séance du 2 mars 2017 :  » Nuit debout aujourd’hui : Vers une démocratie citoyenne ? »

Ecole des Hautes études en sciences sociales (Paris)

Séminaire « Politiques des sciences »

Séance du Jeudi 2 mars 2017 – 17 h – 20 h 

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

           Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/zaeh2ga

« Nuit debout aujourd’hui : Vers une démocratie citoyenne ?« 

Dans cette période pré-électorale, nous recevons des membres de l’Assemblée de Coordination de Nuit Debout Paris République. Ils nous présenteront rapidement cette assemblée et nous introduiront à ses enjeux actuels.

On compte parmi ceux-ci la mise en valeur d’un travail collectif visant à repenser la démocratie et à élaborer des propositions concrètes à travers la mise en place d’un « jury citoyen ». Il s’agira de prendre connaissance et de débattre de ces propositions. On peut les retrouver ici : https://www.rennesdebout.bzh/propositions-du-32-mars/

La commission Debout Education Populaire, qui a mis en pratique sur la place de la République à Paris différents formats favorisant les prises de parole, le déplacement face aux imaginaires institués et un travail collaboratif, viendra s’interroger avec nous sur la seconde étape de leur atelier hebdomadaire « quelle société veut-on? » :  comment mettre en application les propositions recueillies sur la place?

Il s’agira donc de discuter des différentes options politiques qui s’offrent aux acteurs de Nuit Debout non seulement à l’approche du printemps 2017 mais également une fois les élections passées.

Cette séance vise à témoigner du processus en cours d’élaboration d’un savoir politique citoyen.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées par le sujet traité.

On retrouvera les enregistrements audio des séances précédentes sur ce lien : pds.hypotheses.org

La prochaine séance aura lieu le 4 mai 2017.

« Les langues-cultures au service de la démocratie et de la paix civile », séance du 16/02/17

Séminaire « Politiques des sciences » Ecole des Hautes études en sciences sociales (Paris)

Séance du Jeudi 16 février 2017

17 h – 20 h 

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

                        En raison de travaux, accès à la salle par le 19 rue Notre Dame des Champs

        Les langues-cultures au service de la démocratie et de la paix civile

     Xénophobie d’Etat, prise de pouvoir par des organisations populistes ou ethno-nationalistes, attentats djihadistes, état d’urgence et guerre contre le terrorisme ou contre les migrations de masse…La crise systémique se traduit au plan politique par de forts replis identitaires. Au nom d’une logique sécuritaire, les droits des citoyens et des mouvements sociaux sont encadrés et limités, certains pays commencent à fermer leurs frontières. La paix civile est menacée ou détruite dans les aires les plus fragilisées. 

     Les sciences sociales ont des réponses à apporter à ces interrogations : comment dominations culturelles et ethnocentrismes peuvent-ils être déconstruits ? En quoi la promotion des langues et des cultures peut-elle être un facteur de reconstruction altermondialiste ? En quoi l’enseignement des langues régionales et du français langue étrangère constitue une alternative à un système éducatif normé ? Il s’agira in fine de proposer les fondamentaux d’une méthodologie anthropologique. 

Gilbert Dalgalian psycholinguiste et germaniste. Successivement chercheur en didactique des langues à Zurich, formateur d’enseignants au Sénégal (pour l’UNESCO), délégué général des Alliances françaises en Inde. Spécialiste des écoles bilingues en France et à l’étranger.

 Langues et démocratie : un lien imprescriptible.

La France a excessivement codifié le rapport aux langues, en privilégiant le français et en marginalisant les langues régionales.  L’unité nationale s’est construite d’une manière générale au détriment de la diversité des cultures constitutives du pays.

En fait, le lien entre langues et démocratie n’est pas de nature institutionnelle, mais bien plus profond : il tient au fondement même de la démocratie, le respect de l’Autre. Et c’est justement dans les situations de non-respect que se dévoile le mieux ce lien. Nous en passerons quelques-unes en revue.  

Christian Puren historien de la didactique des langues-cultures, professeur émérite de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, président d’honneur de l’association française des Professeurs de Langues Vivantes (APLV), La classe de langue-culture étrangère comme incubateur de formation aux valeurs altermondialistes

Depuis son émergence en tant que discipline constituée à la fin du XIXe siècle, la didactique scolaire des langues-cultures étrangères a connu en Europe plusieurs évolutions significatives dans les composantes privilégiées de la compétence culturelle, en fonction des modifications successives advenues dans la situation et l’objectif sociaux d’usage assignés prioritairement à cet enseignement. La conjonction de deux phénomènes récents a radicalement changé la donne.

– D’une part la dernière modification en date dans cette discipline assigne à l’enseignement des langues-cultures la finalité de formation d’acteurs sociaux « dans une Europe multilingue et multiculturelle » (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, Conseil de l’Europe, 2001). La conséquence en est l’existence d’une forte homologie entre la société à laquelle il s’agit de préparer les élèves et leur classe, puisque celle-ci est un environnement naturellement multilingue et multiculturel.

– D’autre part la prise de conscience de la complexité des cultures amène à considérer l’ensemble des composantes historiques de la compétence culturelle comme faisant partie du « patrimoine éthique » de la didactique des langues-cultures.

Il est de ce fait possible d’envisager et de faire fonctionner désormais la classe de langue-culture étrangère comme un lieu et un temps où les élèves peuvent s’entraîner intensivement, dans un environnement protégé et sécurisé, à la mise en œuvre concrète de la pluralité des valeurs nécessaires au vivre ensemble et à l’agir ensemble dans des sociétés démocratiques multilingues et multiculturelles.

 

Martine Boudet professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste d’anthropologie culturelle (académie de Toulouse), Intersectionnalité et interculturel des démarches altermondialistes.

            L’examen des programmes disciplinaires, notamment linguistiques, dans l’enseignement secondaire montre le maintien d’une politique éducative relativement ethnocentrée.  Cela malgré quelques avancées notables dans la loi de Refondation (2013).

           Une  politique éducative plus inclusive est à porter  avec une formation des personnels axée sur la construction et l’apprentissage d’universaux transculturels. A partir de regards croisés, de type anthropologique, sociologique,  philosophique… et de l’expérience de réseaux spécialisés dans les domaines de l’antiracisme et de l’intersectionnalité.

         Intersectionnalité et interculturel : l’exercice méthodique de l‘intersubjectivité, le jeu des dynamiques dialogiques à deux ou plusieurs degrés d’appartenance est à même de diluer les stéréotypies ou les radicalités ainsi que les systèmes de domination et de victimisation, intériorisés par les publics et de faire accéder ces derniers à un système de représentations émancipateur car pluri-référentiel, comparatiste et interactionniste.

          L’inclusivité du système éducatif comme condition de la redynamisation de la vie scolaire et sociale : ce paramètre s’avère in fine nécessaire pour éduquer à une citoyenneté plus décentrée, complexe et évolutive.

———————————————————–
Références bibliographiques :

Martine Boudet (co-direction), Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Presses universitaires du Mirail, 2014)
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Gilbert Dalgalian, Enfances plurilingues (L’Harmattan, 2000)

Reconstruire l’éducation ou Le désir d’apprendre (FSU/Syllepse, 2012).

Christian Puren, « Modèle complexe de la compétence culturelle (composantes historiques trans-, méta-, inter-, pluri-, co-culturelles) : exemples de validation et d’application actuelles », disponible en ligne en français (www.christianpuren.com/mes-travaux/2011j/) et en espagnol (www.christianpuren.com/mes-travaux/2011j-es/)

« Apprentissage de la citoyenneté et composantes de la compétence culturelle dans un enseignement de type FLI (français langue d’intégration) » conférence à la Rencontre Inter AEFTI « Intégration citoyenne et formation », Amiens, 7-8 juin 2012, www.christianpuren.com/mes-travaux/2012i/