Le 5 mars, on arrête tout, on réfléchit… Prochaine séance de Politiques des Sciences

La candidature collective à la présidence du HCERES, les prises de position nombreuses dans la presse écrite, les interpellations votées par les conseils d’unités de formation et les laboratoires, mais aussi par certaines sociétés savantes et certaines revues, l’appel à interrompre totalement les activités des universités et des laboratoires le jeudi 5 mars ou le refus, individuel ou collectif, de participer aux vagues d’évaluation en cours, sont autant de signes d’une volonté du monde savant de réaffirmer ses valeurs fondatrices : l’autonomie et la responsabilité vis-à-vis de la société.

Le 5 mars, on arrête tout, on réfléchit…

Nous co-organisons un troisième séminaire exceptionnel sur l’histoire de l’Université, pensé comme une contribution à ce temps suspendu. La séance est ouverte. Elle aura lieu à l’EHESS, de 17 à 21h, le 5 mars, en salle Lombard, 96 bd Raspail, à Paris. Elle sera retransmise en direct sur YouTube :

 https://www.youtube.com/channel/UCnTWR2yCIRn_Po8v3EzQJfg/live

Depuis sa naissance au XIIIe siècle, l’Université a connu une alternance de phases où elle a su se réinventer et se réinstituer, en renouant avec l’idée fondatrice d’autonomie du monde savant, et de reprises en main par le pouvoir. L’histoire politique, sociale et institutionnelle permet de saisir ce qui, dans la situation présente, hérite des siècles passés — il suffit de penser à ce qui persiste de la partition de l’Europe entre systèmes napoléonien et humboldtien. Mais l’histoire fonctionne aussi comme réservoir de possibles. Elle permet de réaffirmer les valeurs fondatrices du monde académique, dans un travail de création politique visant à imaginer un système d’Université et de recherche qui puisse contribuer à affronter la triple crise inégalitaire, climatique et démocratique que traversent nos sociétés.

  • Nathalie Gorochov : Libertés académiques, contestation et grève dans les premières universités d’Europe (1200-1231).
  • Christophe Charle : Pourquoi les gouvernements n’arrivent-ils pas à gérer l’enseignement supérieur depuis les années 50 ? Pourquoi les universitaires ne savent-ils pas ce qu’ils veulent et ne savent-ils pas se défendre ?
  • Emmanuelle Picard : Histoire institutionnelle de la profession académique contemporaine.
  • Charles Soulié : La refondation de l’université française après 68.

Pour recevoir les annonces, une fois par mois du séminaire Politique des Sciences, merci de vous inscrire ici:

https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/pds

Séance du 6 février 2020 : La « soumission » de projet. Bureaucratie, management et capital humain

Interroger les fondements et l’efficace des dispositifs de financement et de recrutement qui affectent la manière de travailler des scientifiques, tel est le propos de la seconde séance de Politiques des Sciences, en partenariat avec RogueESR. Si les managers de la recherche, et avec eux certains scientifiques, ne semblent plus avoir pour horizon favorable de la recherche que d’augmenter le taux de sélection de l’Agence Nationale de la Recherche (l’ANR), c’est le signe qu’il faut remettre sur le métier ce qui semble aller de soi dans cette manière de concevoir la dite excellence scientifique. 
A quel  moment est-il devenu évident que le projet devait être l’élément majeur de l’appréciation de la valeur des scientifiques, et la base légitime du financement de leurs recherches ? Comment peut-on accepter que notre métier soit le seul dans lequel, après de longue études et un processus de sélection étroit, on ne reçoive pas les moyens de l’exercer ?
Pour démêler ce que ces processus doivent aussi bien aux schèmes du New Public Management qu’à des théories qui se sont arrimées à autant de pratiques, on examinera à la fois une agence, l’ANR, des théories, celles du capital humain, des techniques de gestions et de contrôle, le management, et un processus, celui de la bureaucratisation néolibérale, qui tend à coloniser les subjectivités, dans la recherche et en dehors, avec parfois l’enthousiasme gourmand de ceux qui « soumissionnent ».
  • Johan Giry, Défaire ou refaire l’autonomie scientifique ? Retour sur un conflit d’interprétations à propos de la genèse de l’Agence nationale de la recherche
  • Béatrice Hibou, Chercher par projet: bureaucratisation néolibérale et liberté académique ?
  • Michel Feher, Facteur de production, entreprise, portefeuille : les métamorphoses du capital humain
  • Johann Chapoutot, « Celui qui attribue un chiffre à des lettres est un con », ou comment le management saisit l’Université
La séance est ouverte. Elle aura lieu à l’EHESS, de 17 à 21h, le 6 février, en salle 13, au 105 bd Raspail, à Paris. Elle sera  retransmise en direct sur notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCnTWR2yCIRn_Po8v3EzQJfg.