Irrationalité

Le 24 janvier 2022, de 16h à 20h, Université de Lutèce, Amphithéâtre Lavoisier, Campus Saint-Germain-des-Prés, 45 rue des saints pères, Paris 6ème.

Le séminaire sera retransmis sur la chaîne de Politique des sciences.

L’irrationnel nous menace de tous côtés, si l’on en croit les analystes de l’air du temps. Et Covid aidant, depuis deux ans (et comme dans la chanson) ils sont venus, ils sont tous là : complotistes, antivax, wokistes, fanatiques, sectaires, postmodernes, radicaux plus ou moins libres, divers et variés, déconstructionnistes… En haut lieu, on sonne le tocsin: après ses ministres, le président lui-même nous alertait tout récemment des dangers à venir… Parmi ceux qu’on nomme les intellectuels, certains font profession de disséquer l’irrationalité en brandissant des catalogues de biais cognitifs; d’autres se donnent pour les chantres de Lumières que les irrationnels de toutes obédiences veulent éteindre. Venus d’Amérique, la dénonciation de l’irrationnel et l’éloge des Lumières ont trouvé ici leurs épigones; jacobinisme aidant, il s’agit même d’instituer chez nous des commissions pour ramener les braves gens à la raison…

La polémique est d’autant plus chaotique et cacophonique que les termes sont flous. Pourtant, la réflexion savante sur la raison n’est pas neuve, elle occupe la pensée depuis quelques siècles; sans exagérer, on pourrait même dire que la raison n’a cessé de s’émouvoir de ses ombres ou ses envers — ignorance, erreur, déraison, foi, superstition, folie, fanatisme, etc. — depuis cette crise des irrationnels dont le nom des protagonistes se perd dans la nuit des temps. De cette longue histoire dans laquelle nous nous inscrivons tous ceux qui aujourd’hui occupent le devant de la scène et s’auto-dénomment ‘rationalistes’ n’ont cure. « Raison », « Lumières » sont devenus leur label, « irrationalité » leur ennemi commun, et tout devient simple.

Les labels et les ennemis nous fatiguent. Le séminaire Politique des Sciences invite donc à discuter des sociologues et des philosophes dont l’exercice académique aborde directement la question de l’irrationalité. Qu’entendre par ce mot ? Y a-t-il des formes psychologiques et sociales de la séduction irrationnelle ? Qui est irrationnel et comment le devient-on ? Les sciences cognitives nous enseignent-elles vraiment que l’irrationalité est notre nature ?  L’irrationalité est-elle seulement en affaire cognitive, ou bien une question éthique ou politique ?

Introduction

Philippe Huneman, Philosophe, IHPST (CNRS)

L’irrationalité, entre psychopathologie et idéologie

Sarah Troubé, Psychologue clinicienne, Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie, Université Côté d’Azur, LIRCES.

A partir du paradigme de la psychologie clinique et de la psychopathologie, nous reviendrons sur une question classique touchant au statut de l’irrationalité : souvent présentée comme une notion descriptive, décomposable en biais cognitifs et dont l’incarnation suprême se rencontrerait dans le délire, l’irrationalité masquerait sa nature et ses connotation idéologiques. Cependant, démasquer les usages du terme d’irrationalité comme appartenant au registre de la valeur risque de ne mener qu’à un relativisme stérile, si on ne cherche pas à approfondir davantage les tensions, inhérentes au concept d’irrationalité, entre psychopathologie et idéologie. Peut-on réellement comparer, par exemple, les certitudes inattaquables de certaines convictions idéologiques ou constructions conspirationnistes, et les certitudes rencontrées en psychopathologie ? Les apories auxquelles ont mené, en psychopathologie, toutes les tentatives pour forger un inventaire des critères de l’irrationalité nous serviront à questionner les usages contemporains de ce terme qui tentent d’exporter ses connotations cliniques au champ social et politique.

La crédulité en doute

Marion Vorms, Philosophe, Université Paris I Panthéon Sorbonne.

Il est commun d’observer que certaines informations, même si elles sont démenties ou leur source discréditée, continuent à nous influencer. Ce serait là une des bases de la force des rumeurs et de la persistance des fake news.

Le psychologue D. Gilbert (1991) affirme que, lorsque nous lisons ou entendons un énoncé, nous ne pouvons pas ne pas d’abord le croire. Gilbert et al (1990) prétendent ainsi montrer que même quand un énoncé est explicitement démenti, nous avons tendance, pour peu que notre attention soit détournée, à le retenir comme vrai.

Dans une étude expérimentale à paraître (Vorms et al 2022), nous avons repris le protocole de Gilbert en variant la plausibilité des énoncés. Nos résultats montrent que la tendance à la crédulité non seulement s’annule, mais encore s’inverse pour les énoncés peu plausibles : nous avons tendance à les rejeter, même quand ils sont ultérieurement confirmés.

Notre apparente crédulité n’est peut-être pas tant une tendance irrationnelle de l’esprit humain qu’une manière plutôt raisonnable, quoique faillible, de traiter les informations. Par contraste avec l’insistance courante sur l’irrationalité et les « biais cognitifs », notre démarche consiste à mettre au jour ce qu’il y a de rationnel dans des comportements apparemment irrationnels — et souvent délétères.

Gilbert, D.T., Krull, D.S., Malone, P.S. (1990). Unbelieving the unbelievable. Some problems in the rejection of false information. Journal of Personality and Social Psychology, 59(4).

Gilbert, D.T. (1991). How mental systems believe. American Psychologist, 46(2).

Vorms M; Harris A; Topf S; Hahn U (2022). Plausibility matters: A challenge to Gilbert’s “Spinozan” account of belief formation Cognition.

Complotisme et scientisme –  Les idées conservatrices incidentes de la profession et de l’idéal technoscientifique

Pierre France, Sociologue, Université Paris I Panthéon Sorbonne & Orient Institut, Beirut.

Que ce soit dans le cas du Covid 19 ou précédemment du 11-Septembre 2001, la science semble travailler sans cesse les discours subsumés sour le terme de « complotistes » : la mise en scène d’une autorité scientifique indiscutable venant de scientifiques de profession, discutant les « théories officielles », le recours à un formalisme scientifique, ou encore la croyance en des avancées vertigineuses de la science (en bien ou en mal) en sont autant de manifestations déjà largement soulignées. Pour aborder cette question, cette intervention se propose de partir d’un cas clairement circonscrit, celui de l’association française ReOpen911 – où se sont échangées des théories « alternatives » sur le 11-Septembre depuis 2006, où l’on croise autant de discours scientifiques que de profils de professionnels de la science ou d’ingénieurs.