense pour une communauté d’avoir à sa disposition des gens qui ont ce regard sur elle-même et qui peuvent de la sorte enrichir sa réflexion. Il faut donner des garanties de postes, de fonctionnement, pour que les SHS aient toute leur place dans toutes les structures scientifiques d’ailleurs. Il n’y a pas de raison de les « abandonner » aux universités, il faudrait aussi les renforcer au sein des organismes de recherche et éviter de tomber dans la caricature que l’on a vu assez souvent depuis quelques années, sous les traits de SHS croupions que l’on vient rajouter au milieu d’un ensemble de sciences dures ou de sciences appliquées pour faire caution morale ou pour soi-disant étudier les impacts dans de nombreux  domaines.
Concernant le doctorat, il me semble quand même qu’aller vers un doctorat plus proche de trois ans que de dix, c’est plutôt dans l’intérêt de tout le monde, au final. Si on veut avoir des financements de thèse sans que les gens soient obligés pour cela d’enseigner non pas 60 mais 120 heures dans l’année pour réussir à manger simplement, ou ne puissent faire une thèse que s’ils ont une activité salariée à côté, ce n’est pas non plus à l’avantage ni des doctorants ni de la recherche qu’ils font. Un financement sur trois ans où l’on est réellement financé pour son activité de recherche, c’est possible. Si on dit qu’il faut dix ans pour faire une thèse, eh bien alors on a trois fois moins de docteurs. Le débat est aussi là et il faut à un moment être un petit peu volontariste et accepter des choses. Mais si l’on a une politique scientifique affirmée de soutien général, je pense que l’argument de la stérilisation du champ tombe de lui-même.

Henri Audier : Je ne suis pas d’accord avec ce que tu as dit sur le rôle prééminent accordé aux SHS pour éclairer le débat public, parce qu’il y a, p.e., un « petit » débat public sur le nucléaire. Ce sont d’autres disciplines que les SHS qui vont participer à en éclairer les enjeux. Il en va de même pour le débat sur les OGM. C’est donc chaque discipline qui éclaire à sa façon le débat public. Car en présentant les choses comme tu l’as fait, on justifie à l’excès la place des SHS. Or, celles-ci sont des sciences comme les autres qui participent aux progrès des connaissances, au même titre que d’autres sciences qui prennent leur part dans cette tâche d’éclairer le débat.
Le deuxième point de ma remarque porte sur la tendance qu’il peut y avoir de dire qu’à l’étranger, c’est mieux. Par exemple, si vous considérez le sort des enseignants-chercheurs en SHS dans les universités américaines, vous constaterez que, dans la plupart des cas, ils font le double d’heures d’enseignement que ceux des sciences dures. Cela doit nous inciter à faire attention aux comparaisons internationales car elles peuvent être fort trompeuses si l’on n’est pas suffisamment vigilant dans leur analyse.
Ma troisième remarque concernera la thèse. Celle-ci est considérée dans les textes qui la règlementent comme une initiation à la recherche. Le problème est que les grandes écoles vont mettre quelqu’un à 24 ans sur le marché et nous, avec la thèse en dix ans, ce ne sera pas avant l’âge de 34 ans !

Marc Lipinski : On n’a pas plaidé pour dix ans.

Henri Audier : Non mais il y a un problème, tu ne peux pas le fuir. Je trouve que la thèse longue est une justification inconsciente au manque de postes. On a des « petites mains » et on les fait durer. Il y a des disciplines de terrain, aussi bien en géologie qu’en SHS, et ailleurs. Que sur des secteurs de ce genre on s’accorde sur le fait que le temps de la thèse puisse être plus long, pourquoi pas ? Mais, comme tu l’as dit, il serait bon que l’on s’efforce de se rapprocher d’une durée de réalisation qui n’excède pas quatre ans. Et ceci est vrai pas seulement pour les SHS mais également pour la biologie. Je sais bien que lorsqu’on aborde la question, les chimistes et les physiciens plaident en faveur de la durée de thèse la plus courte possible, cependant que la biologie et les SHS argumentent pour une durée de thèse plus longue. L’argument massue des chimistes et des physiciens était que s’ils ne formaient pas des docteurs à un âge encore jeune ou relativement jeune, ils allaient se faire passer devant par les étudiants formés par les grandes écoles du fait de leurs cursus plus courts. Je voudrais aborder un dernier point concernant les débouchés. Il se pose là un vrai problème de société qui est que quand le privé recrute des profils style SHS, ils recrutent plutôt des profils management, marketing et, sur ce créneau, l’école de marketing de Lons-le-Saunier est bien mieux placée que la Sorbonne en matière de débouchés.

Laurent Audouin : Je voulais rappeler l’importance que l’on attache à la reconnaissance du doctorat dans la fonction publique, en tant que telle, et également dans le secteur privé. L’obtention de cette reconnaissance passera par un dialogue avec les partenaires sociaux. Quand Marc parlait de l’Angleterre, il ne disait pas que c’est mieux là-bas mais, et d’ailleurs c’est le cas dans la plupart des pays développés, que le doctorat y est à sa place « naturelle », c’est à dire au sommet de la pyramide de formation. Ce n’est pas faire preuve de mépris pour les autres formations que de dire cela. C’est la formation la plus longue, la plus enrichissante, il serait donc normal que l’on crée le cadre pour qu’elle soit reconnue enfin à sa juste valeur.

Elie Haddad : Pour revenir sur la durée de la thèse, je reste attaché à l’idée que celle-ci puisse demeurer variable. Il se trouve que dans les disciplines SHS, en histoire en tout cas, on a pas mal de collègues qui enseignent dans le secondaire et qui décident de faire une thèse.

Laurent Audouin : C’est alors un autre cas. Il ne soulève pas le problème du financement.

Elie Haddad : Oui. Il se trouve aussi, et c’est valable pour toutes les sciences même s’il y a une abdication dans certains secteurs, que la recherche a besoin de temps pour se faire. Alors, que la thèse soit une initiation à la recherche, c’est une chose, que cela conduise à soutenir des choses qui ne sont pas au point faute de temps suffisant à consacrer à la collecte de données ou au travail de terrain, également par manque de temps pour l’élaboration de la réflexion méthodologique et épistémologique sur ce que l’on fait, c’est un problème. Car, dans ce cas, on affaiblit la recherche. Aussi, même si je suis d’accord pour défendre l’idée que cela ne rime à rien de défendre des thèses d’une durée de dix ans, je serai néanmoins très prudent sur la thèse à trois ans, voire quatre ans, qui me semble difficile.
Ma seconde remarque porte sur la question des domaines de recherche et de la liberté de recherche. Vous dites que les SHS ont vocation à éclairer le débat public. Et sur ce point je rejoins la première remarque d’Henri Audier. Quand tout à l’heure vous défendiez l’idée que personne n’avait travaillé sur le genre, outre que l’on travaille sur le genre depuis vingt ans en France, même s’il n’y avait pas d’institut consacré à ce domaine de recherche, il se trouve que quand le politique fait ça ou dit qu’il faut financer telle perspective pour éclairer tel débat de société, ce qu’il fait, c’est qu’il définit les termes de la réflexion. Or ce que font les SHS, et c’est le seul point où elles peuvent revendiquer leur scientificité, c’est qu’elles sont critiques et qu’elles déplacent les termes du débat. Par conséquent, si le champ est très défini par les acteurs politiques, les SHS ne seront pas scientifiques.

Laurent Audouin : Je précise que ce n’est absolument pas dans ce sens là que je me suis exprimé. Je tenais à souligner au contraire, comme tu le disais, que la spécificité des SHS est de ne pas forcément répondre à une question telle qu’elle est formulée, mais précisément d’apporter des angles d’analyse et éventuellement d’ouvrir d’autres thèmes de réflexion au débat public. C’est en cela que cette forme de questionnement est une richesse absolument remarquable et que ce que tu dis rejoint exactement le sens de mon propos. Alors qu’en physique nucléaire, p.e., si on vient poser une question, c’est en général avec une idée très précise et on attend souvent une réponse beaucoup plus binaire. Or dans les SHS, la position centrale qui est faite à la question de l’humain, et sa dimension essentiellement critique, ne peut que rejoindre les préoccupations des partis de gauche dits « progressistes ». Les SHS alimentent ainsi la réflexion dans le bon sens. C’est pour cette raison que je les valorise. Ce n’est pas du tout dans une perspective utilitariste, au sens banal du terme.

05- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts-L’évaluation

Christian Topalov : Comme j’ai déjà eu la réponse à ma question sur l’évaluation, le thème que je devais introduire, je vais être extrêmement bref : merci de nous dire que vous allez fermer l’AERES. Vous l’avez dit tout à l’heure et c’est très bien car, évidemment, cette agence n’est pas réformable. Je pense qu’il est inutile de représenter l’argumentaire ici. Il l’a été lors de la séance précédente. Une décision politique comme celle que vous vous apprêtez à promouvoir au sein d’un gouvernement de gauche, est absolument fondamentale pour nous encourager à penser qu’un vrai changement va suivre l’alternance politique. Et cette mesure ne coûte rien, car si fermer les Idex va être compliqué, en revanche fermer l’AERES va être d’une facilité biblique… puisque nous n’en avons pas besoin ! Et puis cela a un effet politique. Car n’oublions pas que les machines sarkozystes sont peuplées de gens. Ces gens ont des pouvoirs qui s’expriment dans et à travers des institutions. Faire baisser le niveau d’arrogance des gens qui ont été mis en place par le système sarkozyste est très important pour créer un rapport de force dont nous aurons besoin au lendemain de la victoire de la gauche. Donc merci de fermer très vite l’AERES.

Laurent Audouin : Effectivement on a besoin d’évaluation et on a besoin de faire attention à ce que tout soit évalué, que tout soit pris en compte dans l’évaluation. C’est un des seuls points positifs du concept. Mais évidemment, cela ne peut pas se passer comme cela se passe avec l’AERES. Il faudra réfléchir aux rôles que d’autres organismes peuvent endosser : est-ce que, p.e., le CNESER peut prendre en charge une partie d’évaluation des politiques? C’est un débat qui mérite d’être ouvert. L’idée qu’il y a une composante qui dépasse la dimension des organismes dans l’évaluation reste une idée intéressante. Encore une fois je le dis avec prudence. C’est une chose dont il faut débattre. Néanmoins, le gros soulagement de la dernière semaine, ça a été l’annonce de la suppression des notes par l’AERES . Cela a constitué une véritable respiration, mais évidemment il faudra aller au terme de cette évolution.

Marc Lipinski : Ce n’est pas tout à fait une suppression de la notation par l’AERES, c’est une multiplication d’une note unique en plusieurs notes.

Laurent Audouin : Cela change quand même beaucoup de choses.
Marc Lipinski : Oui.

06- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts- La précarité dans l’emploi scientifique

Sophie Pochic : On a déjà évoqué dans le débat la place de l’ANR et ses effets dévastateurs sur l’emploi scientifique : on évalue le nombre de précaires dans la recherche et enseignement supérieur entre 30 000 et 40 000 personnes. Ce qui rend la chose encore plus compliquée, c’est qu’ils sont sur des statuts éclatés, divers. Par voie de conséquence, ils sont très loin du modèle du précaire titularisable tel que l’avait pensé la loi sur la résorption de l’emploi précaire dans la fonction publique. Ma question sera donc directe : qu’est-ce que Europe Ecologie-Les Verts prévoit comme plan de résorption de l’emploi précaire ? Comment améliorer les débuts dans la carrière scientifique ? J’ai également lu dans votre programme que vous prévoyez de mieux réguler l’usage des CDD. Alors concrètement comment faire parce que les contrats de droit public sont encore pire que ceux du privé, ils sont renouvelables très longtemps, ils n’intègrent pas de prime de précarité et pas de cotisations ASSEDIC obligatoires. Et vous savez les effets de l’autonomie sur la question de la cotisation et parfois la non cotisations des universités aux ASSEDIC pour leurs doctorants. Un exemple : l’Ehess n’était pas obligée de passer aux RCE. Elle y est passée en se disant qu’elle obtiendrait des crédits supplémentaires. Elle n’a pas eu une rallonge budgétaire mais des charges supplémentaires, des contrats doctoraux, mais on ne lui a pas donné le budget nécessaire pour financer les ASSEDIC supplémentaires. François Weil, le président de l’Ehess est allé voir le ministère pour lui demander une rallonge et on lui a répondu : « mais vous n’êtes pas obligés de les payer ».

Marc Lipinski : Je suis un  peu surpris par le fait que l’on ne soit pas obligé de cotiser pour le chômage. Je connais mieux le CNRS. Au CNRS, pour les contrats doctoraux par exemple, on cotise aux ASSEDIC. Il y a donc une ouverture de droits sociaux à l’issue du contrat. On s’est longuement interrogé sur la façon de résorber l’emploi précaire et le rythme pour le faire, car la précarité a tellement explosé que l’on ne peut pas dire raisonnablement je crois que l’on peut titulariser l’ensemble des contrats précaires dans l’année ou même probablement dans une mandature.
Laurent Audouin : On est arrivé à un chiffre de 5000 créations de postes par an sur la mandature, c’est-à-dire 25 000 postes en tout. En disant ça on a conscience que ce n’est pas forcément suffisant pour résorber la précarité totalement. Mais il y a une forme de recherche d’équilibre entre le souhaitable et le possible. Cela représente déjà un investissement considérable. Ce serait un objet de combat politique important. C’est déjà ambitieux et puis il ne faut peut-être pas titulariser brutalement. Il faut assurer la qualité du recrutement, il ne faut pas assécher le vivier d’un seul coup. C’est complexe, c’est vraiment difficile, humainement c’est très dur car il est difficile de faire ces choix qui laissent sur le bord de la route un certain nombre de personnes. Oui, mais c’est un lot universel. Pour ce qui nous concerne à Europe Ecologie-Les Verts nous sommes sur ce chiffre de 5000 postes par an.

Sophie Pochic : Est-ce que je peux faire un commentaire sur le rôle des régions dans la résorption de l’emploi scientifique ? Parce que vous avez dit effectivement que les régions deviennent des acteurs mineurs mais réels dans ce domaine et quand on regarde par exemple les domaines d’intérêt majeur, qui sont une initiative intéressante de la région Île-de-France, on constate qu’ils donnent autant d’allocations de recherche que de post-docs. Ce qui signifie qu’ils participent aussi à la création d’un emploi précaire dans le domaine.

Marc Lipinski : Oui, je vais assumer. Personnellement je ne suis pas contre l’idée que l’on puisse faire un post-doc après la thèse, je ne suis pas absolument contre l’existence des post-docs. Je crois que ce qu’on a mis actuellement à la région Île-de-France comme limite c’est que ça soit un premier post-doc que l’on puisse financer et pas un énième post-doc. On a créé effectivement des CDD, des allocations post-doctorales. J’ai tiré vers le haut le montant des allocations. Quand je suis allé présenter ce dispositif la première fois à la personne qui était responsable de la CPU Île-de-France, qui était le président de l’université de Nanterre à l’époque, il m’a dit : « Mais vous vous rendez compte que vous allez donner plus à un post-doc que moi-même je donne à un maître de conférences débutant ! ». J’ai répondu : « Je suis désolé mais ça c’est votre problème, ce n’est pas le mien. Moi je me suis aligné sur le standard européen ». Alors, est-ce qu’il faut supprimer complètement les post-docs ? Pour ma part je pense que le fait que l’on puisse faire un post-doc est formateur. Je ne suis pas favorable au recrutement obligatoire à l’issue de la thèse qui conduit à ce que si l’on n’est pas recruté à l’issue de la thèse on disparaît du circuit. Je pense que ce n’est pas très raisonnable, mais ce n’est pas une position qui a été vraiment discutée au sein du parti.

Christophe Pébarthe : Je pense que c’est une question extrêmement importante car il y a toujours deux bouts pour prendre la même question, c’est-à-dire le bout des gestionnaires, la perspective budgétaire, comme vous l’avez dit en évoquant 5000 postes, etc. Mais il y a quand même un autre bout, qui est le fait que l’on parle d’individus. Quand vous dites que l’on aura à peu près les moyens de créer 5000 postes de titulaires, mais les autres, ceux qui ne seront pas recrutés, est-ce qu’ils ont les moyens de vivre dans cette situation qu’on leur fait ? Est-ce qu’ils ont les moyens psychologiques de vivre au jour le jour, je ne parle même pas des moyens financiers car c’est une évidence que c’est difficile ? Donc la question n’est pas uniquement budgétaire, elle est aussi humaine, on parle d’individus qui sont précarisés parfois pendant des années. Moi-même je suis directeur d’une revue dont la secrétaire d’édition pendant huit ans a expérimenté à peu près tous les contrats possibles et imaginables en précarité. Elle a trois enfants. Je vous laisse imaginer ce que cela signifie concrètement pour l’accès aux prêts, etc. Il faut voir aussi que derrière il y a cette réalité-là et que, en termes financiers, ces gens de toute façon sont déjà payés. Donc la dépense en plus qui se traduirait par une titularisation ne doit pas non plus être exagérée de trop, comme si l’on créait des postes ex nihilo. Ces gens sont payés pour la plupart d’entre eux. Ils travaillent parfois depuis 10 ou 15 ans en contrat précaire à l’université, par exemple. C’est un peu difficile de leur dire que l’on va vérifier s’ils sont compétents parce qu’ils ont vraiment l’impression que depuis 10 ou 15 ans ils sont sacrément compétents. Et parfois même ils exercent des postes de responsabilité. Il me semble que là politiquement il y a deux choses qu’il faut déclarer : la première est évidemment d’arrêter la fabrique à CDD avec les Labex etc. Ça paraît évident mais il faut le rappeler : la première chose que nous pouvons faire est d’arrêter d’en produire. Car on voit comment ça marche partout : souvent employés comme bouche-trou quelque part, on les titularise ensuite, et en même temps il y a une nouvelle machine qui en fabrique de nouveaux et on devra revoir le problème dans cinq ans ou six ans. Donc il faut faire valoir l’idée que c’est un service public et qu’il faut donc du personnel statutaire. La deuxième chose qu’il faut rappeler politiquement est que le statut n’est pas un avantage ou un privilège, il est adossé à une mission de service public. Avoir du personnel statutaire, c’est la garantie d’avoir un service public. Ce n’est pas un privilège pour les agents. C’est aussi un point qu’il faut rappeler. Troisièmement, je pense qu’il faut sortir de l’obsession chiffrée et dire qu’il est inacceptable que les universités fonctionnent en gros avec 30 % de précaires sur des postes, je le répète, à responsabilités. Le précaire de l’université, ce n’est pas l’employé du service d’entretien, celui qui va apporter le courrier, etc., ce sont les services informatiques des universités, p.e. Je précise ceci pour corriger la représentation conventionnelle qui imagine que c’est toujours au plus bas de l’échelle que l’on trouve des précaires. Si les précaires s’arrêtaient de travailler, il n’y aurait pas d’université possible. Donc je ne vois pas comment politiquement on peut dire à ces gens : « on verra », « peut-être », etc. Je crois qu’il faut être ambitieux, justement parce que ça ne coûte pas cher. La bataille ne porte pas tant sur l’argent que sur la question de l’emploi public. Et c’est là où il y a un combat politique à mener. Est-ce que vous êtes favorables au principe de mission de service public du personnel statutaire ? Alors après on pourra toujours discuter du calendrier : ce n’est pas nécessairement tout de suite qu’il sera possible de le faire. Mais le nombre de 5000 postes, ce n’est clairement pas assez vu les problèmes que nous avons puisque nous les connaissons. Dans le monde de l’université ce sont des centaines de personnes qui sont précaires depuis des années dans la même université au même poste. Il me semble donc qu’il y a un enjeu de justice et de service public dans la question qui doit dépasser les enjeux comptables.

Laurent Audouin : Evidemment on ne peut pas se limiter aux enjeux comptables, on ne peut pas non plus en faire abstraction. C’est un équilibre à trouver. Sur les gens qui sont en poste vraiment depuis des années il me semble quand même que cela pourrait passer par des mécanismes de régulation, comme les fameux mécanismes Tron, sur la loi de résorption de la précarité dans la fonction publique. Il n’y a pas besoin de l’assouplir énormément, il y a des choses à corriger et cela réglerait de cas. Si l’on ramène à 4 ou 5 ans, si l’on prend en compte l’ensemble des activités et pas seulement un poste précis, quand les gens auront 16 ans d’emploi public, il y aura quelque chose d’absurde à dire : « oui, mais 16 ans, c’est 4 × 4 ans, donc ce n’est pas possible de vous titulariser». Ce serait de la mauvaise foi patentée. On peut le régler. Et effectivement, tu le dis très bien, titulariser sur des postes de ce genre ce n’est pas un surcoût significatif. Donc les 5000, à la limite, on peut en discuter. Il est possible que ça soit 7000. En même temps il ne faut pas dire que l’on va titulariser tout le monde tout de suite à toute vitesse. Il faut essayer de trouver un équilibre. C’est une discussion qu’il faut avoir progressivement et peut être chiffrer en fonction des catégories. En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’on voit vraiment le statut public et protégé comme un atout. Cela permet aux gens qui le souhaitent de mieux travailler que sur des statuts précaires, cela permet de faire une recherche de meilleure qualité. Si la recherche française a une efficience et une attractivité, c’est aussi lié au fait que les gens n’ont pas à se poser la question pendant 10 ans de leur carrière de savoir ce qu’ils vont faire l’année prochaine, à rechercher l’endroit où ils doivent candidater et où ils doivent aller. S’il y a 25 % de candidats étrangers au CNRS, ce n’est pas par hasard, c’est que les gens veulent avoir les meilleures conditions pour faire le métier qu’ils ont choisi. Donc là-dessus il faut être extrêmement clair et explicite : c’est un atout, pas un privilège.

Henri Audier : Par rapport à l’intervention précédente il faut faire attention de ne pas demander à la gauche de réparer en trois ans dix ans d’erreurs de la droite. Je voudrais rappeler quand même que jusqu’en 2002 sous la gauche, il était interdit de recruter un CDD sur des crédits publics. Et cette règle, il va falloir la faire revenir. Deuxièmement, je pense que le problème de l’avenir des CDD est un vrai problème social car les CDD créent le fait que l’on entre de plus en plus tard et que de ce fait  de plus en plus d’étudiants dans de nombreuses disciplines se détournent de la recherche. Donc je crois que l’une des exigences va consister à demander que trois ans ou deux ans après la thèse, car chaque directeur de laboratoire sait, à partir du moment où une personne a terminé sa thèse, qu’elle demande au labo deux ans de financement pour préparer sa candidature à un organisme de recherche ou à l’université ; c’est ce que moi j’appelle une allocation de transition. Mais passé ce délai il doit s’agir ensuite de CDD. La première chose est de demander, comme première mesure à prendre par la gauche, la transformation des sommes servant à payer des CDD en emplois budgétaires. Cela a un avantage qui est de faucher d’un coup 500 millions d’euros à l’ANR, c’est-à-dire un peu plus de la moitié de ses crédits. Et ça permet de titulariser plus de 5000 postes. Car en effet si les emplois occupés par des CDD sont des emplois permanents, eh bien dans ce cas il n’y a aucune raison qu’ils ne soient pas occupés par des titulaires.
En tenant compte de la situation budgétaire désastreuse du pays, il va falloir demander un plan d’intégration des précaires étalé dans le temps et que, pour ceux qui n’auront pas été pris, que l’on trouve des procédures pour que ces gens ne restent pas le bec dans l’eau. Une fois cela fait, on peut ensuite recruter des gens à un plus jeune âge et je crois qu’il faut se battre sur le nombre de 5000 postes par an en plus de l’intégration des précaires. Je ne dis pas qu’on l’obtiendra, mais je dis qu’on présente là quelque chose qui est relativement responsable vu le contexte tout en respectant nos principes. Il faut donc dissocier les deux et faire tout de suite ce qui ne coûte rien.

Marc Lipinski : Vous ne nous avez pas du tout interrogés sur ce qui fait la spécificité d’Europe Ecologie-Les Verts concernant les dispositifs que l’on pourrait proposer pour mieux impliquer toute la société dans les processus de recherche et sur la réflexion sur la recherche, etc. C’est dommage parce qu’on a des choses à dire là-dessus. On a là un positionnement assez spécifique parce que nous pensons que les citoyens dans leur intelligence ont leur mot à dire, et le niveau de disponibilité de l’intelligence citoyenne est en augmentation constante. L’intelligence citoyenne, nous sommes vraiment favorables à sa croissance. De ce point de vue nous estimons qu’il est dommage de se passer de la contribution que les citoyens peuvent apporter. Moi j’ai créé un dispositif qui s’appelle le dispositif Picri  en Île-de-France, qui est un dispositif de financement de recherches qui doivent se mener en partenariat entre le monde académique et le monde non académique, celui des citoyens organisés. Cela produit des recherches originales, cela produit des rapprochements intéressants entre le monde académique et le reste de la société, cela élève le niveau de formation de la population en général aux questions de méthodologie et aux questions d’ordre scientifique : ça s’appelle les Picri en Île-de-France, cela continue bien que je ne sois plus aux manettes. Il y en a désormais sous une autre appellation en Bretagne, il y en a en Nord-Pas-de-Calais. Moi je souhaiterais que dans un prochain gouvernement on introduise ce dispositif au niveau national, que le CNRS se préoccupe de ces questions-là. Je pense que cela ferait partie des missions des organismes nationaux de recherche que de se tourner un peu plus vers la société. Je pense que dans le cursus universitaire, l’ouverture vers la société devrait être prise en compte. Il y a dans l’espace de l’enseignement supérieur européen, un peu partout, des boutiques de sciences , des lieux de proximité où le citoyen lambda peut venir chercher des réponses à des questions d’ordre scientifique qu’il se pose. Je pense qu’il faut qu’il y ait une impulsion qui vienne du niveau national pour développer ça et je pense que là aussi, les régions peuvent jouer un rôle qui n’est pas négligeable pour contribuer à ce rapprochement entre citoyens et monde académique et je pense que l’on a des choses intéressantes à dire là-dessus.

Sophie Pochic : Si l’on n’a pas posé cette question ici c’est peut-être que la relation entre le monde social et la recherche en sciences sociales est parfois un peu compliquée dans le sens où il faut faire attention à ce que nos pratiques scientifiques ne soient pas réduites uniquement à une demande d’éclaircissement d’un problème social. Comme vous le savez, les Picri lorsqu’ils ont eu lieu en SHS, il y a eu parfois des tensions qui portaient en partie sur la temporalité des réponses, les associations attendant des réponses relativement courtes dans le temps alors que les doctorants, puisqu’il y en avait un par exemple dans mon équipe, avait besoin d’un temps beaucoup plus long et de l’inscrire dans une recherche beaucoup plus large que les attentes un peu plus étroitement circonscrites des destinataires de la réponse. Alors c’est un peu différent dans les relations avec certaines sciences dures, mais en sociologie du travail et en sciences politiques, c’est à la fois innovant et en même temps à regarder avec attention.

Marc Lipinski : Je suis complètement d’accord avec ce que tu dis mais je pense qu’il y a cette phase d’appropriation ou de mutualisation qui est compliquée, qui prend du temps évidemment, je ne dis pas du tout que c’est une panacée et que ça va remplacer tout le reste ; c’est juste quelque chose qui enrichit à la fois le côté citoyen et le côté scientifique pour ceux que ça intéresse. Il n’est pas question d’imposer quoi que ce soit à qui que ce soit. Simplement, je pense que c’est quelque chose qu’il faut creuser, il faut voir les difficultés, il y en a évidemment. La question de la temporalité, je l’ai bien notée, c’est évident qu’elle est une difficulté mais cela n’empêche pas de vouloir développer cela et je pense que c’est important de le faire. Cela reste à côté des lignes de force de la recherche.

Lancelot Six : Concernant les jeunes chercheurs, le premier emploi scientifique que l’on a fait est la thèse et cela doit rester la thèse qui permet  de faire de la recherche sereinement et dans de bonnes conditions. Il y a ensuite la question de ce qui se passe après la thèse. On a parlé des post-docs rapidement. Un post-doc, je suis désolé, mais c’est un CDD de recherche. Quoi qu’on en dise, une fois que l’on a obtenu notre thèse, que l’on est docteur, on nous dit qu’il faut faire un CDD afin de compléter notre expérience. Il y a un deuxième aspect qui est que derrière le doctorat il y a la question du nombre de docteurs et ce que l’on en fait. Le monde académique peut absorber jusqu’au quart de docteurs qui sont produits et formés par la recherche. Mais que fait-on des autres ?

Marc Lipinski : Il me semble que l’on a déjà répondu à ça lorsqu’on a abordé la question de l’entrée des docteurs dans le monde du travail ; il est évident que cela ne se restreint pas au monde académique. Il me semble que l’on a traité ça en disant qu’il faut privilégier l’emploi des docteurs en reconnaissant ce niveau de formation dans la fonction publique et en poussant à ce que ce soit reconnu dans les conventions collectives dans le privé. Évidemment c’est un débouché pour les docteurs. Et puis en ce qui concerne la question du contrat, oui un post-doc est un CDD. Mais il me semble avoir déjà répondu à ça : on n’est pas absolument contre l’existence d’un CDD après la thèse.

Lancelot Six : Après c’est une question de vocabulaire parce que quand on parle de post-docs, même lorsqu’il s’agit de gens qui font des stages postdoctoraux, qui sont financés par des bourses, on ne considère pas un post-doc comme étant un chercheur à part entière dans tous les cas. C’est une réalité, c’est entre autres choses une question de vocabulaire et je voulais signaler ce point en disant que quand fait un post-doc, c’est avant tout un CDD de recherche, on fait un travail de recherche et quoiqu’on en dise, la suite de la carrière après un doctorat c’est un prolongement du début de carrière. Mais je voulais surtout souligner qu’il fallait faire attention au sens des termes que l’on utilise.

Laurent Audouin : Je suis tout à fait d’accord avec toi pour dire que le terme de « stages postdoctoraux » n’est pas acceptable et masque la réalité de la situation. C’est typiquement le genre de termes à bannir du vocabulaire.

Marc Lipinski : C’est le mot « stage » qu’il faut bannir.

Laurent Audouin : Effectivement il est totalement inapproprié. C’est un contrat de recherche pour un temps déterminé et la thèse est bien une expérience professionnelle, elle a vocation à être rémunérée en tant que telle, à offrir la garantie sociale correspondante. Il n’y a aucun doute là-dessus. Ensuite c’est une formation par la recherche et c’est pour ça qu’en complément de l’aspect du recrutement dans le public, on est attaché à une valorisation de ce qui est aussi un diplôme, de manière à ce que les gens puissent trouver des débouchés à la hauteur de leurs compétences. Je rajouterai un mot inspiré par le titre du séminaire : « politiques des sciences ». Pour nous cette notion n’est pas tout à fait séparable de la notion d’expertise et je voudrais redire à quel point on est attaché dans ces temps de crise permanente à une expertise publique indépendante et fiable pour les citoyens, au fait de créer une Haute autorité de l’expertise qui soit réellement indépendante et dotée de moyens conséquents et de mettre en œuvre un véritable statut protecteur des lanceurs d’alerte. Si l’on veut réconcilier fondamentalement les citoyens et la science, cela passe d’une part par ce que Marc a développé, c’est-à-dire un aspect de recherche partenariale, où l’implication réciproque donne envie d’aller plus loin, et dans une confiance renouvelée à la parole de personnes qui sont des spécialistes. L’expert ne sait pas tout, l’expert ne dit pas tout mais on doit pouvoir trouver des gens en qui on a confiance, c’est absolument fondamental.
Philippe Sindzing : A l’université de Paris VI, le président a plusieurs fois proposé de limiter la durée des post-docs à trois ans, c’est-à-dire que cela revient à interdire le recrutement au-delà de trois ans après la thèse. J’ai entendu aussi dans d’autres lieux qu’ils comptaient limiter la précarité de cette façon-là. Qu’en pensez-vous ?

Marc Lipinski : Je n’étais pas au courant de cette proposition de Pomerol. C’est-à-dire qu’il règle le problème en disant qu’au bout de trois ans les gens doivent s’en aller. S’il n’y a pas de débouchés offerts par ailleurs, cela signifie un gâchis extraordinaire où l’on pousse les gens à partir à l’étranger. Je veux dire que s’il n’y a pas de postes ouverts de maîtres de conférences ou de chercheurs, et que trois ans représentent un couperet absolu, on peut envisager cette règle à condition qu’il y ait des ouvertures statutaires. Mais s’il n’y en a pas, c’est un problème et je connais Pomerol, je ne pense pas qu’il plaidait pour que tout le monde au bout de trois ans de post-doc soit recruté maître de conférences dans son université. Ça m’étonnerait.

Philippe Sindzing : Non en effet je ne le pense pas.

Laurent Audouin : C’est une proposition qui est très radicale. Est-ce qu’on ne peut pas en revanche prendre acte du fait qu’il faut encourager néanmoins des recrutements précoces et donc se donner un système de quotas par exemple, l’exemple du recrutement au CNRS est peut-être plus ouvert de ce côté-là puisqu’il y a deux grades de recrutement : CR2 et CR1. Est-ce que les CR2 ne devraient pas représenter obligatoirement au moins 50 % du recrutement total et être limités à deux ou trois ans après la soutenance de la thèse ? Est-ce que c’est une façon d’inciter ? C’est quelque chose qu’il faudrait discuter. Cela a des avantages et des inconvénients. Je n’ai pas de réponse toute faite là-dessus. Il faut trouver une dynamique comme ça.

Tribune: “L’Idex expliqué à mes parents, beaux-parents, oncles et tantes…”

  – Réponses aux questions que vont me poser mes parents, beaux-parents, oncles et tantes –

Il y a dans ma famille des gens qui sont extérieurs au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui n’en sont informés que par ce qu’en disent les média, et qui me demandent parfois des explications sur ce qui s’y passe.  Ils peuvent être d’une génération antérieure ou postérieure à la mienne ; ils peuvent être tout à fait d’un autre bord que moi politiquement – ce qui ne les empêche d’ailleurs pas d’être de bonne foi et d’essayer de comprendre sérieusement ce que je peux vivre de l’intérieur.  Ils demandent parfois des explications sur ce qui leur apparaît, forcément, comme des  positions paradoxales, au vu de la façon dont les choses leur sont présentées : par exemple, en période de grève générale (comme en 2009) : comment des chercheurs peuvent-ils être si peu satisfaits de recevoir tant d’attention et tant d’argent du gouvernement, tant il est de notoriété publique que l’université est « la réforme réussie » du quinquennat Sarkozy (en Une de “Challenge” sans point d’interrogation, et du “Monde” avec point d’interrogation), tant il est répété sur toutes les ondes que les universités sont enfin autonomes et épanouies de l’être, tant il a été claironné que des dizaines de milliards d’euros étaient « mis à la disposition de l’enseignement supérieur et de la recherche » ?

Je pense aux questions que ces gens vont peut-être me poser s’ils ont entendu parler de la conférence de presse récente, du 13 mars, où François Fillon a annoncé que la somme faramineuse de 6 milliards d’euros allait être déversée sur huit nouvelles initiatives d’excellence (IDEX) ayant pour ambition de devenir des pôles de rayonnement mondiaux de la recherche et de l’université  française.  Je fais partie de l’un de ces « IDEX » : Sorbonne Paris-Cité, ci-devant SPC, aussi familièrement appelé « IDEX des numéros impairs », parce qu’il regroupe les universités Paris 3, 5, 7 et 13 (je suis employé par l’une des universités qui en sont membre fondateur, l’université Paris-13) ; et, non, je ne suis pas heureux de cet IDEX.  Pas plus que la  majorité de mes collègues embarqués dans le même navire. Comment expliquer à mes amis que je ne suis pas heureux qu’on me déverse dessus 800 millions d’euros ? Que je ne suis pas ravi à l’idée de devenir un enseignant-chercheur d’un pôle de rayonnement mondial ?  Qu’est-ce que je pourrai leur répondre, s’ils me posent ce genre de questions ?

1. Alors tu n’es pas content de travailler avec des collègues d’autres universités ?

Je suis très content de travailler avec des collègues, avec qui j’ai effectivement des choses à échanger. Mais note bien que je n’ai pas attendu l’existence d’un IDEX pour le faire. Actuellement déjà, s’il y a des rapprochements que l’on constate naturellement entre thèmes de recherche ou d’enseignement dans deux universités ou équipes de recherche différentes, rien n’empêche de travailler ensemble. Je peux faire des projets de recherche avec des collègues d’autres universités, et j’ai le droit d’aller donner des heures de cours dans d’autres universités. À un niveau plus élevé que celui de l’individu isolé, il existe des conventions, des systèmes comme des diplômes en co-tutelle, des encadrements de thèse en commun, des maisons de la recherche, des laboratoires mixtes, ou des écoles doctorales communes. Et cela ne se limite d’ailleurs pas aux autres établissements qui sont dans l’IDEX. Donc, si l’on parle de collaboration *volontaire* avec des collègues d’autres universités, non, il n’y avait pas besoin d’IDEX pour cela.

2. Mais tu dois être quand même content que le gouvernement vous donne beaucoup de moyens pour fonctionner ?

Mais le gouvernement ne nous donne pas tant de moyens pour fonctionner qu’il veut le faire croire. Pour l’IDEX SPC, on « met à notre disposition » 800 millions d’euros. Pour commencer, précisons que la demande initiale était de 1300 millions d’euros.  Nous en obtenons donc 800 millions.  Bien, le chiffre a l’air énorme.  Mais je ne sais pas si cela a été expliqué suffisamment clairement dans la presse, mais cela ne veut pas dire que l’on nous donne 800 millions d’euros à dépenser – pour acheter des bâtiments, des accélérateurs de particules, des super-calculateurs, des laboratoires de biologie, des équipements pédagogiques, et embaucher des dizaines d’enseignants et de chercheurs. Non, ces 800 millions d’euros sont une « dotation non-consomptible », c’est-à-dire une somme qu’on met à notre disposition en 2012, et qui devra être toujours intacte, au sou près, dans quatre ans.

Pour avoir de l’argent à dépenser, on doit donc compter sur les intérêts produits par cette somme, en l’utilisant pour faire des placements. Combien ça représente ? Difficile à dire exactement : le revenu des placements dépend de leur risque. Placer l’argent dans des fonds de « subprimes » pour gagner beaucoup en peu de temps, c’est un peu passé de mode. Alors imaginons que les gestionnaires de cette somme soient prudents et fassent un placement de père de famille, à 4%. 800 millions d’euros, à 4%, ça fait 32 millions d’euros par an. Ces 32 millions d’euros sont à distribuer entre les huit établissements prenant part à l’IDEX, c’est-à-dire en moyenne 4 millions d’euros chacun. Ça a l’air déjà moins énorme que les 800 millions d’euros annoncés dans la presse.

Alors, certes, 4 millions d’euros, ce n’est pas une paille ; mais il faut relativiser : le budget d’une université comme la mienne tourne autour de 170 millions d’euros, donc 4 millions, ce n’est pas non plus la grande cagnotte du loto.

  Et puis si je me mets à raisonner en tant que contribuable, et plus seulement en tant qu’universitaire, il y a encore autre chose qui me fait tiquer. Ces 800 millions d’euros, il est un fait d’évidence que l’état français ne les a pas. Il doit donc les emprunter, avant de pouvoir nous les prêter (c’est le fameux « Grand Emprunt »). Donc lui aussi paye des intérêts. Admettons (toussotement gêné), admettons que l’état français bénéficie d’une telle confiance, en  tant que débiteur, qu’on lui prête à des taux plus bas : mettons 3%. Ça veut dire quand même que chaque année, il rembourse de son côté 24 millions d’euros pour avoir la possibilité de mettre à la disposition de notre IDEX de quoi empocher 32 millions d’euros. Ce ne serait pas plus simple qu’il nous les donne directement, au lieu d’ajouter d’un côté à la dette publique, et d’obliger par ailleurs nos gestionnaires à faire un travail de financiers en plus de leur travail de gestionnaires d’établissements d’enseignement et de recherche ?

3. Bon, mais vous allez tous être meilleurs, il paraît … le dossier de presse dit qu’on va augmenter la  qualité de la recherche scientifique dans ces regroupements, en augmentant la proportion de chercheurs de haut niveau. Ils vont faire quelque chose pour vous, pour ça, concrètement ? Par exemple vous libérer à tous plus de temps pour faire de la science ?

Ce n’est pas du tout prévu comme ça.  Même à supposer – et c’est une supposition qui n’est absolument pas démontrée ! – même à supposer, donc, que l’on puisse mesurer ce qui fait un mauvais chercheur, un bon chercheur, ou un chercheur « excellent », le dispositif ne prévoit pas du tout de promouvoir tous les enseignants et tous les chercheurs.

Dans le système de l’IDEX, on a trouvé un moyen simple de compter la proportion de chercheurs « excellents » : on compte les effectifs de toutes les équipes étiquetées comme telles par l’AERES. Cela  veut dire qu’on compte les équipes qui ont été labellisées « A+ » ou « Labex » – pour schématiser, celles qui produisent le plus de publications scientifiques ou de brevets. L’obtention de cette précieuse étiquette est déjà parfois, en amont, le résultat d’un travail d’écrémage : on n’intègre dans les effectifs que les sous-équipes les plus « productives », et l’on obtient sans surprise des équipes « excellentes ».  Donc : on prend tous ces « excellents », on les met ensemble, on construit une jolie clôture (sur le papier) tout autour, qu’on appelle le « péridex » (périmètre d’excellence). On compte ce qui est à l’intérieur de la clôture, et on constate que ça représente 37% des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’ensemble.

Ensuite, que fait-on pour augmenter ce chiffre de 37% ? Tu crois qu’on donne aux autres équipes, celles qui ne sont pas encore « A+ », des ressources et des incitations pour franchir la clôture ? Tu n’y es pas du tout. Voilà ce qui est prévu : sur l’ensemble des postes de chercheur « non-excellent » qui se libèrent chaque année à la suite de départs en retraite, on en prélève une proportion que l’on remet au recrutement *à l’intérieur du « péridex »*.  En d’autres termes, on ne déplace pas la clôture : pour cinq vaches maigres qui meurent en-dehors de la clôture, on rachète une vache grasse qu’on met à l’intérieur de la clôture.

Et quand je dis « on rachète » … en fait, pour être plus juste, on loue.

4. Et ceux qui sont « excellents », au moins, ils y gagneront vraiment ?

Très bonne question, justement ! Qui sont ces futures vaches grasses, et comment va-t-on les traiter ?  À peu près comme les vaches laitières de l’agriculture contemporaine, c’est à craindre.

Il est bien connu, dans le milieu des chercheurs et des enseignants, que les collègues français sont scandaleusement mal payés par rapport à leurs collègues d’autres pays. En France, un jeune chercheur, embauché avec un diplôme de niveau bac+8 (ce qui veut souvent dire concrètement bien plus de huit ans après le bac, le temps de participer à la grande course aux postes vacants), touche aujourd’hui 1,59 SMIC.  Si tu prends une machine à voyager dans le temps et que tu vas le dire à un universitaire de 1962 (occupé à acheter son premier appartement avec sa première paye), il va très certainement refuser de te croire.

Par ailleurs, les « enseignants-chercheurs » français – c’est-à-dire les universitaires – ont des charges, en termes de tâches extérieures à la recherche (enseignement, administration), qui font éclater de rire les collègues anglo-saxons.  Ils doivent enseigner, statutairement, 192 heures par an – ce qui représente, lissé sur les semaines des semestres universitaires non-consacrées aux examens, à peu près 8h par semaine en moyenne.  Les collègues américains n’ont pas de statut national auquel on pourrait comparer le nôtre, mais pour donner une idée de la manière dont est organisé leur système universitaire, je peux te dire que si des enseignants d’une université prestigieuse (qui délivre des diplômes reconnus, au-delà de bac+3) font *deux* modules de 24h par semestre (donc, au total, 96h par an, c’est-à-dire la moitié de ce que nous faisons en France), ils s’estiment grotesquement amputés dans leur capacité à rester à la fois enseignants et chercheurs. Ils considèrent qu’ils sont avant tout des chercheurs qui transmettent leur connaissance de domaines spécialisées, pas des enseignants de collège à mi-temps.

Malgré les inconvénients de ce statut, il y a chaque année, jusqu’à maintenant, pas mal de chercheurs étrangers de très bon niveau qui tentent leur chance en France, en essayant de s’y faire recruter comme chercheur ou comme enseignant-chercheur. Pourquoi ? Parce qu’il reste – il restait jusqu’à maintenant – en France un avantage que les chercheurs d’autres pays nous enviaient : l’emploi stable. Tu as fait huit ans d’études, tu as atteint le meilleur niveau possible dans le système universitaire, tu galères trois ans pour trouver un poste, et tu acceptes malgré tout un poste payé 50% de plus que le SMIC : pourquoi ? Parce que tu penses qu’au moins, dans ce poste, tu vas pouvoir développer l’activité intellectuelle qui te plaît pour le reste de ta carrière, sans avoir le stress de justifier ton existence en permanence, et sans avoir à changer d’orientation au gré de changements de priorités stratégiques de ton employeur.

Cet avantage était déjà en train d’être grignoté marginalement, par le système du financement par projets qui s’étend depuis quelques années en France, et qui fait qu’un chercheur doit passer une partie de plus en plus grande de son temps à répondre à des appels d’offres et à rédiger des dossiers – non pas encore pour justifier son propre salaire, mais pour obtenir les moyens dont il a  besoin pour son travail. Avec ce projet d’IDEX, il s’y fait la première brèche sérieuse.  Le projet d’IDEX prévoir en effet d’embaucher des jeunes chercheurs brillants en contrat à durée déterminée. Comme  c’est le cas dans le système allemand ou dans le système américain, ils auront un contrat probatoire de quelques années, et à l’issue de cette période leur emploi sera réexaminé.

Alors bien sûr, si tu supprimes l’avantage de la sécurité professionnelle et de l’indépendance intellectuelle, tu ne peux plus te permettre de payer les gens juste au-dessus du SMIC. L’ambition des IDEX est de créer des universités qui vont rivaliser avec Stanford, Harvard ou l’UCLA pour attirer les meilleurs talents au niveau international ; il est donc bien certain qu’on ne va pas convaincre un jeune chercheur qui pourrait avoir un poste à Stanford de venir à Paris – même s’il aime bien Paris – sur un contrat de deux ans payé 1700 euros par mois.  Le projet prévoit donc, pour ces embauches de jeunes chercheurs « excellents », une négociation individuelle du salaire et des conditions de travail.

On va donc créer une catégorie d’enseignants-chercheurs à part, de mercenaires de la recherche de haut vol, sans statut précis, qui vont coexister avec leurs collègues fonctionnaires. Ils pourront être payés trois fois plus que leurs collègues ; ils pourront avoir trois fois moins d’obligations d’enseignement – parce que bien sûr on les fera venir pour augmenter le nombre de prix et de publications internationales, pas pour participer à des tâches moins prestigieuses comme de faire des cours en amphi à des étudiants de première année. En revanche, ces jeunes étoiles filantes seront condamnées à travailler avec la menace permanente de ne pas être renouvelés s’ils ne sont pas suffisamment brillants, et avec la pression permanente de devoir répondre à des « appels d’offres internes » concurrentiels, pour faire partie de ceux qui auront le droit d’obtenir les moyens de poursuivre leurs activités.

5. Et les étudiants, ils en profitent, de leur côté ? Ils vont avoir une formation de meilleur niveau, dans cette nouvelle super-université ?

C’est bien, tiens, toi tu te rappelles que dans une université il y a des étudiants !

Alors pour commencer il faut savoir que dans le système existant, un grand nombre d’étudiants qui s’inscrivent à l’université n’arrivent pas à obtenir de diplôme (moins de la moitié en moyenne obtiennent le premier grade universitaire, la licence, de niveau bac+3).  Tout frais sortis du lycée, sans préparation, sans aucune sélection, et sans aucune préparation au fait d’être sélectionnés (85% des élèves de terminale ont le baccalauréat), ils s’inscrivent à l’université souvent sans vraiment savoir ce qu’ils veulent y faire, ce qu’ils peuvent y faire, parfois avec de grosses lacunes en termes de niveau ou de méthode de travail.  Jusqu’à présent on ne sait pas très bien par quel bout prendre ce problème.

Alors, qu’est-ce que tu imagines qu’on va faire pour eux, dans une université d’excellence ?  Qu’on va mettre des moyens pour leur donner des heures de cours supplémentaires en première année, pour qu’ils finissent par rattraper, au bout de trois ans, le niveau attendu en licence d’histoire, de mathématiques ou de biologie ?

Perdu.  Ce qui est prévu, c’est qu’on fasse de la première année une année généraliste, de tronc commun, de mise à niveau pour attaquer vraiment des études supérieures spécialisées : une année de « propédeutique ».  Attention : non pas une année qui viendrait s’intercaler entre le bac et trois années d’études d’histoire, de mathématiques ou de biologie : mais une année qui *prendrait la place* de la première des trois années de licence.  Il resterait donc ensuite deux ans pour amener  l’étudiant au niveau de spécialisation exigé par une licence en telle ou telle matière.  Comme c’est bien évidemment impossible, cela veut dire que nous allons donner des diplômes moins spécialisés au niveau de la licence, et devoir en contrecoup baisser le niveau de spécialisation des diplômes du grade d’au-dessus, celui des « masters » (bac+5).

Mais ceci est cohérent avec une logique qui est également poussée par ailleurs dans ce projet d’IDEX, qui est celle de l’homogénéisation et de la rationalisation de l’ensemble des formations proposées  dans ce grand regroupement.  Il est prévu de supprimer les « doublons » : s’il y a un master de linguistique à Paris-7 et un autre à Paris-3, il faudra les fusionner.  Comme chaque diplôme, dans le système qui existe actuellement, a sa propre petite touche supplémentaire, sa propre spécialité, il va falloir, pour réaliser ces fusions, raboter ces spécialisations.  Finalement, ça tombe bien que nous  ayions des étudiants moins bien préparés, n’est-ce-pas ?

Pour résumer, nous allons avoir des plus grands groupes d’étudiants, et nous allons leur fournir des enseignements qui auront globalement baissé en niveau d’exigence et en degré de spécialisation.  Mais ceci ne concerne « que » la vaste majorité des étudiants de l’IDEX, car deux « collèges de style oxfordien » accueilleront chacun 1600 étudiants d’élite dans des conditions bien plus favorables – les 3200 étudiants concernés représentent 2,5% des quelques 125 000 étudiants du grand regroupement.

On peut remarquer en passant que le projet a pensé à la nécessité de promouvoir chez les étudiants le sentiment d’appartenir à une université commune, et qu’il a trouvé le moyen d’y arriver : fonder une station de radio des étudiants de l’IDEX SPC.

6. Bon, mais au pire si c’est juste une plus grosse université, même si ça n’apporte rien de plus ni pour les étudiants ni pour les chercheurs, ça n’a rien de mauvais en soi ?

Si, à mon avis (et je ne suis pas seul à penser ainsi), il y a des dérives très perverses qui rendent le projet mauvais en soi.  Tout d’abord, il déploie un discours assez stupide : on présente comme des « atouts naturels » – comme des armes merveilleusement adaptées pour être utilisées et affûtées dans une nouvelle course concurrentielle entre grands pôles de recherche français, européens et mondiaux – ce qui est, quand on y réfléchit, le produit de quatre, parfois de seize décennies de planification étatique de la recherche et de l’enseignement supérieur en France.  Découverte divine : l’IDEX SPC réunit une part considérable des ressources françaises dans la recherche en médecine, en pharmacie, et dans les sciences du vivant ! Voilà un atout formidable dans la grande course aux meilleures universités mondiales : lançons-nous y, et que les meilleurs gagnent ! Simplement, est-ce que le fait que l’IDEX réunisse l’université Paris-5 (c’est-à-dire l’historique faculté de médecine de Paris, avec tous ses labos communs avec l’INSERM et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) et l’université Paris-13 (qui englobe la faculté de médecine de Bobigny), n’y serait pas pour quelque chose ?  Constat qui nous remplit d’orgueil : l’IDEX SPC regroupe un grand nombre d’équipes de spécialistes reconnus des sciences du langage !  Ah, que nous sommes bons !  Oui, mais est-ce que le fait qu’on y ait rassemblé les UFR de linguistique de Paris-7, Paris-3 et Paris-5, l’Institut National des Langues Orientales, et un certain nombre de laboratoires CNRS réunis sous la bannière du Labex, n’aiderait pas un peu dans ce magnifique « atout naturel » ?

Et ces ressources considérables, que l’on voit aujourd’hui comme des avantages concurrentiels, qui les a créées, regroupées, entretenues, et fait croître pendant des décennies, dans le passé ? La main invisible de la concurrence entre pôles universitaires, ou une politique de financement public de la recherche et de la formation en médecine ? Cette politique qu’on est justement en train de jeter dans le fossé …

Mais ceci n’est pas le plus grave … On ne meurt pas de discours marketing ridicules. Ce qui est beaucoup plus grave est que l’IDEX est une machine qui crée de nouvelles structures de pouvoir sur la future université unifiée, et que dans ces nouvelles structures de pouvoir, les usagers ( universitaires et étudiants) n’ont presque plus voix au chapitre.

Traditionnellement, les universités ont un fonctionnement que l’on décrit comme « collégial » : les décisions importantes y sont prises par des *conseils*, dans lesquels siègent des représentants des grandes catégories de participants à la vie universitaire (enseignants, chercheurs, techniciens et administratifs, étudiants), représentants qui sont *élus* par les membres de ces catégories. Dans ces conseils siègent également des membres extérieurs, chargés de représenter les entités qui ont un intérêt dans les activités de l’université (collectivités politiques locales, entreprises, organismes de recherche), mais ces membres extérieurs – nommés et non pas élus – ne constituent pas la majorité des voix dans les conseils. Ce fonctionnement collégial garantit, au prix des lenteurs qu’imposent la vie démocratique, l’exercice du débat, et la recherche de compromis, qu’aucune orientation importante ne soit décidée sans qu’elle ait reçu l’adhésion d’une majorité de ceux qui y sont directement concernés.

Dans l’IDEX SPC, il est prévu que la nouvelle université unifiée soit dirigée par un Conseil de Direction de 16 membres, comprenant : 1 président, 4 représentants des organismes de recherche, 3 représentants d’entreprises, 1 représentant de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, 1 de la Ville de Paris, 1 de la région Île-de-France, et … 5 représentants des institutions fondatrices.

Pour représenter les huit institutions fondatrices, donc, en tout, cinq sièges sur seize (un petit tiers  du conseil de direction) ; et il ne s’agit pas de représentants élus, mais de représentants désignés d’avance (ce sont les présidents des institutions concernées). A fortiori, pas de représentants des catégories d’usagers.

Cette prise de pouvoir est totale (la future université unifiée sera effectivement dirigée par ce conseil de direction), et elle est décidée d’une manière totalement illégitime par rapport au système collégial qu’elle vise à remplacer.  Les communautés universitaires n’ont en effet absolument pas été consultées – et même pire : le projet d’IDEX a été élaboré dans le plus grand secret, et n’a été rendu public qu’après la date des élections des présidents d’université dans les deux plus grosses universités participantes, Paris-5 et Paris-7.  C’est donc purement et simplement un coup d’état. C’est comme si les chefs d’état de la France, de l’Allemagne, et du Royaume-Uni se réunissaient entre eux pour décider qu’à l’avenir, le pouvoir effectif dans l’ensemble de ces pays réunis serait exercé par un comité de direction de personnalités nommées à l’avance, et qu’il n’y aurait plus d’élections.

D’ailleurs pour être certains que le moins de gens possibles prennent conscience de ce qu’implique ce nouveau projet, il a été rédigé en anglais (et même en mauvais anglais, pour éviter que même des universitaires d’origine britannique puissent le comprendre).

7. Peut-être qu’ils sont obligés de fonctionner comme ça parce que sinon ils n’avanceraient jamais, parce qu’il y aurait toujours des gens qui ne seraient pas d’accord avec ceci ou cela, et que la structure serait ingouvernable.

Ma foi, c’est bien possible.  Peut-être qu’une structure trop complexe est ingouvernable.  Peut-être bien qu’une entité comme la France est ingouvernable, si on va par là, et c’est peut-être son problème (pour la Belgique, en tout cas, c’est démontré).  Si on devait en tirer à chaque fois la conclusion qu’on renonce à s’efforcer de tendre vers des pouvoirs démocratiques, et qu’il est plus simple et plus pratique qu’une minorité éclairée décide tout de son propre chef, ce serait un progrès ?

Plus spécifiquement, oui, il est fort possible qu’une usine à gaz de l’envergure de l’IDEX SPC soit concrètement ingouvernable, dans le cadre d’un système démocratique, à cause de sa démesure, de son hétérogénéité, de sa complexité interne.  Si c’est vrai, cela ne devrait pas nous convaincre de la nécessité de la gouverner de manière autoritaire, mais plutôt de la pertinence même de créer une entité ingouvernable.

En d’autres mots, si, pour devenir gouvernable, une université doit cesser d’être une université, au sens où on l’entendait jusqu’à cette année (c’est-à-dire un organe social de construction et de transmission d’intelligence, fonctionnant de manière collégiale), alors on doit vigoureusement questionner l’utilité de la démarche !

8. Et vous êtes nombreux à penser comme ça ?

Tu peux être certain que ce que je te dis n’est pas une simple opinion personnelle. J’ai perdu le compte des motions de protestation et des demandes de moratoire qui émanent de conseils d’unités de formation et de recherche, de conseils de laboratoire, de syndicats, de collectifs, de listes se présentant aux élections des conseils (dans les universités où des élections ont eu lieu récemment) : il en tombe tous les jours dans nos boîtes aux lettres. Un collègue en a fait circuler récemment une compilation : elle tient sur 38 pages.

Le cas le plus emblématique est celui du conseil d’administration de l’une des institutions concernées (l’Institut des Langues Orientales) : quand il a réalisé qu’il était prévu qu’on fasse disparaître cet Institut, de plus de trois siècles d’existence, et qu’on ne lui avait non seulement pas demandé son avis, mais pas même daigné l’informer de ce projet, il l’a désavoué à l’unanimité.

En fait, pour l’instant, le projet d’IDEX SPC est comme un traité signé (par tous les chefs d’état), mais ratifié par aucun parlement.

Ce que je dis au sujet de l’IDEX SPC semble être vrai aussi (bien que je n’en aie des échos que plus lointains) pour d’autres IDEX, comme celui de Marseille ou celui de Toulouse.

9. Mais alors si ce machin ne sert à rien, pourquoi le gouvernement le fait ?

Le projet d’IDEX Sorbonne Paris-Cité est une réponse à une commande politique.

La motivation originelle est tellement stupide que j’ai honte de la mentionner : un institut basé à Shanghai, en Chine, publie tous les ans un classement (le classement « ARWU ») des meilleures universités mondiales. Or les premières universités françaises à apparaître dans ce classement sont assez loin des premières places, et il n’y a pas beaucoup d’universités françaises dans les cent premières places du classement. En voyant cela, l’orgueil national de nos hommes et femmes politiques n’a fait qu’un tour, et ils ont décidé de tout faire pour améliorer le « score » français dans ce fameux classement.

On s’est aperçu que les universités françaises étaient assez peu visibles pour des raisons structurelles, liées à la manière dont fonctionne le système d’enseignement et de recherche dans notre pays :

– beaucoup d’équipes de recherche sont « mixtes », et donc dépendent à la fois de plusieurs établissements, comme par exemple une université et un ou deux organismes de recherche, ce qui  minimise le poids de chaque publication ou brevet dans le score de chacun de ces établissements ;

– les universités françaises sont souvent de taille moyenne et plus ou moins spécialisées, par opposition avec des grands conglomérats comme l’UCLA de Los Angeles, la CUNY de New-York, ou l’UNM de Mexico, qui regroupent sous un seul chapeau tous les étudiants de leurs mégapoles respectives ;

– enfin, les universités françaises intègrent une mission républicaine d’accueil de tous les étudiants sur tout le territoire, et ne peuvent donc rivaliser par ailleurs avec des petites institutions d’élite comme Yale ou le MIT, qui ne recrutent que des étudiants sélectionnés à la fois par le niveau et par l’argent, et peuvent se permettre de recruter des prix Nobel comme enseignants.

Comme il a été fixé comme objectif politique de faire remonter le rang des universités françaises dans le classement de Shanghai, on a vite identifié le moyen le plus simple d’y arriver : regrouper trois ou quatre universités en une seule permet à la somme ainsi obtenue de grimper automatiquement dans le classement.  Sans rien changer concrètement ni à la qualité de la recherche, ni à la qualité de l’enseignement qui y est délivré. Depuis cinq ans, le mot d’ordre est donc : fusion.

L’idée est de pouvoir présenter un simple jeu de définition, sur papier, du périmètre administratif des universités, comme le résultat positif concret d’une politique de développement de la recherche (la France a gagné des places dans le classement de Shanghai – ce qu’une partie de l’électorat comprendra comme : nos universités sont devenues meilleures).

À côté de ce grand ramdam sur le classement de Shanghai, d’autres motivations peuvent pousser le  gouvernement actuel à promouvoir les PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur), et autres IDEX : avec ces nouvelles structures, comme je le disais tout à l’heure, on retire le pouvoir de gouvernance des mains des universitaires, et on le met dans les mains de représentants des pouvoirs politique et économique.  Cherche à qui profite le crime …

10. Et pourquoi les présidents d’établissement le font ?

Je ne vais certainement pas te dire que nos présidents d’université sont des méchants, qui complotent sournoisement pour vendre leurs universités aux Martiens ou à d’autres forces maléfiques.  Il n’y a aucune théorie du complot là-derrière (ce serait si confortable intellectuellement si les choses étaient aussi simples !), et les gens qui sont derrière ce projet sont plutôt, assez probablement, de bonne foi et de bonne volonté.  Je pense que s’ils se sont prêté à ce jeu, au point d’être maintenant persuadés que c’est la bonne solution, c’est d’abord, et avant tout, à force d’accepter de parler la langue des gestionnaires adeptes du nouveau management public.

Entrer dans le filet des signifiés de l’interlocuteur est un jeu dangereux – même si tu le fais en essayant d’y gagner. Tôt ou tard, tu finis par réfléchir en termes « d’indicateurs », au lieu de réfléchir en termes de profondeur de la réflexion scientifique, de qualité du dialogue entre recherche et société, ou d’utilité et de qualité de la formation des étudiants.  C’est typiquement ce qui est arrivé à nos présidents d’université : dans le système des « indicateurs », dans lequel ils ont accepté d’entrer, leur projet est cohérent et positif. Mes propres propos, s’ils les lisaient (ce qu’ils ne feront jamais parce qu’ils n’ont pas le temps), leurs paraîtraient illisibles, simplificateurs, tendancieux, et bourrés de mauvaise foi. Nous ne parlons plus le même langage.

Je pense aussi que s’ils le font – et c’est sans doute un effet pervers de leur bonne volonté – c’est pour grappiller, en période de récession générale, quelques piécettes supplémentaires pour fonctionner, à l’heure où beaucoup d’universités s’enfoncent dans le déficit.  Ils sont pragmatiques, et se disent qu’en jouant à ce jeu, ils travaillent pour mon bien, puisqu’ils me permettent de faire partie des quelques universités qui reçoivent quelques millions d’euros de plus pour continuer à travailler, alors que globalement, la part consacrée à la recherche de la dotation nationale des universités (la « MIRES »), selon les calculs d’Henri Audier, régresse d’environ 1% en 2012 en euros constants.

Ce qui est intrinsèquement pervers dans ce jeu, c’est que la majorité des universités françaises n’en bénéficient pas.  Alors bien sûr, les présidents d’université de l’IDEX SPC, eux, sont contents.  Et quelques collègues, dans les rouages du fonctionnement de nos universités, se laissent convaincre aussi, et déclarent d’un air désolé : « il faut bien aller chercher l’argent où il se trouve … il vaut mieux être à l’intérieur qu’à l’extérieur … »

Nous sommes un peu dans la situation où l’on aurait remplacé la distribution d’un salaire par un gain tiré à la loterie.  Imagine un chantier qui fait travailler cent personnes.  Jusqu’à une certaine époque, on leur donnait à tous un salaire pour avoir contribué à travailler et à faire avancer le chantier.  À présent, on a décidé qu’on ne distribuerait plus qu’une partie de la somme qui servait auparavant à la paye globale ; mais attention : on ne la distribuera pas à tout le monde, mais seulement à une partie des travailleurs, tirés à la loterie.

C’est injuste, n’est-ce-pas ?  Nous sommes d’accord.  Seulement voilà : va convaincre quelqu’un qui *gagne* à la loterie qu’il est immoral de jouer à la loterie.

11. Et pourquoi l’opposition ne prend pas position contre ? Ça a l’air d’être un sujet consensuel puisque le gouvernement n’est pas tellement attaqué sur son bilan dans ce domaine précis …

L’opposition ne prend pas position contre, parce qu’un grand nombre de notables politiques locaux du Parti Socialiste soutiennent ce type d’initiatives – par exemple Bertrand Delanoë à Paris, ou Martin Malvy à Toulouse.

 Pourquoi les notables politiques locaux soutiennent cette politique ? Tu imagines un président de  région capable de résister à l’envie de pouvoir dire qu’il a dans sa région un pôle universitaire classé à tel et tel rang dans le classement de Shanghai ?

12. Et pour finir, s’il y a tant de gens qui trouvent que cette idée ne vaut pas grand chose telle qu’elle est faite, pourquoi ne pas prendre le temps de réfléchir et de faire les choses mieux ?

Si, de la part du pouvoir, l’objectif est électoral – c’est-à-dire qu’il s’agit de pouvoir exhiber des résultats, même dénués de sens, d’une politique de promotion de la recherche – alors il faut bien évidemment le faire avant les élections.  Voilà pourquoi, depuis quelques mois déjà, avec d’autres opérations du même genre (LABEX, IDEFI …) nous voyons, dans certains de nos labos et dans certaines de nos facs, se déverser sur nous des crédits qu’il est urgent de dépenser dans la quinzaine alors qu’ils étaient attendus depuis des années.  Et pour revenir à l’IDEX, voilà pourquoi il y a une hâte frénétique, de la part du gouvernement, de faire signer aux présidents des institutions concernées la convention de mise en route de l’IDEX SPC avant le 15 avril.

Malheureusement pour eux – et heureusement pour la raison – au sein même des établissements concernés, les résistances se font de plus en plus fortes, et les appels à remettre complètement sur la table la définition de ce projet, de plus en plus nombreuses.  Si bien que malgré la frénésie de ces dernières semaines, il semble de plus en plus probable que ce projet n’aboutira pas avant l’élection présidentielle (ce qui était sa seule raison d’être), et que, quel que soit le résultat de celle-ci, une nouvelle phase de réflexion s’engage plus sérieusement par la suite.

Pascal Vaillant

Vaillant[at]univ-paris13.fr

Tribune “IDEX : l’envers du décor”

Nous relayons cette analyse de SLU à propos des Idex. On pourra lire également avec profit le projet de Paris Sorbonne Université

—-

IDEX : l’envers du décor – Newsletter Sauvons L’Université,n°35, 24 mars 2012

samedi 24 mars 2012

Ou comment les Idex entendent bouleverser l’enseignement supérieur et la recherche en France.

Les « Initiatives d’excellence » (Idex) ont, dès leur lancement, fait l’objet d’une mise en scène très orchestrée par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : annonce de financements en milliards, d’un concours avec jury international, émerveillement calculé devant le gigantisme des institutions ainsi réunies, dramatisation du calendrier (avec pré-sélection puis publication finale) et de la concurrence entre les projets, insistance politique sur l’excellence de ceux-ci, mise en avant des gagnants, consolation et « rattrapage » de certains perdants – le tout par deux fois, puisque deux vagues ont eu lieu au cours des dix-huit derniers mois. La presse n’a pas manqué de se faire l’écho du théâtre de cette lutte d’excellence, et certains échecs ont été, régionalement, très mal vécus [1]. En l’occurrence, cette médiatisation inhabituelle d’un sujet concernant l’enseignement supérieur et la recherche a contribué à opacifier ce qui est en jeu dans les Idex. Et pour cause, ceux-ci ont été montés en secret – concurrence oblige –, la plupart du temps sans que les conseils des institutions lancées dans la course soient même informés du contenu des projets dans lesquels elles étaient intégrées, des conséquences en termes de financement, de changements institutionnels, de « gouvernance », de recherche et d’enseignement (un exemple parmi d’autres à Montpellier). Certains conseils scientifiques d’établissements se sont vus refuser la lecture du projet au moment même où celui-ci allait être déposé, au motif qu’il ne devait pas « sortir » : la confiance, la collégialité, l’évaluation scientifique sont, on le voit, bien servis par la compétition.

Ces projets Idex ont donc été rédigés dans le cercle très étroit des principaux dirigeants des institutions partenaires, et traduits dans la langue dominante de l’économie « libérale » par des cabinets de consultants payés à prix d’or [2]. Le public et les journalistes ignorent le plus souvent de quoi il retourne exactement. Plus grave, nombre des collègues pourtant impliqués ne savent rien non plus de ce que la réussite à ce « concours » signifie très concrètement pour l’avenir de leur métier, de l’Université et des organismes de recherche, qu’ils fassent ou non partie d’un établissement sélectionné. Les résultats étant tombés en juillet 2011 (première vague) et en janvier 2012 (seconde vague), les projets peuvent désormais circuler, à défaut d’être clairement publiés. Leur lecture donne la mesure de la gravité de l’opération : les Idex sont la touche finale de la destruction de tout le système public d’enseignement supérieur et de recherche engagée depuis plusieurs années. Depuis les coulisses du théâtre de l’excellence, ils fonctionnent comme une véritable machine à exclure, à tous les niveaux de l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Une prise de conscience massive de l’ensemble des personnels est impérative et urgente. Nous vous invitons donc à passer derrière le décor et à démonter les rouages de la machine qui va désormais régir votre vie d’universitaire ou de chercheur, si rien n’est fait pour l’arrêter rapidement.

***

1. Financement
La philosophie des Idex a été exposée très tôt par le ministère : il s’agit de faire émerger quelques grands pôles qui concentreront « l’excellence » de la recherche et de l’enseignement français. La conséquence est évidemment une rupture du principe d’égalité territoriale. Pour ce faire, des moyens spécifiques doivent être alloués aux projets retenus, à partir de l’argent du Grand Emprunt. Le concours a donc opéré un choix parmi des projets de recherche et d’enseignement couplés à l’élaboration de structures regroupant plusieurs institutions. Ses résultats ont ainsi déterminé des espaces privilégiés de la recherche et de l’enseignement sur le territoire français, mais également des perspectives de recherche et d’enseignement destinées à être mises en œuvre par les établissements retenus, au détriment des autres espaces et des autres types de recherche et d’enseignement. C’est l’intériorisation de ce risque de hiérarchisation et surtout d’exclusion qui a poussé, sans autres arguments, nombre de présidents d’universités et d’établissements à s’engager, parfois sans en informer les conseils centraux (par exemple à l’INALCO), parfois même contre ceux-ci (voir l’exemple de Paris 6, et plus récemment celui de Paris 13), dans une course coûteuse en temps, en énergie et en argent. La logique d’exclusion est apparue en pleine clarté lors de la proclamation des résultats de la seconde vague, les projets non retenus ne pouvant bénéficier d’un troisième appel. Elle a alors donné lieu à une habile communication du ministère qui, soulignant « l’excellence » des projets présentés qu’il s’estimait visiblement capable d’évaluer, a tourné les projecteurs vers les deux premiers recalés – Lyon et le PRES HESAM –, et aussitôt émis la possibilité d’un lot de consolation, occultant au passage les laissés pour compte qui avaient été « collés » et ceux qui avaient fait le choix de ne pas participer au concours.

Le droit de s’autofinancer
Cette philosophie générale, parfois interrogée dans la presse [3], n’est cependant pas le point majeur des Idex. Que représentent en effet les sommes promises ? Très peu, dans les faits. Rappelons que les 19 milliards d’euros du Grand Emprunt attribués à l’enseignement supérieur et à la recherche sont en grande partie placés sur les marchés financiers, et que seuls les intérêts du capital seront réellement perçus par les lauréats [4] , à l’exception de Saclay qui se voit attribuer une dotation spécifique d’un milliard d’euros . L’étude des volets financiers des Idex montre en outre que la réalisation des projets doit être financée à près de 80 % par les institutions partenaires – c’est-à-dire que ces projets sont en réalité largement autofinancés, l’argent du Grand Emprunt n’entrant que pour une très petite part dans l’ensemble. Prenons l’exemple de l’Idex Sorbonne Université, retenu lors de la seconde vague du concours : son budget prévisionnel annuel est établi à 722 millions d’euros. Les membres du PRES engagés dans ce projet y contribueront pour 81 % à ce budget, soit 585 millions d’euros, et le Grand Emprunt pour seulement 6 % (43 millions d’euros). Les 13 % restant correspondent à d’éventuels financements par des organismes privés et des collectivités locales, que les membres du PRES devront trouver, suivant en cela la logique du jury et du ministère qui ont insisté sur l’importance des « partenariats » avec le privé dans l’évaluation des candidatures. Si l’on calcule maintenant la part du Grand Emprunt non plus par rapport au budget de l’Idex Sorbonne Université, mais par rapport au budget global des établissements partenaires, la rallonge budgétaire que représente l’argent du Grand Emprunt fléché Idex n’est que de 3,5%.
Encore le ministère n’est-il pas tenu de financer les Idex à la hauteur des sommes bugétisées par les projets soumis au concours : le PRES Sorbonne Paris Cité a déjà « pris acte » du fait que la dotation de son projet Idex ne sera que de 800 millions d’euros, une baisse de 38,4% par rapport aux 1,3 milliards demandés. Ajoutons que l’argent attribué aux « Laboratoires d’excellence » (Labex), là encore après appel à projets et concours [5], est inclus, pour tous les lauréats des Idex, dans la somme promise pour ceux-ci. D’un point de vue financier, le dispositif Labex-Idex, en apparence à double détente, recouvre en grande partie les mêmes sommes puisque « [l]es fonds des Initiatives d’excellence et des Laboratoires d’excellence n’étant (…) pas cumulables, un Laboratoire d’excellence relevant d’une Initiative d’excellence reçoit le soutien qui lui a été accordé dans le cadre du dispositif d’allocation propre à l’Initiative, une fois celle-ci désignée ». (Règlement Idex p. 8). Les Labex sont donc une sorte de brique de base dans la construction des Idex ; les premiers servent à limiter encore l’effet financier des seconds. Le règlement de l’Idex prévoit en outre un autre dispositif qui rend aléatoire son financement : « L’agence est tenue aux versements des montants de l’aide dans la limite des fonds dont elle dispose. » (Règlement, p. 6). Dans l’Idex, la seule source certaine de financement est donc le budget des établissements concernés. Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a réussi à impressionner presque toute la presse et une grande partie de la communauté scientifique elle-même avec ses annonces de milliards. Mais seuls les budgets prévisionnels inclus dans les projets Idex permettent de savoir ce qu’il en sera. D’ailleurs, certains rédacteurs de projets, conscients des coûts engendrés par l’Idex – notamment en besoins administratifs –, conscients aussi que la manne de l’État serait en fait d’autant plus faible que toutes les dotations des laboratoires sont à la baisse et que, trois ans après son lancement, un centième seulement des 5 milliards du Plan Campus a été versé, ont organisé la possibilité d’économies d’échelles par des fusions. L’Idex qui doit donner naissance à l’Université Sorbonne Paris Cité en 2016 en est un bon exemple. D’ici quatre ans, les doublons entre les universités « partenaires » seront supprimés au niveau Master : ce sont ainsi 30 masters qui devraient disparaître ou fusionner. Le projet pointe tout particulièrement les formations en anglais, qui existent à Paris 3 et à Paris 7, mais les départements de littérature devraient également fusionner, de même que les presses universitaires, le service culturel, les services administratifs et techniques. Les préparations aux concours d’enseignants seront mises en commun et 25% du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de chaque université seront ponctionnés pour financer des initiatives au niveau du PRES porteur de l’Idex [6]. Une réduction importante des enseignements, notamment par la mutualisation des TD, devrait s’ensuivre. On se doute qu’en cas de besoin, ces fusions permettront de faire une nouvelle fois [7] de l’emploi des enseignants-chercheurs la variable d’ajustement des finances de l’université, en jouant d’abord sur les précaires et les chargés de cours, puis sur le non-renouvellement des postes lors des départs à la retraite. Tout cela alors que l’on aura fabriqué un monstre de près de 120 000 étudiants.

2. « Gouvernance »

En réalité, le cœur des Idex n’est pas le Grand Emprunt, ni le financement pris dans sa globalité de quelques pôles. Souvenons-nous, les remarques du jury international adressées aux recalés de la première vague n’ont jamais porté sur des questions scientifiques, mais toujours sur les questions de « gouvernance ». J.-Ch. Pomerol, alors président de l’université Pierre et Marie Curie et déçu d’avoir échoué au premier tour, le révélait déjà en juillet 2011. Les feuilles de retour du jury envoyées aux candidats malheureux étaient parfaitement explicites. L’Idex porté par le PRES Sorbonne Paris Cité était ainsi jugé scientifiquement excellent, mais le rapport indiquait : « Les candidats ont amorcé la transformation d’une partie du système universitaire parisien, mais ne sont pas allés assez loin dans la définition de la gouvernance, de la gestion financière, des options RH et de la feuille de route à 10 ans pour une Université ». Et d’enchaîner des propositions pour le moins directives. Pour « améliorer » le projet, les membres de l’Idex devaient :

  Faire un effort substantiel pour repenser la gouvernance, la gestion financière et pour fournir une feuille de route à 10 ans pour une Université.
Définir un budget argumenté et cohérent, incluant une estimation du co-financement apporté par le secteur privé et les organismes.
(…) développer un système d’audit complet.
[Présenter] un budget détaillé dans lequel la valeur ajoutée de l’Idex sera démontrée.
Fournir des engagements clairs en matière de ressources humaines pour ce qui concerne les outils que le projet Idex aidera à mettre en place, et comprenant des « packages » en termes de recrutement, mobilité et gestion de carrière. Devront être mentionnées les procédures envisagées, la liste des décisions qui seront prises et leur traduction sur le plan financier.

Les rédacteurs de l’Idex en question devaient d’ailleurs tenir compte des remarques dès l’automne. Tous les candidats ayant échoué lors des pré-sélections et des sélections ont vu les critiques se concentrer sur l’aspect « gouvernance » de leur projet : c’était bien la « gouvernance » qu’il fallait « renforcer ».

Il y avait là de quoi alerter.

Organiser la « servitude volontaire »
Et tous ceux qui ont lu depuis les structures décisionnelles mises en place par les projets Idex connus n’en sont tout simplement pas revenus. Sous diverses formes, il s’agit dans tous les cas de créer des mécanismes de gouvernement autoritaires, permettant à une équipe très restreinte de décider des destinées d’énormes regroupements de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants. Le projet de Toulouse est sans doute le plus éclairant : les universités actuelles deviendront les collèges d’une immense Université dirigée par un directeur exécutif qui rendra compte devant un conseil de surveillance de 12 membres dont 3 seulement seront élus (1 Enseignant, 1 ATOS, 1 étudiant). Pour rendre le processus irrévocable, il est prévu de faire signer un pacte dès 2012 à toutes les universités et écoles de Midi-Pyrénées. Mais, dans leur sagesse profonde, les initiateurs de l’IDEX veulent prévoir un mécanisme de sanction destiné à châtier ceux qui ne seraient pas suffisamment disciplinés. Il vaut la peine d’en détailler la procédure :

Les collèges s’engageront réellement à mettre en œuvre les changements radicaux exposés dans ce dossier. Notre engagement collectif doit servir de socle au respect mutuel du Pacte et à la mise en œuvre du changement institutionnel ; l’esprit de gouvernance consistera à commencer par résoudre les différences par notre implication plutôt que par un processus « légaliste » formel.

Le texte est clair sur la radicalité des changements institutionnels, pourtant soigneusement minorée dans toutes les déclarations et communications adressées aux personnels et aux conseils centraux des présidents d’universités et d’établissements parties prenantes d’Idex. Les difficultés légales des évolutions seront contournées par l’« implication » des dirigeants et non par des processus de consultation : autrement dit, les personnels n’auront pas voix au chapitre.

Nous devons cependant également envisager la possibilité qu’un collège manque à ses engagements ; or aucune règle n’est complète sans la mention de ce qui se produirait dans le cas (qu’on espère peu probable) de tels manquements. Les dispositions suivantes rendront crédibles les évolutions proposées. Les mesures radicales à l’encontre des dérives fonctionnant rarement, le Pacte prévoit des règles des actions rapides destinées à établir cette crédibilité :
Le DGE de l’UT ou son directeur de recherche pourront émettre des avertissements.
En cas d’infraction répétée, un panel composé d’une majorité de membres indépendants sera réuni pour évaluer les dérives et proposer un recours ou des sanctions adaptées. Le panel fera rapport au conseil de l’UT, qui se réunira et prendra une décision en l’absence de tout directeur appartenant à l’établissement concerné. Afin d’être crédibles, les sanctions seront rendues quasi-automatiques par un mécanisme de vote à majorité inversée : la décision du panel sera adoptée à moins que tous ses membres ne rejettent ses conclusions au cours d’un vote à bulletin secret.
Les sanctions consisteront en un retrait progressif de l’accès au financement IDEX et à d’autres services (labellisation, etc.), le dernier recours pouvant être l’éviction de l’UT d’un membre ou d’une unité. Il convient de rappeler ici que, les membres ayant conjointement conçu et souscrit au Pacte, leur motivation intrinsèque et la pression de leurs pairs devraient suffire à garantir le respect des règles.
 [8]

Afin de rendre irréversible le processus, les concepteurs de l’Idex Université de Toulouse ont donc prévu des sanctions, allant jusqu’à l’exclusion. La décision sera dans les mains du conseil de surveillance qui, sur rapport d’un panel dont le texte se garde bien de dire comment ses membres seront nommés, ne pourra en rejeter les termes qu’à l’unanimité. Les « collèges » de la future Université seront donc entièrement soumis aux structures de l’Idex qui comprennent, outre le conseil de surveillance, six autres instances de « veille » (dont un unique Conseil d’université !) [9], toute possibilité de vie collégiale et démocratique étant ainsi invalidée par la nouvelle « gouvernance », aussi bien au niveau des anciennes universités qu’au niveau central de la nouvelle Université qui concentrera les pouvoirs.

Mieux que la « fédération », l’intégration !
Il ne s’agit pas là d’une exception, même si l’Idex de Toulouse est sans doute celui qui pousse le plus loin cette logique autoritaire. Un coup d’œil à l’organisation de l’Idex Université Sorbonne Paris Cité permet de se rendre compte que pour les quatre ans à venir, ce sont les instances de l’Idex – dépourvues de toute légitimité démocratique – qui piloteront le processus de fusion des établissements. Ainsi, se substituant aux CA élus, le « board of directors » (conseil de direction composé de 16 membres nommés dont seulement 5 seront issus – indirectement – des élections universitaires) sera chargé de piloter les restructurations en décidant notamment de redéploiements d’emplois issus des secteurs hors périmètre d’excellence vers ledit périmètre, de la création de chaires d’excellence et des CDD/CDI (avec contrats et salaires négociés de gré à gré), ainsi que de la mise en place de filières sélectives [10]. Les instances élues sont par conséquent très largement exclues des processus qui vont aboutir à des changements institutionnels drastiques et à une modification complète du cadre et du contenu de l’activité professionnelle des enseignants-chercheurs, des chercheurs, des étudiants et de tous les personnels des institutions membres des Idex.
Il vaut la peine de regarder comment le projet, d’emblée présenté comme emblématique, de « Paris Saclay » rapporte dans un document de janvier 2012 sa propre évolution entre la pré-sélection et la sélection au concours : un graphique détaille ainsi (p. 5) les étapes qui ont fait passer la structure-cadre d’une « université confédérale » à une « université intégrée » composée de «  schools », passage nécessitant le remplacement de la structure légale initiale, une Fondation de Coopération scientifique (FCS), par un unique Établissement public de Coopération Scientifique (EPCS), transformant par là même l’inclusion initiale des « Grandes écoles d’Ingénieurs » – qui devaient être rassemblés dans une « Alliance pour une recherche intégrative » – en la constitution d’une seule « École d’ingénieurs » participant à l’organisation globale, soumettant enfin la gestion des « ressources humaines » non plus à chaque institution partenaire, comme dans le premier projet, mais à la stratégie centralisée de l’université « intégrée ». Bien évidemment, alors que les budgets des structures partenaires devaient être négociés individuellement au niveau de chacune d’elle, le niveau de l’université intégré devient premier dans le projet « amélioré ». Comment organiser la gouvernance de l’« Un » ? Un génie de la fusion a visiblement dopé l’imagination des concepteurs du projet ! Mais on voit les conséquences : les Idex visent à réduire l’autonomie de fonctionnement des institutions partenaires. Ils signent bel et bien la fin de la collégialité universitaire déjà moribonde après la mise en place de la loi LRU, accomplissent le passage à une ère managériale dans laquelle les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’équipes toujours plus restreintes, qui n’ont plus de comptes à rendre auprès d’instances élues, mais bien le droit – et le devoir ! – de surveiller de très près leur engagement dans l’excellence.

Contourner les oppositions
Pourquoi avoir conçu de telles machines de gouvernement anti-démocratique ? Les projets Idex mettent en avant la concentration des décisions au service de l’efficacité. Plus naïvement, certains dévoilent aussi une des clés de ce que cache le terme de « gouvernance ». Le projet « Novi Mundi » porté par le PRES HESAM indique ainsi, au nombre des risques de sa mise en application, le « manque d’adhésion au sein de nos communautés » (et aussi le « changement de dirigeants au sein des institutions ») (p. 17-18). Parmi les projets retenus, celui de Sorbonne Paris Cité identifie les mêmes risques dans son paragraphe « Risques identifiables envisagés et pris en considération pour atteindre la cible à quatre ans » : « Une résistance à la fusion des diplômes universitaires et une réticence de la communauté universitaire au changement ; un manque de soutien de la communauté académique et administrative au processus ; le refus d’accepter l’évaluation externe… » [11]. On ne saurait mieux dire que les Idex ne peuvent s’accommoder de collégialité, encore moins de vie démocratique – à peine du changement de dirigeants : de fait, comment obtenir que les personnels acquiescent à leur propre exclusion ? C’est ici en effet que va se jouer la pièce maîtresse des Idex : ils définissent un « périmètre d’excellence » financé, et des zones entières, majoritaires, sanctionnées par la réorientation des budgets. Le choix de « gouvernances » autoritaires est rendu nécessaire par l’impossibilité d’obtenir l’assentiment de tous à une telle politique, et par les risques d’éclatements dans les institutions. Les Idex vont donc bien au-delà de la loi LRU en ce qu’ils ne passent plus par la voie législative : cela signifie que même un retour sur la loi LRU, voire son remplacement par une autre loi cadre, ne serait à peu près d’aucune utilité contre la logique qu’ils mettent en place dans l’enseignement supérieur et la recherche.

3. Périmétrage

On n’insistera jamais assez sur le fait que les Idex ne sont pas en eux-mêmes de « super-universités » dont bénéficierait l’ensemble des composantes à l’intérieur des institutions membres, même s’ils sont des outils de leur construction. Contrairement à ce que beaucoup croient encore, faire partie d’un Idex ne garantit pas de ressources supplémentaires, pas plus qu’il ne garantit la survie dans le nouveau monde concurrentiel que les réformes ont mis en place. Au sein de chaque Idex est en effet délimité un « périmètre d’excellence », le « Péridex », qui doit concentrer les moyens prévus dans les projets, principalement autour des Equipex et des Labex. Les Idex organisent donc au sein même des établissements l’exclusion de pans entiers de la formation et de la recherche qui ne sont pas jugés « excellents ». Ainsi, le « périmètre d’excellence » de l’Université d’Aix-Marseille comprend 1400 chercheurs et enseignants-chercheurs sur un total de plus de 4500. Plus des deux tiers en seront donc exclus. Dans l’Idex Université Sorbonne Paris Cité, seuls certaines équipes ou certains collègues constituent le « périmètre d’excellence » – équipes notées « A+ » par l’AERES, bénéficiant d’un financement ERC, Labex, IHU et Cohortes – qui regroupe 37% de l’ensemble des chercheurs. Ce périmétrage est amené à évoluer puisque le projet prévoit d’atteindre 60% d’«  insiders » dans un délai de quatre ans. Cela passe par la disparition des équipes notées « C » et une rationalisation appuyée par l’AERES et l’IAB – « International Advisory Board » qui doit « assister » le « Board » et dont une première liste des membres cooptés est fournie (p. 50 du projet) – selon des procédures et un calendrier décrits page 16 du projet. Le « Péridex » est évolutif : si « elles perdent en qualité », les équipes incluses dans le périmètre initial en seront exclues (projet p. 34).
L’analyse des « domaines d’excellence » de cet Idex donne une idée des enjeux en termes de financement de l’enseignement et de la recherche, et d’abord pour les SHS. Certes, les « humanités » y sont mentionnées, mais elles occupent bien peu de place au sein de l’université géante et pluridisciplinaire qui doit naître. Un encadré illustrant « Le rôle des humanités dans l’excellence scientifique » donne des exemples des missions qui leur seront assignées comme l’« analyse et promotion de l’héritage artistique et culturel français et international » ou l’étude de « la manière dont l’économie culturelle a été profondément modifiée par l’arrivée des technologies numériques ». On y découvre aussi la « nécessité d’une connaissance approfondie des langues, des cultures et des civilisations pour connaître et comprendre un monde en rapide mutation dans un processus de mondialisation très diversifié ».

Une « excellence » pré-définie et orientée
Tous ceux qui seront inclus dans le « périmètre d’excellence » ne bénéficieront pas pour autant de l’argent fléché Idex, puisque l’attribution des financements passera par des appels à projets en interne, projets qui devront bien entendu répondre aux secteurs définis comme fondamentaux par l’Idex. Les intérêts du Grand Emprunt versés seront en effet conditionnés à un contrôle bureaucratique et tatillon de l’ANR chargée de vérifier l’utilisation des deniers. Le Règlement relatif aux modalités d’attribution des aides au titre de l’appel à projet « initiative d’excellence » prévoit des conditions suspensives de versement : elles sont incluses dans les conventions d’attribution signées entre l’État, l’ANR et le bénéficiaire. Le non-respect de ces règles fixées autorisera l’Agence à « arrêter le versement de l’aide et exiger le reversement total ou partiel des sommes versées au titre de l’opération » (Règlement, point 4.5, p. 5-6). Comprenons aussi que le « Péridex » aura pour partenaire principal… l’ANR dont il renforce et prolonge l‘action en matière de pilotage.
Les Idex sont donc de formidables machines à orienter dans le détail la recherche et l’enseignement dans les universités et les établissements sélectionné. Ces machines vont même entraîner le CNRS, signataire des Idex comme partenaire et à ce titre impliqué, à travers sa propre politique de recrutement notamment, et fût-ce à ses dépens, dans la mise à disposition des moyens humains et financiers à destination des Idex. Voilà qui explique les tentatives récentes de la direction pour imposer des fléchages systématiques dans les recrutements de chercheurs – tentatives dont on peut d’autant mieux imaginer qu’elles vont revenir avec plus d’insistance qu’il y a déjà des fléchages de postes imposés au Comité National.
Pour certaines des institutions partenaires, le périmétrage constitue une pilule un peu difficile à avaler. Ainsi, en ce qui concerne Paris 3, les documents rendus publics concernant l’Idex sont très vagues quant aux domaines qui feront partie du périmètre d’excellence. Une chose est sûre, cette université ne pèsera pas lourd dans l’ensemble : seuls deux Labex et deux « axes » (« industries culturelles et création artistique » et linguistique) associent Paris 3 sur les quatre-vingt-dix-neuf équipes sélectionnées. D’ailleurs, si la linguistique ou les langues sont mentionnées, c’est surtout en référence à l’INALCO. La seule formation d’excellence identifiée est un master de cinéma. Le projet d’ensemble crédite certes la future Université née de l’Idex de domaines d’excellence en « cultural studies », en « histoire des formes et des idées » et en « études littéraires », appellations bien vagues quant aux domaines véritablement concernés. L’ensemble fait à tout le moins entendre ce que représenteront les « humanités » dans la future « méga-université ».
Les principaux bénéficiaires du périmétrage de l’« excellence » vont être, on le découvre sans surprise, les sciences appliquées, notamment la biologie médicale et la santé, les nanotechnologies, l’environnement et, de manière générale, les « thématiques […] articulées autour de défis sociétaux et économiques » que privilégie la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI). En mai 2011, une lettre de la présidente de l’Université Montpellier 3, Anne Fraïsse, expliquait son retrait du projet Idex en ces termes : « Dans ses écrits le jury international de sélection a pointé que le projet montpelliérain devait se recentrer sur la biologie-santé et la nature. Montpellier 3 n’y a donc pas sa place ».
De fait, la domination des sciences appliquées est écrasante. Même dans un projet presque entièrement SHS comme l’est l’Idex « Novi Mundi », non retenu, seules les disciplines assimilables à des sciences appliquées sont mises en avant. François Weil, directeur du projet et président de l’EHESS, déclarait ainsi dans une interview : « Nous voulons créer différents programmes au niveau Licence et Master qui permettent aux étudiants de circuler entre les établissements de PNMU et ainsi de travailler sur la question de l’innovation en associant dans un même cursus les sciences pour l’ingénieur, les sciences humaines et sociales, et les sciences du management et de la décision. Plus précisément, nous proposons de lancer un master en innovation et un master d’ingénierie en sciences sociales. » Et il ajoutait : « Les SHS sont au cœur de notre projet, qui s’ouvre vers les sciences pour l’ingénieur et du design industriel, et les sciences de la décision et du management ».

Le « Péridex », les recrutements, les formations et la recherche
Disciplines et institutions sont, on le voit, également mises en concurrence au sein des Idex. La coopération de surface et le soi-disant respect des spécificités ne peuvent dissimuler qu’elles sont engagées dans une lutte violente pour survivre au processus des fusions et des restructurations en tout genre, et ne pourront que tenter de tirer la couverture à elles à l’intérieur du « périmètre d’excellence ». Les conséquences du périmétrage vont de fait être rapides, non seulement en termes de redéploiement des financements, mais aussi de formations et de postes.
Les Idex ont des conséquences majeures sur les recrutements en raison des contrats signés par les institutions membres, contrats qui les contraignent du point de vue de la gestion de leurs « propres » recrutements. Ce point a été fortement mis en avant par le jury du concours. En juin 2011, le CA de l’Université du Maine indiquait que « dans sa configuration soumise au jury, le projet d’initiative d’excellence IDEX « IC Ouest », élaboré à la hussarde a exclu délibérément plus de 60 % des forces de recherche des régions Bretagne-Pays de la Loire dont de nombreuses UMR CNRS, INSERM, INRA au rayonnement national et international incontesté ». Or ce projet était refusé par le jury, non en raison de cette exclusion, mais au nom d’une conception encore plus restrictive du « périmètre d’excellence », les évaluateurs souhaitant que la recherche et la formation soient resserrées sur la mer et les sciences de l’information et de la communication : « Une excellence dans l’enseignement et la recherche qui pourrait mener à une visibilité internationale : information-communication et sciences de la mer ».
Dans le cas de l’Idex de l’Université d’Aix-Marseille, le rapport indique qu’il « faudrait que les organismes de recherche formalisent leurs engagements à recruter à l’avenir en priorité dans le périmètre de l’Idex ». Au sein de l’Idex Université Sorbonne Paris Cité, le « périmètre d’excellence » se verra attribuer 20% des emplois libérés hors du périmètre d’excellence « pour constituer le levier de transformation le plus puissant du processus menant à la création de l’Université nouvelle » (projet, p. 37). Ces recrutements seront constitués, au choix, de statutaires, de CDI ou de CDD, et la procédure, à en lire le projet, se fera sous le contrôle de la structure Idex. Les profils seront en effet directement définis par le Conseil de direction de l’Idex, les candidats recrutés par des comités de sélection approuvés par le même Conseil qui y disposera obligatoirement d’un représentant (projet p. 103-104). Les universités actuelles et les universitaires vont donc perdre la maîtrise des recrutements de leurs collègues. Le nouveau management ne fait pas bon ménage avec l’évaluation par les pairs.
Il faut comprendre ce que cela signifie pour les secteurs laissés en dehors du « périmètre d’excellence ». Les recrutements étant affectés et destinés prioritairement à celui-ci, les disciplines jugées « non excellentes » seront mécaniquement dépossédées au profit des autres. Dans un Idex comme celui de Sorbonne Université, dans lequel les SHS concentrées à Paris 4 sont pratiquement exclues du « périmètre d’excellence », la conséquence évidente sera que Paris 4 servira de réservoir de postes aux autres universités de l’Idex, Paris 6 notamment (projet, p. 45-49).
La conclusion s’impose : non seulement les établissements qui ont participé au concours ont accepté d’orienter leurs recherches et leur enseignement dans le sens voulu par le gouvernement – la lecture des projets et des principaux domaines mis en avant et présentés comme « excellents » ne permet pas d’en douter. Mais ils ont délibérément choisi de sacrifier des pans entiers des formations et des recherches existants en leur sein, soit en les excluant d’emblée, soit en les sommant de rentrer dans les types de recherche et d’enseignement définis par le « périmètre d’excellence » et l’ANR de manière à avoir accès aux financements et aux postes.
Dans cette reconfiguration générale produite par le principe et les résultats des Initiatives d‘excellence, qui répercutent la même logique d’exclusion en interne (suivant un axe périmétrage/ hors périmétrage), et en externe (il y a désormais les universités dans un Idex, et celles qui sont hors Idex), il n’est pas sûr que les diplômes seront encore nationaux. La logique de l’« excellence » à l’œuvre dans les Idex est celle d’une labellisation : certains porteurs de projets parlent clairement de « marque » ou de « label » à propos du nom des Idex. Cela signifie que les diplômes proposés à l’intérieur de l’Idex en porteront le nom et devront ainsi apparaître comme d’une valeur différente des diplômes proposés ailleurs, au même niveau d’études, dans les mêmes disciplines.
Les organisations étudiantes commencent à entrevoir et à dénoncer ce que les Idex impliquent en termes de sélection et d’augmentation des droits d’inscription : ceux de Toulouse, de Paris 2, dès à présent confrontés à leur amère victoire, l’ont compris avant même leurs directions nationales – qui s’en tiennent à des déclarations très générales [12].

***

Au terme de cette analyse, l’objectif des gouvernants qui ont mis en place les Idex peut être synthétisé dans le termes suivants : il s’est agi de créer d’immenses pôles universitaires aux organes de décision très resserrés pour que les nouveaux établissements ainsi formés puissent être gouvernés sur le modèle des entreprises ; de réorienter au sein de ces pôles les financements vers les laboratoires, les projets de recherche et les formations jugés prioritaires par le pouvoir, suivant les préconisations de la SNRI. Accessoirement, les regroupements des Idex feront mécaniquement remonter certains pôles français dans le classement de Shanghai, par un simple effet de « masse critique », ce qui permettra de mettre en avant la réussite d’une politique. Mais le véritable enjeu pour l’enseignement supérieur et la recherche en France, jamais explicité, n’est pas là : avec les Idex, le processus engagé par la loi LRU sera achevé et, surtout, deviendra irrémédiable. Il s’agit bien d’une restructuration globale et radicale de l’enseignement supérieur et de la recherche, d’un redéploiement complet des financements vers certains laboratoires et certaines formations. On peut certes être tenté de croire que cela ne se fera pas du jour au lendemain : le projet Université Sorbonne Paris Cité affirme néanmoins que tout doit être terminé en février 2016. Il ne faut pas négliger en outre la rapidité avec laquelle il est possible, une fois les structures mises en place, d’assécher toute une partie de la recherche et de la formation. Ni les effets immédiats des monstres technocratiques que sont, dans leur principe, les Idex, destinés à mettre les structures de l’enseignement supérieur et de la recherche au service de l’innovation technologique, au mépris des principes et des missions fondamentales de ces structures, au prix de toute forme de collégialité et de démocratie universitaires.
Nous le disions, l’heure est extrêmement grave. Le gouvernement a décidé d’accélérer les signatures des conventions Idex qui doivent se faire avant les élections présidentielles, avant le 15 avril, même si, devant la nécessité d’informer les conseils d’administration, certains ont déjà repoussé la date de ces signatures [13]. L’objectif est clair : créer de l’irréversible en jouant sur les engagements contractées par les institutions signataires, afin qu’un éventuel changement de gouvernement ne puisse se traduire par un retour sur le processus mis en place.
Cela signifie-t-il que tout est perdu ? Nous ne le pensons pas. Les Conseils d’Administration des institutions partenaires des Idex vont, très vite, dans les semaines à venir, être amenés à se prononcer sur les statuts des Idex dont elles font partie. Ils pourront donc soulever la question de la régularité de la consultation de leurs conseils, comme le Conseil d’Administration de l’INALCO a commencé à le faire, ainsi que le congrès réunissant les trois conseils centraux de Paris-Sud le 8 mars, ou l’Assemblée Générale du Laboratoire informatique de Paris Nord, et interroger la nature des engagements pris par le président de leur université et le rôle de celui-ci dans le processus. Ils doivent le faire. Ils doivent se prononcer contre ces statuts, ces engagements, contre les signatures de convention. Il leur faudra pour cela lutter contre les porteurs de l’« excellence », rester sourds à la menace, qui ne manquera pas d’être brandie, des conséquences terribles qu’il y aurait à sortir de « l’excellence ». Mais plus nombreuses seront les institutions qui se dégageront des Idex, plus il sera aisé pour un gouvernement d’alternance ou d’alternative de casser ce qui aura été fait et de promouvoir une politique respectueuse des grands principes de l’Université française.
Les candidats à l’élection présidentielle de l’opposition actuelle, enfin, ont une grande responsabilité face à l’urgence et à la gravité de la situation [14]. En admettant que cela soit possible, tenter de donner satisfaction aux pôles qui n’ont rien obtenu dans le concours par un rééquilibrage, une redistribution des subsides sur l’ensemble du territoire, ne servirait à rien, sinon à entériner une logique de restructuration inacceptable en son principe. SLU leur demande donc solennellement de s’engager, dans le cas où ils arriveraient au pouvoir, à reconnaître et publier le défaut de légalité des Idex, et à décréter un moratoire sur l’ensemble du processus.

Sauvons l’Université !

Notes

[1] Voir ici et là

[2] lire par exemple ceci , et ce dossier sur le site EducPros

[3] ici, là et encore

[4] Les fonds sont principalement gérés par l’ANR ou d’autres établissements publics dans des conditions fixées par la loi de finances rectificative du 9 mars 2010 – article 8

[5] voir cet article, et ici, ou

[6] « Support to students’ associations will be monitored through channeling 25% of the resources of the Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes – FSDIE (Student Initiative Development and Solidarity Fund) towards major associations, in an attempt to avoid the scattering of funds. To that effect, strategic financial partnerships will be signed on a multi-annual basis with several recognised student organisations. » (p. 94 du projet).

[7] Après la « fongibilité asymétrique » mise en place par les RCE

[8] Idex Toulouse p. 60, c’est nous qui soulignons

[9] Voir le communiqué du SNCS du 22 mars 2012

[10] à lire ici, notamment p. 20, 37, 100-101

[11] déjà cité, p. 10

[12] Voir la réaction de SUD Étudiants en novembre 2010, qui pointe la « précarisation des personnels et des doctorant-e-s : les financements se faisant par projets, le recrutement des personnels se fera aussi à durée (très) limitée », et le fait que « créer un périmètre, c’est accepter que quelques un-e-s soient à l’intérieur, pendant que tou-te-s les autres sont exclu-e-s. » L’UNEF, pour sa part, dénonce avant tout l’inégalité territoriale, pleure avec les perdants et évoque le risque d’abandon de l’encadrement des diplômes nationaux.

[13] Pour Toulouse notamment, la signature de l’université Paul Sabatier est reportée à fin décembre 2012.

[14] Les points 6 à 8 de l’Appel de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aux candidats à l’élection présidentielle et aux citoyens —toujours ouvert à la signature— soulignaient déjà cette nécessité.

Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions

Fin janvier 2012, une enseignante-chercheuse de l’Université de Liège remettait sa démission et rendait publiques au sein de l’université les raisons de celle-ci, dénonçant la dégradation des universités européennes et en particulier le productivisme et l’arrivisme ambiants, devenus insoutenables. La publication du texte et ses échos dans la presse et la société belges provoquèrent une vague de soutien inattendue, des dizaines de collègues se reconnaissant dans le diagnostic et désirant y trouver des remèdes. Très vite des universitaires français et espagnols se joignirent au mouvement, confirmant le caractère européen de la tendance dénoncée.

 Les raisons de la démission de cette collègue, la réponse du recteur de l’université et la réponse de cette universitaire au recteur sont ici : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article5304

Après divers échanges et réunions de réflexion, un site web fut créé et un manifeste rédigé afin d’entamer un large mouvement d’actions et de débat autour de l’avenir de nos universités.

 

Vous pouvez lire le manifeste ici : http://www.univendebat.eu/signez-le-manifeste/manifeste-pour-des-universites-a-la-hauteur-de-leurs-missions/


 

 

 

Version audio 9° séance : “La réforme de l’Université est-elle l’une des grandes réussites du quinquennat ?”

La version audio de la 9° séance du séminaire (190312) est accessible ici

En voici l’ordre des interventions :

1- Présentation : Michel Bernard – genèse de l’Appel du 23 février

2- point 1 de l’Appel : remplacer la LRU – Emmanuel Saint James

3- point 2 de l’Appel : le statut des enseignants-chercheurs – Céline Ruet

4- point 3 de l’Appel : la réforme de la formation des enseignants – Marie-Albane de Suremain

5- point 4 de l’Appel : la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche – Pascale Dubus

6- point 5 de l’Appel : garantir les moyens humains et financiers aux établissements et organismes de recherche – Sarah Hatchuel

7- points 6 & 7 de l’Appel : 6- traitement équitable des universités ; 7-Doter tous les établissements universitaires de conseils décisionnaires – Christine Noille

8- Les Idex : le cas de l’université de Strasbourg – Pascal Maillard

9- point 8 de l’Appel : redonner confiance à tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche – Pascale Dubus

10- La Prime d’excellence scientifique (PES) : le cas de l’université du Havre- Sarah Hatchuel

11- point 9 de l’Appel : amélioration des conditions de vie des étudiants – Michel Bernard

12- point 10 de l’Appel : Abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers – Pascal Maillard

13- Débat1 : un autre avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche est-il possible ?

Interventions de : Michel Bernard ; Christian Topalov ; Sarah Hatchuel ; Pascal Maillard ; Sarah Hatchuel ; Marie-Albane de Suremain ; Emmanuel Saint James ; Sarah Hatchuel

14- Débat2 : l’engagement de l’Etat dans les Idex

Interventions de : Isabelle Backouche ; Michel Bernard ; Emmanuel Saint James ; Marie-Albane de Suremain ; Etienne Boisserie ; Emmanuel Saint James ; Etienne Boisserie

15- Débat3 : La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Interventions de : Julien Hering ; Pascal Maillard ; Sarah Hatchuel ; Pascal Maillard ; Pascale Dubus ; Julien Hering ; Pascale Dubus ; Sarah Hatchuel ; Christine Noille ; Emmanuel Saint James ; Sarah Hatchuel

16- Débat4 : l’excellence

Interventions de : Olivier Long ; Sophie Desrosiers ; Pascale Dubus ; Sarah Hatchuel ; Céline Ruet ; Michel Bernard

17- Débat5 : les conditions de la création d’un rapport de force

Interventions de : Robert Descimon ; Pascal Maillard

18-Débat6 : L’université en mode libéral

Interventions de : François Jouve ; Michel Bernard ; Céline Ruet ; Marie-Albane de Suremain

****

Pour rappel
Vous trouverez le texte de l’appel ici

 

Annonce 10° séance séminaire : “l’université et la recherche en questions”

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

2e et 4e jeudis du mois de 17 h à 19 h

(salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris)

10 novembre 2011 au 24 mai 2012

 

 

Dixième séance

 

Jeudi 22 mars 2012

 

“L’université et la recherche en questions ?”

 Les réformes qui affectent l’enseignement supérieur et la recherche s’inscrivent dans une volonté de transformation structurelle de l’organisation et du fonctionnement de l’université. Si certains parmi la communauté universitaire prennent part à ce processus, d’autres s’en alarment et le critiquent au nom d’une défense de l’université et de la recherche. Au-delà de l’opposition facile entre modernisateurs et conservateurs, quelle « idée d’université » peut-on voir émerger de cette confrontation et à partir de quels appuis?

 

Débat avec:

 

Pierre Macherey (philosophe), auteur de “La parole universitaire”, La Fabrique, 2011

 

et Michel Blay (philosophe et historien des sciences), auteur de “Quand la recherche était une république”, A. Colin, 2012

 

Modérateur: Jean-François Méla (Mathématicien, Paris-13). Blog: http://jfmela.free.fr/jfmblog/

 

Des comptes-rendus et fichiers audio des séances des années 2009-2011 et des premières séances 2011-2012 sont disponibles sur http://pds.hypotheses.org

 

de la part de: Michel Agier (DE EHESS), Michel Barthélémy (CR CNRS), Claude Calame (DE EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers (MC EHESS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Christian Topalov (DE EHESS)

 

Adresses électroniques de contact : agier(at)ehess.fr, descimon(at)ehess.fr, topalov(at)ehess.fr

 

Et après ?

 

séance du 12 avril 2012

 

Formation des enseignants-éducation: bilan et perspectives

 

Martine Boudet, Professeure agrégée de Lettres Modernes (Toulouse) Docteure en littérature française ATTAC Commission enseignement supérieur-recherche, et al., traitera des enjeux culturels, didactiques et interdisciplinaires dans le secondaire, dans le contexte de la mondialisation.

 

Marie-Albane de Suremain (MCF Histoire UPEC- IUFM de Créteil) présentera les réformes structurelles en matière de FDE et les points de vue des principaux acteurs sur cette question.

 

Emmanuel Brassat (professeur de philosophie à l’IUFM de Versailles et à l’Université de Cergy-Pontoise) propose d’intervenir sur les évolutions pédagogiques et la situation de l’école primaire à l’âge de l’économie de la connaissance.

 

Modératrice : Laurence de Cock (responsable d’Aggiornamento (http://aggiornamento.hypotheses.org/), site de veille sur l’enseignement de l’histoire et géographie)

 

 

 

 

 

Actes du congrès : “Participation du public, décision, démocratie participative”

Le Groupement d’intérêt scientifique “Participation du public, décision, démocratie participative” a tenu son premier Congrès cet automne, du 18 au 21 octobre à l’EHESS. Ce Congrès a marqué la naissance d’un champ de recherche spécifique, le champ des études de la participation du public en démocratie.

L’ensemble des matériaux de ce Congrès est maintenant en ligne. À la suite de la mise en ligne des Actes du Congrès, fin janvier, les vidéos des deux jours de conférences sur l’état des savoirs et l’agenda des recherches sont maintenant en ligne (19 et 20 octobre 2011). Cela donne en particulier accès aux réponses des discutants à la présentation par leurs auteurs des papiers publiés dans le n° 1 de la revue Participations, et aux conférences de nos keynote speakers Pierre Rosanvallon, Frank Fischer, John Dryzek et Leonardo Avritzer et aux propos de leurs discutants.

 

L’ensemble des Actes a également été intégré dans le Répertoire des recherches et doté d’un Sommaire alphabétique général des Actes.

Les 35 papiers constituant les Actes de la journée d’études sur les effets de la participation (21 octobre) et les 45 constituant les Actes de la journée doctorale (18 octobre) ont ainsi été ajoutés au Répertoire des recherches et sont donc accessibles via cet outil de recherche.

Le Répertoire donne maintenant accès à plus de 300 références, dont près de la moitié issues de l’activité propre du GIS.

 

À titre de lettre d’information sur les nouveautés du site Internet du GIS, voilà les liens vers les nouvelles pages qui ont été crées sur le site depuis le Congrès. Merci de nous signaler les événements, parutions, etc. qui vous semblent devoir être signalés sur le site.

Pensez à vous inscrire sur le site, vous pourrez y poster vous-mêmes toute information utile, et accéder aux photos prises pendant le Congrès par notre collègue Giovanni Allegretti.

 

1. Activité propre du GIS :

 

En dehors de la mise en ligne des différents matériaux du Congrès, rappelons les prochains colloques co-organisés par le GIS :

L’impératif participatif en procès, EHESS, 22 et 23 mars 2012 : voir l’édito en une du site. Le Colloque est libre d’accès.

La Conférence sur le “Community Organizing” 14-16 mars à vaux-en-Velin (inscription close, colloque complet).

 

La problématique du dictionnaire critique des mots de la participation peut être consultée là : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/801

 

2. Les entretiens du GIS

 

Nous démarrons, dans la rubrique “Le point sur…” de la première page du site (en bas de la page), la publication d’entretiens avec des personnalités scientifiques. Le premier mis en ligne est celui de la sociologue urbaine américaine Sharon Zukin, entretien réalisé en français par Ilaria Casillo lors de la Biennale de la Démocratie à Turin en avril dernier.

L’intégralité de la vidéo est visible sur la page du répertoire consacrée à son dernier livre : Naked City. The Death and Life of Authentic Urban Places

 

De même un entretien vidéo avec Francis Chateauraynaud, réalisé en juillet dernier par Éric Pautard autour de son ouvrage Argumenter dans un champ de forces, est mis en ligne.

 

3. Annonces de grands événements

 

86° Semaine sociale de France (25-27 novembre) :

– Conférence de Loïc Blondiaux (vidéo) : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/817

– Hors-série de la revue Projet : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/820

 

 

Rapport du Conseil d’Etat sur la participation :

Présentation du rapport : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/822

Colloque du Conseil d’Etat (20 Janvier 2012) : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/821

 

Blog “Concertation et décision” de Décider ensemble : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/815

 

“Refaire société” (République des Idées) du 11 au 13 novembre à Grenoble : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/757

 

4. Annonces de parution :

Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion (Christian Delporte)

Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005) (Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat et Michelle Zancarini-Fournel)

La Science et le Débat public (IHEST)

Petite histoire de l’expérimentation démocratique (Yves Sintomer)

Pétrocratia. La démocratie à l’âge du carbone (Thimoty Mitchell)

La démocratie génétiquement modifiée (Bernard Reber)

Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales (Vincent Béal, Mario Gauthier et Gilles Pinson)

Gioco strategico e deliberazione (Gianfranco Pomatto)

Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble (Matthieu Berger, Daniel Cefaï, Carole Gayet-Viaud)

Marées noires et politique (Xabier Itçaina et Julien Weisbein)

De l’écoquartier à la ville durable. Analyse des pratiques de la concertation (Décider ensemble)

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics (Ludivine Damay, Benjamin Denis et Denis Duez)

Pour une 6° République écologique (Dominique Bourg et al.)

Sociologie politique de l’expertise (Corinne Delmas)

Les légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ? (Hélène Hatzfeld)

La Liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la République (Thierry Ménissier)

La démocratie sans “demos” (Catherine Colliot-Thélène)

Democrazia, partecipazione e deliberazione (Revue Partecipazione e conflitto)

Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation (Joëlle Zask)

Schools of Democracy (Julien Talpin)

 

5. Comptes rendus, notes de lecture, contributions :

Ways of searching for the common good (billet de Luigi Pellizzoni)

Tribune sur Le terrorisme (par Abdelaziz Babacheikh)

Gouvernance urbaine et participation (Maghreb & Sénégal) (note de lecture de Gaëlle Bigler-Capmas)

Rio +20 : Déclaration finale et pétition (Colloque du CRIDEAU)

La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit (billet de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau)

 

6. Annonces d’événements :

 

Colloque, séminaire :

S’engager dans les espaces publics. Participation politique et engagements multiples, Science Po, 5-6 avril

Conférence sur le “Community Organizing” 14-16 mars à vaux-en-Velin

Comment penser une régulation participative autour des techno-sciences ?, Toulouse, 29 février

Les futurs de la démocratie, Lausanne, 23 et 24 février

Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables 1 & 2 Février 2012

Il caso del dibattito pubblico di Genova Urban Center de Gênes, 1er février à Gênes

Dix propositions pour moderniser notre démocratie, Décider ensemble, 1er février au Palais Bourbon

Consulter autrement, participer effectivement : lien vers la vidéo du Colloque du 20 janvier mise en ligne sur le site du Conseil d’État.

Rio + 20 : Vers une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement CGDD, 30 et 31 janvier au Conseil économique, social et environnemental

Démocratie en réseaux : évènement de clôture Clôture du programme “Démocratie en réseaux” de la Région Ile de France, dans le cadre Mardi 31 janvier 2012

Les liens entre concertation et action publique Séminaire du GRETS le 24 janvier, Maison Suger

Formes d’activation citoyennes : communauté(s) en débat(s) Colloque du MASTER In.P.A.C.T. le 19 et 20 janvier 2012 à Saint-Étienne

Sciences sociales embarquées Colloque du CSI les 13 et 14 janvier 2012 à l’École des Mines

British urban policies and community participation CEE, 4 janvier à Sciences Po

Rencontres 2011 du Réseau “Démocratie Electronique” le 15 décembre à Créteil

Conférences et jurys citoyens : Bilan et perspectives colloque du CERAPS, le 30 novembre à Lille

Des usages de la télématique aux Internet Studies, séminaire du réseau DEL du 17 novembre à Paris

 

Démarches participatives et projet de paysage (Formation payante) 29-30 mai 2012, AgroCampus Ouest (Angers)

 

Soutenance de thèse

Légitimité de proximité et dispositifs participatifs municipaux en Argentine, thèse de

Annunziata Rocio,

le 9 mars au Collège de France.

Démocraties à l’épreuve. Assembler les nanotechnologies et leurs problèmes, thèse de sociologie Brice Laurent, CSI

La politique des netroots, thèse de sociologie de Nicolas Benvegnu, CSI

La concertation citoyenne dans le projet de réaménagement du quartier des Halles de Paris, thèse en urbanisme de Camille Gardesse, UPEC

Pour une éducation populaire politique thèse en sciences de l’éducation d’Alexia Morvan

 

Appel à communications :

toujours en cours :

“DemocraCine” : Premier Festival cinématographique de la Démocratie, Porto Alegre, 22-23 juin. Il s’agit donc d’un “call for movies” (jusqu’au 30 mars)

Mesurer, percevoir et délibérer sur la qualité de l’air au XXe et XXIe siècle (appel à communications jusqu’au 15 mars)

Clos :

Les parlements de la rue. Espaces publics de la parole et citoyenneté en Afrique

Le théâtre de la démocratie : Pratiques délibératives des Anciens, résonances modernes

Logiques, trajectoire et processus d’engagement dans la vie quotidienne

Civil society participation in sustainable territorial development approaches

Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables 1 & 2 Février 2012

 

Emplois:

Post-doc en communication politique à Nancy

Recrutement : Ingénieur d’étude (Lille)

Bourse sur les budgets participatifs (CES, Coimbra)

 

Bonne navigation. Pensez à faire abonner vos institutions et laboratoires à la revue Participations.

 

Bien cordialement,

Jean-Michel, Éric et Ilaria

 

Jean-Michel FOURNIAU

Directeur de recherche au DEST-IFSTTAR

tél. : 0951 785 365

courriel : jean-michel.fourniau@ifsttar.fr

 

Directeur du GIS Participation du public, décision, démocratie participative

Institut des sciences de l’Homme

14-16, av. Berthelot – 69363 Lyon cedex 07

tél. : 04 72 72 64 22

http://www.participation-et-democratie.fr/